En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 12 min 24 sec
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 14 heures 18 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 17 heures 34 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 17 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 18 heures 55 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 19 heures 54 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 20 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 21 heures 16 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 17 min 21 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 9 sec
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 17 heures 36 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 18 heures 58 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 21 heures 37 min
Politique fiction - Scénario 2

À quoi ressemblerait vraiment la France six mois après l'élection d'Emmanuel Macron ?

Publié le 05 mai 2017
Suite à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, un 3e tour social ne serait notamment pas à exclure dès la rentrée.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, un 3e tour social ne serait notamment pas à exclure dès la rentrée.

Arrivé en tête au premier tour, Emmanuel Macron tente aujourd'hui de fédérer le peuple français. Dans le cas d'une victoire du candidat d' "En Marche!", quelle pourrait être la situation du pays à un horizon 6 mois ? Un risque de mouvements sociaux, d'ores et déjà considérés par les syndicats, es- il envisageable ? 

Jean Petaux : Dans le délire fantasmatique de sa qualification pour le second tour, Mélenchon a pensé, pendant toute la campagne du premier tour, qu’il allait convaincre qu’il serait le mieux placé pour battre Marine Le Pen le 7 mai. C’est la raison pour laquelle il lui fallait non seulement se qualifier lui-même mais qu’elle se qualifie elle aussi. Sur ce dernier point, son vœu a été pleinement exaucé. Sur le premier, hélas pour lui, ce qui le concernait directement, il a échoué. Et son dépit au soir du 23 avril, doublé certainement d’une blessure mortelle à son égo surdimensionné, s’est transformé en détestation affichée et publiquement revendiquée d’Emmanuel Macron. C’est dans la construction intellectuelle de tous les trotskistes qui entourent Mélenchon (Alexis Corbière, Charlotte Girard, Raquel Garrido, etc. mais aussi de Mélenchon lui-même) nourris au "lambertisme" et autres chapelles sectaires qui fracturent la IVème Internationale que de fonctionner sur des exclusions, des procès en sorcellerie et autres anathèmes. "Les trotskistes sont authentiquement des flics" : c’est ce qu’ont toujours considéré les militants du Parti communiste français (à l’époque où il y avait un Parti et des militants) et ils avaient parfaitement raison. Donc, tout occupés à ostraciser Macron, à jouer sur les mots et des slogans minables comme "ni fasciste, ni banquier", les mélenchonistes ont tout simplement allumé la mèche à retardement d’un troisième tour social que les grandes centrales syndicales auront toutes les peines du monde à contrôler…  Là encore l’effet "législatives" va sans doute jouer en faveur d’ "En Marche !" et d’Emmanuel Macron nouvellement installé à l’Elysée. Mais au retour des vacances, la rentrée risque d’être sérieusement agitée. La question n’est pas d’ailleurs de savoir si cette explosion sociale se produira ; elle est plutôt de savoir sur quel projet de réforme et à quel moment ?

Car, en tout état de cause, sauf inversion considérable des courbes et des intentions de votes, on s’oriente plus vers une "mauvaise élection" d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen que vers une élection "60-40". Le plus grand des écarts (hormis le cas exceptionnel de 2002 entre Chirac, 82,21% des suffrafes exprimés et Le Pen, 17,79%) qui a été enregistré pour l’élection d’un président de la République depuis 1965 est l’écart entre Pompidou (58,21% des suffrages exprimés) et Poher (41,79% des suffrages exprimés) en 1969. C’est aussi à cette présidentielle que le record d’abstention a été enregistré au second tour (31,15% des inscrits) et le plus fort taux de bulletins blancs ou nuls (6,42% par rapport au total des votants).

A lire également sur notre site : "A quoi peut-on imaginer que ressemblerait vraiment la France six mois après l'élection de Marine Le Pen ?"

Mal élu, avec une majorité trop faible de suffrages exprimés (aux environs de 55%), mais surtout une grosse proportion de bulletins blancs, Emmanuel Macron aurait, d’emblée, à affronter une critique forte en légitimité. En 2012, rapporté au nombre d’électeurs inscrits, François Hollande n’a obtenu que 39,08% de soutien. Cinq ans plus tôt, Nicolas Sarkozy avait fait un peu mieux (42,68%). Finalement, il n’y eut, dans les neuf précédentes présidentielles, qu’un seul président à dépasser la moitié du corps électoral "théorique", autrement dit la moitié du nombre total des inscrits : en 2002 Jacques Chirac avec 62% des inscrits soit le score incroyable de 77,78% des votants. On voit bien que les présidents sont de plus en plus mal élus en France d’autant que si l’on se rapporte à leur capital de voix initial, celui du premier tour, ils recueillent souvent entre un quart et un tiers des voix du premier tour, pas beaucoup plus. Ce fut à peine le cas pour Emmanuel Macron d’ailleurs le 23 avril dernier (24% des suffrages exprimés, même si c’est beaucoup plus que Chirac au soir du 21 avril 2002 qualifié pour le second tour avec un médiocre 19,88% des suffrages exprimés). Mal élu dimanche soir prochain, Emmanuel Macron aura donc fort à faire dès le mois de septembre pour diriger un pays stressé et profondément divisé…

