En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Energie
Comment les industriels sont parvenus à rendre le pétrole de schiste rentable malgré l’effondrement des cours
Publié le 09 août 2017
Coûts de production en baisse, situation internationale, voilà pourquoi la baisse du prix du pétrole n'entame pas la hausse de la production énergétique américaine.
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coûts de production en baisse, situation internationale, voilà pourquoi la baisse du prix du pétrole n'entame pas la hausse de la production énergétique américaine.

Atlantico : Selon les données publiées par la Fed de Saint Louis, la baisse des prix du pétrole n'entamerait plus la hausse de la production énergétique américaine. Comment expliquer ce​tte résistance de la production  alors que les prix ont chuté de 50% depuis 2014 ? 

Jean-Pierre Favennec : Les coûts de production des pétroles de schistes américains sont très variables selon la région (Dakota du Nord, Permien, Eagle Ford ...) mais également variables à l'intérieur d'une même région.

D'autre part ces coûts de production ont sensiblement baissé depuis quelques années. Temps de forage considérablement réduits, longueur des forages horizontaux largement accrue, nombre de fractures augmentées permettent de produire davantage et plus vite et réduisent donc les coûts de production des pétroles de schistes (Light Tight Oil - LTO). 

Dans les zones les plus favorables, les coûts de production sont donc inférieurs au prix actuel du pétrole (environ $50 par baril) et permettent un accroissement de la production.

​Cette situation peut elle être vue comme un signe indiquant que le ​s forages de schiste ​sont  là pour durer ? ​​  

Le plafonnement de la production de pétrole décidée par les pays OPEP fin 2016 avait pour but de faire remonter le prix du pétrole. Une remontée des prix a effectivement été observée mais cette remontée n'a pas été à la hauteur des espoirs de l'OPEP. Le prix se stabilise aux environs de $ 50 par baril alors qu'un prix supérieur (60 ?, 70 ?) était espéré. La raison cette hausse limitée tient essentiellement à la capacité des Etats Unis de produire des quantités importantes de pétrole de schistes à un coût relativement faible.

​Les conditions d'offre pour un pétrole à prix contenus sont elles réunies pour durer ? Quelles en sont les conséquences pour le marché mondial ?

Le prix du pétrole s'est stabilisé au cours des dernières semaines aux alentours de $ 50 par baril. La remontée des prix a relancé la production de pétroles de schistes américains, du fait en particulier de la baisse des coûts de production de ces pétroles américains.

A court terme, il est probable que le prix du pétrole restera proche de sa valeur actuelle. A moyen terme deux paramètres importants sont à considérer. Les perspectives de production de pétrole de schistes américains ne dépassent pas environ 8 millions de barils par jour (pour une production actuelle de 5 millions environ). Mais l'essentiel de la production mondiale de pétrole (environ 96 millions de barils par jour) est une production de pétrole conventionnel dont le niveau stagne et risque de diminuer car les investissements dans ce secteur sont en forte diminution du fait de l'absence de rentabilité des gisements classiques.

On peut donc s'attendre à moyen terme, si le plafonnement de la production par les pays OPEP est maintenu, à un raffermissement des prix qui ne reviendront cependant pas aux niveaux observés dans les années 2010 - 2014 (environ $ 100 par baril)

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 10/08/2017 - 09:26
Intéressant article
j'ai toujours lu des prévisions assez peu étayées sur l'avenir des cours ... ici les explications sur le futur niveau es cours me paraissent assez sérieuses ... même si cette matière première est soumise à beaucoup d'aléas géopolitiques !
Anouman
- 09/08/2017 - 20:15
Prix du baril
50, 60, 70? Pour le consommateur français ça ne fait que peu de différence. Le produit est tellement taxé que les variations sont minimes. On pourrait presque remercier l'état de nous protéger de trop grosses variations. Mais il ne faut pas exagérer, s'il n'y avait que la TVA à taxer le produit on serait gagnants même avec le baril à 100$.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 09/08/2017 - 12:50
Trêve de ganeshânerie........
Trêve de ganeshânerie.........! Ce n'est quand même pas un hasard si le brut se maintient au niveau des 50 $ le baril. Trump l'a négocié avec les Saoudiens arès y avoir ajouté 400 Milliards de $ de contrats contre les mains libres pour le royaume pétrolier, au Yémen, au Qatar et la mise à l'index de l'Iran. Comme dirait Ségolène..... Gagnant, gagnant !