En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

06.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 6 heures 32 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 8 heures 2 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 10 heures 35 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 11 heures 36 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 15 heures 46 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 19 heures 4 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 7 heures 17 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 8 heures 30 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 11 heures 4 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 12 heures 12 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 15 heures 59 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 18 heures 50 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 19 heures 20 min
© Reuters
© Reuters
Bonnet d'âne

Pourquoi la France a t-elle si peu d'entreprises à forte croissance ?

Publié le 20 octobre 2017
D'après des données publiées par Eurostat, le poids des entreprises françaises à forte croissance est faible comparé aux autres pays de l'Union européenne.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après des données publiées par Eurostat, le poids des entreprises françaises à forte croissance est faible comparé aux autres pays de l'Union européenne.

Atlantico : Selon les statistiques Eurostat 2015 parues en date du 19 octobre, parmi les 28 pays membres de l'Union européenne, la France arrive en 20ème position quant à la présence sur le territoire d'entreprises à forte croissance, loin derrière l'Irlande, la Suède et même l'Espagne ou le Portugal. Comment expliquer cette situation, alors que ces entreprises sont fortement créatrices d'emplois ?

Jean-Yves Archer : Il est impératif de garder à l'esprit que les entreprises en forte croissance recouvrent une situation disparate. Certaines firmes connaissent un essor qui s'accompagne effectivement de créations d'emplois.

Mais nombre d'entre elles ont une trajectoire plus heurtée. Elles peuvent décliner et subir un taux soutenu de mortalité infantile. A l'inverse, attractives, elles peuvent faire l'objet d'un rachat au plus grand profit de leurs actionnaires fondateurs.

Entre des opérations de croissance externe qui sont légion dans le secteur des biotechs et des dépôts de bilan, cela explique la mauvaise place de la France dans le classement Eurostat.

Xavier Niel, brillant instigateur de la Station F, a eu souvent l'occasion de dénoncer ses ventes anticipées de jeunes pousses confirmées qui veulent passer un cap de croissance (http://www.grandprix-entreprisesdecroissance.fr     )  en étant épaulées par des grands groupes. En clair se vendre pour s'adosser. Ou symétriquement s'adosser pour réaliser la plus-value du fondateur.

Il y a des cas où la cupidité immédiate des actionnaires de départ provoque la cession de l'entreprise et c'est bien souvent regrettable.

La France du quinquennat passé a vu ses entreprises de croissance prises en tenailles : d'un côté une fiscalité rugueuse sur l'épargne et le patrimoine et d'un autre côté des flux d'expatriation des créateurs lassés d'un pays peu " business-friendly ". Cette dimension politique et fiscale explique une large part de notre piètre classement n'en déplaise aux Hollandolâtres.

Concrètement, j'estime aussi que la question des seuils sociaux doit être posée : ceux-ci et la kyrielle d'obligations qui les accompagnent sont parfois dissuasifs et altèrent l'agilité des entreprises. Les ordonnances travail n'ont pas apporté de modification à la situation présente.

Pour prendre un seul exemple, la France compte fort peu de licornes – dont la valorisation pose d'ailleurs souvent question   (https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/030481058543-la-valorisation-des-licornes-serait-largement-exageree-2106334.php    ) du type BlaBlaCar et il est urgent de flécher l'épargne vers des investissements dans des PME à forte potentialité. BPI France ne cesse de le faire avec un succès confirmé.

Pierre-François Gouiffès : L’étude d’Eurostat définit une entreprise à forte croissance comme une entreprise ayant au départ 10 salariés ou plus et connaissant une croissance moyenne de l’emploi au moins égale à 10 % par an pendant trois ans, soit l’analyse de la période 2012-2015. La France a tout simplement trois fois moins d’entreprises de croissance que l’Allemagne et la part de ces entreprises dans le secteur marchand se situe à 8,5 %, contre près de 10 % en moyenne et 15 % pour l’Irlande.

Les résultats de l’étude ne sont pas incohérents avec le fait que la France ne compte que deux des quarante « licornes » recensées en Europe (entreprise de moins de dix ans d’une valorisation supérieure à un milliard de dollars). Quelles peuvent être les éléments d’explication d’une telle situation ?

On peut commencer par les explications de nature macroéconomiques. La France a eu dans les années 2010 une croissance faible et d’ailleurs substantiellement inférieure à celle de l’Union européenne ou de la zone euro depuis quelques années. En outre, et comme l’étude Eurostat mesure les entreprises en croissance à travers le paramètre des effectifs, la situation durablement dégradée de l’emploi dans l’hexagone, dont je fais régulièrement le commentaire dans Atlantico, doit peser.

Il y a ensuite toute une série d’éléments d’environnement économiques et sociétaux qui pesait à la date de l’enquête (2015) : le modèle normatif et fiscal français particulièrement lourd et pesant (particulièrement durci avec la ligne fiscale de François Hollande d’une alignement optique de fiscalité entre le travail et le capital), le principe de précaution, la relation culturelle au risque et à l’erreur, l’accès au financement et l’utilisation de l’épargne (massivement captée pour financer un déficit public structurel), la dégradation de la performance du système éducatif au moins en termes relatifs, etc. etc. etc.

