En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Bluff
Emmanuel Macron, champion de la réforme ou de la manœuvre politicienne ?
Publié le 16 mai 2017
Ainsi, au lendemain de sa prise de fonction, Emmanuel Macron a choisi Edouard Philippe comme Premier ministre. Inconnu pour la vaste majorité des Français, le nouveau locataire de Matignon est un juppéiste, maire Les Républicains du Havre et député. Alors que la droite accuse Macron depuis des mois d’être l’héritier direct de François Hollande, il s’en détacherait apparemment en allant ratisser à droite. Au point de donner corps à son image de réformateur au-delà des courants et des partis ?
Alexis Vintray est depuis 2010 le rédacteur en chef de Contrepoints, le journal libéral de référence en France (1,3 million de lecteurs mensuels) qu'il a lancé la même année.Diplômé d'HEC Paris en management et de Paris I Sorbonne[1] en histoire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Vintray
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Vintray est depuis 2010 le rédacteur en chef de Contrepoints, le journal libéral de référence en France (1,3 million de lecteurs mensuels) qu'il a lancé la même année.Diplômé d'HEC Paris en management et de Paris I Sorbonne[1] en histoire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ainsi, au lendemain de sa prise de fonction, Emmanuel Macron a choisi Edouard Philippe comme Premier ministre. Inconnu pour la vaste majorité des Français, le nouveau locataire de Matignon est un juppéiste, maire Les Républicains du Havre et député. Alors que la droite accuse Macron depuis des mois d’être l’héritier direct de François Hollande, il s’en détacherait apparemment en allant ratisser à droite. Au point de donner corps à son image de réformateur au-delà des courants et des partis ?

Edouard Philippe, un débauchage bien modeste

On ne peut qu’être surpris par le choix d’Edouard Philippe comme Premier ministre, un politique sans aucune expérience ministérielle ou nationale à part un mandat de député pendant 5 ans, pour lequel il ne briguait même pas la réélection à cause du cumul de mandat (préférant son mandat local de maire). 

Alors qu’Emmanuel Macron avait cité l’expérience parlementaire comme critère de choix pour son premier ministre, le bilan es mince là aussi : le maire du Havre n’a pas marqué le Palais Bourbon par son activité, ne déposant ni rapport ni proposition de loi selon le site NosDeputés et ne déposant que 6 amendements ou ne posant que 8 questions orales en 5 ans, soit moins de 2 par an. Selon le même site, il est sur tous les critères dans les 150 députés les moins assidus à l’Assemblée Nationale. Peu glorieux.

Sans rien retirer au mérite du nouveau Premier Ministre, on comprendra qu’il ait accepté plus facilement Matignon que d’autres politiques de droite plus capés… Le principal fait d’armes d’Edouard Philippe semble se situer dans le parcours scolaire brillant, comme un certain président de la République : après une prépa littéraire (comme Emmanuel Macron), il n’intègre pas Normale Sup (comme Emmanuel Macron) mais va à Sciences Po (comme Emmanuel Macron) puis à l’ENA (comme Emmanuel Macron). Un énarque de plus aussi, comme le soulignait Eric Verhaerghe. Les Français qui manifestent depuis des années leur envie d’un renouvellement apprécieront.

Emmanuel Macron, roi de la manœuvre politicienne ?

Au vu de l’ambition des réformes qu’Emmanuel Macron soutient, le choix d’un politique sans aucune responsabilité nationale interroge donc. Y a-t-il vraiment une volonté réformatrice assumée chez Emmanuel Macron ou juste des petits calculs politiques pour laisser un champ de ruines politiques chez ses adversaires ? Ou un peu des deux ?

Si on est positif, c’est la compatibilité du nouveau premier ministre avec la droite et la gauche qui explique cette décision. Si on est cynique, c’est surtout qu’il semble n’avoir pas grande idéologie ou idée politique bien arrêtée. Comme si Emmanuel Macron cherchait encore et toujours à ne pas choisir et à croire qu’il peut faire plaisir à tout le monde.

Emmanuel Macron continue à refuser de choisir, Ça peut marcher pour une législative et être un bon calcul politique immédiat mais c’est inquiétant pour la suite. On se souvient de l’ouverture à droite de Nicolas Sarkozy, avec les mêmes objectifs de créer la confusion à gauche. Le succès n’avait pas franchement été au rendez-vous.

Il est temps de sortir de l’ambiguïté

Le programme d’Emmanuel Macron est riche en mesures salutaires pour la France (simplification massive du code du travail, lutte contre les rentes, baisse de l’impôt sur les sociétés ou du nombre de fonctionnaires, etc.). Mais si la réforme de Macron se limite à rajeunir l’âge des énarques présents au gouvernement, l’amélioration n’est pas pour demain. 

La confusion des genres n’a jamais plus convaincu les Français, il y a urgence pour Emmanuel Macron de sortir des petites manœuvres et de choisir dans les orientations contradictoires de son programme pour offrir le changement qu’il a promis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Européennes : François-Xavier Bellamy a exposé sa vision de l'Europe face à Nathalie Loiseau lors d'un débat organisé par l'Institut Montaigne
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tananarive
- 17/05/2017 - 09:02
La caste de l'ENA.
Sciences po, l'ENA, le conseil d'état, on retrouve des gens qui ont fait le même parcours et ont essaimés dans divers partis politiques mais qui en réalité ne reconnaisse que la caste et sont prêt à s'allier pour les avantages de cette nouvelles noblesses. Macron nous parle de société civile, pour lui c'est un haut fonctionnaire qui est allé pantoufler dans une grosse société genre RATP, SNCF, ou AREVA, tient comme le premier ministre. Je voyais à la télé une candidate de la société civile, directrice d'école.
clint
- 16/05/2017 - 21:11
Dès le gouvernement formé il risque d'avoir des pbs !
Face aux entreprises qui ferment, aux gens licenciés sans avenir, à la préparation sur le terrain des élections du parti de Mélenchon, il faudra qu'il se mouille ! Ca va être instructif !
lémire
- 16/05/2017 - 20:01
encore heureux !
... que le Président sache manœuvrer politiquement, s'il veut réformer.