En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 3 heures 6 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 4 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 9 heures 45 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 12 heures 3 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 4 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 7 heures 18 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 8 heures 16 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 11 heures 41 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 20 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Mue

1ers sondages sur les législatives : la recomposition de la vie politique est-elle partie pour se limiter à un remplacement du PS par En Marche ?

Publié le 05 mai 2017
Au cours de cette élection présidentielle, Emmanuel Macron aura réussi à faire de son mouvement En Marche! une force capable de propositions à gauche. Le leader entend rester intraitable avec le parti socialiste. Un destin à la Tony Blair ou Gerhard Schroeder pourrait se dessiner pour lui.
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cours de cette élection présidentielle, Emmanuel Macron aura réussi à faire de son mouvement En Marche! une force capable de propositions à gauche. Le leader entend rester intraitable avec le parti socialiste. Un destin à la Tony Blair ou Gerhard Schroeder pourrait se dessiner pour lui.

Atlantico : Alors qu'Emmanuel Macron a su capter géographiquement et sociologiquement une grande partie du vote socialiste au premier tour, il apparaît que le candidat En marche continue de prospérer chez les anciens de Benoît Hamon (54% de convaincus), tout en trouvant une barrière chez les électeurs de François Fillon (36% de convaincus)  et de Jean Luc Mélenchon (29%). En définitive, Emmanuel Macron n'est il pas le nouveau candidat socialiste ? Emmanuel Macron entend-il être autre chose que le Tony Blair ou le Gerhard Schrorder français, représentant de la 3e voie ?

Jean Petaux :  Impossible de répondre en lieu et place d’Emmanuel Macron qui, contrairement à Nicolas Sarkozy, faisait pour ce dernier ce qu’il disait et annonçait ce qu’il faisait, est beaucoup plus secret, beaucoup plus taiseux et donc, forcément, dissimulateur. François Mitterrand parlait pour endormir et anesthésier profondément ses interlocuteurs ; Jacques Chirac parlait pour produire sa propre énergie mais ne disait rien en réalité puisque chez lui le mouvement tenait lieu de discours et le geste servait à masquer la parole ; Nicolas Sarkozy s’agitait pour parler et sa parole tenait lieu d’action ; quant à François Hollande, s’il parlait à tort et à travers (cf le « Lhomme et Davet ») il n’a rien dit en fait de véritablement définitif… Comme s’il nous réservait cela désormais, quand il ne sera plus rien…

Emmanuel Macron est dans un autre registre. Peu importe qu’il soit le  nouveau candidat socialiste ou pas… Ceci appartient à l’ancien logiciel politique. En fait Emmanuel Macron, à la tête d’En Marche ! est à la tête d’un protoparti au sens que Rodolphe Gouin donne à ces formations politiques en devenir avant d’être des partis en bonne et due forme. L’ambition de Macron est désormais que son « mouvement »  obtienne, en voix et en sièges,  cette première place de l’élection législative qui autorise toutes les tactiques parlementaires en suivant et surtout crée les conditions formelles de la nécessité de nouer des alliances. Est-ce la 3ème voie ? Difficile à dire.. En tous les cas ce qui se profile c’est un « mouvement » qui va devenir un « parti comme les autres » et même mieux que cela : un « parti attrape-tout » (« catch all party » ) qui va vouloir fonctionner comme un « vortex » : absorber tous les électorats (voire les militants) des autres partis et autres candidats. Alors autant le dire tout de suite : Emmanuel Macron, nouveau perturbateur endocrino-politicien, va chercher à « faire le job » de la façon la plus simple qui soit : mettre en place des politiques social-libérales, débarrassées des vieilles antiennes socialistes de la « première gauche », et développer clairement une logique européiste non plus honteuse et cachée mais revendiquée et assumée. Sera-ce la fameuse « troisième voie », chère aux personnalités de la production socialiste remaniée que sont les Giddens, Schröder ou Blair ? Je ne pense pas qu’il soit très opportun de chercher une comparaison entre Blair et Macron. Blair ne prenait pas grand-chose aux Conservateurs britanniques, Macron pour sa part récupère une partie de l’électorat et des thématiques de la droite modérée, juppéiste, moderrne et ouverte pour tout dire. Donc il me semble plus juste de parler d’un Macron qui serait le candidat de la « double voie/ voix »… et pas de la « troisième voie ».

Au cours du débat l'opposant à Marine Le Pen, Emmanuel Macron a pu afficher sa ferme opposition à la réforme pénale de Christiane Taubira. En quoi un tel geste d'autorité peut-il marquer une volonté de prendre place sur le PS lui même, tout en profitant de la faiblesse de celui ci, pour le transformer ? Peut il profiter de la déshérence des électeurs PS pour marquer une rupture idéologique, tout en captant leur vote ?

