En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© AFP
Chéri, où est la télécommande ?

Premier débat de la Belle Alliance Populaire : les haines se font discrètes, l'ennui l'emporte...

Publié le 13 janvier 2017
Sans surprise, aucun des sept candidats de la Belle Alliance Populaire n'a plié le match au cours d'un premier débat télévisé sans moments forts ni envolées marquantes.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sans surprise, aucun des sept candidats de la Belle Alliance Populaire n'a plié le match au cours d'un premier débat télévisé sans moments forts ni envolées marquantes.

Que ceux qui n'ont pas tenu sans bouger devant leur poste de télévision de 21h à 23h30, ne culpabilisent pas. L'indulgence sera également accordée à ceux qui se sont un moment saisis de leur "zapette" pour se distraire sur d'autres canaux .Sans surprise, aucun des sept candidats n'a plié le match dans ce premier débat qui précède la primaire de la Belle Alliance Populaire (composée du PS et ses alliés). Il n'y a pas eu de moment fort, d'envolée marquante. L'indispensable sondage post débat accorde la qualité du candidat le" plus convaincant" pour l'ensemble des téléspectateurs à Arnaud Montebourg, avec 29% d'opinions favorables; il est suivi de près par Manuel Valls (26%), et Benoît Hamon (20%). L'ancien Premier ministre, chahuté dans ses débuts de campagne, trouve un motif de réconfort dans le résultat affiné des sympathisants de gauche, où il arrive premier et devance Benoît Hamon d'une courte tête, Arnaud Montebourg arrivant troisième.

C'est Manuel Valls qui jouait le plus gros. Face à des concurrents devenus des contempteurs du quinquennat Hollande, l'ancien Premier ministre a retenu la leçon de François Hollande qui a déclaré "ceux qui ne l'assument pas ne peuvent pas se présenter avec succès devant les électeurs". Hier il a presque tout assumé, (-à l'exception de la divulgation du secret défense par François Hollande aux journalistes auteurs de " Un président ne devrait pas dire ça"). Pas question pour lui de faire le tri entre "bonnes" et mauvaises" réformes : le CICE qui a donné de maigres résultats en création d'emplois, la déchéance de nationalité qui a fracturé la Gauche, la loi travail… il ne renie rien et ne parle plus d'abroger l'article 49/3 qui permet un passage en force du gouvernement à l'Assemblée face à une majorité frondeuse. Pour lui le CICE  est un "investissement d'avenir" et la déchéance de nationalité a été proposée dans un contexte particulièrement douloureux.

Et il laisse  ses concurrents proposer une sixième République, la proportionnelle intégrale, des baisses d'impôts à tout va, ou encore le revenu universel, nouveau totem de la Gauche. Impossible d'être favorable à cette mesure consistant à attribuer un revenu mensuel à tout citoyen quel que soient ses revenus, lorsqu'on prône la valeur travail comme Manuel Valls. Inapplicable également pour Vincent Peillon qui la chiffre à 400 milliards par an. Arnaud Montebourg, lui y est également hostile, et  avance un coût analogue : entre 300 et 600 milliards annuels. Seul l'écologiste Jean-Luc Bennahmias, le président du Front Démocrate partage le point de vue de Benoit Hamon. L'ancien ministre de l'Economie sociale  défend son projet en expliquant que c'est le "remède à l'uberisation de la société ", et en invoquant Michel Rocard, le " créateur du RMI " (revenu minimum d'insertion" à qui on opposait d'après lui, les mêmes arguments .Benoit Hamon, qui a fait figure de révélation au début de cette campagne pour la primaire de Gauche, en raison  de sa ligne de gauche revendiquée, s'est  tout au long de la soirée efforcé de cultiver cette image, expliquant que s'il est désigné, il discuterait avec Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon .Son attitude a payé : dans le sondage Elabe pour BFM , il apparait le plus convaincant pour la "défense des valeurs de la gauche".

