En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français

Macron, les entrepreneurs, l’ubérisation politique et la théorie du chaos

Publié le 09 mai 2017
Cette élection commence seulement à nous surprendre. Nous pensions avoir connu la plus grande ubérisation politique, par une nouvelle plateforme, venue se placer au centre du jeu électoral, et captant la valeur que les partis anciens ont su briser avec une belle régularité depuis 30 ans.
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette élection commence seulement à nous surprendre. Nous pensions avoir connu la plus grande ubérisation politique, par une nouvelle plateforme, venue se placer au centre du jeu électoral, et captant la valeur que les partis anciens ont su briser avec une belle régularité depuis 30 ans.

On pense encore que la jeunesse, la surprenante ascension d’un homme encore inconnu il y a 3 ans du grand public est le fait marquant de cette élection présidentielle de 2017. On pense que l’écroulement des partis traditionnels, que nous souhaitions majoritairement depuis si longtemps, depuis que nous avions compris que seule une bonne claque et coup de pied dans le fondement de leur conception de la république permettrait de les pousser à la réforme, est l’événement majeur de cette élection de 2017. On pense que le plafond de verre qui  résiste utilement à la famille Lepen et le taux record des votes nuls est l’événement marquant de cette élection de 2017.

Ce n’est pas faux, mais loin d’être suffisant. Analyse entrepreneuriale et ubérisante.

L’ubérisation de la sociétéDe la politique ? Nous l’annoncions dans notre livre (Ubérisation : Un Ennemi qui vous veut du bien ? Dunod) récemment. Le désespoir des populations totalement mal adressé par la classe politique, nié par les élites, vue de haut par une monarchie déconnectée devait inévitablement conduire au déclassement des plateformes traditionnelles. Uber versus G7 ou Macron/Mélanchon/Lepen contre l’UMPS comme il est devenu courant de les appeler, c’est la même chose. La valeur, ou ce qu’il en reste est captée par de nouveaux acteurs, plus agiles, ou capables de fournir plus de facilité et de confort à des « conso-voteurs » prêts à n’avoir qu’à glisser leur main sur l’urne, comme le doigt sur le Smartphone.

Et de la facilité il y en a eu. Des arguments démago à la limite de la nausée pour les extrêmes, malgré un certain talent il faut l’avouer, surtout chez JLM. Une absence de programme côté Macron qui évitait le mal de tête. L’ubérisation gagne par la facilité et aide à son adoption, par l’absence de réflexion. Pour le coup, on était servi ! Une nouvelle plateforme remplace, au moins provisoirement, l’ancienne, qui maintenant en appelle au peuple pour la sauver, se prenant pour le soldat Ryan. Le score à peine tombé, la droite appelle à empêcher Macron de gouverner, pour lui interdire de démontrer qu’il ne pourra faire que mieux, et en tous cas, pas pire (ce qui serait Olympique). Le PS n’appelle à rien car il n’existe plus, mobilisé derrière…personne ! Dépassé à gauche et déserté à droite, le PS n’est qu’une ombre dont les figures cherchent un perchoir pour ne pas finir sous terre.

 

Macron a capté la valeur, mais ne peut la saisir totalement. C’est le problème. Dans la 5ème République on a certes le 49.3 et les ordonnances, mais il faut aussi composer avec l’assemblée nationale, malgré sa faible fréquentation à certaines heures et la maison de retraite sénatoriale. Nos chambres législatives, qui sont les seules à disputer aux prisons, un fort taux de surpopulation, sont souvent dépassées, mais incontournables. Il va donc falloir gagner les législatives. Et là cela se complique fortement ! Le problème de notre élection de 2017 c’est que personne ne sera capable de l’emporter. Sauf surprise, et de ce côté, nous avons été gâté jusqu’ici. En France et partout dans le monde.

La France a au maximum 5 ans, pour se saisir des réformes qui feront de notre pays une tombe de luxe ou un bolide de course. C’est notre dernière chance. La messe numérique est pratiquement dite et les USA en sont les prédicateurs. La Chine tient l’autre bout du saint suaire digital. La France peut encore, du fait de ses atouts être le leader d’une Europe capable de proposer des modèles alternatifs d’entrepreneuriat numérique. Nous en avons toutes les capacités. Mais elles exigent de donner un cadre puissant et souple à la fois à nos start-up et PME, et une capacité à nos géants de ne plus être empêchés, une fois au sol, de marcher. Baudelaire entends nous !

