En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 10 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 4 heures 26 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 5 heures 59 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 7 heures 42 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 10 heures 4 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 10 heures 48 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 11 heures 28 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 11 heures 50 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 5 heures 25 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 7 heures 11 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 10 heures 14 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 10 heures 29 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 11 heures 14 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 12 heures 10 min
Aubaine

Indicateurs au vert : vers un climat économique parfait pour le prochain président ?

Publié le 27 mars 2017
De nombreux indicateurs comme ceux de l'institut Markit montrent un climat plutôt positif en cette fin de mandat présidentiel. Mais s'il peut y avoir des opportunités, la mission ne sera pas nécessairement facile pour le prochain occupant de l'Elysée. D'autres marqueurs le montrent.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreux indicateurs comme ceux de l'institut Markit montrent un climat plutôt positif en cette fin de mandat présidentiel. Mais s'il peut y avoir des opportunités, la mission ne sera pas nécessairement facile pour le prochain occupant de l'Elysée. D'autres marqueurs le montrent.

Atlantico : Selon la dernière enquête menée par l'institut Markit, le niveau d'activité du secteur privé aurait atteint un plus haut de 6 ans au cours de ce mois de mars 2017. Faut-il y voir une réelle opportunité pour le début du prochain quinquennat ?

Philippe Crevel : Depuis le début de l’année, de nombreux indicateurs économiques sont bien orientés pour l’Europe et pour la France également. Ainsi, les dernières données PMI Flash de mars mettent en évidence une expansion du secteur privé français et cela pour le 9e mois consécutif. L’Indice Flash Composite Markit de l’Activité Globale atteint 57.6, soit son plus haut niveau depuis mai 2011. Le volume des affaires en cours augmente pour le 13e mois consécutif. L’indice mesurant le climat des affaires même s’il a légèrement baissé au mois de mars est à un niveau largement au-dessus de sa moyenne de longue période. L’indice parisien CAC 40 a franchi la barre des 5000 points ce qui ne lui était pas arrivé depuis 2015. Il y a un petit vent d’euphorie un peu surréaliste qui envahit les marchés et les analystes. Néanmoins, il faut rester prudent. Les résultats économiques réels ne témoignent pas d’une réelle accélération de la croissance. Simplement, les investisseurs tentent de croire que du fait que le pire ne soit pas au rendez-vous, il est possible de croire au meilleur. La série des mauvaises nouvelles de 2016, Brexit, Trump… n’a pas provoqué les cataclysmes annoncés. En France, le taux de croissance de 2016 a été très modeste, 1,1 %. Il a été inférieur à la moyenne de la zone euro. Le taux de chômage fait du surplace depuis la fin de l’année dernière. La production industrielle est loin d’avoir retrouvé son niveau d’avant crise. Le déficit public a été d 3,4 % en 2016 et la dette publique s’élève à 96 % du PIB. Il n’y a donc pas lieu de penser que tout va bien en ce début de printemps. Les marchés veulent croire à la reprise promise par Trump et au rattrapage de croissance en Europe mais tout cela pourrait se retourner très rapidement

Quels sont les facteurs qui pourraient modifier la tendance actuelle ? Quelles sont les opportunités offertes par un tel contexte, et quels sont les risques qui peuvent y être associés ? 

L’INSEE a prévu une croissance de 0,3 % au premier trimestre et une croissance de 0,5 % pour le 2e. Cette légère amélioration attendue pourrait être remise en cause d’élévation trop rapide des taux. La montée des taux pourrait être provoquée par des doutes sur la volonté de la France ou de l’Italie de vouloir rester en zone euro. Si la France devenait ingouvernable après les élections, il pourrait y avoir des tensions sur les taux. Leur augmentation renchérirait le service de la dette et pénaliserait l’immobilier. De même, il y a un risque en France de relance et d’accroissement des déficits qui pourraient créer un réel blocage au sein de l’Union. En outre, à force de tirer sur la ficelle de l’endettement, elle pourrait craquer.

