En direct
Best of
Best Of
En direct
Atlantico Business
Tempête sur Uber : la chute du patron du géant américain des VTC ne condamne pas l'ubérisation de l'économie
Publié le 15 juin 2017
Uber est une entreprise qui va mal, fondée par un adolescent génial qui a oublié de grandir. Mais le modèle, lui, n’est pas condamné.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Uber est une entreprise qui va mal, fondée par un adolescent génial qui a oublié de grandir. Mais le modèle, lui, n’est pas condamné.

Les actionnaires de la société Uber se sont donc résolus à écarter le fondateur et à changer les dirigeants. Du coup,beaucoup d’analystes qui n’ont jamais admis ou compris les effets de la révolution digitale, ont vite fait de considérer les difficultés de Uber comme la preuve tangible et visible du dysfonctionnement structurel de l’ubérisation. Les fameux « je vous l’avais bien dit, cette ubérisation est une entreprise de démolition du système.Ça va mal se terminer ». L’analyse est un peu simpliste.
Uber est devenu un nom commun et son système de fonctionnement estconsidéré comme une école de pensée.

Il est évident que le départ de Travis Kalanick, fondateur et président de la société Uber, ne condamne pas le modèle de relation directe entre le client et le fournisseur de service.

Pour faire court, Travis Kalanick a été mis à l’écart pour trois raisons, qu’on retrouve hélas dans beaucoup d’entreprises, mais dont on parle moins parce qu‘elles ne sont pas emblématiques.

1ère raison, Travis Kalanick, 40 ans, restera comme un des inventeurs de la Silicon Valley les plus géniaux, mais aussi des plus arrogants, au point de se rendre insupportable par ses personnels, ses clients, ses concurrents et même ses actionnaires.

Au pays du digital, là où depuis 15 ans tout semblait possible, Uber a montré que parfois les entreprises grandissent beaucoup plus vite que leur fondateur.

Un journaliste américain de Fortune, qui a écrit un livre important sur l’histoire de Uber,  expliquait dans le magazine que l’une des clés du succès, c’est que ces grands du digital ont su mûrir avec leur entreprise. Marc Zuckerberg (Facebook), Jeff Bezos(Amazon) ou Bill Gates (Microsoft) ont créé leur boite alors qu’ils étaient très jeunes, dans un garage ou dans une chambre de bonne. Mais ils ont évolué avec le succès et sont devenus complètement responsables de ce dont ils étaient à la tête.Avec des droits et des devoirs.

Travis Kalanick n’a pas compris qu’en accouchant d’une société qui, en 8 ans, est devenue leader mondial, il dérangeait beaucoup d’habitudes avec un modèle de fonctionnement tout nouveau. Travis Kalanick n’a pas pris la mesure de ses responsabilités. Son comportement personnel lui a valu un nombre invraisemblable de critiques, de plaintes et de procès. Arrogant avec ses partenaires, il est aussi accusé de sexisme dans sa gestion de personnel et de violence. Tout le monde se souvient de cette vidéo, enregistrée dans une voiture Uber où il traite le chauffeur comme un moins que rien.

Sur le fond, Kalanick avait peut-être raison de reprocher à son chauffeur des manquements à la qualité de service. Sur la forme, c’était inadmissible.

Ne parlons pas des plaintes pour harcèlements sexuels qui se sont abattues sur lui. Bref, Travis Kalanick s’est comporté comme un sale gosse trop gâté. Cela dit, les vraies raisons de son limogeage sont ailleurs.

2e raison : les comptes de la société sont mauvais. Et pour les investisseurs, Uber est une entreprise qui a mis au point un vrai modèle, avec un développement international et un potentiel considérable,alors il y a quand même un problème. La société, qui vaut 50 milliards de dollars en bourse, a encore fait 750 millions de pertes au dernier trimestre, 1,2 milliards depuis le début de l‘année, et plus de 5 milliards depuis la création en 2009. Uber a sans doute un énorme potentiel, mais Uber est obligé d’investir en permanence pour renforcer ses parts de marché, payer ses amendes fiscales qui pleuvent dans le monde entier et dédommager des chauffeurs qui s’estiment lésés par la politique agressive sur les prix. Combien de temps, les actionnaires et la bourse peuvent –ils accepter que la situation se dégrade ? 

3e raison : la mauvaise communication. La société et son fonctionnement dérangent beaucoup d’habitudes et ses dirigeants n’ont pas su gérer la communication. Le succès de Uber a été de rentrer à la hussarde dans un secteur qui était hyper protégé(la profession de taxis officiels) et d’acquérir des parts de marché importantes qui lui auraient permis ensuite d’augmenter ses prix.

Ce faisant, Uber s’est retrouvé en conflit avec les chauffeurs de taxis qui protégeaient leur fonds de commerce, avec leurs chauffeurs indépendants qui avaient du mal à assurer la qualité de service, avec leurs concurrents imitateurs et avec les administrations et les politiques,très partagés entre la nécessité d’améliorer le service, de créer des emplois et de veiller à ce que les règles d’une concurrence équitable soient respectés. Ne parlons pas de la difficulté qu’ont les gouvernements pour savoir où Uber paie ses impôts et même s’il en paie.

La négociation avec les concurrents et l’administration a toujours été compliquée parce que les dirigeants d’Uber ont souvent abordé les débats avec le sentiment d’avoir raison.

D’où la détérioration de l’image de l’entreprise. Le départ du dirigeant fondateur ne suffira pas à rétablir la confiance. Il faudra que les nouveaux dirigeants inventent un nouveau management et modifient, sans doute, certaines données de leur modèle économique. Voilà pour Uber.

Mais contrairement à ce que beaucoup croient, le modèle d’organisation ubérisé n‘est pas condamné pour autant.

L’ubérisation, c’est une organisation où le client est en relation directe avec son prestataire de service.  C’est une organisation où le fournisseur de services (le chauffeur) est indépendant et trouve ses clients grâce à l’application digitale : l‘appli Uber. Mais si Uber a été le premier à utiliser ce système ultra simple, il n’a pas été le seul, il a été imité, il a donc des concurrents. Mais le système a aussi été dupliqué dans l‘immobilier, avec Airbnb, dans le transport avec BlaBlacar... et dans la majorité du e-commerce.

L’ubérisation est un des moyens de l’économie collaborative ou l’économie du partage. Ce système a fonctionné très vite dès que les équipements digitaux l’ont permis parce qu‘il a délivré un vrai service. La concurrence a obligé les acteurs à s’améliorer et à baisser leur prix.Les gérants d’applications ont embarqué beaucoup de candidats vers le travail indépendant.

Le revers de la médaille est que la liberté à la base de l'explosion du modèle a permis à certains de s’affranchir de certaines obligations sociales ou fiscales. Cette liberté a suscité des initiatives difficilement admissibles.Mais surtout, ce foisonnement d’initiatives et le succès qu’elles ont rencontré ont mis à mal des secteurs d’activité traditionnels qui n’avaient pas préparé le changement. L'ubérisation pose donc un problème de réglementation et de formation pour rendre le changement nécessaire mais acceptable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
07.
Francois Xavier Bellamy enchante la droite, Bruno Retailleau laboure son sillon (et l'électorat Fillon), Le Point charge Castaner, L'Express les dérives de la médecine douce ; Anti-social quand la CGT piétine le droit du travail
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 15/06/2017 - 11:58
C'est plutôt le bon côté des choses..
Il n'y a pas d'alternative, le coût du travail et des charges désespère les employés comme les entreprises...!