En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 15 min 21 sec
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 37 min 21 sec
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 1 heure 20 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 2 heures 2 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 2 heures 24 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 16 heures 19 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 17 heures 59 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 19 heures 6 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 15 min 47 sec
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 50 min 48 sec
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 1 heure 44 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 2 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 16 heures 3 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 17 heures 9 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 18 heures 34 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 21 heures 7 min
La haine

"Vengeance pour Théo" : l'étrange schizophrénie des jeunes Français

Publié le 24 février 2017
La jeunesse aujourd'hui en France peut être caractérisée par ses radicalités. Le 23 février, de nombreux lycées étaient bloqués pour soutenir le jeune Théo. Demain, une grande partie de la jeunesse va voter pour le Front national. Les jeunes n'ont jamais été autant divisés et à la recherche de radicalités.
Olivier Galland
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Galland est sociologue et directeur de recherche au CNRS. Il est spécialiste des questions sur la jeunesse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La jeunesse aujourd'hui en France peut être caractérisée par ses radicalités. Le 23 février, de nombreux lycées étaient bloqués pour soutenir le jeune Théo. Demain, une grande partie de la jeunesse va voter pour le Front national. Les jeunes n'ont jamais été autant divisés et à la recherche de radicalités.

Atlantico : Alors qu’une partie de la jeunesse est en ce moment en train de bloquer des lycées, d’autres font le choix de voter pour le Front national. Comment expliquer la polarisation de cette jeunesse française ?

Olivier Galland : De nos jours la jeunesse est profondément divisée et le clivage entre ces jeunes qui expriment différentes radicalités se caractérise souvent par le niveau d’études. En France, l’insertion professionnelle est beaucoup plus difficile que dans d’autres pays voisins : la jeunesse connaît donc parfois une insertion qui peut être précaire. Cependant une immense majorité arrive à se stabiliser dans l’emploi, ils n’ont pas tant d’angoisse que ça à avoir pour leur avenir professionnel et ils le savent. Il existe une autre jeunesse qui n’est pas ou très peu diplômée ; elle rencontre de très grandes difficultés qui s’accroissent. Différentes enquêtes montrent un écart important dans l’insertion entre la jeunesse avec et sans diplômes.

Les jeunes se radicalisent en même temps que la société, ils ne sont pas les seuls à voter Front national. En ce qui concerne la violence, elle ne gagne pas l’ensemble des jeunes mais une minorité visible. Les jeunes des lycées généraux ne sont pas gagnés par une culture de la violence, par contre une partie des jeunes de milieux moins favorisés adhèrent à cette culture de la violence. C’est une minorité qui agit et qui est particulièrement politisée. Cependant, une grande partie des jeunes adhèrent à l’idée qu’il est acceptable de bloquer des lycées. C’est quelque chose qui désormais est presque considéré comme normal contrairement à ce que la jeunesse pensait il y a 30 ans. C’est une forme de radicalité car on bloque ceux qui souhaitent d’aller en cours. Ils ne perçoivent souvent pas cela comme de la violence mais comme une façon de se faire entendre. La démocratie est le concept d’accepter les opinion majoritaires même si nous ne faisons pas partie de cette majorité. Cette idée est de moins en moins acceptée et il faut mettre cela en perspective avec l’individualisation de la société. Les jeunes refusent de se faire imposer des choses qui vont à l’encontre de leurs choix personnels.

Pouvons nous définir des déterminants socio-économiques à cette radicalité de plus en plus présente chez les jeunes ?

Nous pouvons voir monter cette radicalité comme une forme de résistance infra-politique. Nous l’avons constaté à partir des émeutes de 2005 nées dans les banlieues qui exprimaient une volonté de révolte d’une jeunesse qui se sentait reléguée et non-reconnue. Les causes de la radicalisation des jeunes est toujours la même aujourd’hui, rien n’a changé. Avec mec collègues, nous avons réalisé une étude il y a quelques années à Aulnay-sous-Bois et plusieurs choses sont constantes : d’abord la tension permanente entre les jeunes et la police. Ces jeunes ont un ressentiment voire une haine pour la police. Il y a dans ces banlieues un contexte de concentration ethnique très fort, il y a une importante prédominance de jeunes d’origines immigrées qui viennent de milieux économiquement difficiles et qui ont souvent des problèmes scolaires. Souvent les professeurs comme les policiers sont jeunes et peu expérimentés à la réalité du terrain, ce qui rend les rapports très compliqués avec certains jeunes. Il y a de tous les côtés un problème de violence et ce problème n’a jamais été résolu. Il y a aussi une culture de la délinquance chez ces jeunes. Pour eux, le trafic est quelque chose de normal et d'acceptable. Le contexte est donc explosif. Si nous ajoutons à cela que notre système éducatif échoue à faire réussir les jeunes en difficultés, l’embrasement des quartiers sensibles est donc tout à fait possible. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 25/02/2017 - 18:25
la grosse. ...
merde n est plus tres loin, elle arrive a grands pas!
Anguerrand
- 24/02/2017 - 17:57
Très bien' jeunes gens détruisez, brûlez , volez
Vous serez bientôt au travail et à travers vos impots vous rembourserez la dette que vous nous aidez à creuser. Vous en profiterez pour payer notre petite dette de 2.300 milliards d' € soit peut être 4.000 milliards de francs. Vous vous battez pour Théo a qui les vilains policiers ont fait bobo. Ce Saint qui a détourné près de 700.000€ au profit de sa famille et que nous payons avec nos impots. Continuez à defendre ce truand .
kronfi
- 24/02/2017 - 14:54
ok avec vangog mais je rajouterais ceci
les antifas ne sont que le bras arme de ceux qui nous gouvernent depuis 68. A l'epoque deja , les etudiants allaient aux barricades dans le denier modele cabriolet de l'epoque... Les nantis du pouvoir, n;ayant plus aucune morale et ideal, se sont trouver le combat ideal, a savoir defendre les islamistes de banlieue, contre un suppose racisme islamophobe datant des films de Yves boisset "Dupont lajoie".
Les fameux jeunes de banlieue, rejettent la France bien plus que les jeunes du FN ne rejettent le migrant... Jeunes du FN parfaitement pacifiques, et surs de leurs bulletins de vote, contrairement aux fameux jeunes de banlieue , avec la complicite ACTIVE des jeunes nantis du pouvoir socialo gauchiste. Non il y a pas deux jeunesses, il y a une jeunesse MAJORITAIRE qui vote FN, une autre studieuse, qui vote comme leurs parents , ou qui emigre a l'etranger une jeunesse importee , rejetant la France comme patrie , et une jeunesse shootee aux ideaux gauchistes soutenant la destruction de cette France de meche avec ceux qui veulent sa destruction.