En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Perdants

CSG et réforme des retraites complémentaires : pourquoi les arguments des retraités français mériteraient d’être entendus

Publié le 11 novembre 2017
La hausse de la CSG est compensée par l'ensemble des catégories touchées, sauf les retraités, qui dénoncent une mesure discriminatoire.
Christian Bourreau est président de l'Union Française des Retraités du Régime Général.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Bourreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Bourreau est président de l'Union Française des Retraités du Régime Général.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La hausse de la CSG est compensée par l'ensemble des catégories touchées, sauf les retraités, qui dénoncent une mesure discriminatoire.

Atlantico : Une baisse des cotisations sociales a été initiée par Emmanuel Macron en échange d'une hausse de 1,7 point de CSG. Mais les perdants de cette politique seront les retraités, qui ne paient évidemment plus de cotisations sociales. Mais n'est-ce pas normal que les retraités  participent à l'effort national ? Quelles mesures concrètes  préconisez-vous pour les retraités ?

Christian Bourreau : Nous ne voulons pas contester la décision des pouvoirs publiques d'organiser différemment le financement de la cotisation sociale (de supprimer des cotisations maladies pour les mettre sur la CSG). On pourrait argumenter que la meilleure formule pourrait être de mettre la cotisation sociale sur la TVA mais c'est un débat sur lequel nous ne voulons pas rentrer. Nous avons aujourd'hui quelque chose que nous ne pouvons pas accepter : cette mesure est compensée pour l'ensemble des catégories sauf pour les retraités donc c'est une mesure discriminatoire. Comme il y a des mesures de compensations qui sont envisagés pour les autres catégories, faisons la même chose pour les retraités. C'est notre proposition. Ces mesures que nous proposons supprimeraient des anomalies. Il est anormal en effet d'imaginer supprimer des cotisations maladies pour les actifs et de la maintenir pour les retraités.

Les retraités doivent participer, c'est certain, mais qu'ils participent seuls pendant que les autres sont compensés, ce n'est pas normal. Il y a un caractère discriminatoire à cette mesure. Le discours n'est pas qu'il y a un effort de la nation à faire, que tout le monde doit y participer y compris les retraités. Le discours est de vouloir faire payer les retraités au motif que, parait-il, ils sont plus aisés, nantis, riches à partir de 1200e…  

Certes les retraités coutent plus que les autres mais ils paient une contribution importante pour la couverture de frais de santé. Ils paient des complémentaires, des mutuelles. Et le cout des mutuelles pour les retraités est trois plus élevé que pour les actifs. C'est Etienne Cagnard, le président de la mutualité française qui le dit. Le motif sont les suivants : pour les actifs, l'entreprise paient la moitié de la cotisation mutuelle et d'autre part, la loi Évin dit que lorsque qu'un actif devient retraité, il est possible que sa cotisation augmente de 50%. À cela s'ajoute que la cotisation que paient l'actif est déductible du revenu imposable. Que les mutuelles coutent 3 fois plus cher n'est pas étonnant.

Enfin, amputer le pouvoir d'achat des retraités est une mesure définitive. Pour un actif, cela ne l'est pas. L'actif peut améliorer sa situation, pas le retraité. Il n'y a plus de revalorisation (elles sont retardées ou supprimées), il y a des impôts supplémentaires (la demi part des veuves, les majorations de pension qui sont devenus imposables) : c'est une accumulation de chose qui, avec l'augmentation de la CSG, génère un sentiment de ras le bol.  Je reçois personnellement beaucoup de commentaires et de remarques. Mais ce n'est que quelques-uns, parmi les plus aisés, qui soutiennent l'effort que les retraités pourraient faire.

Que pourrait-on imaginer comme mesure compensatoires ?

Ce que nous demandons ce sont deux choses :  tout d'abord supprimer la cotisation maladie perçue sur les retraites complémentaires (cotisation de 1%). Ensuite que les retraités aient la possibilité de déduire de leur revenus imposables la moitié de la cotisation de leurs complémentaires santé.

