En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 9 heures 30 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 12 heures 28 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 13 heures 30 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 18 heures 14 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 19 heures 12 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 19 heures 52 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 8 heures 48 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 10 heures 50 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 13 heures 1 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 14 heures 6 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 17 heures 10 sec
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 20 heures 5 min
© Reuters
© Reuters
Violence policière

Arrestation violente à Aulnay-sous-Bois : ces formations qui manquent aux policiers pour savoir évoluer dans les quartiers difficiles

Publié le 10 février 2017
Il y a deux jours à Aulnay-Sous-Bois,Théo, 22 ans, est devenue victime d'un viol présumé à la suite d'un contrôle de police. Gravement blessé, le jeune homme s'est retrouvé à l'hôpital avec 60 jours d'ITT. Sans excuser, il faut aussi maintenant porter la lumière sur les difficiles conditions de travail des forces de l'ordre dans les quartiers dits "sensibles" et pointer du doigt les éventuels défauts des formations et des méthodes managériales.
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a deux jours à Aulnay-Sous-Bois,Théo, 22 ans, est devenue victime d'un viol présumé à la suite d'un contrôle de police. Gravement blessé, le jeune homme s'est retrouvé à l'hôpital avec 60 jours d'ITT. Sans excuser, il faut aussi maintenant porter la lumière sur les difficiles conditions de travail des forces de l'ordre dans les quartiers dits "sensibles" et pointer du doigt les éventuels défauts des formations et des méthodes managériales.

Atlantico : Sans excuser, ce genre d'actions revient de manière récurrente dans l'actualité. Quel est votre point de vue de manager, d'expert en ressources humaines sur ce problème. Qu'est-ce que cela dit du métier de policier ?

Xavier Camby : Avant toute chose, il me semble important de préciser l'importance sociale vitale du métier de policier. Aucune civilisation un peu structurée n'a jamais pu s'en passer, même s'il semble constant que certains de ses membres, toujours, transgressent les pactes sociaux et les codes de vie de chacune de ces organisations sociales si complexes et différentes. Cependant, à la base de chaque engagement d'un policier, il y a sans aucun doute une valeur de justice, plus forte que celle de sécurité. Cette sécurité des biens et des personnes pour laquelle ils acceptent pourtant, hommes et femmes, de risquer leur vie, au service d'une cause utile et d'une justice aussi simple que nécessaire.

Vous évoquez ma connaissance du management et je vous remercie de votre confiance. Permettez-moi d'affirmer sans aucune réserve que les comportements violents de nos policiers français sont pour moi dramatiquement révélateurs de nombreux dysfonctionnements, dont ils ne sont pas responsables mais bien plutôt les victimes !

Comme bien d'autres professions indispensables (médecins, infirmières, pompiers, urgentistes...), les policiers ne reçoivent jamais la formation nécessaire à l'exercice très stressant de leur difficile métier. Alors qu'ils sont tous sans cesse confrontés au pire de nos sociétés et qu'ils affrontent morts, suicides, violences infinies, insultes innombrables et incivismes variés... ils n'ont de formation que juridique, technique, administrative et fonctionnelle. Mais pas émotionnelle ! Me permettez-vous d'aller plus loin ? Nos policiers français, au service de la sécurité des personnes et des biens, sont désormais systématiquement désavoués par l'instance judiciaire et le pouvoir politique, de toutes les couleurs possibles... Chaque enquête après un attentat les amène à découvrir d'invraisemblables stocks d'armes militaires, mais ils ne peuvent le dire ni même agir en fonction du risque réel, sauf à ce que leur responsabilité personnelle et professionnelle soit engagée, par les juges ou les politiciens...

Un tel niveau d'insécurité et de désaveu - inique - ne peut manquer de générer des frustrations violentes, à base de justice déniée par d'autres ! D'où de rares débordements, outrageusement médiatisés.

