En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© PATRICK KOVARIK / AFP
A la mode
Emmanuel Macron, ou l’effet bandwagon
Publié le 06 mars 2017
Tous les jours un nouveau sondage est publié pour éclairer cette élection présidentielle ; tous les jours les journalistes commentent tel décrochage, telle remontée, telle stagnation, un peu comme un commentaire sportif, comme une course de lévriers ou un marathon qui durerait quatre mois. The Conversation
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tous les jours un nouveau sondage est publié pour éclairer cette élection présidentielle ; tous les jours les journalistes commentent tel décrochage, telle remontée, telle stagnation, un peu comme un commentaire sportif, comme une course de lévriers ou un marathon qui durerait quatre mois. The Conversation
 

Les sciences politiques ont, bien sûr, l’habitude de discourir et théoriser sur le sondage. Il est d’abord question de méthodologie, de la formulation des interrogations, de la façon de les administrer, de la marge d’erreur, de tout cet arsenal technique qui a fait dire à certains que « l’opinion publique n’existe pas » (Pierre Bourdieu). Mais bien vite se pose la question de l’impact éventuel des sondages et de leur publication sur le comportement des électeurs. Depuis bien longtemps, l’interrogation suivante – « le sondage fait-il l’élection ? » – surgit à chaque cours dans les amphithéâtres d’études politiques.

Cette élection où le processus des primaires s’est généralisé est troublante : alors même que les partis vantaient la démocratie que représentaient lesdites primaires et surtout la légitimité de celui qui en sortirait vainqueur, ces mêmes organisations partisanes (ou plutôt nombre de ceux qui les peuplent) semblent déjà regretter, pour diverses raisons, les choix faits par les électeurs eux-mêmes. Et, en effet, ces choix ont plutôt favorisé le camp traditionnel à droite (par-delà les affaires judiciaires), et celui en rupture avec le gouvernement à gauche. Un vote aujourd’hui vu comme radical alors qu’il peut paraître simplement logique.

Vainqueur putatif des sondages

Ce vote semble laisser béant un espace au centre, un espace que l’ex-ministre de l’Économie de François Hollande, Emmanuel Macron, semble vouloir et pouvoir combler. Et c’est là que le sondage intervient avec toute sa force et sa puissance. Il cristallise, amplifie, favorise cette logique ; au départ il la mesure modestement, puis il lui donne corps.

C’est là que l’on peut dire que l’effet bandwagon joue à fond pour le jeune candidat, celui qui pousse les électeurs, influencés par la publication des chiffres, à suivre le train en marche, à suivre celui qui est en tête, celui qui a le plus de chance de réussir.

Cet effet d’entraînement joue déjà à fond pour les professionnels de la profession politique : rejoindre le candidat leader des sondages semble devenu un impératif (même si, en cas de retour de Juppé, ils pourraient regretter ce choix…).

Il n’empêche que, dans cette république façon cinquième, on sait combien « the winner takes it all », si tant est que les législatives ne soient pas une bérézina complète à force de tractations… Il serait dommage d’avoir loupé ce train en marche et d’être condamné à l’opposition pendant cinq ans. De Jean-Marie Le Guen, proche d’Anne Hidalgo, à François Bayrou en passant par Renaud Dutreil, les politiques apportent leur dot au putatif vainqueur… des sondages.

Sondage et vote utile

Au niveau des électeurs, cet effet est dévastateur pour le premier tour, voire pour la politique. Car le sondage semble désormais servir de premier tour. Combien, lors d’entretiens dans des travaux de type qualitatif, affirment calculer leur vote au regard du second tour :

« Les sondages disent que c’est face à Emmanuel Macron que Le Pen est la plus faible, alors je vais voter Macron, même si au départ je voulais voter pour Hamon. » (Entretien, étudiant, 23 ans, 26 février, Paris).

Le sondage crée ce vote dit « utile » dès le premier tour, il l’amplifie considérablement, il le consolide ; il empêche presque de faire de la politique, de faire campagne tant il enlève aux militants et sympathisants l’espoir dans une bataille à livrer.

Nous retrouvons donc ici l’effet « bandwagon » par la stimulation d’un comportement grégaire des individus qui fait converger les électeurs vers le candidat en tête.

