En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Mise en garde
Ce à quoi pourrait mener la nostalgie des juppéistes pendant un quinquennat Fillon
Publié le 24 février 2017
En l'absence d'une candidature indépendante de François Bayrou - qui a proposé mercredi 22 février une alliance à Emmanuel Macron - et face à François Fillon qui semble représenter le choix de la raison mais pas celui du cœur, les "Juppéistes" risquent bien de se retrouver sans candidat pour les représenter.
Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Titulaire d'un DEA d'histoire moderne (Paris IV Sorbonne), où il a travaillé sur l'émergence de la diplomatie en Europe occidentale à l'époque moderne, Jean-Thomas Lesueur est délégué général de l'Institut Thomas More. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rouquan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur...
Voir la bio
Jean-Thomas Lesueur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Titulaire d'un DEA d'histoire moderne (Paris IV Sorbonne), où il a travaillé sur l'émergence de la diplomatie en Europe occidentale à l'époque moderne, Jean-Thomas Lesueur est délégué général de l'Institut Thomas More. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En l'absence d'une candidature indépendante de François Bayrou - qui a proposé mercredi 22 février une alliance à Emmanuel Macron - et face à François Fillon qui semble représenter le choix de la raison mais pas celui du cœur, les "Juppéistes" risquent bien de se retrouver sans candidat pour les représenter.

Atlantico : Alain Juppé l'a déclaré sur son blog : François Fillon est le "choix de la raison". On comprend ainsi que ce n'est pas celui du cœur. Désormais et en l'absence d'une candidature indépendante de François Bayrou, les "Juppéistes" sont-ils contraints à l'insatisfaction ? 

Olivier Rouquan : Disons que, par définition, les sympathisants de la droite classique et modérée n’ont pas de candidat en propre à soutenir. Tel est le cas depuis la fin du chiraquisme. Ils vont donc, au vu de la campagne, se départager entre François  Fillon et Emmanuel Macron, qu’ont déjà rejoints quelques Juppéistes et que rallie désormais François Bayrou, dont on sait la proximité qu’il entretient avec Alain Juppé.

Jean-Thomas Lesueur : Je ne le crois pas. D’abord, parce que c’était le jeu de la primaire : les perdants rallient le vainqueur. François Fillon n’était pas leur premier choix mais il a été au final, et à la loyale, celui de leur famille politique. Une partie d’entre eux se reportera bien sûr sur Emmanuel Macron, mais je pense qu’une large majorité des juppéistes votera pour François Fillon. Certains, bien sûr, peuvent être rebutés par "l’affaire Fillon" mais ni plus, ni moins que les électeurs d’autres sensibilités à droite…

Je sais bien que les sondeurs nous disent que l’électorat est devenu beaucoup plus volatile, beaucoup moins fidèle qu’auparavant. Mais la sociologie et la moyenne d’âge du "segment électoral" juppéiste me font penser qu’ils resteront majoritairement au bercaille. Les "prises de guerre" de quelques membres de l’ancienne équipe d’Alain Juppé par Emmanuel Macron ne font pas une tendance électorale.

François Bayrou aurait pu être une sorte de "père de substitution" pour eux, ayant soutenu Alain Juppé lors des primaires. Cependant, il a déclaré ce mercredi qu'il proposait une alliance à Emmanuel Macron. Une fuite des électeurs "juppéistes" vers le candidat d' "En Marche !" est-elle possible ?

Olivier Rouquan : Combien seront-ils à le rallier ? Il est trop tôt pour le savoir, car les événements de campagne vont compter. La fragilité des soutiens est certaine, renforcée par l’incapacité des candidats à communiquer sur leurs idées jusqu’à présent. Donc, leur faculté à capter les anciens électeurs d’Alain Juppé dépendra de l’équilibre global qui se dégagera de leurs propositions.

François Fillon commence à lisser quelques aspects (la santé), mais il a aussi rappelé sa position assez dure sur la sécurité, qui pourrait déplaire à certains centristes... Quant à Emmanuel Macron, sa technique des "coups" par provocation a un avantage : elle permet de tester de nouvelles lignes et donc le nouveau sens à donner aux clivages pertinents. Mais elle a l’inconvénient de choquer une partie des électeurs qu’il veut capter par priorité, assez modérés et prudents. François Bayrou va compter dans la campagne de Macron pour essayer de subvertir d’anciens électeurs de Alain Juppé.

