En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Divertissements garantis
Marine Le Pen élue : un joyeux bordel en perspective
Publié le 27 février 2017
Il n'est pas exclu que la numéro 1 du Front National devienne présidente. Un motif de se réjouir pour les amateurs -dont je suis – de films burlesques.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il n'est pas exclu que la numéro 1 du Front National devienne présidente. Un motif de se réjouir pour les amateurs -dont je suis – de films burlesques.

Se moquant des très monotones litanies des idolâtres de Marine Le Pen, Hugues Seraff écrit dans Atlantico : "Si Marine Le Pen est effectivement notre ultime espoir de salut, qu'elle est élue et que c'est pire qu'avant, devrons-nous fermer le pays et nous suicider collectivement ?", ce chroniqueur a beaucoup de talent. Il est toujours drôle et percutant. Son texte l'est. Mais l'idée d'un suicide collectif n'est pas celle que je retiendrai si la patronne du Front National devient notre chef de l'Etat.

J'en ai une autre directement inspirée de mes deux maîtres à penser : Ferdinand Lop et Roland Moreno. Le premier, candidat à la députation à une époque où on savait rire, proposait comme point fort de son projet politique de prolonger le boulevard St Michel jusqu'à la mer ! Ce qui vaut largement, en beaucoup plus drôle, le programme du Front National. Le second est l'auteur d'un livre impérissable "La théorie du bordel ambiant" dont le titre annonce les joyeusetés que nous aurons à découvrir avec Marine Le Pen a l'Elysée.

L'hypothèse de son élection n'a rien à voir avec Ferdinand Lop et Roland Moreno : elle est sérieuse. Surtout si elle a comme challenger Emmanuel Macron. Car il ne faut pas être grand clerc pour prévoir le vote des électeurs que la défaite de Fillon aura laissé orphelins. La suite, mais seulement au début, sera d'une exquise banalité. Car le livret de cet opéra-comique est déjà écrit.

Il y aura donc dans les rues de nos villes des centaines de milliers de manifestants qui crieront :" le fascisme ne passera pas!". Puis ils rentreront chez eux. Il y aura un coup de froid sur la Bourse: les actions chuteront. Puis elles remonteront car c'est dans leur nature. Donald Trump se fendra d'un tweet amoureux : "I love you baby". Et Vladimir Poutine fera savoir qu'il se réjouit d'une élection qui ne peut que renforcer l'éternelle amitié franco-russe.

Mais la suite sera nettement plus rigolote. Avec ce "bordel ambiant" tant désiré par les vrais connaisseurs qui trouvent qu'on s'ennuie à mourir en France. Car immédiatement après la présidentielle il y a les législatives. et on peut sans grand risque de se tromper deviner les contours de l'Assemblée qui naîtra de ce scrutin. Un grand groupe des Républicains, un groupe de gauche beaucoup plus faible, quelques macronistes et encore moins de députés FN, le mode de scrutin leur étant nettement défavorable.

Et elle fera quoi madame la Présidente ? Il lui faudra appeler comme Premier ministre celui que lui dictera le plus important groupe parlementaire : Xavier Bertrand, Bruno Le Maire, François Baroin, Christian Jacob ? Et qui gouvernera ? Pas elle. Mais le Premier ministre avec sa majorité parlementaire. Marine Le Pen pourra tout au mieux l'embêter un peu. Mais pas plus que Mitterrand ne l'a fait avec Chirac et que Chirac ne l'a fait avec Jospin.

Ce sera donc le bordel. Vivifiant. Rafraichissant. Certes Marine Le Pen pourra s'adresser au peuple et lui faire part de son désespoir : "vous voyez ils m'empêchent de gouverner!". Le peuple compatira : " la pauvre…". Et continuera à vaquer à ses occupations. Pas de quoi être triste.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
Commentaires (50)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Solaros
- 01/03/2017 - 01:07
Et le plus drôle : on peut
Et le plus drôle : on peut écrire la même fin d'article en changeant Marine Le Pen par Emmanuel Macron, le deuxième grand favori : s'il passe, il n'aura pas de majorité, ni même de minorité à lAssemblée Nationale, et qui gouvernera? Les Républicains!
Gré
- 28/02/2017 - 22:16
Ah bon ? parce que ce n'est
Ah bon ? parce que ce n'est pas déjà le bordel en France ? Oui, évidemment, celui-ci n'est pas joyeux - président déconnecté, policiers brûlés, pompiers caillassés, violences urbaines et zones de non-droit. Ce ne serait peut-être pas plus mal qu'il soit joyeux après tout ?
g16
- 28/02/2017 - 18:02
On peut voter FN, elle ne
On peut voter FN, elle ne passeras pas, mais le dire risque de faire trembler certains médias qui ont tout prévu pour suicider nos candidats préférés.