En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 35 sec
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 2 heures 26 sec
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 4 heures 5 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 18 heures 47 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 20 heures 5 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 20 heures 57 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 50 min 13 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Religion
Tribune

Combattre l’hydre islamiste, oui. Mais aussi l’auto-censure des débats publics

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 3 heures 59 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 18 heures 11 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 19 heures 25 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 20 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 22 heures 7 min
Repos

Saviez-vous que même avec les RTT et les ponts, vous avez moins de vacances aujourd'hui que les travailleurs français du Moyen-Age ?

Publié le 17 juillet 2017
Soixante-cinq : c'est le nombre de jours travaillés en plus aujourd'hui par un Français comparé à un paysan du XIVème siècle. Une différence qu'il convient d'analyser au prisme de la conception que nous avons du travail, qui découle de la modernité.
Jawad Mejjad est docteur en sociologie, chercheur au Ceaq-La Sorbonne, enseignant et responsable pédagogique au Cnam, et gérant d'une société industrielle (Ermatel).Ses réflexions et ses recherches portent principalement sur les valeurs et les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jawad Mejjad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jawad Mejjad est docteur en sociologie, chercheur au Ceaq-La Sorbonne, enseignant et responsable pédagogique au Cnam, et gérant d'une société industrielle (Ermatel).Ses réflexions et ses recherches portent principalement sur les valeurs et les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Soixante-cinq : c'est le nombre de jours travaillés en plus aujourd'hui par un Français comparé à un paysan du XIVème siècle. Une différence qu'il convient d'analyser au prisme de la conception que nous avons du travail, qui découle de la modernité.

Atlantico : A l'heure actuelle, un Français travaille environ 215 jours par an, sans compter les jours fériés, les vacances et les week-ends qui sont chômés, soit environ 3 jours sur 5. En comparaison, au XIVe siècle, on estime qu'un paysan n'était actif que 150 jours par an, soit moins de la moitié de l'année (2 jours sur 5). Qu'est-ce qui explique cette différence ?

Jawad Mejjad : C'est que nous ne parlons pas de la même chose. Le travail tel que nous le comprenons et le pratiquons n'a pas toujours existé. C'est une invention récente, dans le sillage de la modernité. Pour le dire autrement, un paysan du XIVe siècle ne se représentait pas le monde de la même manière que nous, modernes. Et le guerrier grec ou romain avait encore une autre conception de la vie. Chaque période a sa propre épistémè pour reprendre Michel Foucault, c'est-à dire-l'ensemble des valeurs indiscutables et indiscutées qui la fondent. 

Deux croyances nous trompent dans la manière dont nous nous voyons. La première est que notre monde social est là depuis toujours et la seconde est que notre société est moderne, c’est-à-dire que les autres sont archaïques, que nous sommes devant, sur l’autoroute de l’Histoire et du progrès, et qu’ils sont derrière. Avec l’angoisse actuelle que nous sommes en train d’être rattrapés par les Chinois, les Indiens, les Brésiliens, etc. Et l'idée fausse que le Moyen Age était attardé.

De fait, c’est faux et c’est l’idéologie même de la modernité (en effet, nous sommes modernes, mais dans le sens de porteurs des valeurs de la modernité), qui porte en elle celle du progrès.  Les périodes sociales ont une durée de vie, et se succèdent dans l’Histoire. Chaque société vit selon des représentations et des valeurs qui lui sont propres.  Pour l’Occident, un découpage grossier de l’Histoire nous donne les périodes suivantes : les Anciens, l'Empire chrétien, la modernité.

Ainsi, pour les Anciens (les Grecs et les Romains), l'idéal de vie se trouve dans le recherche de la gloire. Car c’est la gloire qui donne un écho éternel aux actions dignes d’être retenues par l’Histoire, et vous confère l’immortalité. Il faut être glorieux, et une vie brève mais louée pour sa bravoure, est de loin préférable à une vie longue sans gloire. L’activité par excellence pour cela est la guerre. Un Grec ou un Romain ne travaillait pas, le travail était dédié aux esclaves. Ce monde a vécu jusqu'au Ve siècle, car Rome a mis cinq ans pour mourir.

La chrétienneté, notamment à travers la valeur d’humilité, va prendre le contrepoint total de la gloire, qui, poussée trop loin, devient de l'orgueil. L'idéal de vie pour un chrétien est de gagner le Paradis, et l'activité noble est la prière. Ce qui exlique le nombre de jours fériés au Moyen Age, jours dédiés à Dieu. Les valeurs de la chrétienneté, pour des raisons trop longues à expliciter ici, vont perdre de leur évidence à la Renaissance, pour laisser se développer celles de la modernité.

La modernité va mettre en avant l'individu libre et autonome, avec comme idéal de vie la satisfaction des besoins. D'où notre société de consommation. Or pour satisfaire nos besoins, nous avons besoin d'argent et nous ne pouvons plus avoir recours qu'au travail pour avoir de l'argent, le prendre à autrui par la guerre ne faisant plus partie de nos valeurs. C'est ainsi que le travail s'est trouvé valorisé au XVIIIe siècle, avec un développement majeur au XIXe et XXe siècles. 

