En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Atlanti-culture

"On the milky road" : un retour plus que gagnant

Publié le 15 juillet 2017
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
CINEMA
« ON THE MILKY ROAD »
de EMIR KUSTURICA
AVEC MONICA BELLUCCI ET EMIR KUSTURICA
 
 
RECOMMANDATION : EXCELLENT
 
THEME
Alors que la guerre des Balkans fait rage, Kosta, quitte chaque jour son village de montagne et traverse, à dos d’âne, la ligne de front sous la mitraille, pour aller livrer du lait aux soldats. Débarque un jour Nevesta, une réfugiée  italienne,  belle comme le jour. Kosta est foudroyé. Mais rien ne se passera comme prévu. Les deux tourtereaux seront obligés de fuir, pour échapper à ceux qui poursuivent Nevesta, accusée d’avoir trahi un officier anglais. Vont s’en suivre des aventures rocambolesques, périlleuses, effrénées, à travers un pays à la beauté sauvage.
 
POINTS FORTS
Chic, après neuf ans de silence, revoilà le réalisateur du Temps des Gitans et de quelques autres chefs d’œuvre. Et il faut bien dire que son énergie, sa vitalité, sa générosité et  son imagination manquaient  sacrément aux écrans.
 
Pour son retour, le cinéaste franco-serbe signe une de ces épopées dont il a le secret, une histoire au souffle incroyable et  au déroulé abracadabrantesque. En plus, sous chacun des plans qui la racontent, sourdent, comme toujours, une poésie et un lyrisme fous.
 
 Paysages, cadres, …  évidemment, rien n’est ni plat, ni banal.
 Une fois encore, Kusturica démontre qu’il est un extraordinaire inventeur  d’images.
 
il  confirme aussi qu’il est un très grand acteur, capable, mais si, de jouer les amoureux  ( C’est une première !).
 
Le nom de Monica Bellucci sur l’affiche laissait dubitatif. A la fois « féminissime » et garçonne indomptable dans son personnage d’amoureuse condamnée par le scénario à jouer les casse-cous, elle est mieux que bien. Ce rôle est l’un des plus marquants de sa carrière.
 
Les musiques, tour à tour nostalgiques, envoûtantes, et trépidantes accompagnent formidablement les mouvements successifs du film.
 
 POINTS FAIBLES
 Emir Kusturica  est  un cinéaste « torrentiel ». Bruit, fureur, excès, mauvaise foi…rien ne lui fait peur. Il s’offre donc souvent  des embardées de toutes sortes. Mais ici, certaines brouillent l’intelligibilité de son scénario, tricoté avec trois histoires différentes. Son film en devient décousu, ce qui ne gênera pas ses fans, qui aiment son cinéma, aussi pour ses sorties de route…
 
Ce qu’ils lui pardonneront peut-être moins est le peu d’importance que le cinéaste accorde à ses personnages (le sien compris). Pour l’empathie et l’identification, vous repasserez ! Mais on le sait depuis son premier film, ce qui importe à Kusturica c‘est que son histoire nous emporte, pas que ses protagonistes nous touchent.   
 
 
EN DEUX MOTS
Univers visuels d’une  incroyable beauté  onirique, dynamisme hors norme, scénario inventif … Emir Kusturica ne change pas. A 62 ans, il fait du cinéma avec  la même énergie qu’à 27. Son histoire d’amour entre deux cinquantenaires sur fond de guerre, alterne, avec la maestria qu’on lui connaît, romantisme échevelé, blagues potaches, scènes surréalistes et tragédie pure. C’est surprenant, désarçonnant, enthousiasmant, mirobolant, foutraque aussi. Mais on le sait,  l’ogre Kusturica n’est pas, ne sera jamais un cinéaste de la raison. Et c’est tant mieux.
 
 
 UN EXTRAIT
« A mes yeux, le cinéma garde la même force qu’à mes débuts, et je vis toujours les tournages comme si c’était la première fois…Avec ce film, je suis allé à la Mostra de Venise exactement dans le même état d’esprit que lorsque je présentais mon premier long métrage à l’âge de 27 ans. Ce qui est merveilleux avec le cinéma, c’est qu’on ne sait jamais rien. C’est comme si on recommençait systématiquement à zéro. » (Emir Kusturica, réalisateur).
 
 
LE RÉALISATEUR
Né le 24 novembre 1954 à Sarajevo, Emir Kusturica est un réalisateur, acteur et musicien serbe, titulaire  également de la nationalité française.
Après des études de réalisation à l’Académie des Arts du Spectacle de Prague -dont il sort diplômé en 1978, il tourne son premier long métrage, Te souviens-tu de Dolly Bell,  qui décroche le Lion d’Or du meilleur premier film à la Mostra de Venise. 
En 1985, son deuxième opus Papa est en voyage d’affaires remporte à l’unanimité la Palme d’or au festival de Cannes. 
Il devient l’un des cinéastes les plus sélectionnés et récompensés des grands festivals de cinéma européens. En 1989, il rafle le prix de la mise en scène  à Cannes pour Le Temps des gitans.  En 1993, Arizona Dream obtient l’Ours d’argent à Berlin. Deux ans plus tard, le cinéaste remporte, à Cannes, sa deuxième Palme d’or pour Underground. En 1998, il se voit attribuer un Lion d’argent  à Venise pour Chat noir, Chat blanc.
En 200I, il signe un splendide road-movie et film de concert sur le No Smoking Orchestra, dont il est un membre actif. En 2004, c’est La Vie est un miracle, puis en 2008, Maradona par Kusturica.
Sélectionné à Cannes où il a fait sensation, On the Milky road est le douzième long métrage de ce cinéaste de 62 ans,  inspiré et prolixe, dont aucun des films n’a laissé indifférent.
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires