En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

03.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

06.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

07.

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 13 heures 57 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 15 heures 48 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 17 heures 17 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 18 heures 35 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 19 heures 14 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 13 heures 43 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 14 heures 31 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 15 heures 15 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 15 heures 37 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 17 heures 2 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 18 heures 19 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 18 heures 53 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 20 heures 4 sec
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 20 heures 50 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Quelle direction ?

Ralliés, bienveillants ou opposants... Et pendant que la droite d'en haut se divise sur l'écueil Macron, où va la droite d'en bas ?

Publié le 19 mai 2017
Les réactions de la droite "d'en bas" quant à la main tendue par Macron sont partagées entre sidération et attentisme.
Guillaume Inigo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chargé d'études chez BVA Opinion
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les réactions de la droite "d'en bas" quant à la main tendue par Macron sont partagées entre sidération et attentisme.

Atlantico : Quels sont les priorités de cette "droite d'en bas" qui a voté Nicolas Sarkozy en 2007 et 2012 mais a abandonné Fillon en 2017 ? La sécurité ? L'emploi ?

Guillaume Inigo : Il est d’abord utile de souligner qu’effectivement, François Fillon a peu bénéficié du soutien de l’électorat populaire, des employés et des ouvriers, contrairement à Nicolas Sarkozy en 2007.

Pour rappel, Nicolas Sarkozy avait bénéficié au 1er tour de 2007 de 32% des voix des employés et 26% des voix des ouvriers (source CEVIPOF Enquête post-électorale présidentielle 2007) contre respectivement 11% et 7% en faveur de François Fillon (source BVA Décrypter le vote des Français au 1er tour).

 

Une question peut se poser quant à l’adéquation des attentes des catégories populaires avec les propositions de François Fillon. En cela la comparaison des enjeux ayant structuré le vote des catégories populaires et des électeurs de François Fillon est éclairante :

-          Premier enjeu cité par les catégories populaires ayant voté au 1er tour, l’immigration est citée à hauteur de 36% contre 30% auprès de l’électorat de F.Fillon (4ème enjeu cité)

-          Le pouvoir d’achat (24%) et la lutte contre les inégalités sociales (20%) sont des sujets particulièrement cités par les catégories populaires alors qu’ils ressortent comme moins importants auprès de l’électorat de Fillon (respectivement 15% et 3%)

-          Finalement François Fillon a davantage capté des voix autour de sujets importants pour les retraités. Un exemple frappant : la réduction de la dette publique est un des deux enjeux les plus importants dans son électorat, cité à 41% contre 9% seulement pour les catégories populaires.

 

On note un vrai décalage donc entre les attentes des catégories populaires et les sujets qui ont porté François Fillon, d’autant plus qu’il proposait un projet de réforme économique et du travail potentiellement anxiogène pour ces catégories de populations (sans parler de la sécurité sociale).

 

Soutiennent-ils le ralliement à Emmanuel Macron ? Ou y voient-ils une trahison ?

Maxime Tandonnet : C’est difficile à dire aujourd’hui car il y a sans doute des différences entre les uns et les autres. Cette droite d’en bas est profondément désemparée. Après le retrait de Nicolas Sarkozy, elle n’a pas retrouvé de leader. Elle est assommée, ne sait plus où elle en est. Elle observe l’étrange silence de ses chefs, Sarkozy, Juppé, Fillon qui eux-mêmes sont partagés et sous l’effet d’une sorte de sidération. Il est probable que la droite d’en bas est dans l’attentisme. Sur ses priorités, la sécurité, la maîtrise des frontières, la Nation, elle attend de voir quelles seront les décisions du gouvernement. Toutefois, dans sa majorité, la droite d’en bas n’est probablement pas dupe de ce qui se passe en ce moment. Elle se montre sceptique envers le nouveau pouvoir, la place qu’il donne à la communication et aux calculs personnels ne lui a pas échappé. Ses contradictions non plus. Elle n’est sûrement pas en train d’opérer un ralliement de masse. 

 

Guillaume Inigo : De fait, dès le 1er tour, les catégories populaires avaient davantage voté Marine Le Pen, dynamique confirmée au 2nd tour (49% des voix de l’électorat populaire contre moins de 34% chez les Français au 2nd tour). Elles ne se sont certainement pas senties trahies par un candidat qui avait peu d’écho auprès d’eux.

Rappelons de plus que la droite avait perdu la précieuse conquête de 2007 des employés et ouvriers au profit de François Hollande en 2012 : 6 sur 10 avaient voté Hollande au 2nd tour de la présidentielle (source Enquête IPSOS au lendemain du 2nd tour de 2012) et ils n’avaient visiblement pas estimé que la droite (et Nicolas Sarkozy) avait répondu à leurs préoccupations.

 

La question pourra se poser en revanche à l’égard des personnalités de droite ayant rallié Emmanuel Macron au-delà du seul « Front Républicain » : auprès des électeurs de droite la rupture peut s’avérée profonde, à l’image de François Bayrou qui n’a jamais retrouvé la sympathie de l’électorat LR depuis son choix de voter Hollande en 2012.

Idéologiquement, sont-ils plus conservateurs et autoritaires ou centriste, européens et libéraux ? Est-ce que Macron peut récupérer ces électeurs ? 

Maxime Tandonnet : Idéologiquement, la droite d’en bas est assez proche, me semble-t-il, de la vision qu’incarnait Nicolas Sarkozy, dont l’échec tient plus à des attitudes personnelles qu’à des questions de fond. Elle est dominée par le réalisme et non l’idéologie. Elle attend l’efficacité et le volontarisme d’un gouvernement dans la lutte contre l’insécurité, la maîtrise des frontières, la cohésion nationale, l’autorité républicaine. Elle est libérale sur le plan économique mais sans excès, croit aussi à l’intervention de l’Etat pour protéger les intérêts de la France en matière industrielle. Elle est européenne mais pas européiste. Les transferts de compétences à Bruxelles ne sont pas un but en soi, même si la droite d’en bas est parfaitement consciente de l’importance de l’unité politique de l’Europe face aux périls planétaires. Elle attend un Etat ferme et autoritaire qui assure la cohésion nationale, la lutte contre le communautarisme sous toutes ses formes. Emmanuel Macron pourrait en effet, à terme, récupérer ces électeurs sous réserve de répondre, dans les faits, à leur attente d’un Etat fort et protecteur et d’une politique respectant les intérêts de la Nation. Aujourd’hui nous n’en sommes pas là. 

Guillaume Inigo : En termes de valeurs une certaine distance peut exister avec Emmanuel Macron. Si des valeurs cardinales sont partagées par l’ensemble des Français (Travail, Justice…), la liberté par exemple sera davantage mise en avant par les électeurs d’Emmanuel Macron que les catégories populaires. Par ailleurs celui-ci a davantage parlé et conquis les diplômés, urbains, cadres que les catégories populaires. Le dossier de l’Europe a été un vrai marqueur dans l’opinion lors de cette élection, 2ème sujet le plus important pour les électeurs d’Emmanuel Macron au 1er tour (7ème sujet cité par les catégories populaires).

 

Même s’ils sont plutôt éloignés idéologiquement d’Emmanuel Macron celui-ci pourra les convaincre si les résultats sur les sujets qu’ils valorisent sont au rendez-vous, notamment la question de l’emploi, de l’économie mais aussi de la protection des plus fragiles sur le marché du travail. L’amélioration de leurs perspectives économiques sera décisive si Emmanuel Macron veut les rallier à lui. Evidemment la question pour le nouveau Président sera de savoir si les législatives lui permettront d’appliquer son programme pour que les éventuels effets positifs sur ces sujets lui soient attribués.

 

Au regard de ces réponses, peut-on dire qu'il y a une certaine confusion dans l'électorat populaire de droite ? Est-ce qu'Emmanuel Macron a réussi à "piéger" les électeurs de droite notamment à travers la composition de son gouvernement ? 

