En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© AFP
Vraiment ?
"On nous fait croire que Maduro est responsable" : petit rappel à l'attention des députés de la France Insoumise sur la manière dont le régime vénézuélien a fait passer son économie du 1er au dernier rang en Amérique latine
Publié le 02 août 2017
Selon Adrien Quatennens, député FI, les tensions au Venezuela résulteraient "d'une confrontation entre deux camps politiques". L'opposition serait "soutenue par les États-Unis d'Amérique". Pourtant, à l'origine de cet énorme gâchis qu'est le Venezuela, les choix économiques opérés sous les gouvernements socialistes d'Hugo Chavez et de Nicolas Maduro ont beaucoup joué.
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christopher Dembik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Adrien Quatennens, député FI, les tensions au Venezuela résulteraient "d'une confrontation entre deux camps politiques". L'opposition serait "soutenue par les États-Unis d'Amérique". Pourtant, à l'origine de cet énorme gâchis qu'est le Venezuela, les choix économiques opérés sous les gouvernements socialistes d'Hugo Chavez et de Nicolas Maduro ont beaucoup joué.

Atlantico : Alors que le Venezuela dispose des plus grandes réserves mondiales de pétrole,  sa situation économique et sociale est désastreuse. Comment expliquer ce qui semble être un gigantesque gâchis, transformant un pays au potentiel économique immense en un tel désastre ?

Christopher Dembik : Le Venezuela, c'est l'histoire d'un gâchis économique. En l'espace de quinze ans, la politique désastreuse d'Hugo Chavez et de son successeur Nicolas Maduro a fait d'un pays possédant un potentiel incroyable de développement économique l'une des nations les plus pauvres au monde. Le Venezuela figure au premier rang mondial de l'indice de misère qui dresse un panorama de l'économie à partir de la somme du taux d'inflation et du taux de chômage. Depuis 2015, le Venezuela est aussi entré dans le club très fermé des pays victimes d'hyperinflation en en devenant le 57ème membre.

Le Venezuela est le parfait contre-exemple de l’Arabie saoudite. Possédant les premières réserves de pétrole prouvées selon l’OPEP, le pays n’a pas réussi à mettre en place au cours des quinze dernières années un nouveau modèle économique qui, s’appuyant sur la manne pétrolière, aurait pu diversifier le tissu industriel et permettre la constitution d’un coussin de sécurité afin de faire face aux périodes de conjoncture défavorable. Le modèle chaviste a eu l’effet contraire en accentuant la dépendance du pays au pétrole. En 1998, juste avant l’arrivée d’Hugo Chavez au pouvoir, le pétrole représentait 74% des exportations du pays contre environ 95% de nos jours. Les revenus du pétrole ont été accaparés par une nouvelle bourgeoisie issue de la révolution bolivarienne, les boliburgueses. Une partie a servi à financer une ambitieuse politique sociale, les misiones bolivarianas, qui a permis de sortir de 2003 à 2010 un pan important de la population de la pauvreté, et que personne ne remet en cause aujourd’hui. Cependant, ces missions ne sont plus en mesure de fonctionner correctement à cause de la dégradation économique et de la chute prolongée et durable du prix du baril de pétrole. Un violent retour en arrière est en train de s'opérer. La baisse du taux de pauvreté n'est désormais plus qu'un lointain souvenir.

Depuis l'arrivée du "chavezisme", quels sont les choix de politique économique qui ont conduit à cet état de déliquescence ? Quelle part de responsabilité est-il possible d'attribuer à Hugo Chavez et Nicolás Maduro dans cet état de fait ?

Il est évident qu'Hugo Chavez et Nicolas Maduro sont responsables du désastre économique. Les expropriations réalisées sans plan concerté de développement économique ont fait fuir les investisseurs étrangers dont les capitaux sont cruciaux pour le tissu industriel vénézuélien. Mais la vraie erreur fut d'avoir détruit la seule industrie, le secteur pétrolier en l'occurrence, capable d'assurer l'avenir économique du Venezuela. A partir de 2003-2004, le président Hugo Chavez a décidé de transférer la majorité des recettes de PDVSA, la compagnie pétrolière nationale, vers le budget de l’Etat afin de financer les missions sociales bolivariennes, plutôt que d’investir pour garantir la compétitivité de l’appareil productif de l’entreprise. L’insuffisance d’investissements ne remettait pas en cause la viabilité financière à moyen terme de PDVSA tant que le prix du baril de pétrole était élevé, au-dessus de 100 dollars.  Le coût de production d’un baril au Venezuela, qui est parmi les plus importants au monde, autour de 23,50 dollars contre environ 10 dollars dans les pays de la péninsule arabique, était largement couvert. La baisse du prix du baril à partir de mi-2014 a entraîné une baisse de la production massive dans le pays et une réduction des marges de l’entreprise qui s’est répercutée directement sur la capacité d’intervention budgétaire de l’Etat. Le résultat de ce choix politique est désastreux: le Venezuela n'est plus en mesure de produire du pétrole, sa principale source de revenus, dans un contexte de prix bas du baril, ce qui précipite le risque de défaut de paiement du pays.

