En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Quel avenir
Vers un quinquennat de l’impuissance quel que soit le Président : mais où en sera alors la France en 2022 ?
Publié le 03 février 2017
Majorité hasardeuse, manque de légitimité... A bien y regarder, le prochain Président français sera un président faible dont le parcours sera semé d’embûches.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Majorité hasardeuse, manque de légitimité... A bien y regarder, le prochain Président français sera un président faible dont le parcours sera semé d’embûches.

Atlantico : Pourquoi est-ce que le président qui va arriver au pouvoir en 2017 sera forcément un Président faible ?

Alexandre Delaigue : D'abord parce qu'on a l'impression que celui qui sera élu sera le fruit du hasard avec les affaires, les outsiders qui vont avoir du mal à rassembler... Après c'est très rare qu'il y ait des gens fort qui se retrouvent au pouvoir. Mais est-ce vraiment un problème ? Qu'il y ait des contraintes européennes, des finances publiques qui ne laissent pas beaucoup de marge de manœuvre. Peu importe le président il y a peu de croissance peu de marge de manœuvre, des équilibres politiques qui vont dans le sens du maintien du statut quo… Tous ces facteurs font que le prochain président ne sera pas forcément un homme fort au sens où on l'entend. Cette situation dans d'autres pays convient très bien, en France on rêve toujours d'avoir des grands chefs… On vote pour quelqu'un que l'on souhaite tout puissant en qui l'on confie des attentes déraisonnables pour constater ensuite qu'il n'y a pas tant de choses faisables.  Cela mène à se poser la question : est-ce nos attentes qui sont excessives ou est-ce notre Président qui sera faible ?

Eric Verhaeghe : Déjà, il va arriver dans un climat de forte défiance et même de soupçon quasi-inquisitorial vis-à-vis de la classe politique dans son ensemble. On ne mesure peut-être pas assez l'étrange effet de déception produit par l'affaire Fillon. Cette déception ne vient pas seulement de l'impression que Fillon a pu donner de mentir ou de commettre quelques compromis excessifs avec le mensonge. Elle vient surtout du sentiment qu'il ne prend pas la mesure de l'écœurement de la population vis-à-vis de ses comportements. Prenons le cas de sa femme qui ne sait plus si elle a eu ou non des contrats de travail. C'est quand même compliqué à expliquer. N'importe quel chef d'entreprise serait en situation extrêmement délicate depuis longtemps avec ce genre de comportement. L'accusation de travail dissimulé viendrait très vite. Il est incompréhensible que des députés puissent recruter du personnel sans une parfaite clarté sur les contrats de travail. Face à ce genre de découvertes, le sentiment d'une rupture profonde entre l'élite et le peuple risque forcément de s'accroître. Pour le président qui pourrait être élu en mai, cette situation pèsera lourd.

A quoi pourrait ressembler la France en 2022 économiquement parlant en fonction de si c'est un candidat "raisonnable" (Hamon, Fillon, Macron) ou un candidat "déraisonnable" (Mélenchon, Le-Pen) ?

Eric Verhaeghe : Tout le sujet est de savoir si oui ou non le président qui sera élu en 2017 acceptera d'endosser des réformes de structure douloureuses, fondées essentiellement sur une réduction de la place de l'Etat dans l'économie. La dépense publique passive en France atteint des proportions effrayantes. Il faut donc un président qui prend sur lui d'inverser la courbe. 

Si le président est "raisonnable" au sens où vous l'entendez, il pratiquera un minimum de réformes nécessaires qui laisseront l'économie française augurer d'une amélioration de sa compétitivité. Ce serait un bilan positif. Toutefois, Mélenchon comme Le Pen ne sont pas sur cette ligne et annoncent d'ores et déjà un maintien de leur ligne très favorable à la dépense publique. Pour l'ensemble de l'économie française, le quinquennat à venir serait alors un quinquennat perdu, comme celui de François Hollande d'ailleurs. On connaît les conséquences d'une catastrophe de ce genre. La France continuera à s'enfoncer dans sa sinistrose, dans son sentiment de prendre l'eau doucement mais sûrement. Nos jeunes continueront à partir et nos usines continueront à se délocaliser.

