En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Prise d’otages à Pôle emploi : l’indignation hessélienne en roue libre

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 2 min 35 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 33 min 44 sec
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 1 heure 8 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 1 heure 24 min
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 17 heures 19 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 17 heures 50 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 18 heures 43 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 19 heures 28 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 23 heures 42 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 28 min 42 sec
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 1 heure 38 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 17 heures 33 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 18 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 19 heures 10 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 19 heures 40 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 20 heures 36 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 23 heures 52 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
A l'épreuve du temps

Alliance Macron-Bayrou : pourquoi leur vie à deux risque bien de ne pas être un long fleuve tranquille

Publié le 24 février 2017
Emmanuel Macron et François Bayrou feront cause commune dans la campagne présidentielle, et ce, malgré les attaques parfois virulentes du maire de Pau à l'encontre de l'ancien ministre de l'Economie. Si les commentateurs et une large partie de la presse estiment que cette alliance sera bénéfique au candidat d'En Marche !, des questions aussi bien sur la forme que sur le fond vont rapidement se poser. Et les tensions risquent de s'accumuler.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron et François Bayrou feront cause commune dans la campagne présidentielle, et ce, malgré les attaques parfois virulentes du maire de Pau à l'encontre de l'ancien ministre de l'Economie. Si les commentateurs et une large partie de la presse estiment que cette alliance sera bénéfique au candidat d'En Marche !, des questions aussi bien sur la forme que sur le fond vont rapidement se poser. Et les tensions risquent de s'accumuler.

Atlantico : François Bayrou a proposé mercredi 22 février une alliance à Emmanuel Macron, alliance acceptée par l'ancien ministre de l'Economie. De nombreux commentateurs estiment que cette alliance sera prolifique. Comment imaginez-vous cette alliance tout au long de la campagne présidentielle ?

Jean Petaux : Sans vouloir manier le paradoxe il me semble que plus François Bayrou sera discret dans son soutien à Emmanuel Macron et plus l’alliance sera bénéfique à ce dernier. Autrement dit, si "descendance prolifique" au sens de celle du patriarche Abraham il doit y avoir, une union Macron-Bayrou a d’autant plus de probabilité d’être nombreuse (c’est le sens de "prolifique" : celui qui "fait des races, des lignées" étymologiquement parlant) qu’elle sera discrète et non ostentatoire. Car on peut légitimement s’interroger sur la portée du symbole du ralliement de François Bayrou à Emmanuel Macron. De quel renouvellement est-il porteur ? De quel changement est-il le nom ? De quelle transformation profonde de la société peut-il se revendiquer ? Voilà quelqu’un qui a été ministre sous Balladur en 1993 et élu à un premier mandat de conseiller général (Pyrénées-Atlantiques) en 1982. Maire de Pau élu en 2014, il est présent sur la scène politique française sans discontinuer depuis…. 35 ans ! Certes, Emmanuel Macron ne peut s’en souvenir puisqu’il était âgé de… 3 ans quand François Bayrou fut élu au "Parlement de Navarre" pour son premier mandat à l’âge de 30 ans, mais on peut espérer que les conseillers d’Emmanuel Macron lui auront préparé une fiche sur l’héritier d’Henri IV…

Comme la discrétion et le silence ne sont pas forcément deux vertus que François Bayrou cultivent en priorité, surtout en période de campagne électorale présidentielle, on voit bien que le maire de Pau risque d’osciller constamment, dans les 60 jours qui nous séparent du premier tour de la présidentielle (et, espérons-le pour Macron, dans les 75 jours d’ici le second tour), entre l’envie d’intervenir sur tout et sur rien (comme s’il était candidat sous ses propres couleurs) et la nécessité de ne pas voler la vedette au candidat avec lequel il aura passé un accord... On peut cependant considérer que sur des thèmes comme la moralisation de la vie publique, le retour à l’équilibre des comptes publics et l’Europe, Macron et son désormais "copain d’aventure", pourront échanger et…  nous tenir au courant de la conséquence de cet échange en matière d’actes de gouvernement… Cela s’appelle "faire un programme" et "dresser une liste de propositions" aux Français… De sorte qu’ils tranchent par leur bulletin de vote.