Certains pays beaucoup mieux situés que la France ont en matière de secteur de croissance soit des stratégies (l’Irlande avec son impôt sur les société « aimant à GAFA ») soit des réalisations (les pays scandinaves avec Skype ou Spotify) soit les résultats de puissantes réformes structurelles (Portugal & Espagne). On est un peu surpris de constater dans le classement que l’Estonie qui donne des leçons de numérique à toute l’Europe soit plus mal classée que la France.

Au regard de l'environnement français actuel, quelles seraient les principales mesures permettant d'inverser cette tendance ?

Jean-Yves Archer : Plutôt que l'actuelle réforme de l'ISF, il aurait probablement été plus habile de laisser l'ISF tel quel, d'exonérer la résidence principale à hauteur de 2 / 3 de sa valeur et surtout de maintenir le dispositif de déductibilité lorsque le contribuable investit dans des PME.

Dans le futur IFI, les anciens contribuables de l'ISF pourront fort bien décider de placer leur surcroît de liquidités dans des assurances-vie et ainsi de s'éloigner de l'objectif du président Macron qui est d'irriguer l'économie productive.

Le pari semble trop audacieux étant donné l'état du pays.

Par ailleurs, (https://www.glossaire-international.com/pages/tous-les-termes/portage.html     ) après analyse, il est urgent de relancer la notion de portage qui consiste en " la mise à disposition pour une PME par un grand groupe, de son réseau commercial étranger, moyennant une commission sur le chiffre d'affaires réalisé. "

Compte-tenu de notre très mauvaise situation en termes de commerce extérieur, il est vital de développer la taille unitaire des firmes ( pour avoir enfin plus d'ETI ) tout autant que la répartition géographique de leurs ventes qui peuvent aisément être épaulées par la COFACE.

Pierre-François Gouiffès : Il y a une prise de conscience du sujet des entreprises de croissance dans le discours politique et médiatique. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy avait vu la création du conseil national du numérique (CNN), celui de François Hollande avait débuté avec la controverse des pigeons mais Fleur Pellerin, Emmanuel Macron et Axelle Lemaire avaient apporté un discours nouveau et positif pour le numérique et les entreprises de croissance.

Concernant les mesures à prendre, il suffirait (c’est plus facile sur le papier ou dans un article pour Atlantico…) de traiter toutes les difficultés traitées plus haut : stratégie fiscale de baisse des prélèvements et de la dépense publique de fonctionnement, désarmement normatif, redressement et adaptation du système éducatif, adaptation des règles d’allocation de l’épargne…

Comment juger de l'action et des projets d'Emmanuel Macron au travers du prisme de ces entreprises à forte croissance ?

Jean-Yves Archer : La réforme de l'ISF est un pari. Pour le reste, le président Macron est attaché à la question du numérique et de l'essor des start-up. Son quinquennat devrait donc être marqué par des mesures fortement incitatrices en la matière. (  https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-172850-perception-et-realite-la-france-de-macron-pays-des-start-ups-2109143.php   )

Pierre-François Gouiffès : Parlons d’abord de la campagne présidentielle. Emmanuel Macron a clairement été celui des quatre principaux candidats qui a sur le mieux incarner l’optimisme et bien entendu le renouveau. Paul Thibaut, ancien directeur de la revue Esprit a ainsi considéré qu’il avait su répondre à la déprime nationale par la promotion d’un « individualisme actif », à rebours des « passions tristes » hexagonales. Emmanuel Macron semble aimer et se reconnaître parmi ceux qui réussissent notamment sur le plan économique : on avait noté début juillet sa distinction lors de l’inauguration de la station F entre « les gens qui réussissent » et « ceux qui ne sont rien ».

Son action dans le champ économique semble donc pouvoir traiter plusieurs des causes de la faible performance de la France en matière de croissance et d’entreprises de croissance : les ordonnances travail du 22 septembre 2017, l’ISF cantonné via l’IFI à une taxe sur le patrimoine immobilier d’un secteur immobilier considéré à tort ou à raison comme rentier et exclu de l’économie productive, la flat tax (PFU) de 30 % sur les revenus financiers.

Il serait intéressant de voir l’impact de tels orientations quand Eurostat fera de nouveaux son analyse des entreprises de croissance en 2019 ou 2020.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

06.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/10/2017 - 10:05
Quarante années de gauchisme...
Ouillei! Ça fait mal!...La fiscalité et le cadre juridique sont totalement plombés par ces quarante années gauchistes. Il faudrait un vrai réformateur (trice...), qui baisse les impôts, taxes et simplifie le cadre juriste...ah ben merde! C'est tout l'inverse avec Macron-Rothschild...essaie encore!
essentimo
- 21/10/2017 - 05:55
demandez
aux syndicats !
moneo
- 20/10/2017 - 12:42
je vais faire simple
Abandon du modèle français , laisser la liberté aux entrepreneurs,cessez de vouloir flécher ,réglementer , vous allez voir les entreprises françaises vont aller mieux et comme par hasard les étrangère viendront: "on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre"

mais reparle dans le désert puisque chaque français que l'Etat lui doit quelque chose et personne ne leur a appris à l'école que l 'Etat n'a pas d'argent sauf celui qu'il prend dans nos poches et qu'ila tellement pris dans le poches moyennes, moyennse supérieures et riches qu'il n' y'a plus rien à gratter