En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© MANDEL NGAN / AFP
Encombrant
L’Arabie Saoudite, l’allié bien encombrant de Washington
Publié le 23 mai 2017
La coïncidence pouvait difficilement être plus symbolique : le jour du sacre de Hassan Rouhani, pour un deuxième mandat à la tête de la présidence iranienne, Donald Trump était reçu en grande pompe par le Roi Salmane en Arabie Saoudite pour un grand sommet de l’Islam Sunnite. C’était voulu.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La coïncidence pouvait difficilement être plus symbolique : le jour du sacre de Hassan Rouhani, pour un deuxième mandat à la tête de la présidence iranienne, Donald Trump était reçu en grande pompe par le Roi Salmane en Arabie Saoudite pour un grand sommet de l’Islam Sunnite. C’était voulu.

Un choix pour le moins surprenant pour un premier déplacement international d’un Président américain nouvellement élu. En effet, ces derniers avaient tendance à réserver leur premier déplacement chez leur voisin immédiat mexicain ou canadien. D’autres destinations auraient pu faire davantage de sens au vu des grands enjeux internationaux. L’émergence de l’Asie avec comme symbole Beijing, la relance de l’alliance atlantique et l’Europe menacé par le populisme avec Berlin ou encore cette guerre froide résurgente avec Moscou en filigrane. Mais non, Donald Trump a choisi le pays musulman le plus rétrograde, berceau du wahhabisme, pour marquer les esprits.

Choisir l’Arabie Saoudite parmi les 49 pays qui ont une population à majorité musulmane même sous prétexte de faire la tournée des grandes religions révélées bibliques n’est pas anodin. En effet, l’Arabie Saoudite ne représente en rien le monde musulman dans son ensemble. Certes, le pays comprend en son sein les deux principaux lieux sacrés de l’Islam avec la Mecque et Médine et fut le lieu de naissance du prophète de l’Islam. Mais les hasards de la géographie à part, l’Islam est tout sauf le wahhabisme saoudien. Le Buddha est né en Inde mais le Bouddhisme se trouve surtout ailleurs. L’Arabie Saoudite avec sa population nationale (hors travailleurs étrangers) ne représente que 17 millions de musulmans dont 7 millions de Wahhabites soit une fraction infinitésimale des 1,6 milliards de musulmans qui rejettent le wahhabisme. En fait, les seuls musulmans qui s’identifient à la forme salafiste de l’Islam incarné par le wahhabisme saoudien ne sont que les membres de Daech, les Talibans Afghans, le Boko Haram nigérian et des minorités extrémistes au Pakistan et dans le Caucase. Quelle représentation incarne donc ce pays pour qu’il devienne le choix du Président américain pour s’adresser au monde musulman ?

S’il pourrait être vrai que les quelques 350 milliards de dollars de contrats dont un tiers de contrats d’armement annoncés lors de cette visite seraient susceptibles de justifier la raison d’Etat pour les Américains, dans la pratique, il en va autrement. Les réserves de l’Arabie Saoudite sont aujourd’hui inférieures à 400 milliards de dollars soit presque moitié moins qu’il y a trois ans, date marquant la baisse des cours pétroliers. Or, l’Arabie saoudite, menacée par une faillite financière à horizon 2020 a gravement besoin de cet argent ne serait-ce que pour maintenir la paix sociale domestique menacée par une politique d’austérité imposée à sa propre population et une guerre meurtrière au Yémen. C’est d’ailleurs pour ces raisons que l’administration Obama s’était abstenue d’autoriser de telles ventes d’armement en considérant, notamment pour ce qui est de missiles guidés que ça concourrait à davantage de massacre de la population civile yéménite qui compte déjà au bout de 3 ans de guerre 30,000 morts civils. Le Yémen, affamé, continuera donc à être pris en otage par les saoudiens depuis cette opération militaire qualifiée de « tempête décisive » dont le seul aspect décisif est la crise humanitaire qu’elle a causé au Yémen. A moins que Donald Trump considère que ces contrats représentent un dédommagement pour le 11 septembre dont l’immense majorité des terroristes était composée de Saoudiens !

Par ailleurs, lancer un appel au départ de Ryad, capitale d’un pays avec un passif inégalé dans le domaine des droits de l’homme à destination des pays musulmans ne véhicule pas l’image respectueuse que la plus grande démocratie du monde est en droit d’avoir. Il en va de même du combat contre le terrorisme islamique dont le principal financier d’après les aveux mêmes du pouvoir de Ryad serait la « société civile » saoudienne.

In fine, c’est quand même extraordinaire que l’appel au combat contre le terrorisme soit lancé au départ d’un pays qui est la principale source tant du financement que l’idéologie des mouvements terroristes sunnites qui ravagent le Moyen-Orient comme Daech ou Al-Nosra.

A moins que dans l’esprit des uns et des autres les « terroristes » soient la minorité chiite ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
02.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
03.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
04.
Iran-États-Unis : la tension est à son comble
05.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
07.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 24/05/2017 - 23:35
Seule une fraction de la noblesse wahabite...
finance le terrorisme islamiste. Et elle le finance contre l'avis de la majorité arabe. Si on veut combattre le terrorisme, il faut combattre ses sources de financement, et donc, inciter les Saoudiens à Combattre les financements occultes ou tolérés, "au nom de la religion". Voilà ce qu'ont dû expliquer les "deal-makers" de Rex Tillerson au nouveau Président: "combattez le terrorisme à sa racine financière, en Arabie saoudite, en vous alliant avec les pacifistes modérés!"...pas bête du tout et parfaitement logique! La diplomatie de phoques français est incapable d'avoir ce type de raisonnement intelligent...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 23/05/2017 - 15:16
Prêt à tout !
Pour dire le contraire d'Obama, Et ramasser 370 millards de dollars de contrats......
L'Arabie Saoudite soutient ouvertement l'EI, mais Trump voit l'Iran......difficile à suivre pépère !! Il nous ferait pas un AVC ??
Fleurs2jasmin
- 23/05/2017 - 13:43
J'hallucine, il n'y a rien
J'hallucine, il n'y a rien que l'arabie ne fasse qui soit en contradiction avec les textes islamiques !!!! 2 organisations appliquent a la lettre l'islam L'arabie et Daesh et je mets au défi n'importe qui de me démontrer le contraire !