Edouard Husson : Emmanuel Macron a peu de prise sur ce que Christophe Guilluy appelle "la France périphérique", la France des classes populaires et des classes moyennes en déclin social. C'est "la France d'en haut" que Macron fédère. C'est ce que signifie le ralliement d'une grande partie du PS et des Républicains. On n'avait sans doute pas connu depuis la Révolution française un tel antagonisme de classe: en 1789, la grande aristocratie, le haut-clergé, la grande bourgeoisie appuient à fond l'individualisme, la destruction de tous les corporatismes, l'abolition des barrières douanières, la spéculation financière tandis que le bas-clergé, les classes moyennes et populaires sont - et resteront longtemps- monarchistes et attachés aux protections qui caractérisaient la société d'Ancien Régime. Emmanuel Macron fait penser à ces leaders du Paris révolutionnaire, qui avaient grandi en province avant de rejoindre le chaudron du progressisme ; la différence, c'est que son horizon ne se limite pas à Paris; il s'étend à toutes les grandes métropoles, ces lieux de vie de la "classe créative" dont parle Richard Florida. La différence entre 2017 et 1789, c'est que la "France d'en haut" est aujourd'hui sur la défensive.  Après cinq décennies de désordre monétaire mondial, de dérégulation financière, d'abolition des frontières, il devient difficile de défendre l'avenir radieux de l'hyperindividualisme. C'est pour ne pas l'avoir compris qu'Hillary Clinton a été battue. Macron, lui, sera élu mais, selon toute vraisemblance, le résultat sera plus serré que ce que nous disaient les premiers sondages. Marine Le Pen sera la première force d'opposition. Et comme il est peu probable que la politique qui a échoué avec Giscard et ses épigones (Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande) réussise mieux avec ce "dernier des giscardiens" qu'est Emmanuel Macron,  il y a fort à parier que "l'effet Macron" sera de courte durée. Les six mois que vous évoquez, c'est ce qu'ont duré les états de grâce de Chirac (1995), Sarkozy (2007) et Hollande (2012). 

Quels pourraient en être les effets sur l'ensemble de la classe politique elle même ?

Jean Petaux : Je fais aussi, tout comme pour l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen, le pari que les électeurs vont adopter un principe de cohérence aux législatives de juin. Ils donneront à Emmanuel Macron, s’il est élu président, une majorité de députés à même de lui permettre de présider et de choisir une ou un Premier ministre susceptible de s’appuyer sur une solide majorité à l’Assemblée. La classe politique traditionnelle, celle constituée par les deux grands partis de gouvernement sous la Vème République, sera forcément "sonnée" et "groggy".

Là encore, des opportunistes "iront à la soupe macronienne" comme aurait dit le général de Gaulle. A la faveur de l’application de la loi sur le cumul des mandats, nombre de visages nouveaux, comme en 1981, vont venir peupler les rangs de l’Assemblée. Il va donc y avoir un très profond renouvellement de la classe politique française. Jean-Luc Mélenchon, à l’exception d’une vague petite cantonale dans l’Essonne, incapable toute sa vie politique durant d’être élu sur un scrutin d’arrondissement uninominal à deux tours (même quand l’arrondissement en question est la France… comme pour la présidentielle !...) ne sera pas député… Pas plus qu’il ne l’a été en étant parachuté à Hénin-Beaumont en 2012… Et une bonne partie de la "France insoumise", diminuée des électeurs socialistes qui ont cru voter "utile" en votant pour Mélenchon le 23 avril en se détournant de Benoît Hamon, retournera à ses rêves de "Nuit Debout" et de "Podemos à la française". Restera le Front national et une Marine Le Pen qui s’autoproclamera "leader de l’opposition en  majesté"… En embuscade pour le match retour de 2022… De combien sera-t-elle forte de députés à l’Assemblée ? C’est une autre histoire mais c’est aussi une question centrale : si le système électoral législatif ne lui permet pas d’avoir un groupe parlementaire en rapport avec son score au second tour de la présidentielle, le risque est grand que le FN ne développe une opposition extra-parlementaire qui serait parfaitement incontrôlable et tout à fait dangereuse pour le bon fonctionnement des institutions.

