En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

Le petit-fils du commandant Cousteau veut construire la station internationale du dessous des océans

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

04.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 14 min 18 sec
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 40 min 38 sec
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 53 min 7 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 53 min 36 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 9 heures 43 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 17 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 19 heures 50 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 22 heures 13 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 22 heures 45 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 30 min 47 sec
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 49 min 12 sec
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 53 min 23 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 53 min 49 sec
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 10 heures 2 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 17 heures 36 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 22 heures 1 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 22 heures 14 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 23 heures 2 min
© Pixabay
© Pixabay
Bonnes feuilles

Ce curieux royaume de France où l'on taxe les entreprises... avant même qu’elles aient gagné le moindre euro

Publié le 09 avril 2017
Un naufrage programmé ? Privatine, la mule croulant sous les fardeaux, s’est effondrée sur la place du village. Privatine ? C’est l’économie privée, la bête de somme qui soutient à bout de forces les 30 millions de personnes dépendant de la dépense publique. Accablée de charges, impôts et normes, elle est épuisée, dépassée par ses consoeurs étrangères qui caracolent loin devant. Et si Privatine venait à mourir ? Extrait de "Privatine, la mule qui souffrait d'être trop chargée" d'Irène Inchauspé et Olivier de Massy, aux Editions du Cerf (2/2).
Irène Inchauspé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Passée par Le Point et Challenges, Irène Inchauspé est notamment l'auteur de L'Echéance avec François de Closets et de L'Horreur fiscale avec Sylvie Hattemer. Elle est journaliste à L'Opinion.
Voir la bio
Olivier de Massy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien administrateur de l’Insee et ex-président de la Commission paritaire de la banque, Olivier de Massy est dirigeant d’entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un naufrage programmé ? Privatine, la mule croulant sous les fardeaux, s’est effondrée sur la place du village. Privatine ? C’est l’économie privée, la bête de somme qui soutient à bout de forces les 30 millions de personnes dépendant de la dépense publique. Accablée de charges, impôts et normes, elle est épuisée, dépassée par ses consoeurs étrangères qui caracolent loin devant. Et si Privatine venait à mourir ? Extrait de "Privatine, la mule qui souffrait d'être trop chargée" d'Irène Inchauspé et Olivier de Massy, aux Editions du Cerf (2/2).

Le professeur: Pourrait-on parler maintenant de ces impôts que payent les entreprises?

Walter : Avec plaisir car on a vraiment là une particularité française. Beaucoup d’économistes et de politiques se sont écharpés sur le partage de la valeur ajoutée… sans voir qu’un énorme intrus s’y installait progressivement! Dans ce royaume, on taxe les entreprises, avant même qu’elles aient gagné le moindre euro. Un peu comme si vous préleviez un sac de graines à un agriculteur avant qu’il ne les plante et ne récolte quoi que ce soit. Avant d’avoir le moindre chiffre d’affaires, les entreprises françaises payent donc 60 milliards d’euros (CFE, CVAE, impôts sur les salaires et la main-d’œuvre). Un chiffre en hausse depuis quinze ans. Si je veux être honnête, je soustrais de cela toutes les subventions diverses et variées; cela fait en net plus de 40 milliards d’euros en 2013. Avec le CICE, dont monsieur le maire a parlé, l’addition est encore à 30 milliards d’euros en 2015 ! Cela représente 5,3 % de la masse salariale brute des entreprises, c’est énorme !

L’ouvrier: Ben moi ce que je comprends, c’est que, finalement, personne n’est content, ni les salariés qui n’ont pas vu augmenter les salaires, ni les entreprises qui ont vu baisser leur compétitivité. On pourrait peut-être tomber d’accord là-dessus.

Walter: Vous avez raison, mais il n’y a pas que cela. À la fin des trente glorieuses, l’économie française était soutenue par ses acquis industriels et commerciaux et n’était pas encore trop alourdie par le poids des dépenses publiques. Il y a eu débat sur le partage de la valeur ajoutée car on pensait pouvoir jouer sur la part des rémuné- rations dans celle-ci. La production était considérée comme une sorte d’acquis résultant de la capacité de nos produits – avec leurs qualités et leurs prix – à s’imposer tant sur les marchés à l’exportation que sur le marché intérieur. Aujourd’hui, la logique est inversée. Très souvent, c’est le marché mondial qui fixe les prix ; ensuite, les entreprises essaient comme elles peuvent de dégager une valeur ajoutée en vendant leurs produits ou services à ces prix. La capacité des entreprises à s’adapter à cette situation et à obtenir une « production » est directement traduite par la « compétitivité » telle que nous l’avons définie (production par euro de travail). C’est là que pèse dans le mauvais sens le poids du poste « rémunérations », en particulier celui des charges fiscales et sociales qui ont beaucoup augmenté pour financer les 57 % de dépenses publiques dans le PIB national.

Extrait de "Privatine, la mule qui souffrait d'être trop chargée" d'Irène Inchauspé et Olivier de Massy, aux Editions du Cerf 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 09/04/2017 - 13:58
Vous oubliez qu'en France il
Vous oubliez qu'en France il y'a deux choses très moches héritées de l'ancien régime. La haine de l'argent et du travail. Un intellectuel se doit d'haïr le coté "besogneux" . ....et s'il a de l'argent ce n'est admis que s'il provient d'un héritage ...BHL, Anne Sinclair etc...)
alors imaginez comment peut être perçu un type qui travaille et qui en plus gagne de l'argent..... Il doit être pendu haut et court !!!
JG
- 09/04/2017 - 13:29
Quand on paye 2/3 de son chiffre d'affaire....
ce qui est mon cas en tant que chirurgien dans le privé, en cotisations, taxes, impôts, salaires, taxes sur salaires, etc...
On se rend bien compte pour qui on travaille....POUR LES AUTRES !!
Lazydoc
- 09/04/2017 - 11:42
C'est tres clair
Merci beaucoup! La Mule!