Maxime Tandonnet : Comment le dire avec certitude en l’absence d’enquête d’opinion sur ce point ? Intuitivement, je ne le pense pas. Il me semble que le bon sens populaire est une réalité. Les électeurs, de droite comme de gauche, ressentent bien les intentions qui se profilent derrière ce gouvernement, la part qu’il donne à la communication et aux récupérations politiciennes, aux recyclages. Certes, il n’y a là rien de nouveau, mais plutôt le sentiment de déjà-vu. On parle beaucoup de recomposition et de renouvellement. C’est vrai en façade, au niveau des apparences. Mais sur le fond, dans les méthodes, les comportements, la conception de la politique au service de l’ego plutôt qu’au service du bien public, la continuité semble prévaloir. Cela s’appelle faire du neuf avec du vieux. Le piège fonctionne-t-il au niveau de l’électorat ? Nous en saurons davantage au moment des législatives. Mon sentiment est qu’un profond scepticisme règne sur le pays qui ne voit rien de bien nouveau, par delà la surface médiatique des choses, dans le paysage politique français. 

Guillaume Inigo : L’avenir politique est aujourd’hui tellement incertain (quelle majorité à l’assemblée ? quelle recomposition ?) qu’il est un peu tôt pour le dire. Comme indiqué ci-dessous ce sont plus des questions pragmatiques qu’idéologiques qui auront un réel impact.

 

Et qu'en est-il de la droite elle-même ? Comment peut-elle réagir ? 

Maxime Tandonnet : Elle est dans une position invraisemblable en ce moment. Elle vient de connaître, avec les présidentielles de 2017, le pire échec de son histoire : perdre une élection qui paraissait imperdable. Elle est responsable de cet échec : esprit d’imitation de la gauche à travers les catastrophiques primaires, incapacité à s’adapter à la situation lors du scandale touchant François Fillon. Pourtant, elle semble tenir dans son ensemble, par-delà les ralliements individuels à l’équipe Macron. Il lui faut se reconstituer sur le plan des idées, savoir où elle veut aller en matière d’Europe, de politique économique et sociale, de sécurité, de frontières. La crise du Front national est une occasion de ramener une partie de l’électorat désespéré à une vision plus modérée et constructive. On peut comprendre l’attitude de fermeté de la droite vis-à-vis de ses membres qui ont choisi de rejoindre la présidence Macron. La politique est une affaire collective, pas seulement de plans de carrière individualistes. Il est choquant de voir des personnes qui doivent absolument tout aux investitures accordées par une formation politique et qui soudain décident de s’affranchir de toute solidarité et esprit d’équipe. Il n’est pas du tout sûr que les électeurs apprécient cette attitude. Pour autant, la droite, le parti républicain, doit réinventer une nouvelle forme d’opposition, ferme, mais constructive, susceptible de soutenir les aspects positifs d’une politique, surtout si les élections législatives débouchaient sur l’absence d’une majorité présidentielle. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (35)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 18/05/2017 - 22:13
@langue de pivert. Si, si il
@langue de pivert. Si, si il y en a un et il a meme des c.. au c.. Il a tellement ete moque, sali, et villipende, qu' il a disparu des radars.. Il faut esperer qu' il soit oblige de rappliquer a cause, effectivement, des petits caporaux qui s' essaient, sans succes, d' insuffler un peu d' elan pour les prochaines elections legislatives..
cloette
- 18/05/2017 - 19:29
@langue de pivert
moi ce sera toujours un vote anti -majorité pour Macron . Pour le FN , car il ne faut pas qu'il disparaisse, car il ne parle pas le politiquement correct et c'est une bonne chose . De toute façon les LR n'auront pas de majorité (sondages) .
Ganesha
- 18/05/2017 - 19:18
Paulquiroule
Paulquiroule, vous devriez essayer de trouver un argument plus convainquant que votre éternelle ''Émigration à Coblence'' ! Pour Whirlpool, comme pour les millions d'emplois perdus depuis des années dans la désindustrialisation, c'est le propriétaire américain, et non pas un patron français, qui a décidé de partir en Pologne ! Pour ce qui est du quatrième âge, pas de doute : on est beaucoup mieux dorloté par une haïtienne en République Dominicaine que dans un EPAD parisien !