En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 7 heures 4 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 10 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 12 heures 39 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 12 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 45 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 10 heures 22 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 16 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Partie d'échec

Et maintenant, la Libye : la Russie avance un nouveau pion pour son retour en force en Méditerranée

Publié le 27 janvier 2017
Tandis que la communauté internationale suit le développement du sommet d'Astana, dédié au conflit syrien, c'est au tour de la Libye d'être au cœur des intérêts de la Russie. En soutenant un opposant au gouvernement de Tripoli, le Kremlin annonce son retour en méditerranée.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tandis que la communauté internationale suit le développement du sommet d'Astana, dédié au conflit syrien, c'est au tour de la Libye d'être au cœur des intérêts de la Russie. En soutenant un opposant au gouvernement de Tripoli, le Kremlin annonce son retour en méditerranée.

Après le théâtre syrien, la Russie semble également se préoccuper de plus en plus clairement de la situation en Libye, en apportant son soutien au Maréchal Haftar, reçu deux fois à Moscou, et principal opposant au gouvernement libyen pourtant lui même reconnu par la communauté internationale. Comment interpréter cette nouvelle donne en Méditerranée, quelles en sont les implications ? 

La Russie est très inquiète des déstabilisations héritées des printemps arabes de 2011. La Libye lui a laissé un mauvais souvenir en raison de la résolution n°1973 de l’ONU qu’elle a accepté de laisser passer en s’abstenant. En effet, elle a été largement dépassée dans ses buts déclarés par les pays qui sont intervenues, la France, la Grande-Bretagne et, par derrière les USA, mais sans eux rien n’aurait été possible techniquement. Pour mémoire il n’était pas question de faire chuter le colonel Kadhafi mais de protéger les populations civiles. La « communauté internationale » que Moscou tient désormais en piètre estime -du moins pour la partie considérée comme faisant le jeu de Washington- soutient effectivement le Gouvernement d’Union Nationale (GUN) présidé par Fayez El-Sarraj. Ce dernier est obligé de s’appuyer sur les milices salafistes de Misrata pour deux raisons :

primo : lutter contre Daech,

secundo : assurer sa propre protection, particulièrement à Tripoli où il est installé.

La Chambre des représentants qui siège à Tobrouk n’a toujours pas reconnu le GUN malgré toutes les pressions qui pèsent sur elle. Ses forces militaires (l’Armée nationale libyenne -ANL-) commandées par le maréchal Khalifa Haftar (promu à cette dignité en septembre 2016) ont reconquis à l’été 2016 le croissant pétrolier de Zueiteina, Brega, Ras Lanouf et El-Sidra en chassant la milice Petroleum Facilities Guard (PFG) d’Ibrahim el-Jadrane. Par ailleurs, elles interviennent actuellement dans le Fezzan pour contrer les milices de Misrata qui y ont été dépêchées pour tenter d’y asseoir leur autorité. Ces dernières y ont été dépêchées pour théoriquement ramener la paix entre les tribus locales, essentiellement des Toubous et des Touarègues, qui se livrent traditionnellement à tous les trafics dont le premier est la contrebande vers les pays voisins, Algérie, Niger et Tchad. Pour ajouter au désordre ambiant, Daech qui a été chassé de Syrte par les milices de Misrata appuyées par les Américains est présent en plusieurs points du territoire libyen. Son vrai opposant, c'est Al-Qaida "canal historique" et ses groupes affiliés plus ou moins officiellement.

Pour Moscou, le maréchal Haftar est donc celui qui a la puissance nécessaire pour ramener un semblant d’ordre sur une partie de la Libye, surtout en Cyrénaïque et peut-être une partie du Fezzan. La reprise presque complète de Benghazi sur les milices islamistes au début 2017 semble conforter cette opinion. Il a aussi un atout prioritaire, c’est un « laïque ». Et enfin, il est adossé à l'Égypte du maréchal Sissi qui lui apporte aide et soutien matériel.

Point besoin d’être devin pour voir clair dans la politique de la Russie en Libye : Haftar a été invité par deux fois en Russie en 2016 et le 11 janvier 2017 à bord du cuirassé porte-aéronefs Kouznetsov alors que ce dernier voguait au large de Tobrouk au retour de sa campagne syrienne. A chaque fois, il a communiqué avec de hauts responsables (par vidéo-conférence sur le Kouznetsov) dont le ministre de la défense Sergueï Koujouguétovitch Choïgou, l’homme fort du Kremlin (après le président Poutine). Les Russes ne feraient pas assaut d'amabilités à son égard s'ils ne voyaient en lui un pion intéressant à jouer.

