En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les femmes qui marchent avec des chaussures à talons ne peuvent plus s'en passer?

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

ça vient d'être publié
light > People
Les Rois maudits
Le prince William est "inquiet" pour son frère
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 15 heures 26 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 9 heures 43 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 9 heures
Atlantico Business

Donald Trump, 100 jours de pouvoir et déjà beaucoup de déceptions

Publié le 20 avril 2017
Avis à ceux qui seraient tentés par le vote Populiste.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avis à ceux qui seraient tentés par le vote Populiste.

Donald Trump a été élu en novembre de l’année dernière, il a pris véritablement le pouvoir le 20 janvier. Et depuis 100 jours , ses partisans de l’Amérique profonde commencent à déchanter. L’état de grâce n’aura pas duré longtemps.

 

Toute ressemblance avec une personnalité politique existante en France serait naturellement fortuite.

Donald Trump a été élu à la présidence des Etats-Unis grâce à un programme qui voulait répondre directement à une partie de la classe moyenne américaine particulièrement déclassée par la modernité, la révolution digitale et les effets de la mondialisation. Elu en novembre, arrivé à la Maison Blanche le 20 janvier ? Donald Trump vient de passer ses premiers 100 jours et déjà l’état de grâce a pali.

Donald Trump a été élu par une petite majorité d’électeurs en difficulté dans les régions les plus touchées par la crise.

Il a été élu en promettant de restaurer la grandeur de l’Amérique, de réinstaller une industrie. Il a promis une reprise vigoureuse de l’économie (qui ne marchait pas si mal à la fin du mandat de Barack Obama) par une relance des grands travaux, il a promis de redonner aux blancs, laissés pour compte de la mondialisation la fierté d’être américains, il a promis de réparer toutes les erreurs qui avait provoqué la crise des subprimes et jeté à la rue trois millions d’américains qui se sont retrouvés dépossédés de tout. Il a promis de réguler le commerce mondial en freinant les importations chinoises, il a promis de rapatrier des équipement industriels qui sont allés au Mexique, il a promis de stopper l’immigration des latinos en construisant un mur à la frontière sud, il a promis de réguler la finance, il a même promis de revenir sur la réforme de la santé et notamment l’Obama Care, il a promis, tellement promis.

Donald Trump a été élu en s‘opposant violemment aux élites politiques, médiatiques, économiques et financières.

 

Quatre mois plus tard, qu‘a-t-il fait ? Il a tweeté, il a parlé, il a surtout beaucoup tergiversé, à tel point qu'il n’a réussi à faire passer aucun de ses projets phares. Alors son mandat ne fait que commencer certes, mais aucune de ses réformes ne s’annonce à l’agenda. Pire pour lui, il est obligé de faire machine arrière sur beaucoup de points.

 

Le bilan des premiers cents jours est assez décourageant pour tous ceux qui ont cru à ce qu’il disait.

 

1er point : Il n’a toujours pas réussi à constituer un cabinet efficace et cohérent. Il a nommé beaucoup de conseillers, beaucoup de secrétaires d’Etat, mais il a du rapidement en changer, tant leurs divergences étaient grandes. En fait, il n‘était pas au départ équipé en compétences et en professionnels pour exercer le pouvoir qu’il venait de conquérir. Entre «les Trumpistes » et ceux qui semblaient plus proches des réalités, il a du finalement choisir ceux qui connaissaient le fonctionnement de l’Etat. Le problème est que ce cabinet n’a pas de ligne stratégique très claire que ce soit en politique économique ou en politique étrangère. En fait, Donald Trump gouverne avec son clan, sa famille et notamment son gendre qui prend une importance grandissante.

 

2ème point : Donald Trump, n’a pas de majorité claire au Congrès. Les démocrates sont vent debout. Les républicains qui devraient le soutenir ne l’aident pas. Le résultat est que les premières mesures qu’il comptait prendre restent en rade, faute de financement. Les premiers décrets qu’il a signé contre l’immigration par exemple ont été attaqués et retoqués en justice. Or ces décrets anti-immigration devaient être les totems de sa politique.

 

3ème point : les réformes promises et déjà avortées sont nombreuses. Donald Trump avait promis de revenir sur l’Obama care considéré comme trop couteuse et inefficace. Il a baissé les bras devant l’hostilité des sénateurs et des représentants. Il existe, aux Etats-Unis, une forte majorité pour défendre le système de l’Obama care qui a donné à plus de 2 millions d’américains particulièrement défavorisés, un minimum d’assurance sociale et santé. Pour l’Amérique profonde, Obama care a été un succès historique. Alors Obama care a été assez mal géré, et coûte très cher, mais il aurait mieux fallu se contenter de réformer la gestion et le management. D’y introduire dans certains Etats, un peu de concurrence entre les prestataires pour faire baisser les coûts, mais surtout pas s’attaquer au système qui fonctionne pour la première fois dans l’histoire américaine.