Face à cet effet bandwagon, il y a son pendant nommé « l’effet underdog » : lui, consiste à secourir le perdant, il pousse les électeurs à se mobiliser pour le candidat à la traîne dans les sondages. Cet effet peut bien sûr stimuler les électeurs d’une Marine Le Pen, qui sera probablement au second tour et faire pression pour faire mentir les sondages ; ce ne serait pas la première fois.

Néanmoins, on peut à ce stade, faire l’hypothèse que l’effet bandwagon est plus fort en tant qu’il participe du vote « utile » dont nous avons parlé, mais ce n’est qu’une hypothèse.

Il est d’ailleurs à parier que si François Fillon se retirait au profit d’Alain Juppé, l’effet bandwagon se reporterait sur le maire de Bordeaux. À la différence près que ce dernier est élu de terrain de longue date et qu’il est passé par la logique des primaires. L’effet bandwagon pourra jouer en sa faveur aussi, mais il sera arrimé à une forme de légitimité. Quoi qu’il en soit, cet effet qui bénéficie pour l’instant à Emmanuel Macron est, lui, le reflet quasi exclusif d’une dynamique médiatiatico-sondagière.

Le temps des débats

In fine, heureusement pour ceux qui aiment la politique – celle qui de Gramsci à Julien Freund nous parle de bataille culturelle, de vision du monde, de sens d’un pays –, le temps des débats et des confrontations va avoir lieu. La politique va enfin s’incarner, va se dire et se faire au-delà de ces chiffres sur papier glacé. L’idée que l’on se fait de tel ou tel candidat va être chahutée par sa réalité physique et politique.

C’est comme cela, d’ailleurs, que Juppé n’a pas passé les primaires de la droite (à moins d’un rebondissement de dernière minute), de même que Valls ou Montebourg celles de la gauche. Car, à la fin, la politique peut peut-être reprendre ses droits.

Mais, en définitive, et pour reprendre le sujet qui nous occupe, nous pouvons affirmer avec force que si les sondages participent de la vie politique, c’est peut-être moins en tant qu’observateur ou faiseur de prédictions mais certainement plus en tant qu’acteur à part entière. De là à reparler de démocratie sondagière, il n’y a qu’un pas.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
05.
La Nasa envisage d'explorer la protoplanète Pallas dans la ceinture d'astéroïdes ; Osiris-Rex : deux découvertes surprenantes sur l'astéroïde Bennu !
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
Game of thrones : six trônes de fer ont été cachés de par le monde
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
antidote
- 08/03/2017 - 11:54
Illusion malfaisantes médiatique !
Macron ne sera pas au second tour .Hollande le sait étant donné son implication tardive à cette élection .Mais les médias continuent à taper sur Fillon puisque Marine le Pen y sera .Pour cela il faut sauver le socialiste Macron coûte que coûte ! BERGE met tous les moyens par l'intermédiaire de son journal "Le Monde" Depuis des mois certains médias ont tout retourné ,ils ils ont cherché au plus profond dans la vie des FILLON pour l'anéantir en sortant au fur et à mesure du temps qui passe des soi-disant accusations qui n'ont aucune chance d'aboutir mais qui bouleverse le sympathisant de droite alors qu'au bout du compte rien ne sortira de toute cette mascarade montée de toute pièce par ces socialauds sans foi ni loi . OUI Fillon a toutes les chances de gagner ces élections si les Français gardent la tête froide et surtout le bon sens de ne plus écouter les mensonges des médias .On va gagner !!!
Bobby Watson
- 07/03/2017 - 21:07
Conflit d'intérêt chez Macron
@ l'enclume: voilà une première réponse...
http://mobile.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/07/soupconne-de-conflit-d-interets-avec-le-laboratoire-servier-un-membre-de-l-equipe-de-campagne-de-macron-demissionne_5090643_4854003.html?xtref=https://t.co/evEYGyjnB4
l'enclume
- 07/03/2017 - 12:00
A chacun son tour, comme à confesse
bandwagon "Quand quelqu'un adopte un point de vue populaire pour le but principal de la reconnaissance et / ou l'acceptation par d'autres."
Après le "bandwagon" la mise en examen :http://www.dreuz.info/2017/02/27/macron-une-affaire-de-3-010-996e-si-le-parquet-financier-ne-bouge-pas-cest-quil-y-a-du-pourri-au-sommet-de-letat/