En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Illusion
Chute du pétrole et sanctions commerciales : la côte de popularité de Vladimir Poutine à l’épreuve de la dégradation des conditions économiques des Russes
Publié le 31 décembre 2016
Si l'action militaire et internationale de la Russie permet de maintenir une illusion de puissance, la baisse du prix du pétrole et les sanctions internationales ont provoqué une dégradation des conditions économiques et sociales de la population russe.
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'action militaire et internationale de la Russie permet de maintenir une illusion de puissance, la baisse du prix du pétrole et les sanctions internationales ont provoqué une dégradation des conditions économiques et sociales de la population russe.

Atlantico : Alors que la Russie a accepté de réduire sa production de pétrole, peut-on considérer que l'assainissement du secteur pétrolier russe est aujourd'hui le principal défi économique de la Russie ?

Florent Parmentier : La Russie a en effet accepté de négocier avec les pays de l'Opep une réduction de sa production de pétrole. Cela faisait plusieurs années qu'un tel accord n'avait pas été mis en place, ce qui tend à relativiser l'isolement diplomatique de la Russie constaté en 2014 et 2015. Outre cet accord de diplomatie énergétique, la Russie a dans le même temps été capable d'investir 2,8 milliards de dollars dans un champ gazier égyptien à travers l’entreprise publique Rosneft, qui a vu le Qatar monter dans son capital à hauteur de 5 milliards de dollars. L’entreprise de l’influent Igor Setchine, un proche de Vladimir Poutine et ami de Rex Tillerson, que Donald Trump a voulu mettre à la tête de sa diplomatie, se porte donc plutôt bien sur le plan économique.

L'assainissement du secteur pétrolier russe est certainement important pour le pays, mais il ne faut pas se tromper sur la nature de ce défi. Le problème de la Russie n'est pas lié à l'importance de ses réserves en hydrocarbures, toujours élevées. Les défis sont en réalité plutôt liés au développement de nouvelles technologies de pointe, par exemple dans le stockage ou dans l'efficacité de l'extraction des ressources hydrocarbures (notamment en eaux profondes ou dans le sable bitumineux). La question du stockage est importante dès lors qu'il s'agit de miser sur le développement des énergies fossiles pour les deux ou trois prochaines décennies. Il faudra aussi pour la Russie créer un marché commun de l'énergie au sein de l'Union économique eurasiatique, retrouver des relations de confiance avec les pays de l'Union européenne, ce qui passe sans doute par la fin de la politique de sanctions, ou encore augmenter ses exportations vers les marchés asiatiques.

Pour différentes raisons, et notamment en raison du positionnement géopolitique du pays, de son intérêt pour les réserves de l'Arctique ou de sa politique active de diversification des infrastructures, la Russie reste un acteur incontournable dès lors qu'il s'agit des marchés internationaux de l'énergie.

Alors que l'action internationale et militaire de la Russie permet de maintenir une illusion de puissance, dans quelle mesure les conditions économiques et sociales de la population russe se sont-elles dégradées depuis la baisse du prix du pétrole et la promulgation des sanctions occidentales ? Au vu de l'état du secteur pétrolier, quelles sont les perspectives qui se dessinent si rien n'est fait ? 

2016 a été pour ainsi dire une "année Poutine", et 2017 pourrait également l’être, si l’on en croit un récent papier du politologue Cyrille Bret. Le président russe prend des initiatives en Syrie, s'affirmant comme l'un des acteurs majeurs de la recomposition du Moyen-Orient. En outre, la campagne aux États-Unis lui a apporté un potentiel allié avec Donald Trump, tandis que les mouvements qui le soutiennent en Europe ont plutôt le vent en poupe, à l’heure du Brexit et de l’ascension des populistes. Se demander si les conditions économiques ne deviendraient pas le talon d'Achille de la Russie paraît donc une question totalement pertinente.

L'économie russe n'a pas connu de chiffres mirobolants en 2016, puisque cette année a été marquée par une récession, certes moins forte que celle de 2015. Ce sont notamment les chiffres de la consommation des ménages qui ont baissé, alors que les investissements reste à un faible niveau. Il faut toutefois modérer ces chiffres dans la mesure où certains signaux indiquent une inversion de tendance, notamment sur le dernier trimestre. La production industrielle ne recule plus tandis que les finances publiques se stabilisent : la Russie a une économie atone sans pour autant aller à l'effondrement. La question du rebond en 2017 reste toutefois posée.