Il y avait d’ailleurs beaucoup de ses conseillers qui lui ont rapporté qu’en supprimant l’Obama care, il risquait d’asphyxier une partie de son électorat. Donald Trump n’a pas beaucoup insisté. En trois tweets et une conférence de presse, il a enterré son ambition.

 

4ème point : il vient de reporter la grande réforme fiscale qu’il avait promise pendant sa campagne. Cette réforme devait baisser les taux de fiscalité de ceux qui paient beaucoup d’impôts. On lui a fait remarquer que les gros contribuables n’étaient pas forcement ses amis politiques, on lui a fait remarquer aussi qu’il n’aurait pas les moyens de financer ces cadeaux aux riches, puisqu‘il ne pouvait pas faire l’économie de l’assurance santé. Enfin, les économistes de tous bords lui ont expliqué que l’économie américaine n’avait pas besoin d’une relance budgétaire. Il n'y a guère que l’industrie du bâtiment et des travaux publics qui en aurait profité. Très pragmatique, Donald Trump a, pour l'instant, jeté l’éponge.

 

5ème point : les projets de réindustrialisation sont irréalisables. Une série de grandes entreprises dans la pharmacie et l’automobile, dont la General Motors, ont certes, répondu favorablement à une série de tweets présidentiels les invitant de façon assez péremptoire à relocaliser des usines de fabrication aux Etats Unis. En réalité, ils n’ont fait que le service minimum, ils ont confirmé quelques investissements qui étaient déjà prévus et rien d’autre, parce que pour ces grandes firmes, la relocalisation n’aurait aucun intérêt sauf à augmenter leurs coûts et à perdre ainsi une partie de leur compétitivité et de leur marché. Là encore, dans l’équipe de Trump, on a rapidement pris conscience qu’une partie de l’électorat paierait le surcoût induit par la relocalisation, dans l’achat de leur voiture ou de leurs médicaments.

Ajoutons à cela que la chaine de valeur sur un produit de grande consommation est tellement fracturée entre différents pays qu’il paraît compliqué d’identifier avec précision l’identité d’un produit. Si on prend l’exemple de l’Airbus par exemple, plus de la moitié de sa valeur provient de l’extérieur de l’Union européenne. Sur un Iphone, par exemple, fabriqué en Chine, 60 % de sa valeur est « made in America »

 

6ème point : la fin de l’immigration massive a elle aussi été très rapidement abandonnée quand on s’est aperçu dans l’entourage de Trump, que de bloquer l‘entrée des mexicains aux Etats-Unis allait créer des foyers de révoltes aux frontières et ça n’est pas la construction de ce mur qui empêcherait l'immigration sauvage.

Par ailleurs, les américains de la classe moyenne savent bien que sans immigrés, l’essentiel des emplois de services d’entretien ne seront pas assurés. Quant aux industriels américains, ils ont continué de défendre bec et ongles l’immigration choisie pour continuer d’attirer les cadres et les ingénieurs de haut niveau du monde entier dont ils ont besoin.

 

7ème point : la taxation des importations en provenance de l’Amérique centrale, ou du Sud pour encourager les fabrications locales lui avait permis d’enflammer des foules lors de ses meetings. Les équipes de Trump se rendent compte désormais, que le projet porterait préjudice aux consommateurs américains et là encore parmi les plus modestes.

 

8ème point : la guerre contre l’impérialisme chinois devait être un des tournants de l’histoire américaine. Les tweets qu‘il a envoyés comme autant de scuds préparaient l'imminence d'une guerre économique et monétaire. Donald Trump voulait tout à la fois taxer les produits et les équipements fabriqués en Chine et les renchérir en baissant la valeur du dollar. Donald Trump a rapidement fait machine arrière. Là encore, il s’est aperçu qu‘une partie du pouvoir d’achat des américains était fabriqué par les bas-coûts des produits venant de Chine. Par ailleurs, il a appris que plus d’un tiers de la dette américaine était financée par les excédents commerciaux de la Chine. Le moment était mal venu de déstabiliser ce secteur.

Donald Trump a donc invité le président chinois à passer trois jours dans sa propriété de Floride et les deux chefs d’Etat ont éteint les foyers d’incendie pour revenir au statut quo.

 

9ème point : l’alliance avec Poutine promise pendant la campagne électorale a été elle aussi très vite abandonnée sur les champs de bataille de Syrie. Cette alliance avec Poutine n’avait qu’un but, isoler l’Union européenne.