Les retraités vont avoir une amputation de leur pouvoir d'achat avec l'histoire des 1,7%. Moi je demande des compensations, des choses qui améliorent le pouvoir d'achat.

La déductibilité fiscale demande de l'argent en effet ; on demande un effort. Mais on est dans la situation ou les retraités sont las de voir des amputations régulières de leur pouvoir d'achat. Encore une fois, quand on ampute le pouvoir d'achat d'un retraité c'est définitif.

La CSG au départ, a été créé pour assoir le financement de la protection sociale sur une note plus large.

Comment jugez-vous aujourd'hui après six mois de présidence Macron, l'intérêt porté aux retraités à la fois de la part du gouvernement mais aussi des parlementaires ? 

Le gouvernement porte un intérêt pour les plus modestes avec par exemple la revalorisation du minimum vieillesse. Mais les pouvoirs publics mêlent leurs voix aussi à ceux qui disent que les retraités sont des nantis, des personnes qui ont passé toute leur vie sur un tapis rose. Nous, nous avons une opinion favorable pour le président Macron et notamment quand il annonce ses intentions sur une retraite universelle. On espère qu'il ira jusqu'au bout de cette réforme. Plus d'un quart des retraités sont des polys pensionnés. Ça n'a pas d'intérêt et ça engendre des problèmes de financement. Balayons cette diversité, mettons en place quelque chose de plus simple, que les jeunes générations puissent comprendre également : c'est ce que nous voulons. Un système de retraite claire ou tout le monde est traité de la même manière. Et ce besoin de clarification est pris en compte par le président Macron. Et on est en mesure de penser que la majorité gouvernementale sera d'accord avec le président.

Ce régime unique pourrait s'inspirer du modèle suédois par exemple. Si cette vision résous la complexité et l'obscurité du système de retraite, cela ne résous pas ipso facto le problème du financement.

Malgré donc le sentiment d'incompréhension et de frustration donc autour de cette réforme de la CSG, les retraités attendent de voir ce que Emmanuel Macron et son gouvernement vont faire plus généralement sur le système des retraites.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

07.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen-libre
- 12/11/2017 - 11:32
Pour AJM
Concernant les chiffres, l'Insee c'est la boite à outils pour justifier absolument tous les mensonges. Ils sont certainement vrais, mais il suffit d'en considérer certains, pour obtenir le résultat souhaité. Les chiffres que j'indique, ce sont ceux des feuilles de paie, d"employés de l'époque.
Raymond75
- 12/11/2017 - 10:54
Discrimination fiscale
Les retraités ne sont pas tous de riches propriétaires qui passent l'hiver aux Seychelles ! Les retraites sont en général modestes, et beaucoup sont locataires, notamment du fait des divorces et séparation qui touchent 50% des familles, et comme il est dit, les frais sont importants pour tout ce qui est social. ---- Les retraites complémentaires sont une forme d'épargne, non en € mais en points ; elles consistent en un versement différé et non en un revenu. ---- Je suis surpris qu'aucun parti ou député ne porte pas ces mesures fiscales discriminatoires devant le Conseil Constitutionnel, pour non égalité devant l'impôt ...
ajm
- 12/11/2017 - 10:51
Chiffres occultés.
Au sujet des pensions et des retraités "aisés " il faut avoir à l'esprit quelques chiffres:
La pension nette moyenne en droits directs (hors pensions de reversion mais tous regimes confondus, donc y compris regimes spéciaux et fonction publique ) est d'environ 1300 euros contre un salaire net moyen (temps complet) en entreprise ( chiffres insee 2014) de 2125. Les pensions ( tous regimes confondues) supérieures à 52000 euros brutes par an (environ 4000 nets par mois) représentent un peu moins de 1.4% du total soit environ 220000 pensionnés sur 16 millions. Evidemment, ces chiffres prennent en compte les regimes plus favorables des entreprises publiques et des fonctionnaires.
Les chiffres qui ne prendraient en compte que les retraités du privé et les independants sont plus faibles.