En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Contre-temps
"Fainéants" : la faute de com' qui pourrait faire basculer les indécis ou les Français en retrait dans l'opposition à la loi Travail
Publié le 12 septembre 2017
Emmanuel Macron est-il en train de s'aliéner une partie des Français qui auraient pu laisser passer la loi travail mais que sa manière de disqualifier ses adversaires insupporte ?
Erwan Lestrohan est directeur d'études à l'Institut BVA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Lestrohan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Lestrohan est directeur d'études à l'Institut BVA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron est-il en train de s'aliéner une partie des Français qui auraient pu laisser passer la loi travail mais que sa manière de disqualifier ses adversaires insupporte ?

Atlantico : Les premiers mouvements sociaux d'opposition à la loi travail auront lieu ce 12 septembre, pour un projet qui semble déjà être rejeté par une majorité des Français. Au delà du fond, dans quelle mesure cette opposition peut elle également découler du ton "cassant" d'Emmanuel Macron, entre les déclarations relatives à une France qui ne peut être réformée, sur les "fainéants, les cyniques, et les extrêmes". En quoi cette stratégie qui vise à forcer les Français à choisir leur "camp" peut elle provoquer un rejet de la part d'électeurs qui auraient pu soutenir le projet sur le fond ? 

Erwan Lestrohan : Il est aujourd’hui encore un peu tôt pour anticiper un éventuel impact de l’attitude d’Emmanuel Macron sur la contestation. L’indicateur clé de l’hostilité à l’égard du projet sera en priorité l’ampleur de la mobilisation ainsi que sa durée. Si la communication présidentielle peut avoir un impact, c’est avant tout car la capacité  du Président à entendre les réserves de ses détracteurs pourra maintenir, ou non, le dialogue et éviter toute forme d’enlisement susceptible de créer des ruptures. Durant le quinquennat de François Hollande, certains débats ont généré des « divorces » entre certaines franges de l’électorat et le chef de l’Etat. Ce fut le cas de l’épisode du Mariage pour tous qui a acté une hostilité à l’égard du Président dans un large pan de l’électorat de droite mais aussi du débat sur la déchéance de la nationalité, quasi-concomitamment avec la réforme du code du travail qui a achevé la cassure avec les Français se situant politiquement à la gauche du Parti socialiste.

Le rejet relatif à la Loi El Khomri est survenu après 4 années de présidence Hollande, largement contestée. Alors qu'Emmanuel Macron ne souffrait pas de ce "rejet à priori" qui pouvait toucher François Hollande, et en considérant qu'Emmanuel Macron a bien été élu pour réaliser ce programme, comment comparer que les deux situations ? 

Les deux situations sont comparables dans la mesure où ces deux réformes d’ampleur poursuivent la finalité de donner plus de flexibilité au marché du travail. Cette évolution dispose d’un soutien de l’opinion à priori : dans un sondage antérieur à la loi El Khomri, en février 2016, 78% des Français jugeaient important de réformer le code du Travail. En revanche, là où la contestation trouve sa source, pour les deux réformes présidentielles, c’est que les Français, s’ils anticipent bien les bénéfices potentiels des changements envisagés pour les entreprises, doutent que ces évolutions permettront d’améliorer leur situation personnelle. Dans un sondage BVA pour La Tribune de février 2017, 71% des Français estimaient que le programme économique d’Emmanuel Macron ne permettrait pas de protéger davantage les salariés.

Pour poursuivre la comparaison, il faut aussi avoir en tête qu’il existe une différence de forme notable entre les deux contextes projets. En 2016, la loi El Khomri a été adoptée via le recours au 49.3, ce qui a été considéré comme un « passage en force » voire un « déni de démocratie » face à la contestation populaire et a fini d’acter la rupture entre le couple exécutif et une part de la population. Dans le cadre actuel, si les ordonnances ne supposent pas d’aller-retour législatif, elles impliquent tout de même un vote, ce qui rend la méthode d’adoption potentiellement différente dans l’esprit des Français et pourrait renforcer l’acceptabilité du crû 2017.

