En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© PATRICK KOVARIK / AFP
#LeGrandDebat
Un gagnant visible, Emmanuel Macron ; un demi gagnant caché, François Fillon....
Publié le 24 mars 2017
Le Grand Débat de TF1 a été l'occasion pour certains candidats de se mettre en valeur : Emmanuel Macron, mais aussi François Fillon. Un débat âpre fait d'attaques ciblées et de prises de positions.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Grand Débat de TF1 a été l'occasion pour certains candidats de se mettre en valeur : Emmanuel Macron, mais aussi François Fillon. Un débat âpre fait d'attaques ciblées et de prises de positions.

C'est peu dire que l'on attendait beaucoup de ce débat entre une partie (seulement) des candidats à la présidentielle, organisé par TF1, mais largement relayé par d'autres médias. Et l'ON (vous lecteurs et téléspectateurs, nous, les journalistes, eux, les instituts de sondages), n'aurait pas été mécontent de voir un gagnant incontestable sortir de ce match inédit... Il faudra se contenter d'appréciations, confortées par le sondage Elabe post émission. Emmanuel Macron, qui est aujourd'hui au coude à coude avec Marine Le Pen dans les intentions de vote au premier tour, et que l'on n'avait jamais vu débattre, a fait mieux que sortir son épingle du jeu. Le candidat d'En Marche a été jugé le plus " convaincant " par 29% des personnes interrogées par l'institut, représentatives de l'ensemble des Français contraire. Il a d'emblée relevé le gant lorsque Marine Le Pen " qui le cherchait", sur l'autorisation du port du burkini en France. Idem lorsque Benoit Hamon l'a attaqué sur le financement de sa campagne. Convaincant, il l'a surtout été dans sa capacité à se défendre face aux attaques de ses adversaires. Lui qui veut "déplacer les lignes et dépasser les clivages anciens", ne s'est pas distingué par des idées ou des proposition nouvelles, et il a parfois acquiescé à celles des autres, notamment lorsque François Fillon a accusé Marine Le Pen d'être "le vrai serial killer du pouvoir d’achat des Français, et d’entraîner le pays vers un véritable chaos économique et social avec la sortie de l’euro et le rétablissement du franc", Emmanuel Macron a donné "totalement raison" à François Fillon. Il n'a en revanche jamais donné approbation à Marine Le Pen. La candidate du FN qui a forcé le trait dans sa vision catastrophiste et ses propositions aussi radicales qu'irréalistes comme la fermeture des frontières, l'expulsion de tous les fichés "S", la sortie de l'euro... Comme si ces deux là étaient déjà en lice pour le deuxième tour.

 Mais pour l'heure rien n'est joué, l'électorat n'est pas cristallisé. Si, d'après Elabe, 30% des Français pensent qu'Emmanuel Macron a le meilleur projet pour la France, il est sur cet item, suivi de François Fillon qui recueille 20% des suffrages. Le candidat de la droite et du centre affrontait ce débat comme une épreuve pour quelqu'un qui n'est pas encore remis d'une grande blessure. Et c'est presque timidement qu'il a déclaré vouloir être le président du redressement national et libérer la France de la bureaucratie. Malgré l'attaque de Benoit Hamon, "Vous, c'est 500.000 fonctionnaires en moins. Vous êtes très fort en soustraction, un peu moins en addition quand il s'agit de votre propre argent !"), et les protestations de Jean-Luc Mélenchon reprochant " les pudeurs de gazelles" à ses adversaires sur la question des affaires, François Fillon n'a pas été vraiment pilonné sur ses problèmes judiciaires. Il a retrouvé son assurance avec les questions économiques et sociales, en assumant la fin des 35h, l'allongement de la durée du travail avant la retraite, et en revendiquant la "realpolitik "en matière de politique étrangère, et singulièrement dans nos relations avec la Russie de Vladimir Poutine. (" Nous aussi, nous avons modifié les frontières au Kosovo" en réponse à ceux qui accusent la Russie d'avoir annexé la Crimée). Le vainqueur de la primaire de droite, aujourd'hui en position de challenger, est allé jusqu'au mea culpa (" j'ai pu commettre des erreurs, mais qui n'en a pas commis ?"), pour tenter de convaincre les électeurs que lui seul peut mettre en place l'alternance avec son projet et grâce à son expérience. Faute à moitié avouée, faute à moitié pardonnée? "Pas concerné par les affaires" et demandant que "les électeurs récompensent les vertueux", Jean-Luc Mélenchon qui revendique