En quoi cette nouvelle donne en Méditerranée peut elle influer sur les relations entre Russie et l'Union européenne, et plus particulièrement la France ? De plus, comment expliquer que certaines opérations françaises en Libye semblaient également être liées au Général Khalifa Haftar ?

Pour ce qui concerne la France, je ne peux répondre à votre question pour deux raisons :

primo : je ne sais pas, le ministre de la défense le Drian n’est pas venu me faire de confidences ;

secundo : et même si cela était (et bien sûr, ce n’est pas le cas, je ne suis qu'un humble observateur extérieur), cela relève du secret défense.

L’UE est bien embarrassée avec ce qui se passe en Libye. La France et la Grande-Bretagne ont été à l’origine du chaos actuel pour des raisons sur lesquelles je ne reviendrai pas. L’Italie, le premier pays concerné par la géographie et l’Histoire, vient de rouvrir sa représentation diplomatique à Tripoli. Elle a d’ailleurs été presque tout de suite visée par un attentat survenu à proximité de ses locaux. Le problème des migrants l’étouffe. La marge de manoeuvre est plus qu’étroite. Elle regarde donc agir la Russie en espérant secrètement qu’elle parviendra à donner une direction dans laquelle aller. Comme en Syrie, l’Europe laisse faire Moscou en se pinçant le nez et en hurlant dès qu’elle détecte une atteinte supposée aux Droits de l’Homme. Il faut reconnaître qu’elle n’a pas beaucoup d’autres moyens d’action à sa disposition que l’indignation.

En prenant du recul sur la carte, entre Méditerranée, Proche et Moyen Orient, dans un climat dominé par le sommet d'Astana lié au conflit syrien, comment comprendre la logique Russe dans la région ? 

La Russie prend très progressivement pied en Méditerranée. Elle va transformer Tartous en base maritime (il ne s’agissait jusqu’alors que de « facilités » maritimes sans port en eaux profondes). D’importants travaux d’infrastructure y sont prévus. La base aérienne de Hmeimim est devenue pérenne. La partie contrôlée par les Russes a été décrétée, avec l’accord des autorités officielles en place à Damas, comme territoire russe comme les représentations diplomatiques(1).

De son côté, l'Égypte devrait lui accorder des facilités d’escale. Même chose pour Tobrouk protégé par les forces du maréchal Haftar. Des négociations seraient en cours avec le Maroc pour obtenir des ouvertures sur l’Océan Atlantique, une première depuis la Russie des Tsars. Moscou profitant de l’indécision et du désengagement progressif de Washington au Proche-Orient, de la faiblesse endémique des Européens due en grande partie à leurs divisions internes, est en train de retrouver une place particulière qui peut séduire certains car elle paraît « nouvelle ». La question qui se pose est : la Russie en a-t-elle les moyens et si ce n’est pas le cas, ne risque t’elle pas de décevoir les dirigeants des pays qui voient en elle un début de solution à leurs problèmes(2) ? De nombreux autres États sont aussi dans l’expectative, Israël et Arabie saoudite en tête. Il convient de ne pas oublier qu’un des alliés majeurs de la Russie reste l’Iran, l’ennemi juré de ces deux pays !

  1. 1.Ce qui signifie que toute attaque de cette base pourrait être considérée comme une agression contre la Russie elle-même.
  2. 2. Un des problèmes majeurs est, comme d’habitude, financier.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 25/01/2017 - 16:56
Vladimir le bienfaiteur ?
Certes non mais il semble avoir un certain talent à dégager les adeptes de l'islam totalitaire après que les européens aient tant applaudi et dansé autour du "printemps" arabe ......Jusque dans les chiottes disait il ... ça c'est de la méthode monsieur !
Stargate53
- 25/01/2017 - 14:32
Assez de verbiage diplomatique !
A trop hésiter les autres s'affirment alors qu'attendent les occidentaux ! Se plaindre d'être mis de côté, pauvres de nous ! On ne combat pas le diable avec de la bonne volonté et de la peur !
Stargate53
- 25/01/2017 - 14:30
Au moins, il y a un qui agit !
La Libye est le nouveau champs d'action de Daesh alors il faut agir pour casser cette action d'un mouvement islamiste mortifère. Plutôt que de contester Poutine, il faudrait y aller pour éradiquer cette peste verte avec fermeté et efficacité !