Les électeurs PS ne sont pas forcément les meilleurs défenseurs de la loi Taubira sur la réforme pénale qui, bien souvent, leur semble être une construction principielle défendue par des « Bobos » (« Bourgeois-Bohèmes ») considérés comme totalement hostiles à l’égard de toutes les formes de répression, excusant, par réflexe, les auteurs et oubliant, par aveuglement idéologique et confusion mentale, les victimes. Je ne suis pas certain non plus que les ralliements se fassent désormais à coup de mentons, à la Mélenchon en quelque sorte. Mais ce qui évident, en politique comme ailleurs, c’est que « la nature a horreur du vide ». Le vide de leadership dans l’électorat socialiste crée une situation favorable à Emmanuel Macron pour répondre à cette carence et se présenter comme le repreneur, par appartements, par lots, de l’immeuble socialiste. Mais la grande question qui va se poser alors à Emmanuel Macron sera celle-ci : « comment pouvez-vous faire croire et admettre que vous n’êtes pas un « repreneur socialiste » alors que vos principaux faits d’armes économiques et financiers sont plutôt orientés à gauche ? ».

En ayant reçu le soutient de François Bayrou, Jean Louis Borloo, ou Dominique de Villepin, Emmanuel Macron semble être en position de force sur l'électorat de centre droit. En quoi l'intégration de cette ligne politique, d'orientation social-démocrate, peut elle également participer à un rassemblement des électeurs socialistes vers une ligne politique nouvelle, et "débarrassée" d'une composante du parti socialiste ?

Il faut bien comprendre qu’Emmanuel Macron fonctionne, au moins son parti, comme une boule de bowling lancée à pleine vitesse sur la piste qui vient percuter les « quilles » (les partis politiques traditionnels en place, ceux du « système » dénoncé par certains d’entre eux) et les exploser. Cela vaut aussi bien évidemment pour le PS, que pour LR et même le FN, parti totalement inscrit dans le paysage politique français depuis sa fondation en 1972 et surtout depuis 1984, année des deuxièmes élections au Parlement européen où François Mitterrand, président de la République, intervient directement auprès des patrons de l’audiovisuel (il n’est que public alors pour ce qui concerne la télévision) pour que le FN de Le Pen père soit invité partout et sur toutes les antennes.  

Donc le choc psychologico-politique que représentera l’élection d’Emmanuel Macron, si cela advient, dimanche soir, aura des conséquences directes sur les législatives. « L’effet de blast » présidentiel va jouer à fond et les législatives des 11 et 18 juin, moins d’un mois après la prise de fonction élyséenne, vont se traduire par l’envoi à l’Assemblée nationale, d’une majorité, au moins relative, de députés macronistes. Peu importe qu’ils soient des transfuges en provenance de la gauche ou de la droite l’une et l’autre modérées par « l’extrême-centre » ou des « convertis » de fraiche date jamais engagés politiquement, venus de la « mystérieuse société civile ». Ils seront toujours identifiés comme des « macronistes ». Autrement de futurs « députés-godillots » qui devront, pour la plupart, leur élection à la députation à celle de leur mentor politique à l’Elysée. On sait, d’expérience, que la reconnaissance n’est pas forcément (pour paraphraser justement Dominique de Villepin qui parlait de leur courage), l’organe le plus développé des parlementaires. On l’a vu avec les « Frondeurs » socialistes entre 2012 et 2017. Une part non négligeable d’entre eux n’auraient jamais été élus si Hollande n’avait pas battu Sarkozy, cela ne les a pas empêchés de contribuer très largement à créer les conditions de l’incapacité qui a été celle de Hollande à se représenter pour un second mandat. Alors incontestablement certains députés macronistes, issus des rangs socialistes, récupéreront-ils leur liberté de parole une fois qu’ils auront retrouvé la douce tiédeur des siestes postprandiales de l’Hémicycle. Mais une autre partie des parlementaires macronistes continuera à draguer les électeurs socialistes avec d’autant plus de sérieux et d’assiduité que leur élection aura souvent été due à une triangulaire leur apportant une majorité toute relative. Tout comme ils développeront une stratégie de séduction identique avec des outils différents à l’égard des électeurs de la droite et du centre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 07/05/2017 - 06:56
Et oui, plus de gauche, plus
Et oui, plus de gauche, plus de droite.... On va enfin respirer..... Pour les ringards il restera toujours une extrême gauche avec Philippot
JMAndré
- 06/05/2017 - 17:18
Culte
Macron détruit les partis, oui. Il en crée un nouveau: Lui-Même.
jurgio
- 06/05/2017 - 14:46
Bravo les anti-démocrates de gauche !
Nous voilà réduits à voter entre une marchande de poissons et un représentant de commerce.