Edouard Husson : Pour ma part, je ne crois pas que Macron aura du mal à constituer une majorité. L'effet de l'élection présidentielle jouera. N'ayant plus rien à faire depuis six mois, François Hollande s'est démené en coulisses pour faire gagner Macron. Celui qui restera dans l'histoire comme un président de la République dépassé par les défis de l'époque, a retrouvé tous les réflexes de la rue de Solferino et il aura réussi ce coup magistral d'empêcher la droite de revenir au pouvoir.  Les réseaux de la deuxième gauche, un certain nombre de grands notables du PS s'organisent pour parachever la métamorphose social-démocrate qui permettra à Macron de réduire sa dépendance à Bayrou et de maintenir à la portion congrue les Républicains ralliés. Les responsables des Républicains ont beau assurer qu'ils combattront Macron aux législatives après l'avoir fait élire, cela relève de l'auto-suggestion. Macron n'a pas besoin d'eux pour être élu et il ne fera aucun cadeau à ceux qui n'auront plus rien à monnayer.

Je pense pour ma part que les législatives seront une véritable déroute pour les Républicains. Le jeu politique sera articulé, désormais, autour de Mélenchon, Macron et Marine Le Pen.  Au fur et à mesure de la fonte de la cote de popularité de Macron, une opposition d'extrême gauche forte s'exprimera au point de rendre impossible la plupart des réformes - sauf le renforcement de l'UE, qui échappera, une nouvelle fois, à tout contrôle démocratique. La différence, cependant, avec la période 1992-2017, c'est que, du fait de la fuite en avant européiste du nouveau président (sur le thème "si l'Europe ne marche pas, il en faut plus"), Mélenchon et Marine Le Pen se renforceront. On avait évoqué un scénario de deuxième tour Mélenchon/Marine Le Pen. Cette configuration n'est pas à exclure en 2022. 

 

Une élection d'Emmanuel Macron aurait-elle pour effet de rendre indispensable une refonte des institutions françaises ? 

Jean Petaux : La question de la refonte des institutions françaises est celle que l’on se pose quand on veut procrastiner les réformes, quand on veut amuser la galerie, quand on n’a rien d’autre à faire ou quand on veut créer un point de fixation artificiel en appliquant la vieille stratégie chinoise : "On montre la Lune du doigt, l’idiot regarde le doigt". Si Emmanuel Macron, pour des raisons qui lui appartiendraient, de tactique politique ou de contournement de telle ou telle difficulté, voire pour se donner une respiration politique et retrouver un "second souffle" en légitimité, veut engager une refonte des institutions françaises, il devrait au moins méditer ces trois principes : 1) en la matière, l’enfer est souvent pavé des meilleures intentions ; 2) il en va des réformes institutionnelles comme des réformes du mode de scrutin : elles se retournent souvent contre leurs auteurs ; 3) les Français n’en ont strictement rien à faire car ce n’est absolument pas leur préoccupation du moment…

Edouard Husson : La seule originalité de Macron, c'est la manière dont il a intégré le fonctionnement des institutions de la VeRépublique. Il a eu le bon instinct: ne pas tomber dans le piège des primaires. Et il a senti que les institutions étaient intactes, permettant à celui qui croirait à la rencontre entre un homme et le peuple, par-dessus tous les appareils et les notables, de s'imposer. Imaginons qu'aucun groupe parlementaire majoritaire ne se dégage à l'issue des législatives: Macron retrouvera la possibilité, envisagée par les pères de la Ve République, de constituer un gouvernement composite, s'appuyant sur une majorité transpartisane.

Je crois que la défaite cuisante des Républicains et des socialistes marque, au contraire, la fin d'un cycle d'emprise des partis sur la Ve République en général et sur l'élection présidentielle en particulier. C'est pour moi la seule bonne nouvelle du 23 avril: il devrait être possible, maintenant que les vieux partis se meurent, de faire émerger une force nouvelle, qui ne soit ni macronienne ni lepeniste, autour d'une personnalité atypique, sans doute issue du monde socio-économique, un programme adapté à l'époque où nous vivons et incluant aussi bien une réorganisation monétaire de l'Europe qu'un investissement massif dans l'éducation et dans la troisième révolution industrielle au service d'une relocalisation de l'emploi et d'une réhabilitation de la "France périphérique". 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 02/05/2017 - 21:31
La démocratie assassinée...
arme du crime: les medias, la Justice (sic)...Le mobile: le pouvoir et l'argent (appris chez Rothschild), Le criminel: ll'adolescent qui ne veut pas grandir...sale gosse, va!
Anouman
- 02/05/2017 - 20:15
Ressemblance
Ca ressemblera à la France de Hollande à peu de choses près.
A M A
- 02/05/2017 - 14:34
Un quinquennat "MACRON"
Un quinquennat "MACRON" pourra t'il durer cinq ans? L'enfant est presque mort-né.