En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Capture d'écran
Union des droites
Pourquoi Nicolas Dupont-Aignan ne voit plus la menace pour la République du côté des patriotes
Publié le 02 mai 2017
Exclu durant plus de 50 ans par la classe politique dirigeante, illé-gitime en raison de ses origines politiques, le Front National, sous l’influence, puis la direction de Marine Le Pen concrétise au-jourd’hui une étape jusqu’alors inconcevable pour son parti.
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Exclu durant plus de 50 ans par la classe politique dirigeante, illé-gitime en raison de ses origines politiques, le Front National, sous l’influence, puis la direction de Marine Le Pen concrétise au-jourd’hui une étape jusqu’alors inconcevable pour son parti.

En concluant hier "un accord de gouvernement" avec l’un de ses adversaires, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, Marine Le Pen semble avoir franchi aujourd’hui le cap décisif, auquel elle travaille depuis plus de dix ans, pour donner au FN une légitimité démocratique et républicaine et l’imposer au rang de ceux qui gouvernent la France depuis 1958, date des débuts de la Vème République.

Ainsi vivons-nous aujourd’hui un tournant de l’histoire politique française. 

Il s’agit d’une rupture évidente avec le passé, fruit de l’acharnement politique de Marine Le Pen, autant que des échecs de Nicolas Sarkozy et de François Hollande successivement à la tête du pays depuis 10 ans.

Car c’est sur le rejet des deux anciens partis de gouvernement, le Parti Socialiste et Les Républicains, éliminés du deuxième tour de la Présidentielle 2017 que, dans cet entre deux tours, se consolident les choix de l’électorat français qui parait fondés, pour l’essentiel, sur une violente critique du politique et de ses pratiques. 

C’est en tout cas ce que confirment les trois candidats, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon dont les discours, autant que les programmes, ont en commun d’attaquer les deux partis, à droite comme à gauche, jadis dominants, qui se sont par-tagé le pouvoir à chaque échéance électorale jusqu’au 23 avril 2017.

Ainsi, le "ni droite… ni gauche" anti-partis de Macron, favori du deuxième tour, fait-il désormais écho à celui historiquement porté par le FN depuis 50 ans.

De même, l’hostilité suscitée par le libéralisme économique du Président d’En Marche, chez les 19,58% des nouveaux électeurs de La France Insoumise, conduite par Jean-Luc Mélenchon affir-mant dimanche sur TF1 : "Le Front républicain ça consiste à donner des brevets de pompiers à des pyromanes", ne fait-il que renforcer la position de la Présidente du FN, challenger de ce deuxième tour.

De sorte qu’au fond, la réelle victoire de Marine Le Pen réside non pas tant dans les 21,30% obtenus à l’échéance de ce premier tour, ni même aux 40% pronostiqués au 7 mai par les sondeurs, qu’au fait qu’elle en train d’en finir avec le Front Républicain anti-FN et par conséquent avec la dé-légitimation qui frappait son parti d’opprobre depuis sa création en 1972.

C’est pourquoi la décomposition politique des partis traditionnels de gouvernement, concrétisée par leur effondrement électoral du premier tour, traduit-elle au fond une recomposition profonde, et sans doute durable, du contenu des idéologies françaises.

Dès à présent donc, on constate que ce qui était hier désigné par le terme "fascisme" dans l’ensemble de la classe politique et dans l’opinion, n’étant plus incarné par les discours de Marine Le Pen, comme j’ai déjà eu l’occasion de le montrer,  ne semble plus être une question centrale dans cette Présidentielle, comme ce fut pourtant le cas en 2002, dans des circonstances électorales a priori similaires. 

Il semble d’ailleurs qu’Emmanuel Macron lui-même, concentré sur la conquête présidentielle, n’avait pas réalisé, avant la piqure de rappelle adressée par François Hollande,  que l’argument "an-ti-fasciste" était non seulement une donnée historique de la vie politique française, mais pouvait lui être utile dans une campagne de second tour. 

Après avoir un peu sur-joué sur les symboliques commémorations contre l’antisémitisme, le racisme et les fachos, il a orienté sous le regard bienveillant de Ségolène Royal, hier à la Villette, l’essentiel de ses arguments contre le FN : "Le projet de l’extrême-droite c’est la violence, la réduction des libertés, la né-gation des différences", montrant qu’il avait compris la leçon po-litique. 

Reste qu’ayant construit sa candidature sur l’ambition de renouveler, voir "refonder la vie politique française", Emannuel Macron aura peut-être du mal à attraper les électeurs qu’il convoite, à gauche comme à droite, avec une vielle sauce anti-FN qui ne prend presque plus.

Car même si les politiques de tous bords, et les médias, peinent encore à accepter ou à comprendre cette réalité, la Présidente du FN a imprimé au parti dont elle a hérité une ligne, certes résolu-ment nationaliste, mais aussi tout à fait républicaine. 

C’est d’ailleurs le sens qu’a voulu imprimé Nicolas Dupont-Aignan à son accord avec Marine Le Pen lorsqu’il affirmait lundi : "Nous avons l’occasion de mettre fin à une cassure absurde entre les patriotes et les républicains."

Or, cette nouvelle idéologie trouve forcément sa logique confortée par les horribles attentats terroristes qui meurtrissent le sentiment national. Le danger "fasciste" qui met en cause les idéaux démocratiques et républicains de la France, se situant plus clairement aujourd’hui du côté des islamistes. Ce que Marine Le Pen n’a par ailleurs cessé de marteler à chacun de ses meetings du premier tour.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 02/05/2017 - 20:24
Menace
Il était temps que Dupont-Aignan s'aperçoive que la plupart de ses propositions sont plus compatibles avec le FN qu'avec n'importe quel autre parti. Contrairement à ce que veulent croire beaucoup de gens le côté obscur de la force c'est Macron et pas Le Pen. J'utilise la métaphore guerre des étoiles car G. Lucas a rappelé que c'était pour les enfants de douze ans, age mental de très nombreux électeurs.
horus35
- 02/05/2017 - 17:57
Réveil tardif !
Mais réveil tout de même ! DupontAignan a finit par se rendre compte que son attitude qui consistait à refuser l'alliance avec le seul parti de droite veritable le menait vers la disparition ! De la meme facon, les patriotes égarés dans le cloaque LR vont venir ( ou revenir) vers leurs veritables racines ! La montée de la veritable , la seule droite d'ailleurs, est irréversible et se trouvera encore plus confortée par la catastrophe annoncée du mélange, de la bouillie macronienne ! 5 annees de mensonges, de magouilles, d'élus indignes n'ayant pas suffi aux Francais masochistes et décérébrés , ils vont en reprendre une dose ! Mais cette fois il n'y aura plus de joker et la sanction sera terrible et irréversible ! Ce sera la chute , au milieu des nations qui comme la Grèce paient très cher leur incurie ! Les larmes seront inutiles , nous étions prévenus !