de devenir le dernier Président de la Ve République car il mettra en place la VIe, a cultivé sa différence avec sa faconde habituelle. Le candidat de la France insoumise a avancé ses propositions en matière de laïcité avec la séparation de l'Eglise et de l'Etat, le suicide assisté. Cela lui a valu d'arriver juste derrière Emmanuel Macron, dans le classement des candidats les plus ou moins convaincants, avec 20% des suffrages. Il devance largement Benoit Hamon, pourtant à l'attaque contre Marine Le Pen accusée "d'être droguée aux pages faits divers", et d'instrumentaliser "la question de l'immigration". Le candidat PS qui a développé sa proposition d'instauration d'un revenu universel, "seule idée vraiment innovante de cette campagne", d'après lui, en appelle au "vote utile". Pour sauver le PS?  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Des planètes rocheuses comme la Terre survivraient à la mort de leur étoile ; Une sonde interstellaire pour explorer Proxima b testée
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (59)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
g16
- 22/03/2017 - 01:40
Avec l'affaire Le Roux on
Avec l'affaire Le Roux on trouve le nœud d'un complot juridico-médiatique afin de neutraliser Fillon, qui pourrait surmonter ses handicaps lors des débats, j'avais envie de voter Le Pen aux 2 tours car elle se préserve de quitter l'Europe par un référendum, mais les électeurs sont tellement manipulés que j'ai peur qu'ils votent oui, alors que à chaque votes ils disent non, alors je reviens vers Fillon, d'autant qu'on trouve des titres comme l'enquête élargie a des faits d'escroqueries aggravées, faux et usages de faux de manière à en remettre une couche alors qu'il n'y a rien de plus, un vaste complot gouvernemental est en marche pour Macron.
Affaire Fillon: l'enquête élargie à des faits d'«escroquerie aggravée, faux et usage de faux»
«Il n'y a pas le moindre faux. Tout cela ne tient pas», répond l'avocat de Penelope Fillon, soupçonnée d'emplois fictifs.
Papy Geon
- 21/03/2017 - 22:15
Les Français aiment les promesses…
C’est reposant à entendre, réconfortant, et cela donne une envie folle de faire confiance. Ils ont eu droit aux promesses à classer dans la catégorie « diseur de bonne aventure », qui leur affirment carrément qu’ils pourront vivre tranquillement, en travaillant beaucoup moins que les 6 milliards de terriens qui les entourent, voire sans travailler. Gros problème : les Français n’ont pas de pétrole, ils ne peuvent vendre que le fruit de leur travail. Il y a une autre catégorie de promesses : celles "hors sol", émises par la technocratie. La technocratie 2017 s’est améliorée par rapport à celle de 2012, puisque, non contente d’étaler quelques propositions qui pourraient sembler applicables, elle picore sans vergogne dans les propositions des autres candidats, donnant ainsi une image de besogneux muni un aspirateur à consensus, Mais c’est bien sûr une couillonnade, car in fine, la technocratie veut le pouvoir, c’est tout, elle est prête à faire n’importe quoi pour y parvenir. Si elle met la main sur davantage de pouvoirs, dont celui du Président, quitte à détourner l’esprit de notre constitution, car c’est bien de cela qu’il s’agit, son histoire ne peut que mal se terminer.
lemillanh
- 21/03/2017 - 22:14
un tiercé gagnant !
Melenchon pour ses utopies et son sens des raccourcis
Fillon pour la clarté de son analyse et son discours du possible pour La France
Le Pen pour sa capacité à séduire le peuple par le ventre
Macron n ' a pas de colonne vertébrale un digne élève de Scien Po pour nous sortir un songe creux de 6 minute, il croit jouer de la synthèse comme son maître FH, mais il serait balayé d 'un revers de main par un Poutine ou un Trump comme notre cher président qui tel un nabot cherchait son maintien dans les rencontres internationales et puis face à ses déclarations du colonialisme français j’espère que les futurs interlocuteurs des ex pays colonisés lui feront payer la note au prix fort ou plus tôt nous feront payer cette note de notre crime contre l'humanité comme il se doit histoire d'alourdir un plus la dette de la France remarque c'est déjà le cas en distribuant toutes les aides sociales au migrant fraichement débarqué qui est parfaitement au courant en déplaise à Mr Mélenchon et Mr Hamon de la générosité sans limite de notre système par internet le téléphone arabe moderne !