En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Au galop !
Pourquoi Sarkozy et Juppé doivent s’engager dans la bataille
Publié le 09 mars 2017
Les primaires n’éliminent personne. C’est pour ne pas l’avoir compris que les Républicains et les U.D.I., comme les socialistes de stricte obédience, risquent fort d’être absents du second tour de l’élection présidentielle.
Ancien conseiller général des Hauts-de-Seine, Francis Choisel est historien, auteur de Comprendre le gaullisme (L’Harmattan, 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Choisel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien conseiller général des Hauts-de-Seine, Francis Choisel est historien, auteur de Comprendre le gaullisme (L’Harmattan, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les primaires n’éliminent personne. C’est pour ne pas l’avoir compris que les Républicains et les U.D.I., comme les socialistes de stricte obédience, risquent fort d’être absents du second tour de l’élection présidentielle.

Du côté des centristes, des gaullistes, des libéraux, en tout cas, aucun des quatre millions d’électeurs de la primaire n’a voulu éliminer, c’est-à-dire sanctionner, exclure, « dégager » qui que ce soit. Tous ensemble, ils ont seulement choisi leur champion. Après avoir longtemps balancé, ils ont placé trois candidats sur le podium, l’un sur la plus haute marche, et deux autres à côté de lui. Car c’était un podium, avec une médaille d’argent et une médaille de bronze, pas un trône et deux guillotines. Chacun des trois médaillés de cette olympiade politique est une part d’eux-mêmes, une part de leurs convictions, une part de leur tempérament. Et les autres aussi. Tous de la même famille, rappelons-le.

Or aujourd’hui, parce que les médias, les candidats et leurs écuries ont confondu sélection et élimination, compétition et jeu de massacre, ils se retrouvent orphelins de leurs principaux poids lourds, d’Alain Juppé et de Nicolas Sarkozy surtout. Car ils n’ont pas voulu cela. Ils n’ont pas voulu que la médaille d’argent se retire à Bordeaux, et la médaille de bronze chez Accor. En tout cas pas avant la victoire. Ils n’attendent pas d’eux qu’ils jouent les sages meurtris ou les conseilleurs de l’ombre, ne sortant de leur mutisme que de loin en loin pour de brèves apparitions ou des communiqués sans visage. Ils ne les veulent pas non plus effacés, gommés, disparus. Ils les veulent au combat.

Certes, ils n’imaginaient pas qu’ils encenseraient leur vainqueur ni son programme, ce serait trop leur demander, et peut-être cela sonnerait-il faux. Alain Juppé et Nicolas Sarkozy pensaient il y peu, et ils pensent encore à coup sûr, qu’ils sont les meilleurs, que leurs propositions sont les plus pertinentes. Et c’est tant mieux, car si tel n’était pas le cas, au nom de quoi auraient-ils concouru ? Pour les ors des palais, le confort de la fonction, la griserie des vivats ? Non, ils l’ont fait par conviction, et ils n’en changent pas ; c’est à leur honneur.

Nous leur demandons une chose plus simple, plus naturelle, plus digne, c’est qu’avec leurs convictions maintenues, leur caractère bien trempé, leur personnalité éminente, bref avec toute leur autorité, ils s’engagent hardiment contre les adversaires politiques qu’ils s’apprêtaient à culbuter s’ils avaient triomphé à la primaire, et tout particulièrement contre l’illusion du macronlandisme à la mode. Là est la tâche qu’aujourd’hui leurs électeurs leur assigne. Là ce qu’attendent les indécis. Là leur devoir vis-à-vis de la France.

Alain Juppé, on l’a trop peu souligné, a commencé à le faire. Quel meilleur service en effet pouvait-il rendre à François Fillon, dans la tourmente présente, qu’en dénonçant les « démolisseurs de réputation » à qui il refuse pour sa part de se « donner en pâture ». Quelle meilleure consigne pouvait-il adresser à ceux qui lui font confiance qu’en parlant de « l’immaturité » d’Emmanuel Macron et de la « faiblesse de son projet »? Nous ne doutons pas que de nombreuses munitions sont depuis longtemps dans son arsenal, et qu’il piaffe de les laisser sans emploi. Il a d’ailleurs annoncé qu’il « ne se priverait pas d’exprimer son point de vue ». Eh bien, qu’il ne s’en prive pas, qu’il ne retienne pas ses coups, qu’il ne craigne pas de faire de l’ombre au candidat investi : qu’il mette ses armes en batterie, et qu’il fasse feu !

Et que Nicolas Sarkozy, dont la combativité n’est plus à démontrer agisse de même. Qu’il dissuade les Français de prendre une double portion de Macron après avoir subi une indigestion de Hollande. Qu’il reprenne l’offensive contre François Bayrou, ce receleur d’abus de confiance. Qu’il clame bien fort que nos ancêtres n’étaient pas des criminels. Et tant d’autres choses qu’il n’est pas besoin de lui souffler.

S’ils ne le font pas, et si François Fillon ne l’emporte pas, c’est à eux aussi qu’on le devra, à leur abstention, à leur mutisme, où même seulement à leur tiédeur. Et à eux aussi que la postérité demandera des comptes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
07.
Francois Xavier Bellamy enchante la droite, Bruno Retailleau laboure son sillon (et l'électorat Fillon), Le Point charge Castaner, L'Express les dérives de la médecine douce ; Anti-social quand la CGT piétine le droit du travail
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Louis MICHELET
- 11/03/2017 - 00:54
Combat d'arrière garde
La France s'est tellement " dénationalisée " toutes ces dernières années qu'il ne reste plus grand chose à défendre de son âme.
Encore quelques îlots de résistance , par-ci, par là tout au plus que ces deux hommes pourraient encore défendre....
Un combat d’arrière garde en somme.
Nous sommes passés à une autre chose qui se dessine ,encore informe mais qui ne ressemblera plus à une Nation.
g16
- 10/03/2017 - 13:57
Le grand dégagisme envers
Le grand dégagisme envers Sarkozy et Juppé, n'a contribué qu'a dégager leurs électeurs, aujourd'hui Fillon doit compter avec son socle
vangog
- 10/03/2017 - 12:24
Qu' appelez-vous "nuance", AG35?
Le "responsable, mais pas coupable!" de Fillon, Juppé et Sarkozy, est-ce une nuance qui compte, pour vous? Je crains qu'une majorité de Français ne pratiquent plus, depuis longtemps, ce type de nuance jésuitique...dommage pour vous!