Le Venezuela est-il un Etat failli ? Quelles sont les mesures qui permettraient au pays de se relever ? Combien de temps cela prendrait-il ? Une opposition est-elle en place pour assumer un tel rôle ?

Il est évident que le Venezuela est un pays failli. La question désormais n'est plus de savoir s'il fera faillite mais plutôt quand est-ce que cela va se produire. Il ne faut pas appréhender ce scénario. Ce serait même plutôt une bonne nouvelle puisqu'un défaut de paiement pourrait enfin apporter les réformes trop longtemps repoussées par l'Etat et favoriser un changement de régime qui est déjà en marche depuis la victoire obtenue par l'opposition gouvernementale lors des élections législatives de 2015.

Il faudra passer par une thérapie de choc, similaire à celle mise en place par beaucoup de pays d'Europe de l'Est à la chute du communisme, pour reconstruire l'économie et faire revenir les investisseurs. Un retour à la normale prendra, vraisemblablement, longtemps. Au moins une décennie.

Pour reconstruire l'économie, il faudra rétablir la confiance et faire revenir les investisseurs étrangers dont les capitaux sont cruciaux pour rétablir la capacité productive de l'industrie pétrolière. Cela passera par une libéralisation des prix et des salaires, le strict respect du droit de propriété, l'arrêt des subventions de l'essence et, enfin, la réforme la plus cruciale de mon point de vue, la fin du financement du déficit budgétaire par la Banque centrale. Cette politique dangereuse a conduit à une inflation de près de 700% selon les calculs d'organismes indépendants et à un effondrement de la monnaie sur le marché noir à environ 1 050 bolívars pour un dollar contre un taux de change officiel fixé à 6,3 bolívars.

Sans surprise, l'opposition, regroupée autour d'une plateforme politique, la Mesa de la Unidad Democrática (MUD), profite largement du discrédit du gouvernement mais elle ne suscite pas pour autant d'enthousiasme dans la population. Le problème, c'est que l'opposition rassemble une myriade de partis, de l'extrême-gauche à la démocratie chrétienne, dont le programme politique se résume à l'antichavisme et au maintien des programmes sociaux initiés par Hugo Chavez. Ces partis n'ont pas de vrai socle idéologique commun qui leur permettrait de gouverner. Lorsque le chavisme s'effondrera, ce qui est inévitable au regard de l'incurie du gouvernement, il est probable qu'on assiste à une recomposition profonde du pays politique vénézuélien et à l'implosion de la MUD. Le clivage traditionnel droite-gauche reprendra certainement le dessus. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MALOR
- 04/08/2017 - 09:51
Irresponsable...
Ceux qui ont voté LI pour se défouler doivent dire ce qu'ils pensent de cette situation. Ainsi de ce cadre très supérieur de mes connaissances gagnant 30000 euros par mois qui adore le cinéma de Mélanchon mais est incapable de dire ce qui se passerait en France si une majorité l'avait élu.
Pharamond
- 03/08/2017 - 17:09
La malédiction du pétrole
Un journaliste italien du Corriere della Sera a décrit le voyage qu'il a effectué récemment au Venezuela, en partant de la frontière brésilienne. Sur des centaines de kilomètres,pas de champs cultivés,d'arbres fruitiers,de jardins potagers;il y a des gens partout,mais aucune activité humaine:tout doit être importé.Le prix de l'essence est dérisoire,mais le prix d'une petite bouteille d'eau coûte dix fois plus,sans compter l'insécurité,les militaires corrompus,les barrages spontanés auxquels il faut payer une dîme pour continuer sa route. C'est bien Chavez qui est à l'origine de ce désastre,applaudi,vénéré par JL.Mélenchon. Un politique doit voir loin,vite et juste;ce n'est manifestement pas le cas de JLM,Son moteur c'est de s'écouter parler des heures durant pour dérouler ses délires,comme Fidel,excepté que Castro a risqué sa vie! La Providence nous a épargné ce malheur.
kelenborn
- 03/08/2017 - 15:54
Faut pas dramatiser
Melenchon vien d'annoncer qu'il mettait à la disposition du peuple venezuelien , victime une fois de plus de l'impérialisme yankee , ses réserves de quinoa!!! 250 kilos stockés dans sa cave en prévision d'une attaque de Trump contre Kim