Eric Verhaeghe : Cette alliance est prolifique à court terme parce qu'elle apporte une sorte de surprise, de rebondissement, à la candidature de Macron qui commençait à s'enfoncer. Pour les prochains jours, elle apporte les quelques points de soutien qui manquait à Macron pour distancer, dans les sondages, François Fillon. Mais rien ne dit ce qui va se passer dans les jours qui suivront. Pour la première fois d'ailleurs, on peut considérer que les deux mois qui nous séparent du scrutin final sont une véritable éternité. Jamais la distance n'a paru aussi longue à courir. Tout peut se passer dans ces dernières semaines, et il y a fort à parier pour que de nouveaux rebondissements arrivent, notamment de nouvelles boules puantes. Dans ce déroulé, l'alliance contre nature et contre toutes les apparences entre Macron et Bayrou connaîtra-t-elle des jours tranquilles? On prend les paris dès maintenant, mais Bayrou est un vieux matois et on n'est probablement pas au bout de ce qui peut survenir dans sa relation avec Macron.

Depuis plusieurs mois, le maire de Pau fustige avec des mots parfois très virulents l'offre politique qu'incarne l'ancien ministre de l'Economie. On se souvient du procès fait à Emmanuel Macron d'être avant tout un objet piloté par les "grands intérêts financiers", ou encore d'avoir comparé son "projet de société" à celui de Nicolas Sarkozy en 2007, des mots qui ne sonnent pas comme un compliment... Au-delà des conditions posées par François Bayrou pour cette alliance, quels sont les éléments de fond qui pourraient poser problème à une osmose politique entre les deux hommes ?

Jean Petaux : Je n’en vois guère pour l’heure, tout simplement parce qu’Emmanuel Macron n’est toujours pas sorti de l’ambiguïté. Position bien confortable tant elle permet d’éviter les critiques. Mais position dont on conviendra qu’elle ne saurait être durable non plus. François Bayrou a envoyé, par le passé, quelques "scuds" en direction de Macron. Et alors ? De la part d’une des personnalités parmi les plus méchantes de la classe politique  (Bayrou), qui a rarement renoncé à une vacherie sur un de ses collègues élus, cela n’a rien de surprenant. Aujourd’hui, et même demain, sont des autres jours. Et pour Emmanuel Macron, ce qui me semble le plus important dans cette affaire, c’est de pouvoir montrer le scalp d’un Bayrou comme "prise de guerre". Peu importe le contenu, pourvu qu’on ait l’image "chromo" d’une "belle alliance centriste", de droite et de gauche, ni de droite ni de gauche… En réalité, l’osmose politique qui s’amorce entre Bayrou et Macron pourrait achopper sur deux points : le nombre de circonscriptions législatives réservé aux candidats  Modem en juin 2017…  et quel portefeuille ministériel se verra gratifiée Marielle de Sarnez ?

Eric Verhaeghe : De fait, tout le monde sait qu'il y a trois mois encore, François Bayrou avait concocté une alliance tacite avec Fillon (son grand ami!) contre Macron, décrété ennemi politique n°1. Le retournement est amusant, mais il en dit long sur les difficultés qui se préparent. Bayrou est avant tout un gestionnaire du système hérité de la Vè République. Son enjeu est en apparence idéologique. En réalité, il sait qu'un parti qui ne présente pas de candidat aux présidentielles est un parti mort et que son destin est scellé pour les législatives. L'alliance avec Macron ne se résume probablement pas à ses seuls calculs, mais il ne faudrait pas minorer ceux-ci dans la décision finale. Bien sûr que cette élucubration appelée le Modem a besoin d'exister à travers les enjeux électoraux. Et c'est précisément cette stratégie opportuniste qui va très vite pourrir le climat avec Emmanuel Macron. Celui-ci est contraint à une real politik avec le Modem, mais cette stratégie va l'alourdir. Bayrou est en effet lourd de ses vieux métaux. Il va courir pendant deux mois après des contreparties qui retarderont le candidat Macron. Toute la difficulté est bien là. On voit mal comment Macron acceptera de se laisser retarder de cette façon.

Sur le plan du "style", les deux hommes sont extrêmement différents... Si François Bayrou a un style traditionnel, connu pour son indépendance d'esprit et de parole, Emmanuel Macron l'est pour une campagne de communication jusqu'ici ciselée dans le détail, sophistiquée. Si l'on considère leurs personnalités et leurs caractères différents, comment imaginer la suite de cette alliance ?

Jean Petaux : Soit comme une alliance gouvernementale "à la portugaise" (une coalition "brinquebalante") qui tient quand même le coup et dont la fragilité est en quelque sorte la meilleure arme pour durer et perdurer ! Soit une alliance tendance "schizo" mais qui trouvera dans son développement sa propre justification. Pour l’heure, l’avantage comparatif d’une alliance Macron-Bayrou est évident, surtout comparé aux états de service de leurs concurrents même pas capables de signer une alliance entre Benoit Hamon et Yannick Jadot, depuis plus d’une semaine, pour "ramasser" quoi ? Entre 1,5 et 2% des intentions de vote. Ici "être ridicule" se conjugue à partir de l’expression : "plus on fait semblant d’avancer, moins on bouge". Et encore n’évoque-t-on pas ici l’impayable sketch Mélenchon-Hamon, match nul dans les sondages aujourd’hui entre eux. "Match nul" : dans tous les sens de l’expression.