Dans un autre contexte pour prendre du recul sur cet événement, de nombreux cas de maltraitance en maison de retraite par des infirmières surgissent car le personnel n'a pas été formé pour se distancier d'une certaine forme d'agressivité de la patientèle. Il y a un enjeu de dépersonnalisation primordial que l'on pourrait ne pas retrouver auprès des forces de l'ordre appelées à évoluer dans un contexte difficile au quotidien. Y voyez-vous un défaut dans la formation ou le management ?

Je ne sais pas trop ce que vous entendez par personnalisation et/ou dépersonnalisation. Les neurosciences attestent depuis des années (50 environ) de l'importance de nos perceptions et de nos émotions, dans l'ensemble de notre système neurologique, pour gérer nos interactions avec nos congénères comme nos décisions. Mais ces émotions sont tabous au sein d'un monde qui se prétend - prétentieusement - exclusivement rationnel et qui relègue les émotions au niveau animal (ce qui paradoxalement est une ineptie scientifique et rationnelle). En fait, encore une fois, ces professions sont confrontés au pire de nos sociétés, sans soutien réel ni formation adéquate. L'exaspération, l'outrance puis la violence deviennent alors l'inexorable exutoire des frustrations, des peines et des peurs que la lâcheté de nos dirigeants génèrent. Je l'affirme avec force : la couardise de nos élus et de nos énarques, de nos préfets et de nos juges, injustifiables en elle-mêmes, à base de clientélisme et/ou de lâcheté, est à la racine des comportements déviants de policiers exposés, désavoués trop souvent, culpabilisés et abandonnés, dès qu'il leur importerait d'être soutenu. Il existe des solutions, à base de courage et de vérité. La première est de former ces personnes exposées à ce que je nomme la résilience émotionnelle: Nous le faisons en entreprise avec les DRH, récipiendaires aussi du pire en entreprise.

Quel rôle pourrait jouer la hiérarchie ou l'Etat dans l'accompagnement des forces de l'ordre ? Pensez-vous que les policiers sont suffisamment accompagnés ou au contraire livrés à eux-mêmes ? Quelles mesures pourraient être prises ? 

Non ! La police française est livrée, sans cesse, en victime expiatoire, en bouc émissaire, en épouvantail... Notamment à la presse. Les budgets de formation sont pitoyables, les commissariats miséreux (voire hors-norme), les moyens, paléolithiques, les usages, médiévaux... Mais demeurent la motivation loyale, le courage et l'engagement de la majorité des agents de maintien de l'ordre social que sont les policiers (et les gendarmes). Une première mesure judicieuse serait peut-être d'engager une certaine presse à cesser de stigmatiser les 1% de dysfonctionnements policiers pour valoriser les 99% d'actions utiles. Une seconde serait de désintoxiquer le magistrature de son arrogance idéologique, où le suspect est une victime et le policier un sadique pervers obsessionnel et compulsif. La troisième serait d'inviter nos élites (auto-proclamées) politiques au bon sens et au courage, à la responsabilité et à l'audace. Mais là, je dépasse le champs de mes aptitudes et de nos capacités à entreprendre de vrais et définitifs changements.

A défaut, un populisme sécuritaire (et solidaire des garants de nos organisations sociales) ne manqueront pas de s'imposer. Démocratiquement ! C'est une histoire actuelle et réelle.

