En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Pixabay
Bonnes feuilles
Ce curieux royaume de France où l'on taxe les entreprises... avant même qu’elles aient gagné le moindre euro
Publié le 09 avril 2017
Un naufrage programmé ? Privatine, la mule croulant sous les fardeaux, s’est effondrée sur la place du village. Privatine ? C’est l’économie privée, la bête de somme qui soutient à bout de forces les 30 millions de personnes dépendant de la dépense publique. Accablée de charges, impôts et normes, elle est épuisée, dépassée par ses consoeurs étrangères qui caracolent loin devant. Et si Privatine venait à mourir ? Extrait de "Privatine, la mule qui souffrait d'être trop chargée" d'Irène Inchauspé et Olivier de Massy, aux Editions du Cerf (2/2).
Passée par Le Point et Challenges, Irène Inchauspé est notamment l'auteur de L'Echéance avec François de Closets et de L'Horreur fiscale avec Sylvie Hattemer. Elle est journaliste à L'Opinion.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien administrateur de l’Insee et ex-président de la Commission paritaire de la banque, Olivier de Massy est dirigeant d’entreprise.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Irène Inchauspé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Passée par Le Point et Challenges, Irène Inchauspé est notamment l'auteur de L'Echéance avec François de Closets et de L'Horreur fiscale avec Sylvie Hattemer. Elle est journaliste à L'Opinion.
Voir la bio
Olivier de Massy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien administrateur de l’Insee et ex-président de la Commission paritaire de la banque, Olivier de Massy est dirigeant d’entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un naufrage programmé ? Privatine, la mule croulant sous les fardeaux, s’est effondrée sur la place du village. Privatine ? C’est l’économie privée, la bête de somme qui soutient à bout de forces les 30 millions de personnes dépendant de la dépense publique. Accablée de charges, impôts et normes, elle est épuisée, dépassée par ses consoeurs étrangères qui caracolent loin devant. Et si Privatine venait à mourir ? Extrait de "Privatine, la mule qui souffrait d'être trop chargée" d'Irène Inchauspé et Olivier de Massy, aux Editions du Cerf (2/2).

Le professeur: Pourrait-on parler maintenant de ces impôts que payent les entreprises?

Walter : Avec plaisir car on a vraiment là une particularité française. Beaucoup d’économistes et de politiques se sont écharpés sur le partage de la valeur ajoutée… sans voir qu’un énorme intrus s’y installait progressivement! Dans ce royaume, on taxe les entreprises, avant même qu’elles aient gagné le moindre euro. Un peu comme si vous préleviez un sac de graines à un agriculteur avant qu’il ne les plante et ne récolte quoi que ce soit. Avant d’avoir le moindre chiffre d’affaires, les entreprises françaises payent donc 60 milliards d’euros (CFE, CVAE, impôts sur les salaires et la main-d’œuvre). Un chiffre en hausse depuis quinze ans. Si je veux être honnête, je soustrais de cela toutes les subventions diverses et variées; cela fait en net plus de 40 milliards d’euros en 2013. Avec le CICE, dont monsieur le maire a parlé, l’addition est encore à 30 milliards d’euros en 2015 ! Cela représente 5,3 % de la masse salariale brute des entreprises, c’est énorme !

L’ouvrier: Ben moi ce que je comprends, c’est que, finalement, personne n’est content, ni les salariés qui n’ont pas vu augmenter les salaires, ni les entreprises qui ont vu baisser leur compétitivité. On pourrait peut-être tomber d’accord là-dessus.

Walter: Vous avez raison, mais il n’y a pas que cela. À la fin des trente glorieuses, l’économie française était soutenue par ses acquis industriels et commerciaux et n’était pas encore trop alourdie par le poids des dépenses publiques. Il y a eu débat sur le partage de la valeur ajoutée car on pensait pouvoir jouer sur la part des rémuné- rations dans celle-ci. La production était considérée comme une sorte d’acquis résultant de la capacité de nos produits – avec leurs qualités et leurs prix – à s’imposer tant sur les marchés à l’exportation que sur le marché intérieur. Aujourd’hui, la logique est inversée. Très souvent, c’est le marché mondial qui fixe les prix ; ensuite, les entreprises essaient comme elles peuvent de dégager une valeur ajoutée en vendant leurs produits ou services à ces prix. La capacité des entreprises à s’adapter à cette situation et à obtenir une « production » est directement traduite par la « compétitivité » telle que nous l’avons définie (production par euro de travail). C’est là que pèse dans le mauvais sens le poids du poste « rémunérations », en particulier celui des charges fiscales et sociales qui ont beaucoup augmenté pour financer les 57 % de dépenses publiques dans le PIB national.

Extrait de "Privatine, la mule qui souffrait d'être trop chargée" d'Irène Inchauspé et Olivier de Massy, aux Editions du Cerf 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
05.
"Vous pesez autant qu'un épagneul breton" : la charge d'un élu RN contre Ian Brossat
06.
La métropole du Grand Paris prépare la transhumance des urbains vers les campagnes
07.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 09/04/2017 - 13:58
Vous oubliez qu'en France il
Vous oubliez qu'en France il y'a deux choses très moches héritées de l'ancien régime. La haine de l'argent et du travail. Un intellectuel se doit d'haïr le coté "besogneux" . ....et s'il a de l'argent ce n'est admis que s'il provient d'un héritage ...BHL, Anne Sinclair etc...)
alors imaginez comment peut être perçu un type qui travaille et qui en plus gagne de l'argent..... Il doit être pendu haut et court !!!
JG
- 09/04/2017 - 13:29
Quand on paye 2/3 de son chiffre d'affaire....
ce qui est mon cas en tant que chirurgien dans le privé, en cotisations, taxes, impôts, salaires, taxes sur salaires, etc...
On se rend bien compte pour qui on travaille....POUR LES AUTRES !!
Lazydoc
- 09/04/2017 - 11:42
C'est tres clair
Merci beaucoup! La Mule!