Alexandre Delaigue : J'ai tendance à dire que l'on est à une période où c'est bien difficile d'imaginer les choses. La présidence consiste à prolonger les tendances et beaucoup de secteurs subissent des fluctuations assez chaotiques. Dans l'Union Européenne avec le Brexit, l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis… Si la même question m'avait été posée il y a cinq ans, j'aurais répondu "à peu près pareil que maintenant", aujourd'hui je ne m'amuserai pas à faire ce pronostique. D'un point de vue économique si c'est un candidat "raisonnable" on va rester dans les mêmes tendances, je n'imagine pas qu'il peut y avoir des changements considérables. On sera toujours dépendant des mêmes variables. Dans le cas d'un candidat "déraisonnable" on est sur autre chose. Marine Le Pen tiendrait probablement un référendum sur l'Union Européenne qui se ferait dans des conditions catastrophiques (fuite des capitaux…), on pourrait arriver dans un scénario où Marine Le Pen serait un peu "reine fainéante". Si elle arrivait elle se retrouverait mise en minorité au parlement. Mélenchon n'est pas explicitement pour une sortie mais toute politique très différente de ce qui a été fait jusqu'à maintenant est en totale contradiction avec ce qui a été fait dans la Zone euro… Le parallèle qu'on peut faire dans ce cas-là c'est avec ce qu'il s'est passé en Grèce. Un an pendant lequel il y a eu une crise économique supplémentaire dû à une crise de confiance généralisée avec en prime une récession.

A quoi pourrait ressembler la France en 2022 sur la scène internationale et dans l'Europe parlant en fonction de si c'est un candidat "raisonnable" (Hamon, Fillon, Macron) ou un candidat "déraisonnable" (Mélenchon, Le-Pen) ?

Alexandre Delaigue : Dans l'Europe il faut noter d'abord que l'on n'est pas des moteurs mais des suiveurs. Il n'y a pas pour l'instant un grand candidat qui a véritablement une vision européenne, un projet pour l'Europe. Beaucoup sont eurosceptiques, ou en tout cas avec des prises de position qui auraient des problèmes de compatibilité avec la France dans l'Europe.  Le seul qui est "europositif" si j'ose dire c'est Emmanuel Macron mais sans véritablement dire ce qu'il ferait comme réorientation politique. Dans le cas d'un candidat "raisonnable" on resterait le même pays qui peut avoir un impact de temps en temps mais sans être un leader. Après si ce sont les "déraisonnables" pour moi le scénario parallèle c'est celui de la Grèce un pays qui entame et perd un bras de fer et qui se retrouve toujours à l'intérieur mais avec beaucoup moins de latitude et une crédibilité bien moindre. Pour l'instant l'avantage de la situation à l'heure actuelle c'est que pour l'instant on nous fiche la paix. Elle ne le serait plus si elle se mettait à élire des candidats qui ont des positions incompatibles avec l'Europe.

Eric Verhaeghe : Les questions que vous posez ont un rapport direct à la fois avec la relation franco-germanique, qui est fondée aujourd'hui sur une étreinte, voire une contrainte, allemande, et avec la relation transatlantique. Sur ces deux points, on peut penser que les candidats "déraisonnables" auront plus de latitude pour modifier un état de fait qui retarde la France. Je pense particulièrement à la relation avec l'Allemagne, qui a besoin d'être rééquilibrée. On peut ici penser que les candidats déraisonnables auront moins de complexe à opérer ce rééquilibrage. Bien évidemment il s'agit de plans sur la comète, mais tout laisse à penser qu'il existe aujourd'hui une intention d'y parvenir. En revanche, sur la scène extra-communautaire, les positions des candidats déraisonnables risquent de déforcer le pays. Il faudra une France capable de retrouver la ligne gaullienne d'équilibre entre les puissances. Or les candidats déraisonnables risquent d'être décentrés par rapport à cette ligne, soit pour une relation trop proche avec la Russie ou pour une relation trop proche avec les Etats-Unis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
Comment les socialistes en sont arrivés à se demander ce qu'est le vrai vote utile pour eux
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 03/02/2017 - 00:03
Pour savoir ??
Lisez ou relisez "soumission" de Houllebeque .....c'est on ne peut plus clair.....et surtout, c'est confirmé par la démographie .
emem
- 02/02/2017 - 21:48
60 millions de veaux
lemillanh a 1000 fois raisons.
Les gens de droite sont encore plus bêtes que ceux de gauche.
Il suffit donc de la calomnie téléguidée d'un torchon de gauche pour qu'ils crient tous haro sur le baudet et lui sacrifient l'avenir de la France
fanfoué
- 02/02/2017 - 18:52
@ ajm
Je vous rejoins, ce n'est pas tant l'enrichissement des politiques qui me gêne, tous l'ont fait ou le feront (Même Mélenchouille ou dame Marine), non ce qui me gêne c'est leur incompétence et/ou leur manque de réalisme et de courage.