En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Entretien politique
Gérald Andrieu : "Pourquoi les Français des frontières apprécieraient-ils une Europe capable d’encourager la “guerre” industrielle, commerciale et financière dont ils se sentent la chair à canon ?"
Publié le 15 octobre 2017
D’octobre 2016 à mars 2017, de Dunkerque à Menton, Gérald Andrieu a parcouru à pied la frontière terrestre de notre pays, à la rencontre du peuple français.
Journaliste indépendant, Gérald Andrieu a été rédacteur en chef à Marianne. Il est coauteur de Bienvenue dans le pire des mondes. Le triomphe du soft totalitarisme (2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Andrieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste indépendant, Gérald Andrieu a été rédacteur en chef à Marianne. Il est coauteur de Bienvenue dans le pire des mondes. Le triomphe du soft totalitarisme (2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D’octobre 2016 à mars 2017, de Dunkerque à Menton, Gérald Andrieu a parcouru à pied la frontière terrestre de notre pays, à la rencontre du peuple français.

Atlantico : Vous commencez votre récit par une citation de Jack London qui déclare vouloir découvrir les "fondations de l'édifice" social. Ces fondations, vous êtes allé les chercher le long de la plus grande frontière terrestre française, celle qui sur 2.200 kilomètres relie la Mer du Nord à la Méditerranée. Avec Jack London vous poursuivez en parlant d'une rencontre avec le "peuple de l'abîme". L'avez-vous trouvé ?  La France des frontières d'Andrieu rencontre-t-elle systématiquement la France périphérique de Guilluy ?

Gérald Andrieu : Si je l’ai trouvé ? Les lecteurs en jugeront. Je l’espère en tout cas. Sinon, à quoi bon aller marcher pendant cinq mois durant la campagne présidentielle, c’est-à-dire en partie en hiver, le long de la frontière ? Néanmoins, que les choses soient claires : en faisant ça, je n’avais pas en tête d’aller explorer une contrée exotique pour donner à voir une sorte de tribu ! Cette France, je la connaissais. L’objectif premier de ce périple consistait à m’éloigner le plus de Paris, des candidats et des médias, et à ralentir au maximum. Car on ne peut pas parvenir à rencontrer, puis montrer ces “déjà déclassés” et ces “en voie de déclassement” quand on débarque en voiture, avec ses certitudes dans le coffre, pour un reportage d’une demie journée seulement. C’est devenu la règle dans les médias : l’efficacité, ou plutôt la rentabilité l’a emporté sur toute autre considération. Et puis se pose une autre question : les médias veulent-ils vraiment montrer et faire entendre cette partie-là du pays ? Grâce à Christophe Guilluy, la France périphérique — qui est bien celle que j’ai croisée sur ma route — a désormais un nom et une existence. Certes, journalistes et politiques l’évoquent aujourd’hui. Hélas, ça n’est souvent pour eux qu’un “concept” ou une “ clientèle” à capter. Le quotidien de leurs habitants, leurs joies et leurs peines, ne paraissent guère les préoccuper.

Vous affirmez que les habitants de la "France des frontières" ne parlent pas d'Emmanuel Macron. Car votre voyage est aussi celui de la France de l'abstention et du vote blanc. Vous parlez d'un phénomène de "désaffiliation". Qu'est-ce qui explique selon vous leur désintérêt de la politique française ?

En tout cas, pendant la campagne, avant le premier tour, le nom d’Emmanuel Macron n’était que très rarement évoqué dans les conversations. Pour une raison simple : la transe macronienne qui s’était emparée de la presse, des grandes agglomérations et de l’Ouest du pays, ne pouvait pas toucher la France que je traversais. Ils n’avaient rien en commun. Lui appelait à l’optimisme, mais eux savent que l’optimisme ne se décrète pas, qu’il faut avoir des raisons d’espérer. Macron en appelait au mouvement, à se mettre « En Marche ! », mais eux souhaitent protection et permanence, que l’on mette un frein à la marche folle dans laquelle nous sommes engagés, notamment sous l’effet de la mondialisation. Reste que cette partie du pays ne s’est pas retrouvée derrière un seul candidat. Le FN a peut-être fait le meilleur score de son histoire, Marine Le Pen n’a pas été leur unique représentante. Et ce qui devrait préoccuper les personnes attachées à la chose publique, c’est justement que nos concitoyens s’en désintéresse dans des proportions colossales. Nous avons connus à la présidentielle et aux législatives qui ont suivies, une abstention de masse et de classe. Est-il vraiment nécessaire d’expliquer un tel désintérêt vis-à-vis de la politique française ? Toute personne sensée qui écoute le matin les informations à la radio trouvera mille raisons d’en arriver là.

En marchant du côté français de la frontière, comment avez-vous ressenti l'influence de cette proximité des autres pays européens et de l'Union européenne sur ces territoires ? Et quid de l'influence et la présence de ces frontières qui n'en sont plus ?

Le rapport à la frontière des habitants de ces zones-là est assez paradoxal. Ils sont ravis de ne plus avoir à faire la queue pour franchir les postes de douane. Ils vous expliqueront même qu’elle n’existe plus. Ce qui est vrai physiquement, matériellement. Mais quand vous leur signifiez qu’en un sens elle existe encore, du moins socialement et fiscalement — sans quoi pourquoi y aurait-il des usines côté luxembourgeois et suisse et plus du côté des Français ? —, ils vous rejoignent rapidement. Par ailleurs, cette proximité des autres pays européens ne crée pas mécaniquement un attachement à l’Union européenne. Le géographe Michel Foucher l’explique très bien dans son livre L’Obsession des frontières (Ed. Perrin) : si « les frontaliers savent utiliser les avantages comparatifs, écrit-il, l'obligation de travailler hors de France ne suscite pas nécessairement un sentiment proeuropéen dès lors que c'est un choix par défaut. » A la périphérie de la France, comme ailleurs dans la France périphérique, on croisera donc plus d’eurocritiques que d’europtimistes comme l’est le chef de l’Etat. Là, encore, ça n’est pas bien compliqué à saisir. Pourquoi apprécieraient-ils une Union européenne qui ne les préserve pas ou, pire encore, qui est capable d’encourager la “guerre” industrielle, commerciale et financière dont ils se sentent la chair à canon ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et maintenant voici le PQ blasphématoire…
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
La déconsommation affecte tous les secteurs, sauf l’alimentaire et le made in France. Mais les Gilets jaunes n‘y sont pour rien
06.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
07.
Macronracourcix : la France prise au piège de son syndrome Astérix ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
06.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 15/10/2017 - 14:42
Enfin
Du concret.
Gruss aus Elsass!