En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© NICHOLAS KAMM / AFP
Les voies des marchés sont impénétrables
Comment l’Amérique peut-elle avoir une économie aussi prospère avec un président considéré comme aussi toxique ?
Publié le 11 novembre 2017
L'anniversaire de l'élection de Donald Trump a été l’occasion de dresser un bilan de cette gouvernance étonnante et controversée.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'anniversaire de l'élection de Donald Trump a été l’occasion de dresser un bilan de cette gouvernance étonnante et controversée.

Jamais un bilan n’aura été aussi contradictoire et difficilement compréhensible. D’un côté, une économie prospère, qui a complètement effacé les effets de la crise de 2008 et de l’autre, l’image d’un président, qui rarement aura été aussi critiqué et même exécré par une presque majorité des Américains comme par une grande partie de la planète.

Le bilan de cette première année est donc très contrasté.

La situation économique est bonne. Elle s’est même améliorée depuis que Donald Trump s’est installé à la Maison Blanche. L‘Amérique se porte bien. La croissance est forte, les entreprises délivrent des résultats généreux, l’emploi est satisfaisant. On peut même dire que l’Amérique est en situation de plein emploi sans pour autant être l’objet de tensions inflationnistes, ce qui est bon pour le pouvoir d’achat. Les taux d’intérêt continuent d’être très bas.

La bourse, enfin, est au zénith depuis 7 ans et les grandes entreprises du digital jouent leur rôle de locomotives.

En bref, la majorité des Américains a un job et accès au crédit. Ils en usent et en abusent parfois, et ils pensent que leurs retraites sont préservées puisque c’est la bourse qui alimente et indexe les fonds de capitalisation, c’est-à-dire leurs pensions de retraites. Les Américains aiment la bourse pour cette principale raison.

Cette situation est incroyable. Alors, des esprits chagrins nous expliqueront que ça ne durera pas et ils auront raison. En économie, les situations ne durent pas et les indices ne montent pas jusqu’au ciel. Mais pour l’instant, ça tient.

Alors, ce climat n’est pas totalement imputable au talent de Donald Trump. Le climat s’était déjà bien amélioré du temps de Barack Obama, Trump est arrivé sur un trampoline installé par son prédécesseur. Par ailleurs, ça va bien en Amérique parce que ça va bien partout ailleurs.

Ceci dit, Donald Trump lui-même a fait deux choses.

La première : Donald Trump a commencé à déréguler l‘économie, les banques, l’industrie, l’énergie et ça, les entreprises aiment bien. En plus il leur a promis une réforme fiscale qui devrait aussi leur redonner pas mal d’oxygène.

La deuxième chose est, qu’en dépit d’une campagne de promesses un peu délirantes, il n’a pas fait de grosses bêtises sur ce terrain. Il n’a pas élevé les barrières protectionnistes qu’il avait prévues, il n’a pas bousculé l’industrie du digital qui ne l’aimait pas, il n’a pas déclaré la guerre aux Chinois - au contraire - il n'a pas construit ce mur honteux entre le Mexique et les USA, il n‘a même pas déconstruit l'Obama care. Il n’a pas réussi.

Alors, disons qu’il a été aidé par les contrepouvoirs, mais globalement le système américain a été très responsable.

Le problème pour l’Amérique est qu’en dehors de la situation économique et de la bourse, le bilan politique, lui, est désastreux. Le problème est que Donald Trump s’avère très politiquement incorrect dans son comportement personnel et dans ses rapports avec l’étranger. Un président qui parle mal, qui s’amuse à être incorrect, qui ne respecte pas ses collaborateurs et sa majorité, un président comme lui ne fait pas de bien à la démocratie qui a besoin de calme, d’expertise et de pédagogie.

Le résultat est que Donald Trump a une image déplorable et toxique, ce qui donne à l’Amérique une image très conservatrice.

Le comble dans cette affaire est que ce Trump-là n'a pas répondu à son électorat. Les Américains qui ont voté pour lui ne trouvent pas dans la situation économique des raisons de se réjouir. Ils n’ont pas retrouvé de job, de maison, et de raisons de le suivre. C’est la fameuse Amérique à deux vitesses.

Même au Parti républicain, on le lâche à tel point qu’il n’a plus de majorité.

Alors, beaucoup, dans son entourage, pensent que tout cela n’a aucune importance. Sauf que si Trump était menacé d’impeachment (et ça n’est pas impossible), il ne serait plus protégé par sa propre famille politique.

Ajoutons à cela que s’il voulait se faire réélire, ce qui est probable, il lui faudrait récupérer son électorat de base.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
07.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
besicles
- 12/11/2017 - 11:42
J-M S : oubliez Trump et PERSEVEREZ !
(appel du 8 novembre dans Atlantico)
« La deuxième solution eut été de vendre une partie du patrimoine non stratégique. La France a déjà vendu des actions de chez PSA Peugeot-Citroën, des actions chez Renault, Engie... La bourse est au plus haut et la France n‘a rien à faire dans la construction automobile ou dans la distribution de gaz. A partir de là, l’Etat pouvait très bien aller au-delà.
Pléthore de choix possibles : … Engie est encore en partie la possession de l’Etat pour 8 milliards. ADP, ou Paris Aéroports, appartient toujours pour plus de la moitié à l’Etat, pour 8 milliards d’euros. Airbus est sous contrôle public et la France pèse 6 milliards. Dans Thales, l’Etat détient pour 5 milliards d’actifs. Orange est contrôlée par l’Etat à hauteur de 5 milliards. Safran a beaucoup de public dans son capital, 5 milliards. Chez Renault, l’Etat vient de s’alléger mais il doit rester pour 4 milliards d’euros de capital public… »
Réparer sa bévue avec l’argent qu’on possède, au lieu de vouloir voler une seconde fois illégalement et se faire retaper sur les doigts, c’est incompréhensible pour un cerveau normal ?
Déployez des trésors de subtilité pédagogique, déployez.

Marie-E
- 12/11/2017 - 10:33
la réponse
à la question est dans le titre. Il est "considéré" par certains (que je ne qualifierai pas) comme aussi toxique. Enlevez vos lunettes de Trump Bashing et faites une analyse honnête de la situation américaine. Après les 8 années d'engouement Obama qui a aveuglé la plupart des média, voici enfin un président qui pense à son pays avant son idéologie ... et ça réussit ... ce que ne comprennent pas encore nos chers media complètement à côté de la plaque.
vangog
- 11/11/2017 - 21:04
« La plus grande baisse d'impôts de l’histoire des USA »
C’est ainsi que Donald a présenté son plan de réduction d’impôts, le 27 septembre, dans l’Indiana...évidemment, les médias gauchistes ont très peu relayé l’événement, car les baisses de taxes ne sont pas dans leur logiciel. Ils se sont contentés bêtement de s’interroger « ces baisses d'impôts vont-elles profiter aux riches, ou aux pauvres? »... »benêts, va! Ils n’ont toujours pas compris la théorie du ruissellement... » mais Donald n’a pas fait que cela! Il est excellent en politique étrangère, et il a réussi à boucler la guerre avec l’EI, grâce à ses alliés, il a encouragé l’Arabie saoudite à virer ses princes Wahabites, financiers du jihdisme, Il vend très bien le complexe militaro-industriel américain à l’etranger...il a réussi à éviter le très bête accord de Paris, et à relancer l’autonomie énergétique des USA, grâce aux gaz de schiste. Et il est surtout un souffle de liberté pour la créativité americaine...bref, c’est un « Winner »! tout ce qui manque à La France gaucho-macroniste (ça va?...c’est pas hystérique, Christophe Billan?...)