En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Gâchis
Algérie, ce pays si riche au peuple vivant si mal...
Publié le 20 mars 2012
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a adressé lundi à ses compatriotes un message mettant l'accent sur les législatives du 10 mai. Un rendez-vous attendu, aussi bien par les politiques en place qui disposent des ressources du pays, que par la population désireuse d'en finir avec l'autoritarisme et la corruption.
Ahmed Rouadjia a obtenu son doctorat d’histoire à Paris VII (Jussieu) en 1989.Il est actuellement Maître de Conférences à l’Université de Msila (2006-2011) et directeur du Laboratoire de Recherche d’histoire de sociologie et des changements sociaux et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ahmed Rouadjia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ahmed Rouadjia a obtenu son doctorat d’histoire à Paris VII (Jussieu) en 1989.Il est actuellement Maître de Conférences à l’Université de Msila (2006-2011) et directeur du Laboratoire de Recherche d’histoire de sociologie et des changements sociaux et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a adressé lundi à ses compatriotes un message mettant l'accent sur les législatives du 10 mai. Un rendez-vous attendu, aussi bien par les politiques en place qui disposent des ressources du pays, que par la population désireuse d'en finir avec l'autoritarisme et la corruption.

Algérie pays riche, peuple en difficulté... D'où vient justement ce paradoxe qui laisse l'observateur - aussi bien étranger que "national" - fort perplexe ? Comment expliquer cette dichotomie entre les immenses richesses dont dispose le pays, et le "mal-vie" de sa population ? Pourquoi des pays moins bien lotis en ressources, en l'occurrence le Maroc et la Tunisie, s'en sortent bien mieux que l'Algérie ? Ces questions qui taraudent bien des esprits peuvent pourtant trouver leur réponse dans plusieurs facteurs, dont les principaux résident dans trois traits de comportements caractéristiques :

  • La culture politique des dirigeants ;

  • La corruption tentaculaire ;

  • La mauvaise gestion des ressources.

La culture politique algérienne se caractérise par des réflexes autoritaires qui laissent peu de place aux débats, aux délibérations, à l'écoute des opinions contraires. L'homme politique algérien est un Monsieur qui "sait tout" et qui n'admet ni contradiction ni contradicteur. Dans le secteur qu'il gère (industrie, économie, finance, éducation, agriculture…), il est  le seul maître. Il est le souverain, et l'unique autorité à laquelle il doit rendre compte de ses actes, c'est bien à Son Excellence le Président de la République qui l'a nommé par le jeu de cooptation ou de quota à la tête de son poste. 


Comme il ne doit pas ce poste envié au suffrage du peuple, mais aux bonnes grâces du grand chef, il se permet alors d'avoir de grandes latitudes pour gérer le secteur qui lui est confié de manière quasi désinvolte. Un des traits pertinents de sa culture politique est le mépris qu'il affiche envers le peuple qu'il considère comme "immature", et donc incapable d'autonomie pour participer à la gestion de la chose publique. Mineur, le peuple ne peut pas se représenter lui-même, il a besoin d'être représenté… Tels sont brièvement, mais fidèlement décrits les traits constitutifs qui informent l'imaginaire de l'homme politique algérien et conditionnent ses réflexes à la fois autoritaire et sa conception rigide de l'autorité…

La corruption aussi bien économique que morale qui gangrène tous les compartiments de la société politique et civile, résulte en partie de cette singulière culture politique à relent patriarcal, et en partie de la manne pétrolière qui dispense de l'effort de réflexion, de planification et d'anticipation. Puisque Allah ou le Ciel, pour ne pas dire la France qui avait découvert le pétrole, a gratifié l'Algérie d'une source de richesse que l'on imagine inépuisable, pourquoi se tracasser dès lors à penser l'avenir en termes de prévoyance, d'anticipation et d'efforts productifs. Le pétrole est envisagé comme une aubaine, qui permet non seulement de se passer de l'agriculture, de l'industrie "introvertie", de l'effort de réflexion et de rationalisation des ressources matérielles et humaines disponibles, mais aussi de contenir les explosions de colère ou de révolte de la société, ainsi que de toutes ces "classes dangereuses" susceptibles de mettre en cause l'ordre établi. La paix civile est une obsession des dirigeants algériens, chose qui ne peut se réaliser à leurs yeux que par l'alternance de la carotte et du bâton, de la corruption tolérée et souvent encouragée en sous main. Pire, cela constitue l'un des éléments clefs de ce système de gouvernance.

Quant à la mauvaise gestion des ressources et des compétences, elle tient aux deux facteurs précités. L'autoritarisme politique et la corruption ne s'accommodent pas avec l'intelligence économique ni avec l'esprit inventif. Cela explique pourquoi le népotisme, le clientélisme et la cooptation des cadres et des élites politiques et économiques du pays ont eu pour effet de marginaliser les compétences avérées, celles qui auraient pu gérer le politique et l'économique de manière rationnelle.

Le choix des "décideurs" a toujours porté et porte encore sur des personnes au "profil bas", incompétentes, dociles, obéissantes, et toujours prédisposées a exécuter servilement les injonctions de leurs chefs, sans mot dire. L'économie est gérée sur le mode "rentier", et n'obéit à aucune règle rationnelle. C'est l'informel et le privatif qui domine les circuits économiques, et l'import-export se fait au détriment de la production de la richesse réelle. La monnaie locale, le dinar, véritable monnaie de singe n'a aucune valeur sur le marché mondial, et ne s'échange que dans le marché noir local au prix d'un énorme sacrifice de la part de l'acheteur des devises fortes au Square du Port Said d'Alger, lieu de change de devises en "plein air". A un taux prohibitif de change, il n'y a que les gros trafiquants et les spéculateurs de tout acabit qui ont les moyens... Mais les transactions ne dépassent guère les 20 000 dinars (200 euros).

Pays riche, mais dont les citoyens sont pourtant plus malheureux et plus tristes qu'une maison démeublée. Pour se changer un peu les idées et oublier leur triste sort, beaucoup d'Algériens se rendent, quand ils le peuvent, en Tunisie, pays moins riche pourtant, mais où l'ambiance est plus gaie, plus souriante et plus humaine qu'elle ne l'est en Algérie. Si l'on ouvrait les frontières terrestres avec le Maroc, il serait fort à parier que des millions d'Algériens se déverseraient par vagues successives sur ce pays dépourvu pourtant de pétrole, mais non d'esprit d'entreprise, d'ambiances joyeuses, du goût pour les fêtes, la danse et la musique populaire, toutes choses qui égayent l'âme et l'élèvent pour ainsi dire "au Paradis". 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lorrain
- 21/03/2012 - 20:37
méditerranée
de toute façon, essayez de trouver un pays qui ne soit pas corrompu au sud de la méditerranée, sur tout le continent africain, je défie les observateurs objectifs de me citer 3 chefs d' état qui ne sont pas soit partis avec la caisse soit qui ont été élus de façon loyale depuis la fin de la décolonisation
maxx_paris
- 21/03/2012 - 14:25
la genération qui a lutté pour l'indépendance ... est partie...
une grande partie de la genération qui avait lutté pour l'indépendance de l'Algerie... l'a quitté depuis les accords d'Evian en 1962 notamment pour aller en France, au Canada et dans d'autres pays au lieu d'aider à construire la démocratie et le renouveau du pays. C'est bien là le paradoxe algérien.
texarkana
- 21/03/2012 - 09:28
vivement la fin du pétrole!...
non seulement çà détruit l'environnement mais en plus çà pourrit les mentalités...