Dans ce débat quelque peu chaotique Vincent Peillon, l'outsider de cette primaire chez les Socialistes, n'a pas réussi à se hisser dans le trio de tête : l'ancien ministre de l'Education Nationale n'a pas réussi à s'approprier  le statut d'"héritier" de François Hollande, préempté par Manuel Valls. Car il ne suffit pas de décréter "je me prépare à devenir président de la République" pour que l'idée s'installe instantanément dans l'esprit des  Français. Et il a du reste  égratigné François Hollande sur la divulgation de secrets d'état à des journalistes :"En faire étalage, c'est indécent. En faire un sujet journalistique, ça n'est pas mieux ", a-t-il déclaré.

Comme ce fut le cas à droite à l'automne, les Français qui ne sont pas au fait de toutes les sensibilités de l'écologie, ont découvert une personnalité inconnue, un écologiste raisonnable, François de Rugy. L'élu nantais, en rupture avec les Verts, était jusqu'alors éclipsé par Cécile Duflot. Quant à Sylvia Pinel, la seule femme de ce débat, elle a eu du mal à s'imposer, voire à se poser dans ce débat auquel elle participe pour perpétuer le Parti Radical de Gauche, le plus vieux  parti de France, symbole de la "vieille politique" méprisée par les chantres des vraies valeurs de gauche… qui ne négligent pourtant pas son soutien quand il s'agit pour eux d'obtenir une majorité .  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

France/Allemagne : le match des systèmes scolaires

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
excalibur2016
- 13/01/2017 - 18:55
N'importe quel "abrutit" peut se présenter
Pendant qu'on fait les poches aux classes moyennes pour donner à bouffer à tous les précaires (qui savent pourquoi ils en sont arrivés là)...personne ne s'inquiète de savoir si ces candidats sont au dessus de tout soupçon. La moindre des choses lorsque l'on pretend servir les Français et l'intérêt général c'est d'être un minimum honnête et non corrompu.
1/ Donc commencer par une déclaration de conflits d'intérêts comme ça on découvrira quelques surprises croustillantes pour hommes de GAUCHE
2/ Demander à un cabinet INDÉPENDANT de contrôler scrupuleusement les déclarations de patrimoine de chaque candidat, ainsi ceux qui voudront s'y soustraire seront éliminés AUSSITÔT car des soupçons de triche/pèseront immédiatement sur eux.....quel journaliste acceptera de rendre publiques les résultats ????????

Voilà pourquoi notre système est perdu
lasenorita
- 13/01/2017 - 13:33
Montebourg pas convaincant!
Ganesha...Montebourg dit n'importe quoi, il fait de belles promesses qu'il ne pourra pas tenir: ainsi il a dit qu'il favoriserait le ''Made in France'' or, il veut, aussi, ''faire un pont'' entre l'Algérie et la France afin que notre pays soit inondé de produits ''No Made in France''.. quand il était ministre beaucoup de nos usines ont fermé, il a vendu l'une d'elles ''pour une bouchée de pain'' à un membre du F.L.N... à un de ceux qui ont ''nationalisé'' les biens des ''Français'' non-musulmans, nés en Algérie,parce que le grand-père de Montebourg était lui aussi un fellouze, qui a combattu pour ''l'indépendance'' de l'Algérie et qui n'est PAS RESTE dans ''son'' pays ''indépendant''..
kelenborn
- 13/01/2017 - 13:27
Benhamias
Il faut rendre hommage à Benhamias
Les autres étaient chiants à pleurer mais lui!!! le talent d'un Coluche nous ressortant sa version de 'leau ferrugineuse" de Bourvil et, au surplus sans même s'en rendre compte! Il fallait voir la tronche des six autres se retenant de pisser dans leur froc! Du grand guignol
Et last but not the least! il a même maginfiquement illustré le quiquennat en interprétant le personnage d'un "Sans-Dents" puisque, eu égard à tous les rateliers où il a pu bouffer, il a du en perdre quelques unes. Encore heureux qu'étant passé au MODEM, on n'ait pas eu droit à ses courses à Castorama avec Robert Rochefort
Rien que pour cela vite, une autre!