En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

07.

L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 14 heures 13 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 15 heures 11 sec
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 17 heures 45 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 19 heures 55 sec
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 20 heures 22 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 21 heures 6 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 22 heures 33 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 23 heures 8 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 23 heures 28 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 14 heures 41 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 15 heures 16 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 16 heures 55 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 17 heures 53 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 23 heures 15 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 13 heures
© AFP
© AFP
Méluche Ier

Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, et les autres… : en marche vers un quinquennat d’opposition en mode One man show

Publié le 23 juin 2017
Avec Erik Neveu
Et les députés En Marche vont assister impuissant. Emmanuel Macron devra prendre garde à ce que les vieux loups de la politique et de la rhétorique ne les mangent pas tout cru !
Erik Neveu est un sociologue et politiste français, professeur des universités agrégé en science politique et enseigne à Sciences Po Rennes.Il est l'auteur de l'ouvrage "Sociologie politique des problèmes publiques".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erik Neveu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erik Neveu est un sociologue et politiste français, professeur des universités agrégé en science politique et enseigne à Sciences Po Rennes.Il est l'auteur de l'ouvrage "Sociologie politique des problèmes publiques".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et les députés En Marche vont assister impuissant. Emmanuel Macron devra prendre garde à ce que les vieux loups de la politique et de la rhétorique ne les mangent pas tout cru !
Avec Erik Neveu

Face à une forte majorité à l'Assemblée, les différentes oppositions auront du mal à exister au sein du Palais Bourbon. Cependant, certaines personnalités comme François Ruffin, Marine Le Pen, ou Jean Luc Mélenchon sont réputés pour leurs qualités de tribuns. A quoi pourrait ressembler une opposition se basant sur des "one man show" politiques ? 

Erik Neveu : Une série de figures des oppositions vont certainement utiliser la tribune parlementaire pour marquer et motiver leur opposition à la politique du nouveau gouvernement. Plusieurs de élu.e.s du Front de gauche ou du Front National – mais aussi du parti Socialiste et des Républicains- ont le talent oratoire, la gouaille ou le sens de la formule qui font mouche. Et les grands orateurs d'« En marche » sont à ce jour peu identifiables. Nul doute que cela promette des temps forts, de la part de J-L Mélénchon singulièrement. Mais on peut aussi apporter trois grosses réserves. D'une part, la couverture médiatique des débats parlementaires est modeste. Il est loin le temps des années 1970 où « Le Monde » résumait toutes les prises de parole des députés sur les grands débats, publiait en encadré qui avait voté pour quoi. Aujourd'hui la couverture médiatique se concentre sur les questions au gouvernement du mercredi,sur des petites phrases obtenues dans la salle des quatre colonnes, guère plus. N'oublions pas en second lieu que le règlement de l'Assemblée Nationale organise des inégalités de parole. Ceux qui ne peuvent former un groupe (cas probable du Front National) ont un temps de parole restreint. L'annonce de l'usage systématique de la procédure d'urgence va aussi condenser les temps de discussion. Une autre réserve tient aux lois du spectacle politique. Le tribun le plus talentueux ne peut se renouveler toutes les semaines et ses talents, à force d’être répétés, menacent bientôt d’apparaître comme une auto-parodie, à moins qu'une sorte de surenchère dans le verbe ou les happenings ne s'exprime...mais avec ses risques de dérapages.

Le parlement peut donc retrouver de grands moments d'une éloquence qui l'a pour partie désertée, regagner ponctuellement une centralité inédite. Mais attendre que s'y déploie chaque jour des joutes qui mettent K.O. un ministre ou occupent les journaux télévisés, c'est s'exposer à la déception.

Quels sont les risques de voir ces personnalités "dominer" les nouveaux députés moins expérimentés de la République En marche ? Ce risque a-t-il bien été mesuré par Emmanuel Macron ? Avec quelles conséquences ? 

Il faut être prudent quant à l'inexpérience des nouveaux députés. Il existe une puissante aspiration à la déprofessionalisation de la vie politique, ce qui suppose d'admettre un 'droit à' et une 'capacité de' faire des apprentissages. Sur un mode plus critique, derrière les discours sur la nouveauté, la « société civile », bon nombre des élus macronistes ont une expérience politique de fonctions électives ou d'ex-militants à la carrière contrariée aux Républicains, au MODEM ou au Parti Socialiste. Le problème peut venir de deux profils de nouveaux élus. D'une part celles et ceux qui ont été recrutés « sur casting » et dont des passages télévisés ont pu parfois montrer ce qui ressemblait à une vacuité surprenante avec des personnes annonant des éléments du programme d' «En Marche », d’autres refusant un débat où ils/elles auraient été en grande difficulté face à leur adversaire de second tour. Ceci noté, il ne faut pas mythifier ce qu'est le monde parlementaire. A coté d'hommes et de femmes maîtrisant bien des dossiers, assidus aux travaux parlementaires...il y a toujours eu beaucoup d'élus peu présents au parlement, se contentant de donner leur clé et code de boîtier de vote à un collègue et bien plus présents dans la circonscription qu'à l'assemblée. C'est peut-être d'une autre composante que des surprises peuvent venir. Les profils des élu.e.s « En Marche » ne sont pas si homogènes idéologiquement, et une partie d'entre eux ont certainement à cœur de défendre des valeurs et des groupes (français issus de l'immigration, créateurs d'entreprise) plus que de voter à la baguette ; ils et elles sont dans une croyance sincère à l'idée de changer la politique, pas dans le plan de carrière. Le maillon faible est là. Certains élus pourraient juger que des mesures mises en œuvre sont incompatibles avec leurs convictions...le choix de la procédure des ordonnances suggère d'ailleurs que ce risque est pensé à l’Élysée. En ne donnant pas ces exemples comme des comparaisons – les situations sont trop différentes- on rappellera que des groupes parlementaires nouveaux se sont parfois délités au fil d'une législature : poujadistes des années 1950 en France, plus récemment élus du mouvement paysan Samoobrona dans la Pologne des années 2000.

