En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© DON EMMERT / AFP
Edito

Comment le président Trump va découvrir les réalités américaines

Publié le 20 janvier 2017
Le Président le plus imprévisible de l’histoire américaine prête aujourd’hui serment. A l’inverse de l’élection de son prédécesseur Barack Obama qui s’était déroulée dans la ferveur, l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche s’opère dans un climat délétère.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président le plus imprévisible de l’histoire américaine prête aujourd’hui serment. A l’inverse de l’élection de son prédécesseur Barack Obama qui s’était déroulée dans la ferveur, l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche s’opère dans un climat délétère.

Il  a eu toutes les peines du monde à rassembler  pour cette cérémonie artistes et célébrités, tant sa personnalité est controversée. Il est à la fois adulé par ses partisans et détesté par une majorité de l’opinion alors que sa popularité est au plus bas  dans les sondages.

Il est vrai que son élection est aussi la chose la plus improbable que l’Amérique ait vécue l’an dernier. Au départ, ses chances d’arriver au sommet  du pouvoir paraissaient nulles, tant  ses  grossièretés, sa vulgarité paraissaient  aux antipodes de ce qu’on attend  d’un président.  Il voulait choquer en permanence, l’injure était sans cesse à portée de sa bouche, mais finalement,  il flattait les plus bas instincts d’un électorat de plus en plus mal à l’aise au sein de ce pays qui est encore le plus puissant  du monde.  Car malgré une conjoncture qui reste l’une des meilleures de l’occident, avec un quasi plein emploi, les Etats-Unis ont conscience d’être sur la voie du déclin face aux puissances montantes comme la Chine et bientôt l’Inde. Ils ne représentent plus que 4,4% de la population mondiale et leur poids sur la scène internationale  a diminué de moitié depuis la fin du deuxième  conflit mondial, qu’ils  avaient pu terminer  sans être envahis  à la différence de nombreux belligérants. Ils avaient d’ailleurs participé à la création des institutions  internationales, aidé à la reconstruction  de l’Europe. Mais au fil  des ans, les  liens se sont relâchés. La montée  en puissance des économies régionales les ont fait paraitre de plus en plus comme des rivales plutôt que des partenaires, d’autant  que ces dernières supportaient de moins  en moins le  comportement de Washington, davantage enclin à exiger et commander qu’à accepter de discuter et négocier des compromis. Le rattrapage des pays pauvres est d’autant plus mal  perçu que les Etats-Unis y décèlent une perte de leur autorité. Au demeurant, les années récentes ont montré l’échec de la politique de la « pax americana », alors qu’après la guerre froide, la Russie a repris son indépendance, tandis que les interventions au Moyen-Orient se sont traduites par l’un des pires fiascos des dernières décennies.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que les idées véhiculées par Donald Trump sur le retour au protectionnisme,  le contrôle de l’immigration et d’une manière générale, la volonté de restaurer la grandeur perdue de l’Amérique, ait trouvé un écho dans l’opinion. Toute la question est de savoir comment il entend le mettre  en oeuvre.  Pour l’instant  il  règne par  l’incantation avec ses célèbres tweets de 140 signes qui ont  mis à genoux un certain nombre de grands patrons qui ont  décidé de faire allégeance en rapatriant  des emplois aux Etats-Unis pour se concilier les bonnes grâces du nouveau chef de l’exécutif qui privilégie les rapports de force et se prépare à une déferlante d’ordonnances pour accélérer la croissance.

Mais le rapport des forces a changé. Certains observateurs se demandent déjà si la brutalité des discours de Donald Trump n’est pas aussi fonction des obstacles qui se dresseront très vite sur sa route. La Chine a déjà prévenu qu’elle n’accepterait  pas un joug américain. La course aux armements qui a repris dans  le monde est un  signal inquiétant de nouvelles tensions dans  le domaine de l’internet aussi bien que dans le spatial, ou encore les formes les plus modernes du nucléaire. Mais en  premier lieu, c’est au sein  même de l’exercice du pouvoir que les  premières complications  vont surgir. Un président des Etats-Unis est moins puissant toutes proportions gardées qu’un chef de l’Etat en France, car il a en face de lui un Congrès  qui s’apprête déjà à exercer un contre-pouvoir. Au point que les intentions de Trump, au demeurant  souvent floues voire contradictoires, pourraient relever  rapidement  des rodomontades plutôt que d’un  plan  d’action précis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 21/01/2017 - 11:10
Donald Trump président fantoche du déclin de l'empire américain
Quand le prestige de l'Amérique appartient désormais aux livres d'histoire, Donad Trump se veut être "le dernier des Mohicans" mais encore le dernier rempart du déclin américain. Construire des "murs" n'a jamais arrêté personne, on est bien placés pour le savoir en France (ligne Maginot, Espace Schengen, etc. ...), la grande muraille de Chine n'a jamais arrêté les invasions mongoles, pas plus que les terroristes palestiniens en Israël et cela n'arrêtera pas d'avantage les mexicains aux frontières sud américaines. Trump oublie que l'Amérique (du Nord) est historiquement un peuple de migrants, c'est ce qui a d'ailleurs fait sa principale richesse et sa puissance économique. Pourquoi feraient-ils maintenant sa ruine ??? Rockefeller, le célèbre banquier américain disait souvent : "dans la vie, il y a ceux qui travaillent pour gagner de l'argent, moi, c'est l'argent qui travaille pour moi". C'est ou c'était toute la philosophie de la réussite américaine, la réussite des plus riches en faisant croire à tous que n'importe qui pouvait devenir milliardaire. Ils ne sont plus que huit à posséder 50% des richesses de la Terre.
edac44
- 21/01/2017 - 10:24
@ leucate ===> transposition
On ne gère pas un état comme on gère une entreprise, ce ne sont pas les mêmes "actionnaires" ni surtout les mêmes intérêts. Dans le premier cas, les "investisseurs" n'ont souvent que leur force de travail à offrir, dans le second, ce sont souvent les acteurs financier qui pilotent l'entreprise au profit de leur propre compte et parfois celui de leurs actionnaires. Les critères de redistribution des bénéfices ne se décident ni à l’Élysée, ni à Matignon, CAC40 oblige !... Quelqu'un a dit un jour "la politique de la France ne se décide pas à la corbeille", un certain général de France je crois !... Le jour où ce ne sera plus ainsi, alors nous aurons des "Donald Trump" au pouvoir et le bruit des bottes résonnera à nouveau dans nos rues, nos villes et nos campagnes.
essentimo
- 21/01/2017 - 08:49
Ne le contrarions
pas trop ; nous pourrions avoir besoin des américains, comme en 45, pour nous sortir de la guerre qui pointe !