En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 30 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 12 heures 55 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 16 heures 43 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 18 heures 48 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 13 heures 40 sec
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 18 heures 42 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 8 heures
Atlantico Business

Mais comment expliquer cet étrange fétichisme français pour le chiffrage des programmes présidentiels quand ceux de la plupart des candidats sont totalement irréalisables ?

Publié le 22 février 2017
Alors que les principaux candidats à la présidentielle sont entrés dans une bataille de programmes et de chiffres, l'ancien ministre de l'Economie refuse de participer à ce bal des illusionnistes. Et il a raison.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les principaux candidats à la présidentielle sont entrés dans une bataille de programmes et de chiffres, l'ancien ministre de l'Economie refuse de participer à ce bal des illusionnistes. Et il a raison.

Alors que les principaux candidats à la présidentielle sont entrés dans une bataille de programmes et de chiffres, Emmanuel Macron fait de la résistance. Il a raison de rester en marge et de ne pas aligner les milliards d’euros aux milliers d’emplois. Il a raison de ne pas participer à ce championnat des illusionnistes. Il a raison, à condition de préciser son ambition, sa vision et la cohérence des moyens avec les contraintes qu’il doit assumer.

Les électeurs ont besoin de savoir où ils vont et comment ils y vont. Ils n’ont jamais demandé de machine à calculer miraculeuse.

Cette pseudo-exigence du chiffrage chez les hommes politiques est assez récente. Elle date du moment où la croissance économique n’a plus été au rendez vous pour financer les promesses électorales.

Les hommes politiques ont toujours pensé que pour être élus, il fallait faire des promesses qui étonnent et font rêver. En fait, le métier n’était pas difficile, l’homme politique, du maire au député, en passant par les ministres et le président, passe son temps à caresser l’électeur dans le sens du poil et finalement à acheter des voix. Pendant plus d’un demi-siècle, la croissance économique leur a permis de payer le prix de ce qu’ils promettaient. Quand la croissance a fléchi à l’aube du 21e siècle, ils ont commencé à endetter la France. Mais ça marchait encore. Alors on a inventé l’euro. On a expliqué que l’euro devait nous contraindre tous à la rigueur. En réalité, l’euro a permis aux uns de payer pour les autres. Les fourmis du nord de l’Europe ont accepté de travailler pour les cigales du sud.  Mais là encore, ceux qui paient se fatiguent et grognent. 

Aujourd’hui, on sent bien que nous sommes arrivés au bout du bout de ce système. La croissance est partie dans les pays émergents et les vieux pays débordent de dettes.

Seulement voilà, les hommes politiques n’ont pas changé leur habitude. Ils continuent de promettre monts et merveilles. François Hollande a été élu sur un tissu de projets qu’il n’a jamais pu délivrer. Il n’a donc pas pu se représenter.

Aucune importance, la campagne présidentielle qui démarre redouble de promesses qui ne seront sans doute pas réalisables. Et pour paraître plus crédibles, la majorité des candidats n’hésite plus à chiffrer leurs promesses.

Marine Le Pen s’engage à "soutenir les entreprises françaises face à la concurrence internationale déloyale par la mise en place d’un protectionnisme intelligent et la mise en place d’une monnaie nationale adaptée" ce qui, au passage, ne signifie strictement rien.

Pour les salaires, elle promet de fixer l’âge légal de la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations pour percevoir une retraite pleine. Ce qui là encore ne signifie pas grand chose puisque pour avoir 40 annuités pleines, il fallait avoir commencé à travailler à 20 ans et ne pas avoir connu un seul mois de chômage.

Et pour payer tout cela, "elle entend sortir de la dépendance aux marchés financiers en autorisant le financement direct du trésor par la banque de France". Bref le processus proposé est magique.

Jean-Luc Mélenchon propose un plan de relance de 275 milliards d’euros sur 5 ans pour gagner, au bout du compte, 0,5% de croissance et 100 000 emplois. C’est à dire qu’il dépense 275 milliards d’euros pour gagner 50 milliards en richesses supplémentaires. Quel exploit ! Quel gaspillage surtout !  Le programme de Jean-Luc Mélenchon est une montagne d’absurdités. 