Cette comparaison doit-elle nous faire considérer que l'on travaille trop aujourd'hui, et ce à rebours des discours prônant l'augmentation du temps de travail ou critiquant le nombre excessif de jours fériés en France ?

Le fait même de nous poser la question est un signe que la valeur travail a perdu de son évidence. Dire que l'on travaille trop est comme dire pour un chrétien qu'il prie trop. C'est un fait qu'actuellement il y a une désacralisation du travail, qui a tendance à ne plus être conçu que comme un moyen de subsistance. On n'attend plus du travail qu'il vous réalise, comme auparavant. Il n'est qu'à regadrer l'évolution de l'image du rentier ou du retraité pour s'en convaincre. Rappelons la publicité par exempe du gagnant du Loto qui va nargeur ses collègues et qui montre que dès qu'on en a les moyens, on arrête de travailler. Dans les années 1970, au moment de la mise en place des retraites anticipées, il était fréquent que les candidats au départ partent tristes et honteux, inquiets de ce qu'ils vont devenir en arrêtant de travailler, et il n'était pas rare que quelques mois après s'être arrêtés ils décédaient. La situation est toute autre aujourd'hui où le candidat à la retraite va organiser un pot de départ, fier de son départ et heureux de se retrouver à la retraite.

On ne compte plus sur le travail seul pour se réaliser, les activités complémentaires se multiplient pour s'épanouir : sport, voyage, musique, dessin, danse, etc. Sans parler du développement et de la valorisation du bénévolat et de choix d'activités moins lucratives : la tendance est claire chez les jeunes; mais aussi nombre de cadres supérieurs, de chefs d'entreprises, de consultants vont consacrer un partie de leur temps à enseigner ou intervenir dans des associations. Nous allons de plus en plus parler d'activité, plus que de travail. Et donc ce temps des autres activités est à prendre sur le temps de travail, d'où l'impression que l'on travaille trop. On découvre que l'on peut très bien vivre sans le travail comme valeur, et il n'est plus politiquement incorrect de le dire:  rappelons-nous Laurence Parisot, l'ancienne patronne du Medef  qui disait  "La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail ne le serait-il pas ? ". Et nous voyons se développer plusieurs manières de travailler, le salariat n'étant plus la forme privilégiée. Et pour compléter l'analyse, il faudrait prendre en compte nos besoins à satisfaire, et notre remise en compte du progrès infini; et par conséquent la valorisation de la richesse et la prévalence de l'économie. 

L'urbanisation et l'exode rural ont joué un rôle essentiel dans cette modification de nos calendriers professionnels. Le mode de vie urbain pousse-t-il à travailler plus ?

Le mode urbain est une conséquence de la modernité, dans le sillage de la révolution industrielle. C'est dans ce cadre que le travail moderne a été inventé, à travers le salariat. Dans l'Histoire, traditionellement pour avoir de l'argent, il y avait deux moyens : soit exploiter la Nature (cueillette, chasse, agriculture, mines, etc. ), soit le prendre aux autres (guerre, razzia, pillage, etc.). La modernité a banni la guerre, et a privilégié le commerce comme activité principale. L'organisation sociale s'en est suivie, avec des lieux de production centralisés où le travail va être disponible, et où il est facile de satisfaire ses besoins, et qui vont agir comme des aimants pour vider les campagnes. Le développement des villes va imposer son propre rythme de vie aux habitants, organisé en fonction du travail, et des lieux de consommation : le fameux metro-boulot-dodo.

Le développement des villes a aussi pour conséquence l'instauration de la famille nucléaire au détriment de la vie communautaire dans des famillles élargies, avec comme conséqence le délitement de la solidarité, et à donc ne compter que sur soi-même pour subsister. Et donc de fait, le mode urbain, par plusieurs facteurs, a poussé à travailler plus. Toutefois, les évolutions actuelles dans l'organisation de la ville suivent l'évolution de la société, et son basculement progressif vers la postmodenité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 19/07/2017 - 18:31
Quatrième chapitre
Nous allons maintenant écrire le quatrième chapitre : le ''Revenu Universel'' !
Almotasim
- 19/07/2017 - 01:35
Perspective très pertinente
Qui corrobore ma propre expérience et mon vécu.

J'apprécie particulièrement le balayage historique et sociologique. Des recommandations de références bibliographiques sur ces questions selon la perspective présentée ici seraient bienvenues. Merci d'avance !
totor101
- 17/07/2017 - 12:02
Intello-Bobo !
"actuellement il y a une désacralisation du travail, qui a tendance à ne plus être conçu que comme un moyen de subsistance."

Actuellement ?
NON ! Le travail a d'abord et toujours été LE moyen de subsistance !
le paysan n’arrêtait pas de nourrir et soigner son bétail quand l'hiver était la ! De plus en hiver il bucheronnait pour l'hiver suivant !
Votre vision est citadine et coupée des réalités ....
Par exemple, l'été, il commençait à faucher le main à 5h et travaillait pratiquement jusqu’à 20h......