En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Tribune

L'appel du petit-fils d'Edgar Faure à voter Emmanuel Macron

Publié le 04 avril 2017
Pour Atlantico, le petit-fils de l'ancien ministre de De Gaulle et Pompidou explique pourquoi Emmanuel Macron est le seul candidat à la présidentielle pour lequel il convient de voter.
Rodolphe Oppenheimer-Faure est Président-fondateur de l'Association Edgar Faure.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe Oppenheimer-Faure
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe Oppenheimer-Faure est Président-fondateur de l'Association Edgar Faure.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Atlantico, le petit-fils de l'ancien ministre de De Gaulle et Pompidou explique pourquoi Emmanuel Macron est le seul candidat à la présidentielle pour lequel il convient de voter.

Le 07 avril 2016, je publiais dans L’Express un article sur la portée politique et les projets d’Emmanuel Macron.

Il a réussi à faire naître au travers de son mouvement En Marche ce qui était, selon Edgar Faure, de l’ordre du Bon Sens, autrement dit, transcender les partis et réunir des majorités d’idées.

Lorsque j’ai publié un ouvrage sur mon grand-père, j’ai pensé à cet aphorisme : "La droite et la gauche ne sont plus que des directions, seul l’avenir a un futur politique". Les sympathisants d’Edgar, avec qui je communique tout au long de l’année en attendant le prix du livre éponyme que j’ai créé il y a 11 ans, s’interrogent. La mort des partis traditionnels n’était pas annoncée il y a encore un an et les obsèques de ceux-ci ne seront pas, semble-t-il, en grande pompe.

Certains me disent encore : Edgar, Edgar… Oui, mais seuls ceux qui se souviennent d’Edgar vont aux urnes et votent.

La cinquième République est une monarchie républicaine. Si la quatrième avait ses faiblesses, elle prenait en compte l’opinion du peuple, aussi instable était-elle, elle permettait de ne pas avoir des groupes de pression pendant l’exercice d’un mandat.

On se plaint de ne plus savoir qui est de gauche et qui est de droite. C’est typiquement une mauvaise question et un faux problème. On s'apprête enfin à ne plus voter pour des partis dans lesquels personne ne se reconnait. A tel point que, non seulement ils explosent, mais qui plus est, implosent.

Les alliances se font contre nature et leurs références sont désuètes. Les électeurs regardent désintéressés des politiciens dont ils se demandent ce qu’ils sauraient faire dans la vie s’ils ne faisaient pas de la politique.

Carriéristes qu’ils sont, ils surfent sur des utopies, eux qui ne vivent que dans des rivalités égotiques, bien loin des soucis des Français.
La seule majorité pouvant exister ne se trouve que dans les grandes options. La fameuse majorité d'idées dont Edgar Faure nous entretenait il y a de cela plus d'un quart de siècle. Pour cette classe qui s'est autoproclamée dirigeante, le temps s'est arrêté.

Prenons garde que l’incompétence, la malhonnêteté et la trahison ne deviennent pas la nouvelle et désastreuse image de marque de la France.

Emmanuel Macron a fait la preuve de la désuétude et de l’obsolescence programmée des partis politiques tels qu’ils se sont illustrés lors des primaires de la droite et de la gauche, ces vieilles entités sont dépassées par une modernité qui leur échappe.

Devant ce déclin, amis, je vous appelle en conscience à voter pour le seul candidat possible. Seul Emmanuel Macron a le profil de cet héritage laissé par Edgar Faure qui fera cesser, tant en France qu’à l’international, la situation grotesque et dévalorisante dans laquelle notre pays s’enfonce tous les jours d’avantage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 03/04/2017 - 15:33
Ce n'est pas de lui, ... mais presque.
« L’essentiel pour moi, ce n’est pas ce que peuvent penser le comité Gustave, le comité Théodule ou le comité Edgar Faure, c’est ce que veut le pays ».
raslacoiffe
- 03/04/2017 - 14:44
La modernité ce serait ça!!!
Cet auteur aux propos passéistes et populistes nous trace un futur qui va dans le mur. Celui où des individus sans conviction seulement portés par leur ambition personnelle et celle de leurs lobbies se proclament futur président de la république .
Paulquiroulenamassepasmousse
- 03/04/2017 - 14:12
La "Castrafiotte" rit de se voir si belle en ce miroir........
À part le "cheveu sur la langue" je n'arrive pas à trouver de point commun entre un homme cultivé et plein d'humour............et une "fiotte" ambitieuse..