En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Flou

Confusion autour de l'euthanasie chez le candidat Hollande

Publié le 22 février 2012
François Hollande déclarait ce weekend dans Marianne : "L’euthanasie, je n’y suis pas favorable. Je suis pour le droit de mourir dans la dignité." Explication de texte...
Béatrice Stella est cofondatrice et initiatrice de l’association Paroles de Catholiques.Elle est également cofondatrice de l’Union des Familles en Europe et ancienne présidente de l’association.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Stella
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Stella est cofondatrice et initiatrice de l’association Paroles de Catholiques.Elle est également cofondatrice de l’Union des Familles en Europe et ancienne présidente de l’association.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande déclarait ce weekend dans Marianne : "L’euthanasie, je n’y suis pas favorable. Je suis pour le droit de mourir dans la dignité." Explication de texte...

le 18 février 2012 François Hollande déclarait dans Marianne:

« L’euthanasie, je n’y suis pas favorable. Je suis pour le droit de mourir dans la dignité. Aujourd’hui, il y a de 10 000 à 15 000 lits pour les soins palliatifs, il en faudrait le double. A quel moment décider ou non d’arrêter les soins palliatifs, même si la souffrance, grâce à eux, est amoindrie ? Il faut avoir une expression de la personne, de la famille, des médecins qui doivent être consultés, et à ce moment-là, dans quelques très rares cas, il s’agit de faire un acte de compassion qui va soulager non la famille, mais la personne. »

« L’euthanasie, je n’y suis pas favorable. Je suis pour le droit de mourir dans la dignité » Jusque-là, on comprend, même si l'on peut se demander ce que vient faire la dignité dans cette histoire. La dignité d’un homme repose sur quoi d’autre que le fait qu’il soit un homme ? Sur l’image qu’il donne de lui-même qui serait peu esthétique ? Les hommes seraient donc comme les fruits : appétissants, ils sont dignes de rester sur l’étal, sinon on les met au rebut ?

Mais il y a la phrase suivante : « A quel moment décider ou non d’arrêter les soins palliatifs, même si la souffrance, grâce à eux, est amoindrie ? ». De quoi parle-t-on ? Les soins palliatifs procurent un système pour aider les patients à vivre le mieux possible jusqu’à la mort, par la prévention et le soulagement de la souffrance,  ainsi que le traitement des autres problèmes physiques, psychologiques et spirituels qui lui sont liés (OMS). Ils sont clairement donnés quand la mort est inéluctable, dans le but de la rendre moins pénible possible. Ils s’arrêtent donc avec la mort du patient. Les arrêter en provoquant la mort sciemment, cela revient à nier les soins palliatifs.

On atteint ensuite le sommet de l’opacité. Comment faire un acte de compassion qui va soulager « non la famille mais la personne », alors que l'on vient de dire qu’on consultait la famille et les médecins ? On voit bien toute l’ambiguïté de cette posture : on ne peut être sûr, à aucun moment, que ce n’est pas la famille ou/et les médecins que l'on va soulager.

C’est ce que confirme la récente étude publiée par l’European Journal of Cancer (1) sur les demandes d’euthanasie, qui montre à quel point ces demandes sont rarissimes (3 demandes par service de soins palliatifs par an, alors que tous ces malades sont en fin de vie) et que pratiquement une sur deux n’est pas formulée par le malade lui-même ! Cela pose tout de même la question de leur sincérité !

Voilà donc, un discours qui commence, je vous le rappelle, par « Je ne suis pas favorable à l’euthanasie ».

- Le 25 janvier 2012, on peut lire dans le programme du candidat Hollande, la proposition 21 suivante : « Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ».

Ici, si l’approbation de l’euthanasie est plus évidente, le mot est évité. Seul le terme de dignité, à nouveau, sert d’indice. Mais c’est bien flou. On peut parfaitement voir les soins palliatifs comme une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité. On se demanderait d’ailleurs, dans ces conditions, pourquoi insister sur la nécessité d’une précision et d’un caractère strict pour organiser les dits soins palliatifs.

Sans aucun doute, au Parti socialiste, il y a des personnes qui sont plus claires. Ainsi la récente proposition de loi déposée au Sénat par M. Godefroy et ses collègues, parle « d’une assistance médicalisée, permettant, par un acte délibéré, une mort rapide et sans douleur ».

Sans doute dans un souci d’esthétisme (comme pour les fruits à l’étal), on évite soigneusement  « l’euthanasie » au profit de « l’assistance médicalisée pour mourir ». C’est pratique, parce que c’est aussi de cette façon que l'on peut parler des soins palliatifs.

Ce qui est le plus agaçant, c’est l’absence de considération pour le citoyen. On édulcore les mots, on les évite, on entretient le flou. On peut légitimement trouver que c’est un manque de respect pour le citoyen ou/et une tentative de manipulation pour endormir sa conscience.

C’est d’autant plus grave quand on sait que La loi Léonetti apaise la majorité des craintes des Français sur la possibilité d’exiger l’arrêt des traitements inutiles et le seul maintien des traitement pour soulager la douleur. L’étude citée confirme d’ailleurs que la douleur est la raison invoquée dans 3,7 % de ces demandes très marginales.

Les Français ont le droit d’obtenir des réponses claires :  pour ou contre l’injection qui donne la mort ?

 

(1) 789 équipes de soins palliatifs ont été interrogées de novembre 2010 à février 2011 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vincennes
- 23/02/2012 - 17:47
C'est toujours la confusion chez F.Hollande et que va t'il donne
comme réponse au livre de Gérard DALONGEVILLE sur les pratiques du PS, des rétro-commissions etc...... aussi bien dans le Nord, que dans le Sud mais encore en Rhône
Mettons des commentaires sur le Point (GIESBER), le Figaro (TREHART), Nle OBS (JOFFRIN) sans oublier Marianne et Médiapart qui ne disent rien!!!
B izarre, vous avez dit bizarre!!!
façonpuzzle
- 23/02/2012 - 11:25
@ ヒナゲシ
celui qui veut mourir est libre d'exercer son jugement. Mais quand quelqu'un a tenté de se suicider, on essaie de lui remonter le moral, on lui recharge pas le pistolet. Que celui qui se suicide le fasse, mais il n'a pas à demander à quelqu'un, un ami, un medecin, la société de le "suicider" à sa place. tuer quelqu'un est une grave responsabilité pour celui qui l'endosse. L'interdit de tuer, sauf légitime défense, est un principe crucial pour la société.
ヒナゲシ
- 22/02/2012 - 23:03
POUR l'euthanasie des religions et autres superstitions
« le plus agaçant, c’est l’absence de considération pour le citoyen. » peut-on lire dans l'article.

C'est pourtant ce qui transpire de chaque mot de cet arrogant papier.

Qui dénie à celui qui va mourir la faculté d'exercer son jugement, son libre-arbitre et la disposition de son propre corps en décidant de se passer des soins palliatifs et d'abréger sa vie.
Laquelle, jusqu'à preuve du contraire, n'appartient qu'à lui.

Arrogance qui consiste à infantiliser les personnes — comme s'il fallait, y compris à l'approche de la mort — encore et toujours, demander la permission.