Au travers des diiférents épisodes de cette rentrée, du général de Villiers aux "fainéants", la personnalité d'Emmanuel Macron est elle en train de créer un effet de rupture avec les Français ? 

A moins de 6 mois de l’élection présidentielle, une rupture définitive est peu envisageable. En revanche, la baisse de la popularité d’Emmanuel Macron est manifeste dans les sondages. A 43% de « bonnes opinions » en août 2017 dans le baromètre BVA pour Orange et La Tribune, sa cote de popularité se situe 11 points en deçà son niveau de juillet et la part de Français le soutenant est donc désormais minoritaire. Pour autant, plus qu’une rupture, ce résultat marque une certaine impatience des Français à l’égard d’un projet présidentiel qui a suscité beaucoup d’attentes...tout comme il reflète les équilibres électoraux constatés lors du premier tour de l’élection présidentielle où les suffrages des Français se sont concentrés autour de 4 blocs de façon quasi-équivalente : le bloc de gauche (PS / France insoumise), le bloc En Marche, le bloc Les Républicains et le bloc Front national. Cette quadri-polarisation indique l’ampleur de la tâche  d’Emmanuel Macron pour rassembler au-delà de sa base « acquise » des soutiens lors du premier tour. Si son attitude et sa communication peuvent constituer des entraves à ce rassemblement, il devra surtout donner des garanties d’empathie aux Français chez lesquels s’est instillé une certaine forme de doute. Par exemple, les premiers départs de ministres ont par exemple pu poser la question de l’effectivité du renouvellement de la vie politique, tout comme des mesures controversées comme la baisse des APL ou la fin des contrats aidés peinent à décoller d’Emmanuel Macron l’image d’un Président menant une politique plutôt favorable aux Français les plus favorisés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Shebear88
- 13/09/2017 - 14:56
plutôt habile
comme positionnement, c'est aussi mon avis. Les "profiteurs" du "système" français, à tous les niveaux, sont légion et menacent de couler ledit système. Les Français, tout particulièrement ceux des classes populaires, ne l'ignorent pas. Le problème est que l'inexorable montée d'un chômage structurel a empêché d'y regarder de plus près pendant quarante ans. (Par parenthèse, ce chômage structurel n'est guère susceptible d'être résorbé par une action sur le droit du travail.) D'ailleurs, le gaspillage des deniers publics (de la part des administrations) est tout aussi dommageable que les abus des particuliers (où qu'ils se situent). Si l'intention est vraiment de réformer, bon courage.
Deudeuche
- 13/09/2017 - 06:13
@Lemire
L'électorat de gauche (journalistes et boboitude) est satisfait par sociétal Macron et La PMA pour toutes. Les prolos fainéants et FN et Insoumis compatibles ils détestent. Quant aux LR c'est la schizophrenie post Juppé/Fillon.
Fran6
- 12/09/2017 - 19:24
les fainéants existent!
fainéant

fainéant, enfin une vérité! que cela plaise ou non, cela existe et c'est la plaie des entreprises, surtout des TPEs, vendredi, je me débarrasse (c'est vraiment le mot) d'un fainéant, il a enfin fait la faute grave, inévitable au bout d'un moment, c'est arrivé!!! depuis des mois et des mois nous avons subi, patron comme employés, sa paresse comme ses absences, 159 000€ de pertes en 18 mois!!! il faut le savoir, nous sommes des milliers à avoir eu le cas, cas qui détruit des petites entreprises par ses méprisants gauchistes!! les pertes sont énormes car le cout du travail est trop élevé, ils font cela car dès la sortie de l'école, ils sont lobotomisés de cette haine du patron, mais enfin, à partie de vendredi, je vais enfin revivre avec un vrai salaire, Macron, je te blaire pas mais sur ce coup, lâches pas!