Eric Verhaeghe : François Bayrou a surtout des dépenses à assumer, des charges, un parti à financer et une sorte de patrimoine politique à entretenir. Il vient avec armes et bagages, et ça pèse lourd. Bayrou vient aussi charger de son passif, qui ne s'est pas allégé en 2017. Rappelons que Bayrou a appelé à voter Hollande en 2012. Il est devenu maire de Pau grâce à la complaisance d'Alain Juppé. Il y a quelques semaines, il répétait en boucle qu'il était l'ami personnel de François Fillon. Et patatras! Le voilà qui retourne casaque au profit de Macron, après avoir juré pis que pendre à son propos. Soyons clairs! Bayrou est un cadeau empoisonné pour Macron, et il n'est pas exclu que Macron s'en aperçoive rapidement. Toute la difficulté est bien là. Bayrou posera un problème majeur à Macron dans la mesure où il incarnera le logiciel de l'ancienne politique dans un monde nouveau. Il n'est absolument pas sûr que ce soit simple à gérer.

Par ailleurs, cette alliance semble arriver à un moment où Emmanuel Macron tenait des propos plutôt de nature à séduire les électeurs socialistes déçus du résultat à la primaire du PS. Pourquoi cette alliance, et le fait qu'elle réoriente la campagne d'Emmanuel Macron vers le centre-droit et la droite, pourrait-il poser un problème ?

Jean Petaux : Le problème avec Macron, sorte de "candidat oxymore", c’est qu’il peut dire à peu près tout et le contraire de tout, au même moment, en fonction de ses interlocuteurs. En fait, on voit bien ce que veut faire Macron : il veut être de droite et de gauche. Les arrivées de François Bayrou et de François de Rugy dans la "galaxie Macron" ne doivent rien au hasard pour ce qui est du choix de la date. Macron, qui sentait qu’il allait être de plus en plus attendu sur son programme (qui ne vient pas) et sur son chiffrage quasiment impossible, avait vraiment besoin d’une sorte de "fusée d’appoint". A moins que ce ne soit une "diversion" par rapport à la "meute" attachée à  ne rien lâcher sur la demande de programme de l’ancien ministre de l’Economie tant qu’il ne l’aura pas révélé.

En revanche, et là vous avez raison de souligner cet aspect : en voyant arriver un Bayrou et quelques-uns de ses fidèles parmi ses supporters, Emmanuel Macron peut, à son insu, se voir accoler une étiquette supplémentaire "d’homme de droite" au grand plaisir d’un Hamon et a fortiori d’un Mélenchon qui n’attendaient que cela.  On aurait là la principale manifestation de l’effet contre-performatif de l’annonce faite par le maire de Pau. On touche ici du doigt aussi la limite du "champ Macron". Il est de bonne stratégie, quand on a comme projet jusqu’à maintenant de dire "Voyez mes plumes, je suis oiseau, voyez mes écailles je suis poisson" , d’attirer à soi des soutiens, si possible "vedettes" qui se satisferont peut-être d’une telle anatomie. Et qui pourront en rajouter dans l’une ou l’autre des catégories. Mais alors, il faut trouver très vite celles et ceux qui vont pouvoir travailler avec "l’oiseau ET le poisson" pour aller de l’avant et continuer… de marcher.

Eric Verhaeghe : Tout le problème de Macron est d'avoir fait la route sur deux couloirs de circulation en même temps. D'une part, il a joué sur une sorte de gauche libérale, encline à développer des thèmes modernisateurs, parfois avec de vraies réformes. D'autre part, il a mordu sur le "couloir" des centristes. Avec l'émergence de Hamon après la primaire et l'affaiblissement de Fillon à cause de ses affaires, Macron s'est opportunément déporté sur la droite. Mais c'est compliqué d'expliquer aux électeurs qu'on ne fait pas de programme pour être moderne, et que la modernité, c'est en fait le retour aux stratégies opportunistes d'antan. Comment voulez-vous que les Français le comprennent ? Et de fait, Macron est bien dans une stratégie opportuniste à l'ancienne, refusant de livrer un programme par peur de permettre aux autres d'identifier ses sorties de secours. Il est très probable que cette stratégie-là (pas de programme et des idées au jour le jour) soit vécue comme au-delà des limites de péremption. C'est une vieille pratique pas très démocratique sous des dehors modernes.

