En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

06.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 10 heures 47 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 13 heures 12 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 14 heures 26 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 16 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 17 heures 3 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 18 heures 1 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 18 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 19 heures 17 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 19 heures 41 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 20 heures 16 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 12 heures 50 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 13 heures 37 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 15 heures 38 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 18 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 19 heures 2 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 20 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
L'autre vague En Marche

Ce 5e tour électoral silencieux qui va parachever la recomposition politique entamée par La République En Marche

Publié le 25 juin 2017
La vague En Marche ! vient après celle de la droite au niveau local de 2013-2014, et va devoir se confirmer lors des sénatoriales. Mais la chose risque d'être plus compliquée que prévue, étant donné la configuration des transitions vers EM ! au niveau local.
Jean-Pierre Schmidt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Schmidt est expert en financements et en investitures au sein des partis politiques. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La vague En Marche ! vient après celle de la droite au niveau local de 2013-2014, et va devoir se confirmer lors des sénatoriales. Mais la chose risque d'être plus compliquée que prévue, étant donné la configuration des transitions vers EM ! au niveau local.

Atlantico : Au-delà de la transformation du paysage politique à l'Assemblée, la vague LREM risque d'avoir des effets directement sur les collectivités locales. Un exemple : Aurélie Filippeti (PS) a été battue dans la première circonscription de Metz par Belkhir Belhaddad, alors que les deux font partie du même conseil municipal de Metz. Ou encore le cas du Conseil régional d'Ile de France, dirigé par Valérie Pécresse (LR) avec l'appui du MoDem et de l'UDI. Quelle est l'ampleur de ce phénomène et à quoi faut-il s'attendre dans de telles circonstances ? 

Jean-Pierre Schmidt : Il va y avoir en effet une tentation très forte pour la République En Marche de constituer partout où elle le peut des groupes LREM de façon à exister dans les territoires. C'est normal. Mais LREM va trouver confrontée à quelques problèmes. Déjà le MoDem va certainement vouloir conserver ses groupes là où il en a. Vu les élus qui se sont positionnés en faveur de LREM, cela risque de toucher principalement des groupes socialistes ou radicaux de gauche qui se transformeraient théoriquement en groupe LREM. Cela sera beaucoup moins important du côté des Républicains. 

Cette inquiétude doit exister du côté des socialistes avec l'appoint ici et là de certains UDI. Est-ce que cela peut remettre en cause l'existence de majorités constituées lors des élections régionales ? J'en doute, car il y a eu des contrats de mandatures qui ont été mis en place. Vu le positionnement de LREM, le jeu d'alliance est compliqué, étant donné que leurs seuls alliés potentiels risquent d'être la FI et le FN. A moins qu'ils constituent leurs groupes pour avoir une simple liberté de vote, ce qui sera certainement le cas mais ne pèsera pas. 

Il n'est pas illogique que des transitions se fasse entre des groupes PS passant majoritairement à LREM. Mais ce n'est en rien automatique, ceux qui sont dans l'opposition et ont par exemple soutenu Hamon risque de rester sur leurs positions. 

Tout ce qui vient conforter cette position c'est le fait que contrairement à une municipalité, vous ne pouvez pas remplacer une majorité absolue et trouver le candidat de substitution adéquat. Hors tous les résultats empêche cette configuration, du fait pour commencer d'une forte présence du FN. 

N'y a-t-il pas un risque de voir les alliances électorales se briser au niveau local dans ce genre de cas ? Quels sont les risques de voir se développer des tensions entre les députations et les échelons locaux ? Faut-il se préparer à des crises de gouvernance locale ?

Il ne faut négliger le fait que beaucoup de communautés de communes et de mairies sont sans étiquette politique. Leur exécutif est certes souvent orienté à droite puisque la droite est majoritaire dans les communes depuis 2014. Malgré cela, il y a quand même beaucoup de communauté de communes où l'on trouve dans l'exécutif des présidents et des vice-présidents qui sont de droite et de gauche. Certains changeront peut-être d'étiquette, mais cela ne va pas bouleverser la majorité des cas. 

Après il y a le cas des territoires plus politisés que sont les métropoles. On parle par exemple de la constitution d'un groupe En Marche ! à Toulouse, qui pourrait récupérer plusieurs maires sans étiquette. Probablement des élus issus du MoDem et du Parti Socialiste. Est-ce que cela remettra en cause l'exécutif autour de Jean-Luc Moudenc ? Je n'en suis pas sûr. 

Si l'on prend le cas de Lyon, où la Métropole était tenue par Gérard Collomb jusqu'ici, élu par les voix de gauche plus le groupe Synergie (qui représente beaucoup de maires DVD ou sans étiquette de petites communes) qui sont à ses côtés dans l'exécutif. Peut-être que là va se reconstituer très fortement au détriment du parti socialiste un groupe LREM avec un de ces maires. Mais l'architecture ne devrait pas en sortir modifiée. 

Quels sont les moyens dont disposent la République en Marche pour faire face à ces enjeux locaux ?

C'est compliqué pour la République en Marche, et ce pour une raison très simple : leur victoire aux élections législatives est passée par des scrutins directs. On est sur des collectivités qui sont pour la plupart installées depuis 2014 ou 2055 pour la plupart. Une fois que ces élus sont installés, il est difficile de faire autre chose que de changer d'étiquette : changer de groupe d'opposition serait la plupart du temps un casse-tête. 

Le test le plus important seront les élections sénatoriales du mois de septembre prochain. LREM va certainement présenter des candidats à ces élections. La question se pose sur leurs profils. Seront-ce des candidats issus du Parti Socialiste ? Ou des recalés des investitures LR, UDI ou MODEM qui se présenterons avec un label LREM ? Ou encore des maires qui se sont dit LREM et qui vont tenter de prendre des sièges ? La stratégie et les résultats de LREM à cette élection vont être déterminants. 

Ce qui est important, c'est le nombre de sièges nouveaux. Si un sénateur socialiste passé à LREM est réélu le bilan de l'opération ne changera pas, et LREM aura un souci avec le Sénat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 25/06/2017 - 21:49
La France selon l'humeur de Macron peut
devenir une dictature. Quand on a 350 deputés aux ordres du chef qui se sont engagés par écrit à ne pas entraver la politique gouvernementale, on peut se soucier de la démocratie. A part de la ( bonne ) com, Macron n'a encore pas vraiment exercé le pouvoir. Je crains que comme d'habitude se soit la rue, la CGT qui fasse la loi devant des élus bleus sidérés et ne saurons que faire. Le risque essentiel c'est qu'EM s'écroule ou se divise, voire eclate .