En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Gun Nation
Massacre au Texas : pourquoi on ne comprend pas Donald Trump quand il affirme que "les armes ne sont pas le problème"
Publié le 07 novembre 2017
La déclaration de Donald Trump est intervenue après la tuerie de masse qui a fait 26 victimes le 5 novembre lors d'un office baptiste près de San Antonio au Texas.
Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Shanghai.Il est notamment l'auteur de Les polices en France (Puf, 2010), Les politiques publiques de sécurité (Puf, 2011), Dernières nouvelles du...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bauer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Shanghai.Il est notamment l'auteur de Les polices en France (Puf, 2010), Les politiques publiques de sécurité (Puf, 2011), Dernières nouvelles du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La déclaration de Donald Trump est intervenue après la tuerie de masse qui a fait 26 victimes le 5 novembre lors d'un office baptiste près de San Antonio au Texas.

Atlantico : Suite à la tuerie de masse ayant eu lieu ce dimanche 5 novembre dans une église du Texas, à Sutherland Springs, Donald Trump a déclaré que "les armes ne sont pas le problème". Comment expliquer cette déclaration ? 

Alain Bauer  : Il s'agit de la même ligne de défense que l'industrie du tabac, ou de l'industrie automobile, qui consiste à dire que le problème, ce n'est pas le tabac, ou l'automobile, mais le fumeur ou le conducteur. C'est un classique de la défense des grands groupes d'intérêts américains pour éviter les amendes au civil et les procès au pénal. Il n'y a ici rien de nouveau ; ils ont toujours utilisé ce processus qui est cohérent avec des processus moraux de la droite chrétienne basée sur la responsabilité personnelle ; "la question n'est pas les armes mais ceux qui tirent". Seuls des non américains peuvent ne pas comprendre ce qu'exprime Donald Trump. Par contre, pour son électorat et pour ce qui est le cœur de l'Amérique, c'est un langage archi-connu. Le mode d'expression de Donald Trump est donc cohérent avec l'électorat américain.

Ensuite, dans les pays ou les armes sont très réglementées, il y a quand même des assassinats, et notamment en France. Cela n'empêche pas les assassins d'assassiner, des terroristes de terroriser, et que les gens puissent se procurer des armes. Il faut penser que la réglementation ne répond pas à l'intégralité du problème que pose les armes car il est toujours possible de s'en procurer. Cela est plus ou moins facile et plus ou moins cher, mais cela reste possible. Cependant lorsqu'on se pose la question de savoir s'il y a plus de crimes là où il y a plus d'armes, la réponse est oui. Mais dans les endroits où il y a moins d'armes, il y a juste "moins de crimes" et non 0 crime. Cela est valable en Grande Bretagne ou en France. Le débat qui existe est celui de l'équilibre de la terreur, c’est-à-dire de savoir s'il faut qu'il y ait des armes pour faire peur à ceux qui ont des armes. Il s'agit du principe de la dissuasion qu'il est extrêmement compliqué de théoriser. Mais les études que j'avais pu faire sur l'Amérique, la violence et le crime démontraient que plus il y avait d'armes, plus il y avait de morts, d'homicides, de suicides et de peines de mort, et inversement. Il y a donc bien un effet sur la réglementation des armes.

2 tiers des tués par armes à feu aux États Unis le sont par suicide. De son côté, la France connaît un taux de suicide supérieur à celui des États Unis, la pendaison étant la "méthode" la plus répandue. N'y a-t-il pas un leurre avec les chiffres concernant les armes aux États Unis ?

C'est exactement la nature du problème et de la réalité de la difficulté d'interpréter de manière cohérente et scientifique la question de l'armement par rapport à la mortalité.  

Les politiques de restriction mises en place en Australie et Grande Bretagne sont régulièrement citées en exemple pour la lutte contre les armes. Que peut-on apprendre de ces exemples et quelles en sont les limites ?

D'abord que le contrôle social est beaucoup plus important et que la logique "conquête de l'ouest" est moins présente dans ces pays. En contrepartie, il y a de la violence en Australie et en Grande Bretagne mais le contrôle social est beaucoup plus structuré et plus efficace, mais qui n'ont pas empêché d'avoir les événements "hooligans" qui ont marqué les esprits en Grande Bretagne, les violences structurelles et des attentats. Mais en quantités globales et en proportions, la situation de la Grande Bretagne, de l'Australie ou de la France est bien meilleure.

En ignorant la question des moyens, c'est à dire les armes à feu, que sait-on des motivations, des causes d'un phénomène qui reste apparemment très ancré sur le territoire américain ? Peut-on faire un lien avec la hausse des suicides, des overdoses, et l'anxiété perçue au sein de la société américaine, comme le révélait l'association américain de psychologie, révélant que 59% des américains considéraient l'époque actuelle comme "le point le plus bas" dont on peut se souvenir ? 

Il y a clairement une tension, une anxiété, une division, des processus haineux qui sont particulièrement élevés et dont l'élection de Donald Trump était le révélateur. La situation est générique, c'est à la fois un problème social et sociétal. Mais cela a aussi provoqué la naissance d'un courant "Sanders", ouvert, social, écolo, car il y a l'Amérique dont on parle mais il y a aussi celle dont on ne parle pas. On parle plus des trains qui arrivent en retard que de ceux qui arrivent à l'heure. Ce qui est dit est donc exact et la tension qui existe dans la société américaine est puissante et en contrepartie cela ne les a pas empêché d'élire un président noir. Aux dernières nouvelles, cela n'est pas tout à fait à l'ordre du jour en France. Je suis souvent aux États Unis, j'y enseigne et je vois à la fois les extrêmes des tensions mais aussi ceux des évolutions intéressantes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 08/11/2017 - 11:17
Une arme doit être actionnée
Une arme doit être actionnée pour tuer. Interdire les armes n'est pas une solution pour neutraliser les assassins. C'est une évidence que certains contestent. Voudraient'ils interdire les couteaux de cuisine après l'attentat de la Gare Saint-Charles? La presse française commence vraiment à nous les "briser menues" avec leur critique systématiques de Trump.
vangog
- 07/11/2017 - 22:21
De bonnes armes dans de mauvaises mains?...
Les armes facilitent le passage à l’acte, on ne peut le nier! et, reconnaissons-le, nous avons eu souvent envie de tuer notre voisin, notre copine, un flic qui nous dresse un PV, un conducteur de scooter qui pétarade...qu’aurions nous fait, une arme entre les mains?...(j’exagère à dessin). Le nombre d’armes à feu en circulation est, indéniablement, corrélé au nombre de fusillades mortelles. L’objectif d’une société en progrès est de diminuer le nombre de personnes en possession d’armes à feu, et de réglementer sévèrement leur usage.
Le gorille
- 07/11/2017 - 19:42
Le couteau
Dans certaines régions du monde, suivez mon regard, il est de bon ton pour "mec" d'avoir un couteau à sa ceinture. Et pas n'importe quoi. Hum ? La ceinture bien sûr ! avec perles, broderies, bref un petit joyau. Le couteau ? oh ! Rien que de l'ordinaire ! Bien recourbé, large, belle lame, ciselée, graissée, affûtée et le fil vérifié régulièrement... Et on se balade avec : cela pose son homme... Hum ? Ben oui, il n'y a pas de lois sur le port d'armes, ni d'entrefilet dans les journaux pour des tueries... Cherchez l'erreur !