En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

05.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

06.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

07.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 24 min 52 sec
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 2 heures 35 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 3 heures 41 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Politique
Dilemme cornélien

To Be (un réformateur) or not to Be, That’s the Question pour Emmanuel Macron

il y a 10 heures 3 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 2 heures 3 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 3 heures 5 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 7 heures 49 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Science
Quête des origines

Pourquoi les résultats des tests génétiques faits à distance doivent être traités avec la plus grande prudence

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Social
Non-violence

"Résistance civile non-violente" et destruction de la démocratie

il y a 10 heures 12 min
© Reuters
Directeur exécutif au sein de Goldman Sachs et responsable des produits dérivés pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, Greg Smith a démissionné avec fracas de la célèbre banque d'affaires.
© Reuters
Directeur exécutif au sein de Goldman Sachs et responsable des produits dérivés pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, Greg Smith a démissionné avec fracas de la célèbre banque d'affaires.
Pétard mouillé ?

Trop tard ? Le "repenti" de Goldman Sachs claque la porte mais peine à passer pour un justicier

Publié le 15 mars 2012
La presse financière anglo-saxonne reste sceptique quant à ses motivations et à l'effet de sa lettre sur l'opinion publique.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La presse financière anglo-saxonne reste sceptique quant à ses motivations et à l'effet de sa lettre sur l'opinion publique.

Directeur exécutif au sein de Goldman Sachs et responsable des produits dérivés pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, Greg Smith a démissionné avec fracas de la célèbre banque d'affaires, et l'a fait savoir à travers une lettre ouverte publiée sur le site internet du New York Times. Sud-Africain d'origine, diplômé d'économie à l'Université de Stanford, en Californie, l'homme a pourtant travaillé douze ans pour la compagnie, à New-York puis à Londres, passant de la gestion de patrimoine au conseil financier auprès de puissants hedge funds et de fonds souverains du Golfe. Au cours de ces années, il explique avoir cru, et participé, à la vocation de conseil de la banque. Un conseil désintéressé de la notion de profit, parfois prodigué au détriment de gains pour la société, mais toujours au bénéfice des clients.

Greg Smith accuse, dans sa tribune, les dirigeants actuels de Goldman Sachs - Lloyd Blankfein et Gary Cohn - d'avoir perverti la notion de leadership au sein de la société. En d'autres termes, d'avoir conditionné la promotion de ses employés aux bénéfices qu'ils ont fait réaliser à la banque, fussent-ils réalisés au dépens des nombreux investisseurs qui forment la clientèle de Goldman Sachs. Une dérive qui, selon lui, s'ancre jusque dans les mentalités des plus jeunes cadres, et qui constituerait "la plus grande menace pour la pérennité" de cette institution financière, vieille de 143 ans. "Au cours des douze derniers mois, j'ai vu cinq directeurs généraux différents parler de leurs clients comme de marionnettes dans leurs e-mails internes", écrit-il, scandalisé. "Le succès d'une banque d'affaires, rappelle-t-il, réside dans la confiance de ses clients."

Une lettre qui suscite Outre-Atlantique des réactions mitigées...

Mais la lettre de l'ancien directeur exécutif, dénoncée par les deux patrons de la banque d'affaires dans un mémo adressé à leurs employés, a beau résonner auprès de l'opinion publique américaine, qui tient l'industrie financière comme responsable de la crise économique internationale, elle ne convainc pas bon nombre d'observateurs au sein des plus grands titres de presse anglo-saxons.

Tunku Varadarajan, éditorialiste de Newsweek International et membre de la Hoover Institution, un think tank basé à Stanford, l'université d'origine de Greg Smith, juge même les "jérémiades" du Sud-Africain cyniques et insincères. Dans une tribune pour The Daily Beast, il fustige l'hypocrisie qui consiste à faire croire à une prise de conscience tardive, après douze ans de travail pour la société et des millions de dollars accumulés, en salaire et en bonus. "Goldman Sachs a connu des conflits d'intérêts depuis sa fondation, explique l'éditorialiste, et n'a jamais été une entreprise de gentils bienfaiteurs. Smith, poursuit-il, a rejoint la firme en 2000, au moment de l'éclatement de la bulle internet. Une période où, contrairement à ce qu'avance ce dernier, la banque n'était ni un modèle d'intégrité, ni de déférence envers ses clients."