Benoit Hamon propose le revenu universel, 700 euros pour tout le monde soit 400 milliards d’euros, et pour payer, une taxe sur la richesse crée (ça s’appelle la TVA), il compte sur la solidarité des Etats européens, mais annonce tout de même qu’il fera évoluer le fonctionnement de la BCE et négociera des abandons de dettes. Comment s’attacher la solidarité de nos voisins en les prévenant qu’on ne remboursera pas ce qu’on leur doit ? Benoît Hamon invente un monde qui n‘existe pas et qui ne peut pas exister. 

François Fillon avait, lors de la primaire, publié un programme qui tenait compte de la contrainte financière notamment sur le modèle social. Mais compte tenu de sa fragilité et des critiques qu’il a reçues, il a fortement amendé ses propositions pour conserver en matière de santé, par exemple, le statut-quo.

En bref, tous ces programmes répondent à une demande apparente de l’opinion qui cherche à conserver les avantages acquis, tous ces programmes rajoutent des dépenses supplémentaires à l’édifice des protections sociales. Tous ces programmes mélangent des utopies à des stupidités assaisonnées à l’incohérence. Pour avoir l’air sérieux, tous les candidats essaient de chiffrer leurs propositions.

Ces chiffrages sont illisibles et ils finissent tous par se tourner vers Bruxelles, soit pour s’engager à négocier des facilités de paiement, soit pour adresser à nos partenaires un bras d’honneur. Façon un peu brutale de dire que la dette n’a aucune importance.

Un tel comportement est non seulement catastrophique, mais il est irresponsable.

Le comble dans cette campagne est de tomber à bras raccourcis sur le seul candidat qui n’a pas publié de programme détaillé et surtout pas chiffré. Emmanuel Macron. Et ce qui énerve tout le monde, c‘est que Macron, avec sa méthode, arrive en pôle position pour la finale présidentielle.

Il faut croire qu’une partie de l’opinion n‘est pas aussi obsédée qu’on le dit par le chiffrage.

A priori, l’opinion n‘est pas dupe des chiffres dont on l’inonde. Elle a besoin d’un cap, d’une ambition, d’une trajectoire. L’opinion a surtout besoin de comprendre ce qui se passe. Elle a besoin de comprendre :

Un : la mondialisation dont elle profite souvent

Deux : la révolution digitale dont elle profite tous les jours avec son smartphone

Trois : la concurrence, qu‘elle accepte pourtant volontiers dans la compétition sportive. Que serait le football mondial sans la concurrence ?

Le pays ne marche pas au rythme de la situation mondiale. Pourquoi ? Comment ? Peut-être parce qu’une partie de l’élite française n’y a pas intérêt ? C’est la raison pour laquelle les populistes ont autant d’échos. Mais c’est aussi la raison pour laquelle les élites n‘aiment pas Emmanuel Macron. 

La situation économique se résume trop souvent à une montagne de chiffres. Personne ne les comprend mais ça rassure toujours les chiffres. Même s’ils sont faux ou virtuels.

Macron n’a pas intérêt à creuser cette montagne de chiffres, ça ne servirait à rien. Ce dont l’opinion a envie c’est qu’on lui dise comment on contourne la montagne et ce qu il y a de l’autre côté. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 23/02/2017 - 07:34
Payez !
On s'occupe du reste. Les illettré(e) et les "petites gens" ( il a osé ce terme sur TF1) n'ont qu'à bien voter...
kuruzawa
- 22/02/2017 - 20:06
une baudruche,du vent
Macron:qu'a t-il fait pendant son passage au gouvernement:?Résultats bien maigres,assortis de quelques solides bourdes,interventionnistes en l'occurrence.Comme "libéral",on a vu plus convaincant!Macron,c'est rebelotte 5 ans à la sauce hollandaise,pépère et Jouyet l'ayant propulsé comme champion.En prime,il semble avoir un gros problème pour prendre des décisions et ne craint pas de s'essayer à des synthèses improbables entre deux grands écarts permanents:ça ne vous rappelle pas quelqu'un?
Anouman
- 22/02/2017 - 17:20
Chiffrage
Il est vrai que les chiffrages ne sont pas forcément très précis et cohérents. Mais ce n'est pas ce qui retient Macron. Il lui est impossible de chiffrer un programme inexistant. Il préfère le côté mystique: faites moi confiance et tout ira bien pour vous. Pas certain qu'il y ait autant de mystiques que ça dans l'électorat.