En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 8 heures 51 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 9 heures 49 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 10 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 14 heures 47 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 16 heures 6 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 9 heures 22 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 10 heures 11 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 15 heures 1 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 15 heures 56 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 16 heures 7 min
Aubaine

Indicateurs au vert : vers un climat économique parfait pour le prochain président ?

Publié le 27 mars 2017
De nombreux indicateurs comme ceux de l'institut Markit montrent un climat plutôt positif en cette fin de mandat présidentiel. Mais s'il peut y avoir des opportunités, la mission ne sera pas nécessairement facile pour le prochain occupant de l'Elysée. D'autres marqueurs le montrent.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreux indicateurs comme ceux de l'institut Markit montrent un climat plutôt positif en cette fin de mandat présidentiel. Mais s'il peut y avoir des opportunités, la mission ne sera pas nécessairement facile pour le prochain occupant de l'Elysée. D'autres marqueurs le montrent.

Atlantico : Selon la dernière enquête menée par l'institut Markit, le niveau d'activité du secteur privé aurait atteint un plus haut de 6 ans au cours de ce mois de mars 2017. Faut-il y voir une réelle opportunité pour le début du prochain quinquennat ?

Philippe Crevel : Depuis le début de l’année, de nombreux indicateurs économiques sont bien orientés pour l’Europe et pour la France également. Ainsi, les dernières données PMI Flash de mars mettent en évidence une expansion du secteur privé français et cela pour le 9e mois consécutif. L’Indice Flash Composite Markit de l’Activité Globale atteint 57.6, soit son plus haut niveau depuis mai 2011. Le volume des affaires en cours augmente pour le 13e mois consécutif. L’indice mesurant le climat des affaires même s’il a légèrement baissé au mois de mars est à un niveau largement au-dessus de sa moyenne de longue période. L’indice parisien CAC 40 a franchi la barre des 5000 points ce qui ne lui était pas arrivé depuis 2015. Il y a un petit vent d’euphorie un peu surréaliste qui envahit les marchés et les analystes. Néanmoins, il faut rester prudent. Les résultats économiques réels ne témoignent pas d’une réelle accélération de la croissance. Simplement, les investisseurs tentent de croire que du fait que le pire ne soit pas au rendez-vous, il est possible de croire au meilleur. La série des mauvaises nouvelles de 2016, Brexit, Trump… n’a pas provoqué les cataclysmes annoncés. En France, le taux de croissance de 2016 a été très modeste, 1,1 %. Il a été inférieur à la moyenne de la zone euro. Le taux de chômage fait du surplace depuis la fin de l’année dernière. La production industrielle est loin d’avoir retrouvé son niveau d’avant crise. Le déficit public a été d 3,4 % en 2016 et la dette publique s’élève à 96 % du PIB. Il n’y a donc pas lieu de penser que tout va bien en ce début de printemps. Les marchés veulent croire à la reprise promise par Trump et au rattrapage de croissance en Europe mais tout cela pourrait se retourner très rapidement

Quels sont les facteurs qui pourraient modifier la tendance actuelle ? Quelles sont les opportunités offertes par un tel contexte, et quels sont les risques qui peuvent y être associés ? 

L’INSEE a prévu une croissance de 0,3 % au premier trimestre et une croissance de 0,5 % pour le 2e. Cette légère amélioration attendue pourrait être remise en cause d’élévation trop rapide des taux. La montée des taux pourrait être provoquée par des doutes sur la volonté de la France ou de l’Italie de vouloir rester en zone euro. Si la France devenait ingouvernable après les élections, il pourrait y avoir des tensions sur les taux. Leur augmentation renchérirait le service de la dette et pénaliserait l’immobilier. De même, il y a un risque en France de relance et d’accroissement des déficits qui pourraient créer un réel blocage au sein de l’Union. En outre, à force de tirer sur la ficelle de l’endettement, elle pourrait craquer.

Des incertitudes internationales pourraient remettre le micro-climat d’optimisme qui règne à l’heure actuelle. L’incapacité de Donald Trump d’appliquer sa politique pourrait déboucher sur une correction sur les marchés américains qui s’étendrait sur les autres places. A contrario si Donald Trump réussit à faire adopter ses mesures protectionnistes, la croissance de l’économie mondiale pourrait ralentir ce qui toucherait la France.

La négociation avec le Royaume-Uni sur leur départ de l’Union européenne qui débute le 29 mars peut donner à des tensions qui pourraient peser sur l’investissement

Le retour des tensions au Moyen Orient pourrait également modifier le climat économique.

Dans quelle mesure le contexte économique actuel est-il différent de celui du printemps 2012 ? 

En 2012, nous sortions d’une double crise, celle de 2008 liée à la faillite de Lehman Brothers et celle de 2011 liée à la Grèce et aux dettes souveraines. En 2009, l’économie mondiale a connu la récession la plus forte depuis 1929. Le système financier a failli imploser. Les chefs d’Etat et de gouvernement ont mis en place dans le cadre du G20 un plan de sauvetage de l’économie portant sur des milliers de milliards de dollars. En 2011, l’euro était au bord du gouffre. Même si tout n’a pas été parfait, la France et l’Allemagne ont réussi à empêcher la fin de l’aventure européenne. La Grèce a été sauvée tout comme l’Irlande, le Portugal ou l’Espagne.

Aujourd’hui, de nombreux Etats ont retrouvé le plein emploi : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la République tchèque… Seule l’Europe du Sud et le France sont à la peine.

Mais, aujourd’hui, huit ans après la crise, la population a le sentiment que la mondialisation et la digitalisation mettent en danger le système économique tel que nous le connaissons depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La crainte du déclassement, la peur du chômage, le sentiment que la croissance favorise les autres entraînent la montée du populisme, du nationalisme, du protectionnisme. Les dirigeants apparaissent impuissants face à la situation quand en 2012 ils pensaient encore avoir la main. Le multilatéral recule, les égoïsmes nationaux progressent. La construction européenne est en panne. Aux Etats-Unis, un Président est prêt à s’entendre avec Vladimir Poutine en passant par-dessus des Européens. Le monde est plus instable et moins coopératif aujourd’hui qu’en 2012.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
C3H5.NO3.3
- 28/03/2017 - 09:26
encore un pignouf
«La série des mauvaises nouvelles de 2016, Brexit, Trump… n’a pas provoqué les cataclysmes annoncés.»
Discours pitoyable de bien pensance. Il n'est pas venu à l'esprit de cet «expert» que ce sont justement ces événements (Brexit, Trump) qui portent le marché, et qu'il faudrait donc les qualifier de bonnes nouvelles.

«Grace au Brexit et à l'élection de Trump, on note un regain d'optimisme sur les marchés.»
vangog
- 27/03/2017 - 12:43
96 milliards de déficit du commerce extérieur pour 2017!!!!!
(Si on extrapole les 8 milliards de déficit du seul mois de janvier), soit un déficit commercial double de celui de 2016, 7 millions de chômeurs, des émeutes naissantes, partout, vous appelez cela un "climat favorable"? le bilan Macron-Hollande est catastrophique, et il faudra une Marine Le Pen énergique et déterminée, et tous les Français avec elle, pour redresser la barre du Titanic, face aux icebergs gauchistes! Mais nous, les patriotes, restons confiants dans la France. Elle s'est sortie du socialisme Hitlerien, elle est en train de libérer ses chaînes du socialisme hollandais, et elle ne tombera pas dans le socialisme Macronien, cette mer des sargasses médiatiquement polluée, sous laquelle rôdent les requins de la finance et des medias mondialistes...