En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

05.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

07.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Voilà comment j'ai rendu deux personnes antisémites…

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Friends will be Friends
Mise en examen de François Bayrou : Emmanuel Macron continuera à échanger avec lui
il y a 31 min 59 sec
light > Société
Inégalités
Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'A-Démocratie. Volet 1: Elf, la pompe Afrique" : un des plus grands scandales politico-financiers de la fin du XXème siècle

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Politique
Vrai combat

Fini de rire, la République s'attaque à la Haine

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Politique
Pour une nuit, pour la vie ?

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

il y a 6 heures 4 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex
il y a 6 heures 38 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 7 heures 35 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 7 heures 36 min
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 16 heures 40 min
pépites > France
Autre mouvement de protestation
Prix du gazole : des blocages routiers organisés dans toute la France
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Léonard 2 Vinci" : Une étonnante fresque, qui magnifie le grand Léonard, et le "9ème art"

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Perdus

Après le ratage des Gilets jaunes, la droite impuissante sur la réforme des retraites

il y a 4 heures 33 min
décryptage > International
Election présidentielle américiane

Joe Biden, fantôme poids plume d'Obama ?

il y a 5 heures 53 min
décryptage > France
Et pendant ce temps-là...

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 7 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 7 heures 36 min
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 7 heures 36 min
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 16 heures 17 min
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 17 heures 47 min
© Capture d'écran LCI
© Capture d'écran LCI
Distinction

Migrants : les bons et les mauvais

Publié le 07 août 2017
Avec H16
Dans le JDD, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a expliqué sa volonté de différencier les demandeurs d'asile des autres migrants.
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le JDD, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a expliqué sa volonté de différencier les demandeurs d'asile des autres migrants.
Avec H16

Pour ceux qui l’auraient un peu oublié, je rappelle que nous avons un gouvernement tout beau, tout neuf, très peu servi, depuis mai dernier. Ce dernier, constitué à la suite de l’élection triomphale d’Emmanuel Macron sous les vivats d’une foule extatique, a été à peine remanié lors de l’élection législative qui aura donné une majorité indiscutable au Président, et le voilà qui vient de sortir de sa léthargie estivale par le truchement de Gérard Collomb.

Oui, je sais qu’il est difficile d’imaginer un truchement en la personne de Collomb, mais pourtant, c’est bien ce dernier qui vient faire fermement acte de présence dans l’actualité estivale en prenant quasiment position dans la crise migratoire qui secoue la France et l’Europe depuis des mois. J’insiste sur le quasiment puisque, comme on va le voir et une fois l’information détaillée, on se rend vite compte que notre homme a émis une série d’avis et d’opinions palpitantes qui ne permettent surtout pas d’avancer sur le sujet.

C’est lors d’un entretien accordé au Journal du Dimanche que notre truchement se sera fendu de quelques phrases décisives sur la question. Revenant sur la situation préoccupante de Calais qui sort de plusieurs années d’atermoiements complexes sur le sort de migrants en attente de pouvoir rejoindre l’Angleterre, constatant qu’il reste encore plusieurs centaines d’entre eux sur le sol français, le ministre de l’Intérieur propose courageusement de ménager la chèvre multiculturelle et le chou expulsif en installant des sanitaires mobiles et en planifiant la construction de deux centres d’accueil. Mais attention : « assez loin de Calais et de Dunkerque » pour éviter les petits débordements festifs sur les autoroutes calaisiennes et aux abords du port qu’on observe actuellement (17 867 petites intrusions ici et là, tout de même).

Essentiellement, pour notre brave Gérard, il s’agit surtout de « concilier efficacité et générosité » dans un discours taillé sur mesure pour des médias studieusement à l’écoute. C’est d’ailleurs d’autant plus facile que c’est d’abord en parole avant d’être en actes, et encore plus lorsqu’on sait que la générosité ne provient pas de sa propre poche. En pratique, cette conciliation sera possible parce que notre « ami » du gouvernement va nous aider en distinguant, parmi les migrants, « les réfugiés de ceux dont la migration obéit à d’autres ressorts, notamment économiques ».

