En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Lendemain
Emmanuel Macron : l'étrange victoire
Publié le 08 mai 2017
Les enjeux qui pèsent sur cette élection et désormais sur les épaules du président Emmanuel Macron donnent à sa victoire un goût d'inachevé. Pour lui, les ennuis commencent maintenant.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les enjeux qui pèsent sur cette élection et désormais sur les épaules du président Emmanuel Macron donnent à sa victoire un goût d'inachevé. Pour lui, les ennuis commencent maintenant.

Avec 65,68% des suffrages exprimés , la victoire d'Emmanuel Macron est "magnifique", selon le terme de François Bayrou. Le plus jeune Président de la République que la France ait se soit jamais donné, réalise un score sans appel, supérieur de quelques points aux prévisions des derniers sondages de la fin de semaine. De quoi offrir un moment de grâce au terme d'une campagne électorale chaotique, ponctuée par un débat d'entre deux tours d'une violence jamais inégalée? Inutile de rêver, c'est impossible, car la proximité des législatives n'autorise aucun répit au combat électoral, les propos des intervenants sur les plateaux de télévision l'ont montré .

Mais surtout ce chiffre mirobolant est celui d'une victoire par défaut ; il résulte du refus d'une majorité de Français de porter la candidate du Front National au pouvoir, bien plus que de leur adhésion au projet du candidat d'En Marche. Ce n'est pas illogique: le nouveau Président n'a lancé son mouvement politique il y a seulement un an et son affichage "ni droite ni gauche" a bousculé les schémas de la vie politique française. Parce qu'il venait ébranler ces schémas, les Républicains ont mis toute leur énergie pour le cataloguer à Gauche et de leur coté, les sympathisant de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon, de concert avec le Front National, l'ont dépeint avec application ,-parfois jusqu'à la caricature, en ennemi du peuple, candidat de la Finance, donc forcément de Droite. Pour le deuxième tour une partie des électeurs de François Fillon et de Jean-Luc Mélenchon ont d'ailleurs préféré voter pour Marine Le Pen ou s'abstenir ,ou encore voter blanc comme le demandaient Jean-Luc Mélenchon et l'aile dure de LR. Le soutien affiché de François Hollande entre les deux tours, les ralliements de ministres du gouvernement Cazeneuve et de nombreux députés socialistes qui sollicitent le soutien d'En Marche pour leur réélection, font à l'heure à l'heure actuelle pencher la balance vers la gauche ,car aucune personnalité de droite d'envergure ne s'est engagée aux cotés d'Emmanuel Macron. Et François Bayrou se revendique farouchement au centre, lequel est lui-même divisé. Ces classements pourraient bien voler en éclat si Emmanuel Macron parvient à imprimer une dynamique à son élection. Et c'est bien ce que redoutent tous les battus .Dimanche soir, le nouvel élu ne s'était pas encore exprimé que ses adversaires d'hier et de demain lui promettaient des lendemains difficiles ,et prophétisaient leur revanche aux législatives dans six semaines, comme s'ils cherchaient à se rassurer après leur propre échec. Jean-Luc Mélenchon , qui appelle ses électeurs " à ne rien lâcher", se verrait bien incarner l'opposition de gauche (-il est vrai que le PS ne voit même pas crédité de 10%des voix aux législatives) . Valérie Pécresse décrètait qu' "Emmanuel Macron n'a pas l'audace pour changer le pays" et François Baroin pour sa part menaçait d'exclusion tous ceux qui pourraient être tentés par un rapprochement avec le nouveau président. Bruno Le Maire pourrait franchir le pas au nom de " la logique d'intérêt général" qui doit ,selon lui, primer sur "la logique partisane". Il n'est pas le seul .Lorsque Laurent Wauquiez a déclaré " Hormis les professionnels de la soupe, il y aura peu de défections", avait-il à l'esprit que la projection des résultats sur les circonscriptions donnait Marine Le Pen en tête dans 216 et Emmanuel Macron dans 240 circonscriptions sur 577...Le vote ne correspond jamais à ces projections mais elles constituent un indicateur. C'est dire que ça va de nouveau secouer au Bureau Politique du Parti, avant la présentation du "projet", (-qui devrait reprendre les propositions de Nicolas Sarkozy de baisser l'impôt sur le revenu ,alors que les propositions d'Emmanuel Macron pour augmenter le pouvoir d'achat apparaissent beaucoup plus compliquées). Tous ces débats semblent un peu décalés voire prématurés car aujourd'hui on s'interroge avant tout sur le gouvernement qu'entend former Emmanuel Macron. Avec quel premier Ministre ? S'en tiendra-t-il a un gouvernement restreint comme il l'a promis? Et surtout, QUI seront les candidats d'En Marche aux Législatives? des femmes et des hommes nouveaux, issus de la société civile mais sans expérience politique? Ou des députés sortants PS, Centristes voire LR qui ont décidé de travailler avec le nouveau président ? Au final, restera-t-il "un espace politique entre le centrisme de Macron et la France insoumise", comme l'espère l'ancienne ministre Dominique Bertinotti? C'est toute l'inconnue des semaines à venir; c'est , le pari d'Emmanuel Macron, qui veut transformer le pays et redonner "confiance", et à l'inverse celui de ses opposants de l'en priver .

 
 
  
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
NOSTRADAMUSRIVABELLA
- 09/05/2017 - 01:47
donner au peuple UN POUVOIR MéDIATIQUE
En 1 la priorité est de donner au peuple UN POUVOIR MéDIATIQUE en lui donnant le droit et le pouvoir de convoquer l'Assemblée Nationale sur un seul sujet précis avec un nombre de signatures de 1/100 ème des électeurs en âge de voter - 470 000 + epsilon à ce jour(inscription obligatoire sur les listes )
NOSTRADAMUSRIVABELLA
- 09/05/2017 - 01:41
médiatique et judiciaire ont pris le pouvoir au peuple de FRANCE
Oui..un enfumage médiatique mondial et judiciaire français préoccupants…des lendemains difficiles pour Macron
NOSTRADAMUSRIVABELLA
- 09/05/2017 - 01:35
Résultats des votes du 7 mai 2017


Un score qui ne doit pas masquer deux phénomènes marquants de cette élection. L'abstention, qui frôle les records, à 25,8% . Et le vote blanc et nul, qui atteint aussi un niveau inédit, représentant près de 9% des bulletins . Deux phénomènes qui montrent d'une part que le front républicain n'a pas fonctionné à plein, et d'autre part que l'affiche du second tour, Emmanuel Macron contre Marine Le Pen, n'a pas convaincu les électeurs qui n'avaient pas voté pour eux lors du premier tour.
L’express

Quand l’express donne des nouvelles fausses
En effet les votes blancs c’est 8,49% et Les votes nuls c’est 3% c’est-à-dire 11,49% des votants c’est-à-dire 4 millions (en effet le nombre de votants=47 millionsX74,62% de votants=35,07 millions de votants et donc 4 millions de blancs et nuls =35,07millionsx 11,49%)

Par rapport aux 47 millions d’inscrits
Macron=49,29% des inscrits………c’est-à-dire 66,06% des votants=20,47 millions
Le Pen=25,32% des inscrits ..………c’est à dire 33,94% des votants=10,52 millions
Abstention=25,38% des inscrits et 11,92 millions