En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© PATRICK KOVARIK / AFP
Entre-deux-tours
Macron / Le Pen... sous le regard plus crispé que jamais des Français : qui a intérêt à quoi dans le débat d'entre deux tours ?
Publié le 05 mai 2017
Ce mercredi soir, le débat télévisé qui opposera Marine Le Pen et Emmanuel Macron présentera des enjeux très différents pour chacun des candidats. Pour bien comprendre les positionnements de chacun, voici un petit décryptage préalable des quelques sujets-clés.
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Voir la bio
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi soir, le débat télévisé qui opposera Marine Le Pen et Emmanuel Macron présentera des enjeux très différents pour chacun des candidats. Pour bien comprendre les positionnements de chacun, voici un petit décryptage préalable des quelques sujets-clés.

Atlantico : En ce jour de débat de 2e tour de l'élection présidentielle, que voient les Français en chacun des candidats? Quelles sont les qualités et les défauts que leurs prêtent les électeurs, sur leur honnêteté, leurs compétences, leurs capacités à gouverner le pays, leur présidentialité etc...?

Frédéric Dabi : Il y a une meilleure appréciation en termes d'opinion pour Emmanuel Macron que pour Marine Le Pen. La confiance des français atteint 40% pour Emmanuel Macron et moins de 30% pour Marine Le Pen. En parallèle, on est face à des électeurs qui considèrent qu'l y a des avantages et des inconveniants pour les deux. 

Emmanuel Macron a plusieurs atouts. Il incarne un Président jeune, une bonne personnalité, il est passé par le privé et est à l'écoute des français. Enfin, il parle à la droite et à la gauche, ce qui est un point important pour les français qui le trouvent également honnête. Mais en même temps il y a aussi une vraie interrogation sur son projet politique et sur ce qu'il incarnera en tant que Président et beaucoup ne votent pour lui que pour faire barrage à Marine Le Pen.

Marine Le Pen a des électeurs à fond derrière son projet, non seulement sur les questions de l'immigration et de la lutte contre le terrorisme mais on note aussi une véritable dimension sociale. Enfin, une partie importante des électeurs veulent vraiment la voir au pouvoir. "Pourquoi ne pas l'essayer?" se disent-ils. Elle parle du réel et emploie des termes qui permettent d'exposer la situation de la France clairement. Elle reste rebutante pour beaucoup de français néanmoins et est souvent critiqué pour son attitude "extrême droite" par une majorité des électeurs. 

Sur la base de la perception des Français, comment chacun des candidats doit il se positionner pour répondre à ces préoccupations formulées par les Français ? Sur quelles faiblesses les deux candidats pourront ils s'appuyer pour tenter d'affaiblir leur concurrent ? 

Frédéric Dabi : Emmanuel Macron devra faire face à un enjeu de clarification de son projet. Notamment pour la part des électeurs de gauche qui doutent des contreparties sociales de son projet, perçu comme trop libéral. 

Du côté de Marine Le Pen, une partie de la société française est inquiète de la voir accéder aux responsabilités du fait que l'identité du pays qu'elle porte ne correspond pas notre identité nationale. Elle devra convaincre à ce niveau. 

Donc un enjeu de réassurance sur la norme social pour Emmanuel Macron et de positionnement politique pas "si à droite que ça" pour Marine Le Pen. 

Eric Verhaeghe : Selon toute vraisemblance, Marine Le Pen ne devrait pas "rattraper" son retard sur Emmanuel Macron. Elle ne courra donc pas avec l'intention de remporter l'élection. Cette situation, qui peut paraître inconfortable, la rend en réalité extrêmement redoutable. Sur le papier, en effet, elle n'a pas grand chose à perdre et peut donc se permettre de prendre des risques interdits au candidat favori.  Cela dit, elle devra soigner quelques sujets majeurs pour "l'après".

Bien entendu, "l'objectif de guerre" premier de Marine Le Pen sera d'affaiblir autant qu'elle le pourra Emmanuel Macron. Le Graal consistera sans doute pour elle à le déstabiliser et à le pousser dans ses retranchements jusqu'à lui faire perdre son sang-froid. L'enjeu est de démontrer que son rival n'a pas les épaules assez larges pour assumer la présidence. Une bonne partie du débat devrait d'ailleurs être focalisée sur cette question de la crédibilité personnelle d'Emmanuel Macron.