Diable ! Mais que n’y avions nous pas pensé plus tôt ! Et d’un coup, la situation devient plus simple puisqu’immédiatement, une solution pratique et opérationnelle peut être mise en place : d’un côté, les migrants économiques, de l’autre les réfugiés, et voilà, tout le monde sait cocher la bonne case sur l’inévitable Cerfa que l’administration fournit pour ce nouveau problème.

Et ensuite ? Ah heu eh bien parlons à présent des Albanais qui… Comment ça, c’est limite hors sujet ? Heu alors évoquons ces « hot-spots » que le président Macron (un Français, résident sur le sol français) entend créer dans les pays au sud de la Libye (sur lesquels il n’a a priori aucun droit). Vous allez voir que ça va évidemment résoudre le problème français, n’est-ce pas. Et à présent, parlons des incendies de forêt et des restrictions budgétaires pour les collectivités terri… Comment ça, non ?

Ah mais c’est fort embêtant, ça, de rentrer dans les détails. On n’a pas que ça à faire, voyez-vous. Et puis, le principe est très simple. D’un côté, vous avez les bons migrants, ceux qu’on ne refoule pas, qu’on va appeler réfugiés. Et de l’autre, ceux qu’on refoule, peut-être, éventuellement, si on a le temps, les moyens et si vraiment on n’a pas le choix, qu’on va appeler migrants économiques. Les premiers ont coché la case A-6 sur le cerfa, les seconds la case C-23 et puis c’est tout. Zip. Zoup. Emballez, c’est pesé. Revenons aux 300 millions d’euros de dotations qui… Quoi encore ?

Oui. Certes. Tout ce baratin ne résout rien du tout et ne répond absolument pas aux préoccupations des populations locales concernées directement par les afflux massifs de migrants divers et variés (qui ont coché la A-6, la C-23 et une myriade d’autres sur les douzaines de cerfas que l’administration n’a certainement pas manqué de leur fournir, stylo bille compris).

Il faut dire que les critères exposés par notre minustre ne sont pas réellement déterminants : savoir qu’un réfugié pourra être conservé seulement parce qu’il vient d’une zone de guerre, ou qu’un migrant économique devra être expulsé seulement parce qu’il provient d’une zone en difficultés économiques n’apportera probablement aucune résolution au problème essentiel des populations françaises qui entendent, elles, continuer à vivre dans un pays en paix et des zones économiques pas trop bousculées.

En pratique, notre Gérard n’a guère abordé le fond du problème.

Il peut bien prétendre « Dans le Calaisis, j’ai rencontré tout le monde », sans pour autant montrer en avoir retiré quelque chose. Notre homme semble avoir quelque peu palpé la « profonde angoisse » que ces habitants ressentent, mais n’a pas encore compris comment y répondre.

Proposer de trier les migrants est à peu près complètement inopérant puisque cette opération promet de ne pas être plus rapide que l’actuel traitement, déjà bien trop long (y aurait-il trop de cerfas à remplir ?), ce qui pose de gros soucis puisque les arrivants tendent à s’installer en attendant le verdict et que, de surcroît, les expulsions et reconduites à la frontières sont aussi rares que coûteuses et ne garantissent en rien un tarissement des arrivées.

En fait, l’angoisse des habitants du Calaisis ne provient pas de l’apparition spontanée de migrants dans les centres. Elle provient bien plus sûrement de l’apparition spontanée de certains d’entre eux sur les autoroutes, ou dans certains coins interlopes de leurs villes, villages voire maisons, sans aucune assurance de la part des autorités que les exactions constatées seront endiguées.

La question n’est dès lors pas vraiment de savoir si l’on est devant des migrants économiques, des réfugiés de guerre, des joueurs d’ocarina ou des prestidigitateurs/saltimbanques/jongleurs, mais bien de savoir si ces populations se comportent dans le cadre prévu par les lois existantes du pays.