 

10èmepoint : le renforcement des liens avec la Grande Bretagne risque bien d’être un vœu pieux. Theresa May, Premier Ministre de Grande Bretagne, empêtrée dans le Brexit, avait dans l’idée de se rapprocher des Etats-Unis pour y trouver les soutiens qu’elle ne trouverait plus en Europe. Theresa May a très vite déchanté, les sourires et les attentions de Donald Trump n'ont jamais été accompagnés d’une promesse de crédit ou de marché.

 

11ème point : le mythe de l’Amérique first. C’était plus qu’un mythe, ça devait être l’axe majeur pour s’attacher la fidélité des électeurs américains. Ce mythe-là a volé en éclat. Certes, l’Amérique a repris du service comme gendarme du monde. L’Amérique a décidé de faire payer le chef de l’Etat en Syrie, mais l'Amérique n’a demandé aucun accord international pour faire cette guerre. La Russie ne se joindra jamais à elle. La suite politique de cette affaire et le rééquilibrage de la zone risque d'être difficile à trouver.

 

Ayant beaucoup de mal à construire une équipe gouvernementale, avec une stratégie politique claire, Donald Trump se coupe de sa base électorale déjà frustrée qu’on ne réalise pas ce qu’on avait promis de faire.

 

Personne ne voit (et sans doute pas lui...) comment il pourra mettre en accord sa promesse politique et la réalité du terrain sur lequel il a engagé la partie.

Alors dans les faits, il n‘y aura qu’un demi-mal. L’Amérique a beaucoup de contre-pouvoirs, à commencer par celui des Etats. L’Etat fédéral a aussi un domaine de compétence réduit aux fonctions régaliennes, le chef de l’exécutif n’est pas obligé de s‘occuper de tout et n’importe quoi, comme en Europe.

Donc, les effets et les dégâts collatéraux de l’inexpérience de Trump seront assez amortis. C’est la force de l’Amérique.

Imaginons ce qu’il en serait, dans un pays très centralisé comme la France. Une France présidée par un homme ou une femme qui aurait développé des thèses très protectionnistes, pour qu’elle se referme sur elle-même.

Les 300 premiers jours de Trump offrent un cas d’école pour juger des effets de l’application d’une politique populiste et démagogique.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les femmes qui marchent avec des chaussures à talons ne peuvent plus s'en passer?

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 20/04/2017 - 13:00
Papy Sylvestre repproche à Trump de faire du Clinton ?
Papy Sylvestre est un faux expert en toute chose (à commencer par l'économie) mais il est surtout un désinformateur de la plus mauvaise fois qui soit. Papy, as tu remarqué avec quelle énergie l'establishment a ralentit ou bloqué chacune des nominations de son administration ? Il en va ainsi de cette superclasse mondiale qui dans tous les pays préfère son intérêt de classe aux choix démocratiques du peuple. Alors oui on peut faire un bilan décevant à 3 mois de ses multiples actions ... mais n'oublions pas la guerre de tranchée qui a lieu pour chacuns de ses décrets, guerre relayée par le système médiatique complice. En fait la malhonnêteté de la description de chacun des points exposés saute au yeux dès qu'on connait un tant soir peu la situation ... la ficelle est un peu grosse papy : tu parles de politique française à traver s Trump ! Mais au fait, Papy Sylvestre tu devrais être content car si on enlève à Trump ses réformes anti-systèmes il reste un gouvernement à la Clinton : bien néo con comme il faut comme le prouvent les frappes en Syrie.
Deneziere
- 20/04/2017 - 08:41
Bonne récapitulation. Il faut s'en inspirer.
Qu'on le veuille ou non, le premier bilan de Trump est bel et bien tel que le décrit JM Sylvestre. Les gens qui déplorent que rien ne changera si on ne vote pas populo, doivent bien constater qu'avec Trump, rien n'a changé. Si on fait le jeu des sept erreurs entre Trump et Le Pen, il y en a bien en faveur de Le Pen, notamment en expérience politique. En revanche, il y a aussi des points communs avec Trump qui condamnerait une expérience Le Pen au pouvoir : le FN n'aura pas de majorité parlementaire, n'a pas d'homogénéité idéologique, n'a pas les cerveaux pour gouverner et n'a aucun moyen de les acquérir en si peu de temps.
patamoto
- 20/04/2017 - 08:23
On a compris le message!
On a compris le message! Surtout ne changeons rien! Avec J.M. Sylvestre agenouillons nous devant cette belle Europe libérale qui fait de la France un futur jardin d'Eden, une France rendue à son état sauvage car sans agriculteurs et villages déserts, sera un must pour les touristes étrangers, seule industrie viable! Les usines devenues des musées pour montrer l'ex savoir-faire français aux périphéries des grandes villes, où nos compatriotes ubérisés à 50% (les autres seront fonctionnaires!) serviront ces bons petits chinois en produits raffinnés travaillés par 1% d'artisans contrôlés par nos technocrates européens . J'adore ce futur pour mes enfants.