Pour son adversaire, le débat devrait se révéler beaucoup plus délicat et glissant. Emmanuel Macron doit en effet "épaissir" sa stature présidentielle et confirmer aux électeurs qu'il constitue un choix crédible et rassurant pour le 7 mai. Cette situation lui laisse peu de choix: il doit convaincre, maîtriser la situation et faire la preuve de sa capacité à endiguer les assauts de sa compétitrice. Autant dire que l'exercice sera complexe, dans la mesure où il devrait être à l'aise autant dans la défensive que dans l'offensive, sans paraître ni agressif ni polémique.

Au premier chef, Emmanuel Macron devra apparaître comme crédible dans la peau d'un futur chef d'Etat, à la tête de la cinquième puissance mondiale. Sur ce point, son extrême jeunesse et son absence d'expérience élective poussent les Français à l'observer à la loupe et à disséquer ses faits et gestes. On se souvient ici de ses cris à la fin d'un meeting de campagne, qui ont marqué les esprits tant ils ont nourri le sentiment d'une fragilité chez ce personnage. Le candidat devra donc prouver sa parfaite maîtrise émotionnelle et sa capacité à dégager du leadership face à un ennemie irréductible.

En quoi les différences d'enjeux pour les deux candidats peuvent-ils également changer la donne ? S'il est possible de considérer que Marine Le Pen a moins à perdre qu'Emmanuel Macron, quelles sont les limites de l'exercice pour le candidat d'En Marche ! qui s'apprête à relever la tache de la formation d'une majorité, notamment entre ceux qui refusent le libéralisme et ceux qui veulent une réponse plus forte sur le terrain de l'identité et du terrorisme ?

Frédéric Dabi : Chaque chose en son temps. Il y a déjà un enjeu fort qui est la présidentielle pour Emmanuel Macron qui doit la remporter la plus largement possible. Et faire en sorte qu'il y est la perception qu'on ne vote pas seulement contre Marine Le Pen mais aussi pour lui. Dans ce contexte là il faut une forme d'adhésion à son projet. On sait que même ses électeurs ne lui font pas totalement confiance dès le départ. 

On voit qu'on est face à des électeurs qui ont envie d'être plus convaincu par les propos de Macron ils ont plus d'enthousiasmes à l'égard de ce qu'il peut proposer qu'envers la candidate du Front National. 

Eric Verhaeghe : Comme le montre le sondage Atlantico, l'électorat d'Emmanuel Macron exprime de fortes attentes, notamment vis-à-vis de la "démocratie sociale". Celles-ci sont, à certains égards, orthogonales avec les intentions affichées par le candidat. Sur les questions sociales, Macron est plutôt jacobin, amateur d'étatisation et de sortie du paritarisme. Son électorat présente des caractéristiques beaucoup plus girondines avec un attachement manifeste aux corps intermédiaires. 

S'il veut avoir une chance de disposer d'une majorité parlementaire stable et claire, Macron devra donc revisser quelques boulons pour se rapprocher de son électorat. Ce débat constituera donc pour lui un exercice d'explication mais aussi de rencontre avec des électeurs qui, à ce stade, le connaissent mal et peuvent s'estimer désarçonnés par le manque de clarté de certaines propositions. 

Emmanuel Macron devra, ici, désamorcer d'éventuels malentendus qui pourraient lui porter préjudice une fois au pouvoir.

On le mesure: les déterminants que Macron devra intégrer dans le débat sont plus nombreux, plus contradictoires et plus sensibles que ceux qui pèseront sur Marine Le Pen. L'exigence à laquelle il sera soumis pourrait se révéler redoutable et il pourra considérer cette épreuve comme un succès s'il n'y laisse pas quelques précieux points.

Au regard de la perception des Français, quels sont les arguments ou les thématiques que pourraient utiliser Marine Le Pen pour réussir sa tentative de dédiabolisation de son parti, dont l'objectif serait de faire du Front national le principal parti d'opposition ?

Frédéric Dabi : Il y a la perception qu'on est face à une position d'ordre sociale, dès lors elle peut rassurer une partie des électeurs de gauche, qui aujourd'hui sont interrogatifs, sur ce qu'elle peut porter en tant que candidate. Si on a le sentiment qu'il y a des engagements extrêmement libérales ou qu'elle s'engage sur une politique qui mène à une sortie de l'euro, alors cela peut créer une tension plus forte chez les français. C'est sur ces points que ce joueront la dédiabolisation de son parti. 

