En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

07.

Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25

01.

Dans la tête des Grecs

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 26 sec
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 55 min 14 sec
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 1 heure 26 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 10 heures 33 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 11 heures 59 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 13 heures 6 sec
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 14 heures 25 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 20 heures 24 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 12 min 58 sec
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 1 heure 47 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 11 heures 27 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 12 heures 26 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 13 heures 42 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 15 heures 4 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 20 heures 16 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 20 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Eurogroupe

Bruno Le Maire à la tête de l’Eurogroupe ? Ce que la France a à gagner si elle parvient à obtenir les nominations clés souhaitées par Emmanuel Macron

Publié le 09 août 2017
Selon les informations publiées par le Financial Times, l’exécutif français serait passé à l'offensive pour obtenir des nominations à des postes clés au sein des institutions européennes.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les informations publiées par le Financial Times, l’exécutif français serait passé à l'offensive pour obtenir des nominations à des postes clés au sein des institutions européennes.

Atlantico : Bruno Le Maire serait soutenu par Paris pour prendre la tête de l'Eurogroupe, mais la France lorgnerait également sur la présidence du groupe de travail Europrgoupe, un poste que pourrait occuper Odile Renaud-Basso, actuelle directrice du Trésor. D'autres postes seraient envisagés à plus longue échéance. Quelles sont les chances de la France d'obtenir satisfaction, aussi bien pour ces nominations que pour celles à venir, notamment à la BCE ? 

Christophe Bouillaud : Les chances sont médiocres dans la mesure où la France s’est distinguée, depuis 2005 au moins, par son absence de visée européenne bien claire. Certes, le Président Macron veut rompre avec cet attentisme et cette absence de visée stratégique autre que le sauvetage de l’Union européenne, mais il ne peut changer d’un coup une image construite depuis près d’une quinzaine d’années. Cependant, si l’on regarde l’ensemble des postes dirigeants de l’UE actuelle, on sent bien que la sous-représentation de la France- en dehors de l’obligation d’avoir un Commissaire européen – n’est guère tenable à terme, et cela d’autant plus qu’avec le départ du Royaume-Uni le poids relatif de la France dans l’ensemble ne peut qu’augmenter à proportion. 

 

Quels seraient les bénéfices pour Paris d'obtenir de tels postes ? Dans quelle mesure la France est elle sous représentée actuellement par rapport à son "rang" européen ?

Il faut bien distinguer le fait d’avoir obtenu un poste et le fait d’en faire ensuite un bon usage pour l’Union européenne et pour son propre pays. Le passage de Madame Ashton à la tête de la diplomatie européenne restera ainsi le bon exemple d’un pays qui a obtenu un poste pour l’un des siens à son propre détriment et à celui de l’Union européenne. On serait de même bien en peine de décrire en quoi le statut de Commissaire européen aux affaires économiques de Pierre Moscovici avantage en quoi que ce soit la France et encore moins l’Union européenne. Il ne suffit pas d’obtenir un poste, encore faut-il avoir le caractère, l’entregent et les idées claires pour l’occuper. Mario Draghi serait à l’inverse l’exemple de celui qui, pour le temps présent, a sublimé son poste. Javier Solana quand il était responsable des affaires étrangères fut aussi un homme qui sut faire plus avec moins.

Autrement dit, ce n’est pas tant le fait que la France n’occupe effectivement aucun poste important actuellement que le fait que les derniers exploits de grands politiques ou commis de l’Etat venus de France commencent à dater sérieusement. Jacques Delors a quitté les affaires depuis un moment – 1995 pour le rappeler à vos lecteurs. Pour l’instant, les seuls de nos concitoyens qui comptent au plus haut niveau, ce sont Benoit Coeuré, l’un des membres de la tour de contrôle de la BCE, et Michel Barnier, qui est en charge de négocier le Brexit au nom de l’Union européenne.  

Une plus grande présence de la France au sein des institutions européennes serait elle de nature à changer les rapports de force ? Faut il s'attendre à des changements de cap économique dans de telles circonstances ?

En fait, pour obtenir ces nominations, il faut déjà que les rapports de force aient un peu changé en faveur de la France. Cela montrerait la capacité de conviction (ou de pression) de l’actuel pouvoir politique en France. Ensuite, tout dépend des personnalités promues. A priori, on voit mal un Bruno Le Maire, grand prêtre de la rupture néo-libérale en France se découvrir une âme de néo-keynésien croyant à l’investissement social et la transition écologique façon Michel Aglietta une fois devenu l’homme en charge de surveiller les budgets des pays de l’Union. Idem pour la haute fonctionnaire citée. En même temps – pour utiliser la tournure fétiche de 2017 -, les grands dirigeants se distinguent justement par leur capacité d’adaptation aux circonstances. C’est surtout face à une nouvelle crise que l’on pourrait éventuellement voir la différence avec la gestion actuelle de l’Europe. Il peut y entrer aussi une bonne part de réel nationalisme : sauver l’Europe et la France. Cependant, n’est pas Draghi qui veut, sauveur de son pays et de l’Union. Qui aurait dit en effet au moment de la nomination de Mario Draghi à la tête de la BCE qu’il mènerait une politique monétaire si éloignée de l’orthodoxie monétaire en vigueur ? Personne, à l’époque, il était un « vrai allemand » digne du casque à pointe pour le journal BIld… Un massacreur de l’épargnant d’outre-Rhin désormais pour le même journal populaire. Etre mobile, voilà bien un slogan à la Macron. C’est surtout une personnalité de ce type qui pourrait redonner son lustre l’influence française en Europe. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

07.

Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25

01.

Dans la tête des Grecs

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 10/08/2017 - 19:32
De toute façon,
la France n'a jamais envoyé à Bruxelles ou à Strasbourg, que de vieux chevaux de retour sans envergure. On y place tous ceux qui ont fini leur temps, ou ceux ayant fait preuve de leur incapacité, ou ceux qui pourraient gêner les puissants en place. On y a même recasé H.Desir! A Strasbourg, gtâce aux listes, on y place tous les copains du parti dans la dèche, histoire de se refaire une santé financière.
J'accuse
- 10/08/2017 - 10:15
Les apparences tiennent lieu de réalité
Un poste européen est censé être au service de l'Europe, pas du pays d'origine de celui qui l'occupe. Quand un pays domine par son économie, cette domination se concrétise pas des postes d'influence, mais on ne peut pas faire l'inverse: occuper des postes pour dominer. Ce n'est que pour faire croire à une force française inexistante, et ça ne peut être que très mal vu par les autres pays.
Pharamond
- 09/08/2017 - 15:23
Mario Draghi a sauvé l'EURO
Mario Draghi a sauvé l'EURO et l'UE. Et pourtant, ne le disait-on pas, dans certains milieux,inféodé à Goldman&Sachs? D'autre part, si la France n'avait ,de manière continue, demandé des délais de grâce pour atteindre les 3% de déficit,elle aurait un peu plus de crédibilité.Qui a commencé à demander ces délais? Pierre Moscovici,aujourd'hui Commissaire Européen aux affaires économiques! Comme quoi,l'espoir d'obtenir l'un de ces postes,n'est pas écarté!