En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© REUTERS/Lucas Jackson
Ça va se gâter...
Révision de la loi Dodd-Frank : Donald Trump est-il en train de préparer la voie à une nouvelle crise financière ?
Publié le 10 février 2017
En souhaitant alléger significativement la loi Dodd-Frank mise en oeuvre par l'administration Obama afin de réguler l'activité bancaire suite à la crise de 2008, Donald Trump prend le risque de favoriser, à terme, l'instabilité économique, et ainsi de nouvelles crises financières.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En souhaitant alléger significativement la loi Dodd-Frank mise en oeuvre par l'administration Obama afin de réguler l'activité bancaire suite à la crise de 2008, Donald Trump prend le risque de favoriser, à terme, l'instabilité économique, et ainsi de nouvelles crises financières.

Atlantico : Donald Trump, par un executive order signé vendredi dernier demande une analyse approfondie des effets de la loi Dodd-Franck, mise en œuvre par le Président Obama après la crise de 2008. Il cherche, au moins, un allègement significatif de la réglementation bancaire aux Etats-Unis. Ceci risque-t-il de provoquer de nouvelles crises économiques et financières dans les années à venir ? 

Jean-Paul Betbèze : Les décisions récentes de Donald Trump en matière bancaire sont importantes et, peut-être, lourdes de conséquences. Mais il faut commencer par comprendre la logique dans laquelle elles s’inscrivent. Cette logique est d’abord populiste : il s’agit de satisfaire ceux qui l’ont élu. Pour être caricatural, ce sont les Blancs de 40 à 50 ans qui se retrouvent à gagner moins, ou avec des perspectives radicalement réduites, ou de petits patrons, dans de petites villes ou des banlieues en difficulté.

Le deuxième volet logique que suit Donald Trump est une gestion de son calendrier, à la fois économique et politique. Il s’agit d’engranger le plus d’effets positifs à court terme, par la mise en œuvre des décisions qu’il avait annoncées dans sa campagne et qui devraient avoir un effet au plus tôt. Au plus tôt, c’est en 2018, année des élections midterm où il entend consolider sa base au Congrès, avec éventuellement des supporters plus fidèles.

Le plus tôt économique, c’est un crédit qui pourrait devenir plus facile, ensuite un programme de dépenses militaires en augmentation, puis une fiscalité réduite sur les entreprises et les ménages, et enfin les fameux "grands travaux". En termes d’échéanciers, demander un allègement des règles peut être assez long, sauf si Donald Trump change les têtes de l’agence en charge de surveiller les banques, notamment les banques moyennes. Pour les dépenses d’armement, il ne rencontrera pas d’opposition au Congrès. La fiscalité allégée ne pourra fonctionner qu’en 2018, mais elle a été "prévendue" par la Bourse, qui soutient déjà la consommation et accélère par avance les résultats attendus en termes de croissance et d’emploi.  Les grands travaux ne devraient avoir d’effets qu’en 2019. Mais avec aussi, alors, plus d’inflation, des taux plus élevés et un dollar plus fort (dollar fort qu’il va essayer de réduire en faisant pression(s) contre la Chine, le Japon et l’Allemagne – où les monnaies seraient trop faibles !). Bref, ce n’est pas fini…

C’est dans ce contexte qu’intervient le volet bancaire et financier de la stratégie suivie par Donald Trump. Arrêtons de penser que tout se fait au hasard et par impulsions, même si ces choix ont des effets contradictoires. En même temps que Donald Trump signe son executive order au sujet de la loi Dodd-Frank pour libérer au plus vite les "banques enchainées" (banks shackled) - c’est son terme - il demande à repousser, sinon supprimer, la Fiduciary Rule. Cette Fiduciary Rule oblige les conseillers financiers à agir dans le meilleur intérêt de leurs clients (dans l’esprit d’Obama, il s’agissait surtout de protéger les retraités).

En plus, le 31 janvier, le représentant Patrick McHenry a envoyé une lettre à Janet Yellen où il lui demande de mettre en pratique la doctrine America First. Ceci est contradictoire, dans son esprit, avec la participation de la Fed à divers comités internationaux, comme le Comité de Bâle et à l’élaboration de règles mondiales, comme celles de Bâle sur la sécurité bancaire. "This is unacceptable" ajoute le représentant, qui demande donc à la Fed de cesser ce genre d’activités, jusqu’à ce que le Président nomme des "fonctionnaires qui mettent la priorité sur les meilleurs intérêts de l’Amérique" !

On aura compris le message : plus de crédit pour plus de croissance, avec plus de risques à la clef. Donald Trump entend permettre un crédit plus facile aux emprunteurs, avec des banques qui auraient relativement moins de fonds propres, fonds propres dont l’usage serait libéré (fin de la Volcker Rule, qui est devenue si complexe qu’on ne sait la mettre en pratique), avec des clients incités à prendre plus de risques. Au total, plus de crédit, plus de risques, moins de surveillance et moins de fonds propres bancaires:  l’histoire de 2008 semble en train de se réécrire. Mais on ne sait jamais.

Surtout, Donald Trump ouvre ainsi un conflit majeur avec la Fed, à la fois sur son indépendance et sur ses objectifs. Sur son indépendance, car il va nommer bientôt deux gouverneurs qui répondront plus à ses vues et entend sans doute donner raison au Congrès qui ne supporte pas son indépendance et veut la surveiller (Audit the Fed). Sur ses objectifs plus encore. On entend toujours l’objectif anti-inflation de la Fed (2%), mais on oublie son autre objectif, tout aussi important : la stabilité et la solidité de son système bancaire et financier. La crise de 2008 a mis à égalité ces deux objectifs. En fait, vouloir revoir la loi Dodd-Frank est le début d’une attaque contre la Fed. Les marchés financiers, qui sont pro-croissance, sont aussi pro-indépendance de la Fed. Ce sera là une nouvelle source de tensions – majeures.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Quand Bret Easton Ellis atomise la “Génération Chochotte”
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
05.
La honte de l’empereur : loin du soleil d’Austerlitz, l’ombre infamante de la bataille de Toulouse
06.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
07.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 07/02/2017 - 12:45
LOL
Les banques centrales et le système financier font n'importe quoi et sont aujourd'hui à bout de souffle avec leurs délirants produits dérivés et le tout endettement crise du crédit d'aujourd'hui basé sur de l'argent virtuel, système qu'ils ont mis eux mêmes en place.
Ces institutions décideront de quand le Crash arrivera...et ce ne sera pas la faute de Mr TRUMP qui servira de Bouc émissaire pour effacer "le souverainisme" au profit du "mondialisme", finance folle qui fait ce qu'elle veut, produire au moins cher pour vendre au plus cher et éviter l'impôt dans des paradis fiscaux.
Ce sont ceux qui ont mis le feu à la planète depuis cent ans maintenant qui s'en sortiront tranquillement et proposerons les solutions pour en sortir !
Il n'y a plus aucune logique dans le monde économique devenu loi de la Jungle.
C'est eux qu'il serait temps d'arrêter pour s'en sortir et revenir à quelques principes simples.
Je trouve triste que des "experts" viennent encore nous raconter que tout cela a encore un sens.
Il le font avec passion et talent mais c'en est presque ridicule.
Texas
- 06/02/2017 - 13:45
En phase avec vangog
Pour mémoire , c' est à partir de 2002 que l' Administration Bush a lancé un plan pour rendre la primo-accession plus abordable aux classes défavorisées . En 2007 , les voyants passent au rouge , on connaît la suite . Depuis le Dodd-Franck Act , c' est malheureusement les petites entreprises qui peinent à trouver du crédit . En résumé , une intervention de l' Etat sur le marché de l' immobilier ( 2002 ) suivie d' une seconde ( 2010 ) ont toutes deux conduit à un marasme économique .
vangog
- 06/02/2017 - 10:11
Un système libéral ne fait pas reposer le risque
de faillite banquaire sur le dos du con-tribuable, mais sur les actionnaires de ces banques corrompues et hasardeuses! Plutôt que faire des lois Dodd-Franck et Bâle III réservant tous leurs crédits aux seuls institutionnels et emprunteurs certifiés "sûrs", faisant peser le risque final sur le con-tribuable, de vrais libéraux auraient fait l'inverse et fait peser l'essentiel du risque bancaire sur les seuls actionnaires, tout en préservant les petits-porteurs. Trump a raison de vouloir stopper ces inepties gauchistes, afin de libéraliser l'économie americaine au vrai sens du terme! Les europeistes, incapables de réformer leurs erreurs, vont être confrontés très rapidement à des USA reprenant des parts de marché mondial, dans tous les domaines. Donald a raison de dire que cette nouvelle donne libérale précipitera la chute des conservateurs gauchistes europeistes...