Eric Verhaeghe : Un élément essentiel de la stratégie de Marine Le Pen consistera, dans l'ensemble du débat, à asseoir son image de candidate du peuple contre les élites incarnées par Emmanuel Macron. Le clivage social qui a commencé à prendre forme sera au coeur des échanges. Forte de sa certitude de ne pas gagner, Marine Le Pen pourra cliver abondamment sur ce sujet. La réciproque pour Emmanuel Macron ne sera pas vraie, en revanche. L'asymétrie des enjeux devrait ici largement profiter à la candidate frontiste. 

Le Fn est crédité de 25 sièges possibles aux législatives. Dans tous les cas, Marine Le Pen aura besoin de "mordre" sur l'électorat républicain pour consolider ce pronostic, voire pour le dépasser. Le jeu des triangulaires pourrait en effet se révéler redoutable pour les candidats frontistes. Durant le débat, Marine Le Pen aura donc besoin d'insister sur ses ouvertures à droite. L'alliance avec Dupont-Aignan devrait revenir sur le tapis, et Marine Le Pen insistera probablement sur les lignes qu'elle a commencé à ouvrir avec lui. 

On suivra avec intérêt ses propos sur l'euro. Selon la tonalité qu'elle leur donnera, nous serons fixés sur son intention d'ouvrir ou non son positionnement vers la droite ou vers la France Insoumise. Dans la perspective des législatives, le bon sens pour le FN est de privilégier l'ouverture vers les Républicains.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
07.
Sarkozy : le retour sans retour mais en revenant quand même un peu ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 04/05/2017 - 11:10
Bilan du débat 2
Macron a été un libéral cohérent et convainquant sur l'euro. Macron s'est départi des "avantages acquis" des régimes spéciaux, il sera ici en opposition frontale avec les syndicats du secteur public, qui trouveront une attention meilleure chez Marine Le Pen : régime spécial ou antifascisme il faudra choisir cher camarade de la CGT ! Ici MLP devrait accroître le vote des insoumis crypto-lepeniste. Macron et Le Pen sont tombé d'accord sur le manque de prison et le détestable laxisme pénal : une condamnation de plus des politiques sécuritaires menées par les gouvernements tant de Droite que de Gauche, tous issus du front républicain ! Si le favori est Macron et confirme ses chances de victoire, ce débat est une aubaine pour MLP et le FN. D'abord parce qu'il a eu lieu. Ensuite parce que les deux finalistes dénoncent tous les deux la faillite des politiques économiques, sécuritaires, et même scolaires, menées par les gouvernement issus du front républicain. Comment dès lors que ses effets sont néfastes, défendre encore le principe même du front républicain ? Il y a là une reconnaissance éclatante de l'ineptie de l'ostracisation du FN. Un boulevard lui est ouvert pour les Législatives !
lafronde
- 04/05/2017 - 05:46
Bilan du débat 1
Macron s'est montré bon débatteur, pédagogue sur l'économie de marché et le libre échange, l'euro même où il a pulvérisé le plan adverse de sortie de l'euro. Macron a déjà capté le vote des riches et des entrepreneurs, il le fera encore plus, et va capter le vote des retraités. Donc l'essentiel du vote Fillon.Chemin faisant Macron a reconnu des points qui apportent de l'eau au moulin de son adversaire. 1 Macron propose l'abolition des régimes spéciaux, tentative de du gouvernement Juppé de 1995 ! 2 "les réformes nécessaires n'ont pas été faites après l'adoption de l'euro, le pays est mal géré depuis vingt ans" Macron reconnait le bien fondé des réformes entreprise, puisqu'il en souhaite davantage. Ce faisant il désavoue l'opposition syndicale à ces réformes. Mr Macron a fait ce soir le choix du libéralisme contre les avantages acquis. Macron est en cohérence libérale, programmatique et électorale. 3 Mis devant l'échec sur le chômage; Macron désavoue la gestion Hollande : "je n'étais pas d'accord, je suis parti" 4 En reconnaissant que "le pays est mal géré depuis vingt ans" Macron condamne de fait la gestion des gouvernements issus du front républicain !
Paulquiroulenamassepasmousse
- 03/05/2017 - 23:30
De toute façon, on s'en tape !
Parce qu'heureusement ça fait bien des lustres que les présidents et gouvernements ne servent plus à rien ! Juste pondre des lois à la con pour faire chier les entreprises. Mais tout le monde sait que la politique se fait à la corbeille, comme aux USA ou Trump peut dire ce qu'il veut, le business suit son cours....