 
Je ne sais pas trop ce que vous entendez par personnalisation et/ou dépersonnalisation. Les neurosciences attestent depuis des années (50 environ) de l'importance de nos perceptions et de nos émotions, dans l'ensemble de notre système neurologique, pour gérer nos interactions avec nos congénères comme nos décisions. Mais ces émotions sont tabous au sein d'un monde qui se prétend -prétentieusement- exclusivement rationnel et qui relègue les émotions au niveau animal (ce qui paradoxalement est une ineptie scientifique et rationnelle). En fait, encore une fois, ces professions sont confrontés au pire de nos sociétés, sans soutien réel ni formation adéquate. L'exaspération, l'outrance puis la violence deviennent alors l'inexorable exutoire des frustrations, des peines et des peurs que la lâcheté de nos dirigeants génèrent. Je l'affirme avec force : la couardise de nos élus et de nos énarques, de nos préfets et de nos juges, injustifiables en elle-mêmes, à base de clientélisme et/ou de lâcheté, est à la racine des comportements déviants de policiers exposés, désavoués trop souvent, culpabilisés et abandonnés, dès qu'il leur importerait d'être soutenu. Il existe des solutions, à base de courage et de vérité. La première est de former ces personnes exposées à ce que je nomme la résilience émotionnelle: Nous le faisons en entreprise avec les DRH, récipiendaires aussi du pire en entreprise.
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 10/02/2017 - 18:06
suite
En région parisienne, ceux qui font tourner la boutique à tous les grades (gardiens, brigadiers, officiers et commissaires) ce sont ceux qui finalement se sont installés pour toutes sortes de raisons et qui acceptent d'être "parisiens" pour un temps plus ou moins long.
Ceux-là sont la cheville ouvrière de la police des départements d'IdF, tandis que les jeunes à qui on a fait le "coup de l'invité" n'ont qu'une envie, fuir le guépier dans lequel l'administration les a fourrés.
Ne prevoyant pas de rester, ils ne s'intéressent donc pas à la population dans laquelle ils travaillent, ne pensant qu'à rentrer dans leur autre banlieue le soir (metro-boulot-dodo) en attendant la mutation rêvée.
Une fois celle-ci acquise, ils pensent alors à muter chez eux en province et attendent plusieurs années que cela se réalise.
C'est un effet pervers du recrutement national (avec donc système de mutations national). Dans les autres pays européens voisns, tous décentralisés, le recrutement est provincial, chaque province ayant son gouvernement et donc son ministre de l'intérieur.
Les policiers sont au moins du coin et le connaissent. Ils savent également qu'il feront leur carrière dans la même police,
Leucate
- 10/02/2017 - 17:56
le "coup de l'invité"
Cela concerne le "management" des effectifs sur le plan national.
Les policiers sont de jeunes provinciaux en général qui ont passé un concours sélectif du niveau d'un des Bacc. Par contre les régions qui demandent des effectifs accrus ne pourraient recruter à elles seules les jeunes gardiens dont elle a besoin. C'est la cas de la région IdF et cela depuis très longtemps. Les gens répugnent à vivre en région parisienne et beaucoup ne le font que contraints et forcés.
Les jeunes élèves gardiens font donc leur scolarité d'un an dans une des Ecoles Nationales de Police en province et c'est lors de "l'amphi" de fin de scolarité que tout se gâte. Presque tous les postes sont en région parisienne et bien évidemment dans les coins les plus merdiques; seuls les majors de promo y échappent, il y a quand même quelques postes en province. Ils arrivent donc à reculons, ont du mal à se loger avec leur paye de stagiaire ou de titulaire 1ère année et très loin de leur commissariat, ils n'ont pas envie d'habiter à proximité en zône sensible, et dès qu'ils le peuvent administrativement, ils demandent leur mutation pour une zône plus calme, c'est à dire plus européenne.
abracadarixelle
- 09/02/2017 - 17:01
Manque de formation pour intervenir en environnement hostile ..?
Bien entendu, la faute retombe toujours sur la police ? Et la population qui réagit en tribu et refuse de respecter le mode opératoire légal, personne n'incrimine son " manque de formation" ?? Prendre le problème par ce bout et ressortir le marronnier à chaque incident va grossir les rangs des électeurs du FN qui ne voient pas pourquoi il faudrait s'y prendre autrement pour " eux" que pour " nous......
Sur le fond, vu la position de l'IGPN, l'affaire est en train de se dégonfler sauf bien sûr si le juge ( de gauche forcément) en décide autrement....D'ici à ce que le Gros ne sache plus quoi faire de sa visite à l hôpital , j'attends avec gourmandise !