En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Pixabay
Blues
"Tout ce que j'ai fait est cassé et abîmé" : au-delà du blues de Martine Aubry, qu'ont vraiment raté les politiques du monde d'avant EM ?
Publié le 02 juin 2017
Martine Aubry a déclaré : "j'ai l'impression que tout ce que j'ai fait dans ma vie est abîmé, cassé." Derrière ce sentiment de "champ de ruine", se cache une réalité : l'ancien monde se meurt et le nouveau tarde à apparaître.
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Favre est journaliste politique au bureau parisien de La Voix du Nord.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Voir la bio
Hervé Favre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Favre est journaliste politique au bureau parisien de La Voix du Nord.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Martine Aubry a déclaré : "j'ai l'impression que tout ce que j'ai fait dans ma vie est abîmé, cassé." Derrière ce sentiment de "champ de ruine", se cache une réalité : l'ancien monde se meurt et le nouveau tarde à apparaître.

Atlantico : Qu'est-ce que la déclaration très pessimiste de Martine Aubry dans La voix du Nord dit de la société et des idéaux qu'elle considère comme perdus et cassés par la présidence d'Emmanuel Macron ? Derrière cette impression qu'ont raté les politiques de la génération de Aubry ? 

Hervé Favre : Je crois que c'est une amertume qui ne date pas d'aujourd'hui. Cela avait déjà commencé sous le quinquennat de François Hollande. C'est elle qui avait eu les mots les plus durs à l'égard de l'ancien Président dans une fameuse tribune de février 2016. Je crois qu'on n'a rien trouvé de plus violent en tant qu'attaque, que ce soit sur la déchéance de nationalité, sur la question des migrants puis la réforme du travail. Et même si elle ne s'est jamais définie comme une frondeuse, elle était quand même largement de leur bord. Elle constate que sa vision politique n'est pas celle suivie par son camp. Et avec Emmanuel Macron aujourd'hui – dont elle a pu dire tout le bien dont elle pensait pendant une conférence de presse – elle exprime son raz-le-bol. La loi Macron avec le travail du dimanche auquel elle est complètement opposée... elle exprime par cette amertume son total désaccord.

Mais cela traduit aussi une amertume sur le plan local. Elle avait obtenu un accord passé avec François Hollande lui-même qui assurait la première circonscription lilloise à son dauphin François Lamy débarqué de l'Essonne au grand dam des socialistes lillois. Il se retrouve face au référent d'Emmanuel Macron dans le Nord – donc pas n'importe qui – dans une circonscription comptant 23 candidats inscrits... Bref la situation est extrêmement compliquée. Et comme Aubry veut faire de Lamy son successeur à la mairie de Lille, elle ne peut le voir perdre sa circonscription – qui est historiquement socialiste, celle de Pierre Mauroy. L'amertume est totale : elle a perdu la communauté urbaine avec la perte de Roubaix et Tourcoing. Elle a perdu la fédération du Nord. C'est comme si tout s'effondrait autour d'elle.

 

Virginie Martin : Les organisations partisanes ont certainement échoué à mettre en place une sorte de démocratie interne. Cela parait le plus important de faire en sorte que les partis puissent être ouverts pour pouvoir travailler avec plus de gens, pour que les militants soient plus entendus... Le Parti socialiste a beaucoup essayé de le faire, mais cela paraissait un peu artificiel. Cela a engendré énormément de frustrations. Nicolas Sarkozy a effectué quelque chose d'assez similaire à droite, mais ces initiatives n'ont jamais abouti.

 

Ensuite, il faut noter le manque d'innovation politique (et donc de courage politique) de peur de perdre un bout de pouvoir dans la bataille. En marche ! connait déjà cela aujourd'hui, en créant une coalition anticipée afin de capter les votes de la droite libérale. Le problème c'est la conquête et la conservation du pouvoir. Cette présidentielle le confirme et est une catastrophe du point de vue du choc de légitimité du Président actuel. 25% d'abstention, plus de 10% de blanc et de nul : c'est du jamais vu, ce niveau de défiance. On en arrive là aujourd'hui et si cette génération d'Aubry a manqué à ses devoirs sur ses points, En Marche lui emboite le pas.