Le dernier sondage du Cevipof pour Le Monde montre que les électorats de François Bayrou et d'Emmanuel Macron sont les moins sûrs de leurs choix (respectivement 40% et 43%), loin derrière Jean-Luc Mélenchon ou encore Benoît Hamon. En 1969, Pierre Mendès France se ralliait au candidat de gauche Gaston Deferre pour l'élection présidentielle de cette même année, qui se solda par un échec cuisant avec 5% des suffrages. Quels enseignements peut-on tirer de cet épisode selon vous ?

Jean Petaux :  C’est une référence intéressante mais je ne la crois pas opérante pour essayer d’analyser "l’alliance Macron-Bayrou". Pour trois raisons. La première réside dans le fait que Pierre Mendès France, en 1969, était encore durement touché à gauche par "l’épisode Charletty" où, au plus fort de la crise de Mai 68, il avait oscillé entre prendre la tête de la révolte étudiante et participer alors au renversement du Général et, faire ce qu’il a fait, rester dans le registre de la "personnalité-témoignage" d’une haute figure de la gauche non-communiste. La deuxième raison tient au fait que Pierre Mendes France avait, de manière constante depuis 1958 et 1962, toujours fustigé les institutions de la Ve République, et surtout l’élection du président de la République au suffrage universel (réforme d’octobre 1962). Que venait-il faire alors dans cette compétition, sept ans après son adoption par référendum, en constituant avec le maire de Marseille, Gaston Defferre, un improbable "ticket" (sur le mode américain "président / vice-président") absolument pas prévu dans le "design institutionnel" français ? En comparaison, François Bayrou s’est présenté trois fois à la présidentielle et n’en a jamais attaqué les fondements constitutionnels. Tout au contraire : il a reconnu récemment sur le plateau de TF1 qu’il "adorait l’odeur de la poudre de la campagne…". La troisième raison qui me fait rejeter la comparaison de 1969 et l’épisode PMF, c’est que François Bayrou n’est pas, pour l’heure, le "Premier ministre" désigné par Emmanuel Macron en cas de victoire de ce dernier. La présence de Bayrou à Matignon n’est pas, que je sache, inscrite dans les conditions générales du contrat que le président du Modem va passer avec le leader d’ "En Marche !".

Vous avez raison en revanche de pointer la friabilité des intentions de votes en faveur de Macron, et, accessoirement, en faveur de Bayrou. Cette instabilité pourrait très bien faire que le nouveau soutien de Macron soit un événement qui se retourne contre lui, faisant fuir une partie de son électorat, "mal-arrimé" en quelque sorte. On peut espérer pour Macron qu’en solde net de voix, entre les partants (déçus que Macron renforcé par Bayrou se "droitise") et les entrants (soutiens de Bayrou suivant leur chef), le bilan soit positif… Le seul souci pour Emmanuel Macron, c’est que François Bayrou semble quelque peu promis au rôle du  "chat noir" en ce moment… Soutien de Juppé toute l’année 2016 pour la primaire de la droite et du centre : on a vu le résultat. Soutien de Macron au premier semestre de 2017 : danger pour Macron. "Scoumoune" : c’est du patois béarnais ? Il faudrait demander à Jean Lassalle…

Eric Verhaeghe : La leçon majeure est qu'une élection présidentielle est une rencontre entre un candidat et le peuple français. Pour que les Français élisent leur Vercingétorix, il leur faut des garanties sur l'acier dans lequel le candidat a trempé. Les calculs compliqués de ralliement et d'alliances me paraissent à rebours de cette logique. L'alliance est un calcul électoral quand les Français veulent une passion et une séduction. Macron n'avait probablement pas beaucoup le choix: il devait accepter le rapprochement avec Bayrou. Simplement, à deux mois du scrutin, l'opération paraîtra louche dans la durée, dictée par un intérêt électoral comme les Français le détestent. Observons, donc, mais il est probable que, dans la durée, cette opération se révèle compliquée à gérer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Prise d’otages à Pôle emploi : l’indignation hessélienne en roue libre

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 24/02/2017 - 10:44
Toujours aussi nul !
Ganesha - 23/02/2017 - 19:51- Abruti comme vous l'êtes, je ne suis pas surpris que deux femmes n'aient pas eu le courage de partager très longtemps la vie avec vous. Les femmes ont vraiment du bon sens.
A M A
- 24/02/2017 - 09:24
Bayrou, pathétique....
Bayrou, pathétique....
Vincennes
- 23/02/2017 - 23:51
Quand un "judas" rencontre un autre "judas"
qu'est ce qu'ils se racontent ??? des histoires de judas