Jean-Thomas Lesueur : Je ne le crois pas non plus. Je ne crois pas que l’annonce de François Bayrou soit de nature à faire bouger sensiblement les lignes. D’abord, parce que les électeurs juppéistes ne voulant pas voter Fillon n’ont pas attendu François Bayrou pour rallier Emmanuel Macron et sont donc déjà pris en compte dans les sondages. Ensuite, parce qu’il ne faut pas surestimer l’influence de François Bayrou !

Il bénéficie plutôt d’une bonne réputation et assurément d’une bonne visibilité médiatique (sans commune mesure avec son poids électoral) mais il est sans troupe et a, depuis belle lurette, déboussolé aussi bien les gens de gauche que les gens de droite qui avaient, un temps, cru dans l’aventure du Modem.

Ce qu’il peut éventuellement apporter à Emmanuel Macron, en fonction de la place qu’il tiendra dans le dispositif de celui-ci (ce qu’on ignore à ce jour), c’est de la substance et de la structuration dans sa campagne. Mais des cohortes d’électeurs, j’en doute assez. Peut-être un, deux ou trois points, ce qui n’est pas négligeable bien sûr. Mais pas de quoi lui garantir sa qualification pour le deuxième tour de la présidentielle…

Si cet électorat continue de voter pour François Fillon, en cas de victoire de ce dernier, est-ce que les anciens partisans du maire de Bordeaux pourraient incarner une sorte d'alternative de droite à un gouvernement Fillon ?

Olivier Rouquan : SI François Fillon gagne, ils vont peser par la suite et se rallieront pleinement si celui-ci a l’habileté de les récompenser ; dans ce cas, conformément aux règles de la Ve République, il tiendra une majorité, à condition ne l’oublions pas, de la gagner préalablement lors des législatives, ce qui va peut-être moins de soi qu’auparavant dans ce contexte aussi mouvant...

Les difficultés ne manqueront pas et en fonction du cap fixé pour les réformes, si le programme clive trop (fonction publique, sécurité, Etat providence…), les Juppéistes seront incités à faire entendre leurs différences et pourront causer des difficultés au gouvernement... Une sorte de fronde. Dans tous les cas, François Fillon s’il est élu, aura du mal à tenir unie la droite tripartite sortie de la primaire, d’autant que la pression du Front national sera forte, dès les législatives et après. Il est ainsi probable que le Front national aura cette fois-ci plus de députés…

Jean-Thomas Lesueur : Je ne suis pas sûr que la menace de la constitution d’un groupe de "frondeurs", en cas de victoire de François Fillon, vienne du camp juppéiste ! Regardez plutôt du côté d’un autre candidat malheureux de la primaire…

L’hypothèse qu’un tel groupe voie le jour et qu’une présidence Fillon, si elle prend forme, soit une présidence chahutée est plausible mais cela ne sera pas le fait des juppéistes. D’autant qu’il n’est pas dit que le dit-courant se maintienne très longtemps. Un groupe sans leader et sans "but de guerre" ne survit pas longtemps en politique. Dit autrement, je ne suis pas convaincu que le juppéisme soit un élément très structurant de la vie politique française dans les années qui viennent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 24/02/2017 - 16:31
Comme si....
Juppé avait été un centriste tout au long de sa carrière....il a toujours été de droite bien marquée...chef du RPR !
C'était une (im)posture médiatique pour l'élection.
clint
- 24/02/2017 - 16:06
Fillon bien seul !
Fini le soutien quotidien appuyé de G. Larcher ! Aurait il compris ?
Deudeuche
- 24/02/2017 - 12:13
@aixcalibur13
exact, et en cas de macronite au deuxième tour, chacun votera contre son camarade de parti en fonction qu'il est de droite ou du centre (et bien sûr pour sa vision de la France).
Les pro-Macron et pro-MLP sont déjà sur les starting blocs au sein des LR, juste au cas où le bateau coule.