Avant tout, les populations du Calaisis entendent que les lois de la Républiques soient appliquées et respectées, autrement dit que l’Etat assure sa mission régalienne de sécurité. Cette mission n’est plus assurée. Ni au Calaisis, ni ailleurs en France, du reste. La maréchaussée est amplement utilisée pour assurer la petite tranquillité des VIP et autres personnages importants de l’Etat, ainsi que la verbalisation in extenso des dangereux terroristes routiers, mais elle est de plus en plus absente pour tous les cas les plus usant pour la population, depuis les petites incivilités jusqu’aux crimes et délits qui nécessitent un vrai travail de terrain, depuis longtemps déserté.

Je l’ai déjà écrit, mais je pense utile de le réécrire ici : les problèmes migratoires ne seront pas résolus par ces mesures dilatoires périphériques. Et ce qui importe avant tout est un retour rapide et ferme à un vrai état de droit sur le sol français ce qui impose à l’Etat de réinvestir urgemment ses missions régaliennes. On en est loin.

Certaines déclarations du ministre de l’Intérieur, qui entend renforcer la présence des personnels de police sur le terrain, diminuer les tâches administratives et simplifier les procédures pénales, vont cependant dans le bon sens même si cet air de flûtiau n’est pas le premier qu’on nous joue sur ce thème. Du reste, lorsqu’on apprend qu’il entend aussi créer tout plein de postes et filer des tablettes numériques aux policiers, on ne peut s’empêcher de cocher les cases « plus de moyens » et « gadgets à la mode » du Cerfa politique « Bourrage de Mou Sécuritaire B-1124 » sans lequel tout ministre de l’Intérieur met son poste en danger.

Gérard Collomb, pour calmer le jeu à Calais, va donc tenter de filtrer. Il va discriminer, séparer les migrants économiques (dont la définition promet d’être croquignolette) des réfugiés de guerre. On lui souhaite bien du courage devant les levées de boucliers bien-pensants.

Mais tant que les problèmes essentiels de justice et de police ne sont pas traités en France en général et à Calais en particulier, les fameuses enquêtes d’opinion auxquelles se réfère le ministre deviendront de vraies épines dans sa couenne sensible.

Article initialement publié sur le blog Hastable

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

05.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

07.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Voilà comment j'ai rendu deux personnes antisémites…

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 09/08/2017 - 15:38
Une chance pour les pays d'accueil?
C'est le mantra récité en boucle par ceux qui se disent progressistes,sans nous expliquer comment ou pourquoi. Le quotidien italien,il Corriere della Sera,avec l'aide de l'Istat,équivalent de l'Insee,s'est livré à une analyse du niveau d'instruction de ceux qui débarquent chez eux:75% ont un niveau primaire,un quart sont analphabètes et 5% sont des mineurs non-accompagnés. Le journal de conclure:dans ces conditions,l'apport de ces arrivés au développement et la croissance du pays,ne peut être que mineure. A quand une étude similaire en Frnce?
Ganesha
- 09/08/2017 - 10:24
Un moyen très simple
Il existe un moyen très simple de distinguer les ''bons et mauvais politiciens'' en France ! Il y a les sinistres lavettes, comme le révérend père François Fillon, qui basait son programme sur la promesse ''d'expulser inconditionnellement tous ceux qui n'auront pas obtenu le statut de réfugié''. Il y a-t-il encore un citoyen imbécile qui ignore que seuls 5% des ''arrêtés d'expulsion'' sont réellement et définitivement appliqués ! Les autres 95% restent définitivement chez nous ! Marine Le Pen, elle, proposait simplement de ne pas les laisser entrer...
jerome69
- 08/08/2017 - 16:04
Erreur dans le titre
une petit erreur s'est glissée dans le titre de cet article. " Migrants: les bons et les mauvais" merci de corriger par "Migrants: les mauvais et les très mauvais"