Une France ingouvernable sera le fossoyeur de ce dernier taxi pour la réussite. Sinon ce sera le dépôt, le garage. La casse même. Or personne n’a l’intention d’aider Macron à réussir. Les politiques ne retiennent aucune leçon. Défaits par les électeurs ils se rêvent déjà en arbitres au mieux, mais surtout en casseurs. La France leur a dit NON, mais ils traduisent OUI. La défaite de Macron sera, selon eux, le moyen de ressusciter de leurs cendres déjà froides. Faire perdre la France est moins important pour eux que d’assurer leur retour. Ils sont lamentables et indécrottables. Rien à faire. Ils collent à la démocratie comme la boue aux bottes. Et Macron n’est pas Mitterrand. Capable de faire de la cohabitation une valeur à son avantage.

Nous, entrepreneurs, aimerions dire aux politiques de droite, de bien réfléchir avant de se laisser aller à leur travail de nuisance habituelle. Il faudrait qu’ils comprennent que l’échec de la France signera leur disparition. Définitive. Et l’élection du FN. Dire à Dupont-Aignan, de prendre une retraite bien méritée, car une fois racheté à bon marché, il ne mérite même pas les soldes prochaines. Dire au PS. Vous avez dit ? Dire à Mélanchon, que de lancer le peuple insoumis dans les rues est la certitude de les mettre à la rue. Puis au rebut. Ils portent tous une énorme responsabilité, mais il n’y a aucun espoir d’en appeler à leur intelligence, elle est réduite à comprendre les échéances électorales et les fromages qu’elle garantit.

C’est pourquoi ce quinquennat risque d’être bien long et bien morne. Pas de majorité absolue signifiera un échec total. A moins que les Français ne le réalisent et donnent au Président, qui, qu’on l’aime ou non, a été élu et mérite sa chance, et la France encore plus.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Nadine Morano raciste en raison de ses propos sur Sibeth NDiaye ? Et si on réfléchissait un peu

07.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 10/05/2017 - 01:07
Depuis quarante ans, tous les cinq ans, les Français...
ont l'espoir de réformes valables (dans le sens de "évaluées par l'expérience"). Et puis...rien! Ah Si, des réformes, mais qui vont en marche arrière, à tel point que les analystes refusent de juger leurs résultats...par exemple: loi Macron-El Kohmry, quel impact sur le chômage? On ne sait pas, ou plutôt, comme pour les 35 heures, on ne veut pas savoir!...alors les Français refont les mêmes erreurs, cent fois et en pire, en revotant pour les mêmes, avec un nouveau masque...
Bobby Watson
- 09/05/2017 - 21:49
Ubériser ?
L'ubérisation des taxis a été un fiasco avec la prolétarisation des chauffeurs, l'ubérisation des notaires est ( heureusement) stoppée par l'incompétence des rédacteurs de la loi Macron ( signe de mauvais augure), l'ubérisation de la société est un mal. Rien à voir avec une utilisation intelligente du numérique, comme la propose Rafik Smati avec Objectif France.. Voir son analyse du programme de Macron ici: https://www.youtube.com/watch?v=OE334W-KuVA
Semper Fi
- 09/05/2017 - 21:26
@ikaris
Non, on peut être libéral et mondialisé sans être hors-sol. Non, on peut être à fond dans le numérique sans pour autant oublier qu'il existe d'autres secteurs moins "dématérialisés" qui sont porteurs. Non, on peut estimer que le marché unique européen est une formidable opportunité pour nos entreprises, sans vouloir d'une Europe fédérale, véritable chimère puisque la nation Europe n'existe pas. Non, on peut être ouvert à la mondialisation tout en souhaitant maîtriser (et non fermer comme certains voudraient le faire croire) ses frontières (càd contrôler ce qui entre et sort, et surtout pouvoir interdire unilatéralement l'entrée à ce que l'on ne souhaite pas). Non, on peut rejeter la société multiculti, sans pour autant raciste et fermé aux autres cultures. C'est ce chantier qui attend la droite pendant les 5 ans à venir et ce ne sont certainement pas LR ou le FN qui pourront le mener.