En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Asymétrie
Macron / Le Pen : le week-end de l'affrontement entre la France “de l'enthousiasme et de la fraternité” et celle du “repli et du déclin” (pour la France majoritaire, cherchez ailleurs)
Publié le 10 février 2017
Si les projecteurs sont tous braqués sur Emmanuel Macron et Marine Le Pen les 3 et 4 février, cela n'égaillera pas pour autant de nombreux Français de droite. Ceux-ci craignent en effet de voir la victoire leur passer sous le nez, et la bonne santé de ces deux concurrents n'a rien pour les rassurer.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les projecteurs sont tous braqués sur Emmanuel Macron et Marine Le Pen les 3 et 4 février, cela n'égaillera pas pour autant de nombreux Français de droite. Ceux-ci craignent en effet de voir la victoire leur passer sous le nez, et la bonne santé de ces deux concurrents n'a rien pour les rassurer.

Ce week-end, Emmanuel Macron animera un grand meeting à Lyon pendant que Marine Le Pen lancera sa campagne de candidate du Front National. Pourtant, si leurs dynamiques semblent positives, ne néglige-t-on pas la présence d'une France majoritaire, aujourd'hui oubliée par les médias, coincée entre ces deux candidats ?

Vincent Tournier : Oui parce que, d’une certaine façon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen correspondent à deux pôles très antagonistes dans l’électorat. Emmanuel Macron incarne un pôle que l’on pourrait qualifier de libéral et internationaliste, alors que Marine Le Pen représente un pôle de nature plus autoritaire et nationaliste. Entre ces deux pôles, il existe évidemment de multiples situations et combinaisons possibles, mais il y a vraisemblablement la place pour un électorat qui ne se reconnaît pas dans les deux tendances précédentes. C’est un électorat qui est à la fois libéral et autoritaire, ou libéral et identitaire. Il est inquiet devant certaines évolutions, attache de l’importance à l’ordre et à la nation, critique l’immigration et ses effets, mais qui ne rejette pas pour autant le libéralisme des mœurs. La meilleure preuve que cet électorat existe, c’est le score de Nicolas Sarkozy au premier tour de 2007.

A lire également sur notre site : "Grand meeting de Lyon : Emmanuel Macron, le candidat copier-coller"

A l’époque, Nicolas Sarkozy a fait une remarquable poussée en proposant un programme qui combinait deux mots d’ordre : le travail (doublé de la critique de l’assistanat) et l’identité nationale, donc un thème libéral et un thème autoritaire-nationaliste. Le succès de François Fillon à la primaire des Républicains confirme qu’il existe un large espace électoral disponible pour ce type de positionnement. Bien sûr, l’électorat de la primaire ne reflète pas exactement celui de la droite dans son ensemble, mais cela donne quand même une indication. Cela permet de penser que François Fillon dispose d’une importante réserve de voix. C’est aussi pour cela que la question de son retrait est difficile. S’il s’en va, Alain Juppé est le mieux placé pour lui succéder du point de vue « légal » puisqu’il a fini en seconde place ; mais du point de vue de la stratégie électorale, ce n’est pas évident. C’est d’ailleurs pourquoi il n’est pas exclu que Nicolas Sarkozy refasse parler de lui. Remarquons que le premier responsable politique qui a lancé le débat sur le retrait de Fillon est George Fenech, lequel est justement un soutien de Nicolas Sarkozy.  

Entre la France “ouverte et généreuse” de Macron et France du “repli” de Le Pen, quelles sont les valeurs que défend la France de droite et qui sont occultées par l'affaire Fillon ?

Il est normal que les médias soient polarisés sur l’affaire Fillon. C’est une affaire qui a progressivement pris de l’ampleur et qui s’est révélée bien plus importante que prévue. Du coup, ses effets risquent d’être massifs. En particulier, si la candidature de François Fillon explose en vol, ce qui est maintenant une hypothèse hautement plausible, il pourrait bien y avoir des répercussions en cascades sur le système politique. On ne peut pas exclure, à ce stade, que se produisent des recompositions car on voit bien que la gauche et la droite connaissent des fractures internes très fortes. La gauche de type Macron pourrait très bien se rapprocher de la droite de type Juppé, ainsi évidemment que du centre de Bayrou. A gauche, Hamon et Mélenchon sont-ils radicalement différents ? Quant à la droite, une partie des Républicains ne peut-elle pas opérer un rapprochement avec le FN, au moins avec la tendance Philippot ?

En même temps, la polarisation sur l’affaire Fillon présente un inconvénient majeur : elle conduit à mettre de côté tous les grands débats que l’élection présidentielle était censée aborder. C’est d’ailleurs le côté paradoxal de la campagne actuelle : la question de l’islam est devenue un clivage majeur, au point de fracturer la droite et la gauche, mais le débat sur l’islam est toujours au point mort. Toutes les questions qui devraient être posées sont mises en retrait. Ces questions concernent la laïcité dans tous ces aspects puisque les manifestations religieuses se développent dans les entreprises, les hôpitaux, les universités, les crèches. Cette mise en retrait peut se comprendre car les partis n’ont pas intérêt à ouvrir un débat interne qui risque ne pourra qu’aggraver les tensions. Mais l’intérêt des partis ne recouvre pas l’intérêt général. Le drame serait que l’élection de 2017 se contente de survoler ces questions et laisse ces débats en jachère. 

Qu'est-ce qui ne peut satisfaire un électeur de droite dans les programmes respectifs de Marine Le Pen et d'Emmanuel Macron ?

Comme la plupart des électeurs, les électeurs de droite sont partagés entre des désirs contradictoires. Ils peuvent être séduits par la volonté de contrôler l’immigration et de lutter contre l’insécurité, mais aussi par le désir d’ouvrir les frontières et de donner plus de libertés aux individus. Leurs choix dépendent aussi des réticences qu’ils peuvent avoir pour l’une ou l’autre de ces personnalités. C’est pour Marine Le Pen que le blocage est le plus important car, pour nombre d’électeurs, le FN continue d’incarner un parti dangereux, même si certaines de ses propositions sont approuvés. Pour Emmanuel Macron, le blocage résulte moins d’un interdit sur sa personne que sur l’incertitude qui l’entoure, d’autant qu’il vient de la gauche.   

Cela étant, il est difficile de répondre de manière claire à votre question dans la mesure où, pour Marine Le Pen comme pour Emmanuel Macon, on est toujours dans un grand flou artistique concernant leurs programmes. Il est même intéressant de relever que ce sont ces deux candidats qui ont le plus cultivé le secret. Le contraste est ici frappant avec les candidats aux primaires, que ce soit au PS ou aux Républicains, qui ont tous pris grand soin de dresser une longue liste de propositions, et encore avec Jean-Luc Mélenchon qui a fortement investi dans la préparation et la diffusion de son programme. Avec Macron et Le Pen, c’est à se demander si le programme n’est pas devenu superflu. Le silence d’Emmanuel Macron est d’autant plus énigmatique qu’il est nouveau en politique ; on aurait donc pu s’attendre à ce qu’il mette l’accent sur ses propositions, ce qui n’est visiblement pas le cas. Pour Marine Le Pen, ce déficit d’informations est moins frappant parce qu’elle est connue. Mais on pouvait quand même s’attendre à ce qu’elle mette en avant son programme, ne serait-ce que pour montrer le caractère novateur de son projet depuis l’exclusion de son père. Or, son programme ne sera présenté que dans les jours qui viennent. 

Pourquoi ces deux candidats ont-ils donc fait un tel choix ? La raison doit sans doute être recherchée dans leur situation d’outsider. En se présentant comme des candidats antisystème, ils misent d’abord sur leur image de contestataire, mais aussi sur le fait que les autres candidats vont s’entredéchirer. L’un comme l’autre ont pensé qu’il valait mieux rester en retrait, à travailler leurs réseaux et leur image. Rester à l’écart des grandes polémiques leur permet aussi de rallier plus facilement les déçus des autres partis. En somme, ils ont misé sur le fait que le système politique est en crise, que les autres partis vont s’affronter durement et qu’il ne sert à rien d’entrer trop tôt dans la bataille si on veut éviter de prêter le flanc à la critique avec des propositions clivantes. Cette stratégie ne peut pas s’éterniser. Les candidats vont devoir étaler leur jeu, tout en cherchant à atténuer les polémiques. Cette préoccupation permet de comprendre l’annonce récente de Marine Le Pen concernant la peine de mort : elle sait que son programme va être scruté et contesté par les journalistes ; elle tente donc de déminer le terrain en annonçant qu’elle ne compte pas demander de manière explicite le rétablissement de la peine de mort. Il sera intéressant de voir comment, dans son programme, elle tente d’équilibrer les propositions fortes qui visent à rappeler sa dimension hors-système et les propositions plus tempérées destinées à conforter sa respectabilité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
04.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
05.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
07.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
01.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 07/02/2017 - 03:25
Citadelle
Citadelle, ma demeure, je te protègerai des visées du sable et je t'ornerai de clairons pour sonner contre les barbares.
Saint Exupéry.
Le BIEN COMMUN ou RIEN
- 05/02/2017 - 19:15
Dans la tourmente qui atteint

Dans la tourmente qui atteint notre pays nous sommes tous bouleversés et très inquiets pour l’avenir de notre pays !
Nos MEDIAS sont instrumentalisés : BFM est à fond pour MACRON copain de DRAHI (modeste fortune de 14 milliards d’euros avec un endettement gigantesque qu’il ne pourra peut-être pas rembourser) patron de SFR et de BFM et qui a un pouvoir de contrôle jamais atteint sur les médias français mettant en jeu notre démocratie.
Heureusement que Yves CALVI et LCI sont à un autre niveau mais ils ont moins d’auditeurs …
Nous entendons les petites phrases des Républicains avec pas mal de dissonances …
Et puis on ressent et on comprend la difficulté pour François FILLON avec sa personnalité plutôt réservée de faire face à une telle tempête que personne n’a jamais affrontée avant lui …
On oublie dans tout cela les ELECTEURS livré
Jean-Benoist
- 05/02/2017 - 13:56
Macron blabla land
Prix décerné pour la gauche de mediapart, libe, les journaux de Drahi, Bfm Tv qui lui renvoie l'ascenseur pour le rachat de Sfr et l empêchement du rapprochement Bouygues et Orange..
Quand les médias de droire vont ils enquêter sur cette illusion et informer les électeurs?