Les parodies de la lettre de Greg Smith ont très vite circulé, l'une d'elles s'intitulant même "Pourquoi je quitte l'Empire", par... Dark Vador. Si l'ex-directeur exécutif était loin d'être aussi important à Goldman Sachs que le seigneur Sith l'est à l'Empire galactique de la saga Star Wars, son volte-face n'en est pas moins ridicule, selon Damian Reece, éditorialiste au Daily Telegraph. D'une part, parce que la réputation de Goldman Sachs est déjà si ternie qu'une telle lettre ne peut réellement l'atteindre. D'autre part, parce que la réaction de Greg Smith est tout autant motivée par "des opportunités perdues, des bonus manqués et la jalousie du succès de ses pairs que par une soudaine révélation morale". "A-t-il réellement combattu la culture du profit qu'il méprise aujourd'hui ?", se demande Damian Reece.

La raison du départ tonitruant de Greg Smith pourrait résider en fait dans son manque de résultats, d'après un article publié par Reuters. L'homme n'était que l'un des 12 000 vice-présidents et directeurs exécutifs que comptent la banque d'affaires. 36% des employés de Goldman Sachs partagent donc son statut. En comparaison, la société ne compte que 450 directeurs généraux. Un poste auquel Greg Smith n'a pas pu prétendre malgré douze ans de service.

Si l'un de ses amis, interrogés par l'agence en tout anonymat, décrit le Sud-Africain comme un homme "intègre", "honnête et ouvert d'esprit", un trader qui l'a côtoyé à Londres affirme qu'il était mécontent de sa situation et de n'avoir pas pu atteindre la position de directeur général, car ses résultats commerciaux n'étaient pas à la hauteur de ceux désirés par Goldman Sachs. Une société à laquelle, en plus d'une décennie, Greg Smith n'aurait pas su véritablement se conformer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

05.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

06.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

07.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Decrauze
- 16/03/2012 - 22:52
Charognard tentaculaire
Dès février 2010, je notais : l’afflux de liquidités à très bas taux d’intérêt, injectées par les banques centrales et les Etats, n’ont pas servi à aider les pans sinistrés de l’économie, mais à graisser et à amplifier l’activité purement financière des banques. Des charognards propres sur eux, qu’on n’entendra jamais gueuler sur le pavé ou se répandre en incivilités, mais qui souillent le contrat social comme peu de délinquants y parviennent.
Au cœur des déstabilisations présentes et à venir la tentaculaire Goldman Sachs. A côté, BNP-Paribas fait figure d’établissement pépère, paisible et inoffensif. Sa spécialité : noyauter les sphères politiques pour neutraliser tout projet pouvant desservir ses colossaux intérêts, et miser sur tous les tableaux. Une banque d’affaires au marbre froid, au velours étouffeur de bruits et à la logique implacable. Cf. http://pamphletaire.blogspot.com/search/label/Goldman%20Sachs
zaz
- 15/03/2012 - 11:25
Intéressant
C'est intéressant, la boite pour laquelle je travaille a eu dernièrement le même type de cas - toutes proportions gardées - de quelqu'un partant en laissant derrière lui le même genre de messages.

Ce type de comportement est bien sur dangereux à titre individuel. Il faut vraiment être a bout pour mener ce genre de "suicide professionnel". Je ne pense pas que ce soit le fait d'un individu qui n'arrive pas a la hauteur de son ambition, mais plutôt le résultat d'un individu auquel la société a fait renoncer a son ambition. Quelqu'un de brisé.

C'est un phénomène qui se rapproche - en moins tragique - des suicides dans d'autres entreprise. Ce qui est nouveau, c'est que le entreprises brisent maintenant les personnes quels que soient leur niveau.

Il est décidément temps de revoir le management.