En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
Atlanti-culture
"Churchill" : le combat ardent et méconnu du vieux lion
Publié le 05 juin 2017
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
CINEMA
« CHURCHILL » 
DE JONATHAN TEPLITZKY
AVEC BRIAN COX, MIRANDA RICHARDSON, JOHN SLATTERY…
 
RECOMMANDATION : BON
 
THEME
Nous sommes à Londres en 1944, à J moins 6 du débarquement allié en Normandie. Tout a été calculé en fonction du temps et des marées. Hommes et bateaux sont prêts.
Contrairement à ce qu’on pense couramment, cette opération, nom de code Overlord, ne fait pas l’unanimité entre les partenaires. Si Eisenhower, Montgomery et le Haut Commandement allié sont déterminés à la conduire à son terme, un homme s’y oppose, et qui n’est pas n’importe qui, puisqu’il s’agit du premier ministre britannique, Winston Churchill.
Churchill raconte comment, pendant les six jours qui ont précédé l’ordre d’embarquement pour les côtes normandes, le politicien le plus respecté d’Angleterre, va tenter de s’opposer à une opération dont il pense qu’elle sera un échec et se terminera en « boucherie ». Au cours de la reconstitution de ces six jours terribles, on va voir un vieux Lion, usé par l’âge, l’alcool et la dépression, livrer et perdre son dernier combat.
 
 
POINTS FORTS
- Dense, concentré (sur six jours), le scénario est d’une belle habileté. En même temps qu’il révèle les dessous d’une opération cruciale pour l’issue de la Seconde guerre mondiale, il dresse le portrait intime de l’une des plus grandes figures politiques du XXème siècle. 
C’est d’autant plus bouleversant que ce portrait est celui d’un très grand homme d’Etat vieillissant (69 ans) et malade (gravement dépressif), qui se désespère de ne plus parvenir à se faire ni comprendre, ni entendre, en dépit du respect qu’il inspire encore.
- L’interprétation de Brian Cox en Churchill est stupéfiante. Méconnaissable, l’acteur écossais, non seulement  restitue avec une fidélité scrupuleuse l’image publique de l’homme politique anglais, celle d’un bougon caractériel à l’intelligence hors du commun, mais il donne à découvrir qu’il était dans le privé, un humain comme les autres, faillible, torturé et blessé.
- Dans ce film d’hommes, on apprécie la présence d’une femme, celle de l’épouse du grand homme. Elle est interprétée par Miranda Richardson, une comédienne qui sait ce que nuance veut dire.
 
POINTS FAIBLES
- Si la photo est belle et les cadres soignés, le film, dans sa forme, est un peu théâtral et solennel. Le réalisateur a peut-être eu peur de bousculer l’image iconique du héros de son film.
- Le rythme est un peu trop lent aussi. Mais comment accélérer le récit d’heures qui ont tant  pesé dans l’Histoire ?
 
 
EN DEUX MOTS
Voilà donc Churchill une nouvelle fois encore propulsé « star » de cinéma. Mais ce film là n’est pas un film de plus. C’est un film qui éclaire la personnalité de cet homme politique d’exception. On y apprend, que, sous sa carapace de vieux lion revêche et prompt à la colère et à la réprimande, se cachait un homme sensible. Un homme qui avait un grand respect de la vie humaine. Un vieux sage insupportable, en somme.
Certes  le film de Jonathan Teplitzky souffre, dans sa lenteur, d’une sorte de maniérisme, d’un manque de budget aussi, qui l’a contraint à réduire les décors. Mais il captivera ceux qui s’intéressent aux dessous de la petite et la grande Histoire.
Et puis, il y a l’interprétation d’un acteur nommé Brian Cox, qui n’a rien à envier aux aînés, tels que Richard Burton et Albert Finney, qui l’on précédé dans le rôle de Churchill .
 
 
UN EXTRAIT
 Ou plutôt trois phrases prononcées par Churchill dans le film :
- « Je ne resterai pas les bras croisés à écouter à la radio les soldats se faire massacrer ».
- « Des hommes mourront demain. N’en laissez pas un seul mourir en vain ».
- « La guerre m’accapare complètement. Être un chef n’est pas facile ».
 
 
LE RÉALISATEUR
Il est né en Australie, mais c’est à la Middlesex University de Londres, dont il est sorti diplômé en 1989, que Jonathan Teplitsky  fait des études de cinéma et de télévision. Après dix ans d’errance et de travail (essentiellement des spots publicitaires) dans plusieurs pays du monde, le cinéaste rentre dans son pays natal et y écrit et réalise en 2001 son premier long métrage, Better than sex, qui est choisi pour ouvrir le Festival du film de Sidney et sera ensuite acheté par plus de cinquante pays. Suivront, en 2003, Gettin’square, et, surtout,  en 2010, Burning Man qui lui vaudra de nombreux prix  internationaux. Après Les Voies du destin en 2014 Churchill est le cinquième long métrage de ce cinéaste très populaire en son pays et  qui réalise par ailleurs de nombreuses séries pour la télévision.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Procès Chirac
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires