En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Bonnes feuilles
Invasion, nouveau califat, vivre-ensemble ou bien intégration républicaine... Les scénarios du futur de la France concernant les migrations
Publié le 05 février 2017
Immigration, émigration, quels sont les enjeux pour la France du XXIe siècle ? Un sujet d'une brûlante actualité qui pose des questions décisives : Quel avenir pour ceux qui arrivent en France ? Comment gérer le flux d'immigrants réguliers et irréguliers ? Comment convaincre ceux qui veulent partir de rester, et ceux qui sont partis de revenir ? Jean-Paul Gourévitch dresse un état des lieux documenté de ces migrations. Un livre essentiel avec un seul but : celui de lutter contre les préjugés. Extrait de "Les véritables enjeux des migrations" de Jean-Paul Gourévitch, aux Editions du Rocher (2/2).
Jean-Paul Gourévitch est depuis 1987 consultant international sur l'Afrique, les migrations et l'islamisme radical. Il a enseigné à l'Université Paris XII Créteil. Écrivain, essayiste et formateur il est également spécialiste de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Gourévitch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Gourévitch est depuis 1987 consultant international sur l'Afrique, les migrations et l'islamisme radical. Il a enseigné à l'Université Paris XII Créteil. Écrivain, essayiste et formateur il est également spécialiste de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Immigration, émigration, quels sont les enjeux pour la France du XXIe siècle ? Un sujet d'une brûlante actualité qui pose des questions décisives : Quel avenir pour ceux qui arrivent en France ? Comment gérer le flux d'immigrants réguliers et irréguliers ? Comment convaincre ceux qui veulent partir de rester, et ceux qui sont partis de revenir ? Jean-Paul Gourévitch dresse un état des lieux documenté de ces migrations. Un livre essentiel avec un seul but : celui de lutter contre les préjugés. Extrait de "Les véritables enjeux des migrations" de Jean-Paul Gourévitch, aux Editions du Rocher (2/2).

Il ne peut pas y avoir de débat sur les migrations sans qu’un des interlocuteurs politiques évoque les « scénarios du futur ». Ce qui est légitime puisqu’il appartient à ceux qui nous gouvernent ou qui souhaitent le faire de préparer l’avenir.

C’est d’ailleurs la question que nous leur avons posée : « Si vous arriviez au pouvoir, quelles sont les premières mesures que vous prendriez dans ce domaine ? » Sur quelles certitudes peut se construire la France dans l’Europe et l’Europe dans le monde de demain ?

Les uns privilégient la variable économique en mettant l’accent sur les déséquilibres en matière de niveau de vie ; d’autres la variable démographique liée à la croissance générale des populations malgré les catastrophes naturelles et les pandémies ; d’autres enfin les scénarios géopolitiques qui dépendent du rapport de force entre les puissances dominantes (les États-Unis), leurs adversaires déclarés (l’islam radical sous ses diverses occurrences de Daech à Boko Haram) et les puissances susceptibles de faire pencher la balance : l’Union européenne et les 5 grands pays émergents regroupés sous l’étiquette BRICS.

Dans nombre de ces scénarios, la migration mobilise et cristallise contre elle tous ceux qui y voient soit un ennemi potentiel soit une variable incontrôlable. D’où la radicalisation de certains scénarios auxquels s’opposent ceux qui privilégient un avenir pacifique ou apaisé.

On distinguera donc des scénarios emblématiques qui se déclinent sur le mode de la diabolisation ou de l’angélisme et des scénarios réalistes ou volontaristes qui mettent en perspective les facteurs de crainte et la capacité des populations à les surmonter.

Les scénarios emblématiques

Le scénario diabolique : l’invasion

Il postule que l’Europe disparaîtra sous l’effet de flux migratoires « barbares » qui chloroforment ses populations, atomisent ses valeurs et détruisent son patrimoine et ses certitudes. Il se situe dans la lignée des romans d’anticipation imaginés par le capitaine Danrit (pseudonyme du colonel Driant) dans l’Invasion Noire (1895) et l’Invasion Jaune (2005), actualisés par Jean Raspail dans sa fougueuse fresque Le Camp des Saints, déclinés ensuite par des essayistes comme Philippe Gautier ou Elena Tchoudinova dont les titres des ouvrages explicitent le propos. Il a été théorisé par Ivan Rioufol dans son brûlot La guerre civile qui vient.

Ce scénario se conjugue selon plusieurs modes :

La variante démographique et nataliste postule que les vagues de migrants et le différentiel de fécondité entre les immigrés et leurs enfants d’une part, la population autochtone de l’autre, vivifiés par une polygamie combattue en droit, mais acceptée dans les faits, et encouragés par la pusillanimité ou l’aveuglement des gouvernants conduiront au grand remplacement évoqué par Renaud Camus.

La variante islamiste avec sa connotation terroriste s’appuie sur l’existence d’une population musulmane en constante augmentation, où les plus modérés ne sauront pas résister à la pression de radicaux qui veulent le conflit entre une civilisation occidentale, chrétienne ou mécréante et le rêve de l’instauration d’un nouveau califat.

La variante délinquance annonce la disparition de l’État de droit face à une population jeune qui n’a que la rue comme espace, l’échec scolaire comme quotidien, le chômage pour horizon et l’économie informelle pour survie.

Le scénario angélique : le « vivre ensemble »

Au scénario noir s’oppose un scénario rose qui postule que les Français privilégieront ce qui les unit par rapport à ce qui les divise et considéreront que la diversité est le ciment de la société qu’ils veulent construire.

Ce scénario se conjugue sur le mode du multiculturalisme qui vante la mosaïque des cultures du monde et invite un Occident fatigué à se tourner vers un Orient qui le ressourcera et le purifiera au grand laitage de la fraternité. Mais aussi de la mixité sociale qui malgré les difficultés de coexistence des populations reste un idéal vers lequel doivent tendre les efforts des politiques pour faire progresser les chantiers de la « rénovation sociale » et piétiner les étincelles avant que les brasiers ne s’allument.

Ces deux scénarios ont en commun d’être une démonstration. Utilisant la déploration pour le premier, type idéologique qui déborde l’analyse de la situation actuelle pour prédire celle de la situation à venir.

Le scénario consensuel : le modèle républicain

Une troisième variante s’appuie sur le triomphe de la République laïque. Elle s’exprime dans la lettre que nous a adressée le premier secrétaire du PS : « Notre objectif est de défendre un modèle républicain d’accueil et d’intégration, en rappelant que la France est une République universaliste, ouverte sur le monde. Il s’agit surtout de faire de notre pays une terre d’accueil, non seulement respectueuse des personnes, mais attrayante pour les talents étrangers… La France est une terre d’immigration et d’asile, elle doit le demeurer : les pays repliés sur eux-mêmes se condamnent au déclin. »

Dans cette perspective, l’adhésion aux lois de la République s’imposera progressivement aux communautés qui résident sur notre territoire et s’exprimera selon le slogan suivant :

« Vous avez des droits et des devoirs. Nous vous garantissons les premiers si vous observez les seconds. » Les tenants de cette position font valoir que la grande majorité des musulmans l’ont acceptée et que même des groupes radicaux comme l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) s’y réfèrent.

Quand on leur objecte que le terme laïcité est un « mot-valise » qui n’a pas le même sens pour tous, ils rétorquent que ce sont les islamophobes qui pervertissent le sens du mot qui historiquement marque la séparation entre un État qui ne doit plus exercer le pouvoir religieux et une Église qui doit se garder de toute intervention dans la sphère politique.

L’abandon par l’État d’une religion officielle ne postule pas son remplacement par une religion civile. La laïcité n’est pas un dogme qui interdit, mais un mode de vie qui rassemble, séparant la « chose publique » (la res publica des Romains) de la « chose privée ».

Il existe des distorsions à cette séparation, comme le régime du concordat sous lequel vivent l'Alsace et le département de la Moselle, Mayotte qui respecte la loi islamique, Wallis et Futuna où le catholicisme est religion officielle, la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie et Saint-Pierre-et-Miquelon où les biens des écoles et des missions sont gérés sous des dispositions spécifiques. Mais ce sont des exceptions qui ne doivent pas être considérées comme symboliques d’une collusion entre la République et la religion.

Extrait du livre Les véritables enjeux des migrations de Jean-Paul Gourévitch, aux Editions du Rocher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 05/02/2017 - 17:32
Le premier secrétaire du PS...
On comprend que l'enseignant Gourevitch fait la promotion du dilutionnisme et du pompage des forces vives du tiers-monde prôné par le Parti socialiste...et si on entendait un autre son de cloche, que ce murmure ultra-minoritaire (et mourant)?...
vacciné
- 05/02/2017 - 12:04
bof bof
s'il fait chaud , il ne fera pas froid et s'il fait sec , c'est qu'il ne pleuvra pas ...
vacciné
- 05/02/2017 - 12:02
article creux
lapalissades et évidences ....