 

Dans un tel schéma, quelles sont les autres moyens, notamment pour les députés LR et PS de pouvoir exister au sein de l'Assemblée ? La force de la majorité d'En Marche n'est elle pas une prime donnée aux tribuns ? 

Non. Les tribuns créeront des événements. Mais ne voir qu'eux c'est oublier des dimensions techniques et juridiques essentielles de l’activité parlementaire qui ne se résume en rien aux séances pleiniéres de l'Assemblée. C'est aussi dans la mise en œuvre, la demande de perfectionnement d'une série de procédures que la nouvelle majorité peut être prise au piège de sa propre rhétorique. « En marche » est pour une politique renouvelée, ouverte, respectueuse des différences ? Chiche ! Que soient alors facilitées les commissions d'enquête, les missions d’information que prévoient la constitution et le règlement de l'Assemblée. Elles permettent à des parlementaires, éventuellement sous la direction d'un membre de l'opposition, d’enquêter et de produire des rapports porteurs de proposition, de contrôler des organismes publics. Que plus de moyens soient donnés à l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques pour en faire une véritable force de frappe d'expertise au service du parlement, un contrepoids à l'expertise intéressée des groupes de pression. N'oublions pas encore la possible saisine du Conseil Constitutionnel qui pourrait avoir quelques effets sur des projets comme l'intégration au droit commun d'un état d'urgence devenant de jure permanent, ou la mise en cause de principes fondamentaux du droit au sein du droit du travail. Se mobiliser pour le plein déploiement de ce que le droit constitutionnel accorde au parlement, pour son élargissement ce sera jouer sur les contradictions déjà visibles au sein d'« En marche » entre petits soldats du président et élus soucieux d'une rééquilibrage des pouvoirs. Ce sera aussi utiliser un armement démocratique qui est loin d’être dérisoire en termes d'investigations, d'appel aux juridictions, de propositions de lois.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

07.

L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 23/06/2017 - 21:16
l'engagement politique n'est
l'engagement politique n'est qu'un moyen, July en est le plus bel exemple . C'est cet engagement qui lui a permis d'être adoubé par Sartre et de crèer libé en 74....ce qui lui a apporté la notoriété et le fric. On peut tous les prendre dans l'ordre.... Le schéma est toujours le même.... On s'engage et on fait un max de bruit..... On devient la coqueluche des médias et on profite de sa notoriété pour faire du fric.... c'ètait le système "loft story " avant l'heure. Mais c'est encore le système Mélanchouille aujourd'hui, mais lui c'est un attardé...et comme il n'a pas réussi à faire autant de fric que ses copains.... Il va nous bassiner plus longtemps .
Atlante13
- 23/06/2017 - 18:28
Donc mr Neveu était maoïste,
ben mon neveu, ça conserve Mao. Par contre, il manque singulièrement d'humour, c'est vrai qu'ils ont passé leur temps à nous em***der entre deux coups de rouge, pour finir comme de vrais bourgeois bien cons. Au moins avec Mélenchon et Le Pen on va avoir droit à de vrais discours à l'Assemblée, bien drôles, bien cocasses, et pour finir cela accentuera la décomposition du corps politique. Mélenchon drôle? non, plutôt simplet, réservé à ceux qui ont perdu leur deuxième neurone. Le Pen drôle? non, plutôt grinçant, pour ne pas dire glaçant.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 23/06/2017 - 16:55
Je vous trouve très
Je vous trouve très intransigeant vis à vis de tous ces anciens "jeunes cons". Eux au moins ont fait preuve d'un certain bon sens.........celui qui vient avec l'âge. Je n'en dirai pas autant de Mélanchouille qui a soixante huit ans aurait dû faire le point sur ses erreurs passées....Mais non, comme disait l'autre il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis, alors imaginez le parcours de Mélanchouille, d'abord trotskiste, il a passé sa vie à admirer Mao, le Chè, Castro, Chavez et Maduro...et probablement Polpot...et il finira trotskiste en charentaise chez les insoumis.....ou les incontinents. Mais chez ces gens là monsieur, on ne brade pas ses idéaux de "jeune con"...et c'est pour ça qu'on devient ....
un "vieux con"