 

Et derrière toutes ces questions, je crois qu'ils n'ont pas réussi à rentrer dans la modernité et ce qu'elle impose du point de vue du temps : les citoyens aujourd'hui sont des électeurs car des consommateurs. Il faut aller vite, suggérer, plaire et vendre de l'émotion. C'est quelque chose de difficile à intégrer pour un politique qui s'inscrit dans le temps long et l'idéal programmatique (c'est ce que Macron a su faire). C'est du marketing politique.

 

Le problème est celui de l'espace. L'ancrage national et régional est très compliqué parce nous mêmes sommes mobiles. C'est ce tournant de l'ultra-modernité qui n'ont pas su saisir par noblesse politique, par difficulté à maitriser le supermarché politique.

 

Pourquoi Aubry a ce sentiment selon vous de "champ de ruine" ? 

Virginie Martin : Le champ de ruine c'est celui de la gauche : tous les mots clés de la gauche ont disparus au profit d'un grand supermarché politique dans lequel les électeurs font des zig-zags, titubant de promotions en promotions. Il n'y a plus d'identification partisane, et pour une personne comme Aubry qui est une femme de parti, c'est la fin d'un monde. C'est peut-être encore plus grave que ce que dit Aubry, c'est que la Politique n'est plus adaptée à ce que nous sommes. Et cela va plus loin que le PS. Et voir la droite et la gauche passer le Rubicon et se couper de tous les mots-clés qui ont fait leur engagement politique c'est complètement perturbant.

Les macronistes n'arretent pas de parler de nouveau et ancien monde. Qu'est-ce qui caractérisait, selon vous, cet ancien monde et au final est-ce que le nouveau est bien différent ? 

Virginie Martin : Je n'ai toujours pas compris ce qu'est le "nouveau monde" d'Emmanuel Macron. Est-ce faire de l'ouverture ? Sarkozy l'avait déjà fait avec Kouchner et Fadela Amara. Je ne vois pas en quoi sa vision du monde et de la politique est plus novatrice que celle de Benoit Hamon. Et quant à l'ancien monde, je ne le connais pas non plus. En tout cas, je ne vois pas en quoi Macron incarnerait le renouveau en politique. L'âge ne suffit pas. Il est entouré de vieux de la vieille (Gérard Collomb!) en plus. Bayrou ! Le casting est électoral, mais qui rappelle certainement et considérablement les pires moments de l'ancien monde. En tout cas ce n'est en rien moderne. Darmanin et Ferrand ne pensent pas pareil, j'ose le croire, et ont donc deux visions de la société. Si l'essentiel c'est d'avoir la majorité à l'Assemblée, c'est très ancien monde. Et en plus Macron a repris une verticalité présidentielle qui est celle de De Gaulle ou Mitterrand... on n'est pas face à Mark Zuckerberg, ce n'est en rien innovant. L'Europe de Jean Monnet, ce n'est pas moderne !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
04.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Cervières
- 28/05/2017 - 12:45
Avis déjà ancien
"j'ai l'impression que tout ce que j'ai fait dans ma vie est abîmé, cassé." C'était le discours qu'ont du recevoir les personnels après son passage chez PECHINEY.
lepaysan
- 28/05/2017 - 00:33
Le retour des libertés individuelles
sur l'idéologie et des gens qui vont créer leur propre emploi. Fini l'état qui impose aux citoyens un mode de vie et de pensée, Madame la fonctionnaire technocrate
lémire
- 27/05/2017 - 20:57
Tout se paye
Aubry n'a pas amélioré son image lors de 35h pour la fonction publique (en fait 31h, 32h...), et elle s'est aliéné les cadres en se faisant tirer l'oreille pour les jours de temps libre. Elle n'a pas amélioré son image en bourrant les urnes aux congrès PS, en sciant la branche de différents gouvernements socialistes, sans se mouiller. Elle incarne une gauche qui a mis beaucoup d'énergie à stigmatiser son électorat historique, à se moquer de ses craintes et de son ressenti, à s'allier aux plus fanatisés des bobos pour de maigres résultats électoraux. Et n'oublions pas qu'après avoir été Directrice des Relations du Travail dans les années 80, elle a pantouflé comme DRH dans un grand groupe. Elle incarne une gauche moralisatrice, inconséquente, frileuse et hypocrite, pas les . "fonctionnaires de la politique".