Des incertitudes internationales pourraient remettre le micro-climat d’optimisme qui règne à l’heure actuelle. L’incapacité de Donald Trump d’appliquer sa politique pourrait déboucher sur une correction sur les marchés américains qui s’étendrait sur les autres places. A contrario si Donald Trump réussit à faire adopter ses mesures protectionnistes, la croissance de l’économie mondiale pourrait ralentir ce qui toucherait la France.

La négociation avec le Royaume-Uni sur leur départ de l’Union européenne qui débute le 29 mars peut donner à des tensions qui pourraient peser sur l’investissement

Le retour des tensions au Moyen Orient pourrait également modifier le climat économique.

Dans quelle mesure le contexte économique actuel est-il différent de celui du printemps 2012 ? 

En 2012, nous sortions d’une double crise, celle de 2008 liée à la faillite de Lehman Brothers et celle de 2011 liée à la Grèce et aux dettes souveraines. En 2009, l’économie mondiale a connu la récession la plus forte depuis 1929. Le système financier a failli imploser. Les chefs d’Etat et de gouvernement ont mis en place dans le cadre du G20 un plan de sauvetage de l’économie portant sur des milliers de milliards de dollars. En 2011, l’euro était au bord du gouffre. Même si tout n’a pas été parfait, la France et l’Allemagne ont réussi à empêcher la fin de l’aventure européenne. La Grèce a été sauvée tout comme l’Irlande, le Portugal ou l’Espagne.

Aujourd’hui, de nombreux Etats ont retrouvé le plein emploi : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la République tchèque… Seule l’Europe du Sud et le France sont à la peine.

Mais, aujourd’hui, huit ans après la crise, la population a le sentiment que la mondialisation et la digitalisation mettent en danger le système économique tel que nous le connaissons depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La crainte du déclassement, la peur du chômage, le sentiment que la croissance favorise les autres entraînent la montée du populisme, du nationalisme, du protectionnisme. Les dirigeants apparaissent impuissants face à la situation quand en 2012 ils pensaient encore avoir la main. Le multilatéral recule, les égoïsmes nationaux progressent. La construction européenne est en panne. Aux Etats-Unis, un Président est prêt à s’entendre avec Vladimir Poutine en passant par-dessus des Européens. Le monde est plus instable et moins coopératif aujourd’hui qu’en 2012.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
C3H5.NO3.3
- 28/03/2017 - 09:26
encore un pignouf
«La série des mauvaises nouvelles de 2016, Brexit, Trump… n’a pas provoqué les cataclysmes annoncés.»
Discours pitoyable de bien pensance. Il n'est pas venu à l'esprit de cet «expert» que ce sont justement ces événements (Brexit, Trump) qui portent le marché, et qu'il faudrait donc les qualifier de bonnes nouvelles.

«Grace au Brexit et à l'élection de Trump, on note un regain d'optimisme sur les marchés.»
vangog
- 27/03/2017 - 12:43
96 milliards de déficit du commerce extérieur pour 2017!!!!!
(Si on extrapole les 8 milliards de déficit du seul mois de janvier), soit un déficit commercial double de celui de 2016, 7 millions de chômeurs, des émeutes naissantes, partout, vous appelez cela un "climat favorable"? le bilan Macron-Hollande est catastrophique, et il faudra une Marine Le Pen énergique et déterminée, et tous les Français avec elle, pour redresser la barre du Titanic, face aux icebergs gauchistes! Mais nous, les patriotes, restons confiants dans la France. Elle s'est sortie du socialisme Hitlerien, elle est en train de libérer ses chaînes du socialisme hollandais, et elle ne tombera pas dans le socialisme Macronien, cette mer des sargasses médiatiquement polluée, sous laquelle rôdent les requins de la finance et des medias mondialistes...