Les sanctions internationales ont bien sûr joué leur rôle dans la situation d’atonie dans laquelle se trouve l'économie russe, mais il faut garder en mémoire le fait que les sanctions voient leur efficacité de plus en plus limitée à mesure que le temps s'écoule. En effet, des stratégies de substitution se mettent en place par le biais d’acteurs économiques nationaux, alors que les pays qui se privent des possibilités d'exporter vers la Russie peuvent voir s’éroder le consensus pour les sanctions. C'est notamment le cas en France avec la crise agricole que le pays traverse.

Il est toutefois possible que l'arrivée au pouvoir de Donald Trump à la fin janvier 2017 conduise à une révision de la politique en matière de sanctions vis-à-vis de la Russie, entraînant inexorablement les Européens à faire de même.

Du côté des cours du pétrole, ils ne resteront vraisemblablement pas éternellement à un faible niveau. La structuration même du marché du pétrole amène en effet à relativiser ce constat : lors des périodes de surproduction, les grandes entreprises mènent des politiques d’investissement dynamiques. Elles ont depuis été amenées à revoir leurs perspectives d'investissement à la baisse, ce qui devrait conduire à une remontée des cours à mesure que l’offre se raréfie. La Russie conserve d'importants besoins en matière de développement des nouvelles technologies, et c'est sans doute là que réside son principal défi pour exploiter au mieux les richesses de son sous-sol.

Dans quelle mesure cette dégradation des conditions de vie en Russie pourrait-elle affecter la cote de popularité de Vladimir Poutine ? Pourrait-il perdre le soutien unanime dont il a jusqu'alors bénéficié ? 

La popularité de Vladimir Poutine est réelle au sein de la population. Elle se situe aujourd'hui à un niveau toujours extrêmement élevé, de l'ordre de 80 % de l'opinion publique selon les sondages disponibles. Toutefois, il faut observer que son parti Russie unie a vu au contraire sa cote de popularité s'éroder au cours des précédents scrutins. La grande question qui se pose pour Vladimir Poutine n’est donc pas de remporter la présidentielle de 2018, qui pourrait d'ailleurs tout à fait être avancée à l'automne prochain, mais plutôt celle de la circulation des élites politiques au sein du parti du pouvoir à l'aube d'un probable quatrième mandat de Vladimir Poutine.

C'est sans doute dans cet esprit qu'il faut comprendre les multiples remaniements qui ont eu lieu en Russie en 2016, et ce à différents niveaux de la haute administration. Cela montre que Vladimir Poutine attend des personnes qui auront des responsabilités en Russie davantage de loyauté, mais également un rajeunissement des cadres ainsi que des compétences accrues.

En ce qui concerne l'élection présidentielle elle-même, on ne voit pour l'instant émerger aucun rival sérieux au président en place. L'homme qui a reconquis – ou annexé – la Crimée ne verra très probablement pas sa cote de popularité s’effondrer dans les prochains mois, et ce d'autant plus que la résilience de la population face aux conséquences de la politique de sanctions est plus importante en Russie que dans l'opinion publique de nombreux pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
05.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Allemagne et Grande-Bretagne les plus populaires
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 31/12/2016 - 17:21
Le titre ne correspond pas au contenu !
Et l'auteur confirme bien que Poutine n'a rien à craindre des élections...... D'autant plus que la situation économique ne pourra que s'amméliorer après l'élection de Trump et Fillon qui s'empresseront d'annuler les ridicules sanctions d'Obama.... Cerise sur le gâteau.... Tous les pays en voie de développement auront bien compris que seuls les Russes sont capables de tenir leurs engagements au contraire des occidentaux toujours aussi versatiles.....
Paulquiroulenamassepasmousse
- 31/12/2016 - 17:20
Le titre ne correspond pas au contenu !
Et l'auteur confirme bien que Poutine n'a rien à craindre des élections...... D'autant plus que la situation économique ne pourra que s'amméliorer après l'élection de Trump et Fillon qui s'empresseront d'annuler les ridicules sanctions d'Obama.... Cerise sur le gâteau.... Tous les pays en voie de développement auront bien compris que seuls les Russes sont capables de tenir leurs engagements au contraire des occidentaux toujours aussi versatiles.....